Qui est Sihem Boughdiri Nemsia, nouvelle ministre de l'Economie, des Finances et de l'Investissement    Tunisie – Erdogan se permet de s'ingérer ouvertement dans les affaires internes tunisiennes    La justice militaire suspend les mandats de recherche à l'encontre de Me Zagrouba et de quatre députés al Karama    Kais Saied limoge Ali Kooli et Mohamed Fadhel Kraiem    Association NOUR : Gouvernement de salut national et réformes politiques    La Bourse de Tunis entame la semaine sur une note quasi-stable    Report des festivals internationaux de Carthage et de Hammamet    "L'Homme qui a vendu sa peau" de Kaouther Ben Hania en première au festival EIFF 2021    Mauvaise nouvelle – Tunisie – Moody's : Rapport publié contre-courant    La Tunisie réceptionne un don chinois de 400 mille doses de vaccin Sinovac    Tunisie: 8 août journée portes ouvertes de vaccination    Tunisie – Covid-19 : La vaccination en milieu professionnel pour les plus de 40 ans démarre le 4 août    Le représentant de l'OMS à Tunis : « Les indicateurs de suivi de l'épidémie sont positifs en Tunisie, malgré la gravité de la situation »    Tunisie: Lettre ouverte d'artistes et intellectuels Tunisiens pour défendre la République    Tunisie-Tunisair: Des hauts responsables interdits de voyage    Festival Hammamet 2021 : Spectacle "Rboukh" du musicien Hatem Lajmi attendu en ligne    L'inquiétude des étrangers de ce qui se passe en Tunisie est légitime    Un musée virtuel du patrimoine tunisien voit le jour    La récolte céréalière à Siliana s'élève à 815 mille quintaux    Tunisie-Rentrée scolaire: La vaccination du corps éducatif au cœur d'une réunion ministérielle    Grand-Tunis : 300 DT par mois, le budget mensuel du ménage tunisien destiné au transport    Tunisie: Noureddine Taboubi reçoit une délégation du Courant démocrate    En réponse à l'appel de Kais Saied: La Fédération nationale du cuir et de la chaussure appelle les professionnels du secteur à baisser leurs prix    Dette extérieure tunisienne : Tous les risques sont là !    Ahmed El Kram : Le régime politique est démocratique mais pas efficient !    Jeux Olympiques : 3 lutteurs tunisiens éliminés ce lundi    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 02 Août 2021 à 11H00    JO Tokyo: 2 athlètes italien et qatari se partagent la médaille d'or, une première historique (vidéo)    Jeux Olympiques : Quand verra-t-on Oussama Mellouli ?    Tunisie: Echaâb Yourid appelle Kais Saied à limoger Nadia Akacha pour cette raison    Mohamed Kerrou, universitaire, à La Presse : « La lutte contre la corruption, pierre angulaire de la reconstruction nationale »    Commerce : Les Grandes surfaces répondent favorablement à l'appel du chef de l'Etat    Tunisie – Météo: Baisse relative des températures, cette semaine    On nous écrit | Chut on tourne !    Le statut de l'artiste : Encore au cœur du débat    CSS : Sous la loupe de Solinas    Mourad Daoud - Tunisie: Coup de force, coup d'après?    JO Tokyo 2020 : Les kayakeurs Tunisiens échouent lors de la première journée des qualifications    JSK : Reprise en douceur    Médenine : Deux tentatives d'immigration illégale déjouées    Tunisie – VIDEO : Saïed : Ils sont en train de comploter et d'exploiter la misère des gens en les encourageant à la migration clandestine    Jake Sullivan : Les Etats-Unis sont prêts à redoubler d'efforts pour aider les Tunisiens    Dream City, Rendez-vous en 2022    Pour cause de Covid-19, l'édition 2021 de Dream City reportée à 2022    [TRIBUNE] : Pour un état-major de l'économie    208 migrants clandestins secourus au cours des dernières 48 heures    17 migrants retrouvés morts à bord d'un bateau en route vers les côtes italiennes    Aux origines de la Nahda: L'Expédition d'Egypte (1798-1801)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Feuilletons ramadanesques 2021: L'omniprésence de la musique
Publié dans La Presse de Tunisie le 27 - 04 - 2021

Ce qui nous frappe dès le début dans nos feuilletons c'est l'omniprésence de la musique. La musique n'est plus une écriture dramaturgique, cela devient de la poudre aux yeux. Il y a même des passages où l'on perçoit plus la musique que la voix du personnage. C'est pour cacher quoi ?... Et pourtant nous avons des acteurs irréprochables, il suffit de savoir les diriger.
