JO Tokyo 2020 | Lutte féminine (62 kg) : Marwa Amri éliminée d'entrée    Imed Ben Halima [VIDEO] : les charges à l'encontre de ces derniers ne relèvent pas de la compétence de la justice militaire"    JO Tokyo 2020 | Lutte gréco-romaine (77kg) : Amjed Maafi battu au repêchage par l'azerbaidjanais Huseynov    Riadh Jrad [VIDEO] : « Ghannouchi n'est qu'un mouchard pour la presse internationale »    Dernière Minute – Coronavirus : 159 décès et 1243 nouvelles contaminations, Bilan du 1er août    Tunisie – Pourquoi la justice militaire a-t-elle ordonné la cessation des poursuites à l'encontre des députés    Qui est Nizar Ben Neji chargé de la gestion du ministère des Technologies de la Communication ?    Erdogan à Saïed : Il est important de poursuivre les travaux de l'ARP en Tunisie    Tunisie – Erdogan se permet de s'ingérer ouvertement dans les affaires internes tunisiennes    Qui est Sihem Boughdiri Nemsia, nouvelle ministre de l'Economie, des Finances et de