Plus d'une semaine de production audiovisuelle ramadanesque sur nos écrans. Le gargantuesque menu est servi en tir groupé dans la même tranche horaire à tel point qu'un peu plus tard dans la soirée il ne reste plus rien à voir. Pour ceux qui n'arrivent pas à tout suivre, il reste toujours internet pour se rattraper. Pas le même charme qu'en famille autour de la télé avec le cliquetis des assiettes et des cuillères, mais bon... On fait des montagnes avec ce qu'on peut, dirait Jaques Brel.
Plus d'une semaine mais on peut d'ores et déjà émettre un avis général en attendant d'effectuer une lecture un peu plus poussée à mesure qu'on entre dans ces mondes qu'on nous propose. «Ken Ya makanech», empruntant un concept qui a fait ses preuves en France, a réussi son défi surtout en donnant à ce concept une touche tunisienne pleine de couleurs et a réussi à nous emporter dès le début . Un décor qui nous sort de l'ordinaire, des personnages hauts en couleur et des acteurs d'un grand talent Abdelhamid Gayess, Mongi Ouni ou plus jeunes comme Héla Ayed. «Ibn Khaldoun», lui, reste dans l'humour facebookien où les «vannes» ne sont pas bien ramenées, la plupart du temps. Et pourtant un acteur comme Jaâfar Gasmi aurait pu être mieux exploité en tant que talent. Pour sa part Bassem Hamraoui reste bancal et Karim Gharbi a inventé un personnage original mais qui n'accroche pas toujours. Dans «El Jassous», les vannes sont beaucoup mieux ramenées et Lotfi Abdelli reste le pilier de cette série humoristique.... Il le reste même trop puisqu'il y a des moments où l'on sent que tous les autres personnages ne composent pas avec lui, mais lui préparent le terrain pour ses vannes. Il y a des fois où l'on n'a pas le choix quand on a une vedette sur le plateau mais cela ne doit pas se communiquer au spectateur. Or, on sent qu'un personnage comme Riadh Nahdi n'est là que pour savonner la pente à Lotfi Abdelli. Côté dramatique, les séries principales comme «Al Harga», «Awled El ghoul» ou «Foundou» traitent de thématiques différentes. A reconnaître que dans «El Harga», Lassaad Oueslati essaie de sortir le sujet de son côté trop consommé par les «news». Il réussit néanmoins à nous accrocher, mais reste le problème des sous-titres qui sont minuscules et difficiles à lire parfois. Comme chaque année, et c'est la plus grande tare des feuilletons tunisiens, on est confronté à la lenteur du démarrage ! Pourquoi il nous faut toujours au moins trois épisodes et parfois plus pour qu'on arrive à entrer dans l'histoire... Le sempiternel problème de l'écriture demeure toujours... Et pourtant les productions font appel aux acteurs les plus talentueux qui ne demandent qu'à exploser à l'écran ! C'est cette lourde mise en place qui reste trop gênante et qui fait d'ailleurs fuir toute une génération de spectateurs qui a grandi devant des séries qui démarrent vite sur les plateformes de streaming comme Netflix. Le rythme narratif de nos «papas» a vraiment vécu. On arrive maintenant au plus grand défaut qui nous saute aux yeux dès le premier jour. L'omniprésence de la musique. Dans chaque feuilleton on a l'impression que la musique est là non pas pour soutenir la narration ou souligner certains de ses moments. Elle est là comme si elle était la seconde voix du réalisateur et c'est un constat que nous faisons pour tous les feuilletons. Dans certains passages, le niveau de la bande sonore dépasse même la voix du personnage .C'est vrai qu'on peut utiliser la musique également pour camoufler une mauvaise image ou un jeu d'acteur défaillant mais pas à ce point tout de même !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.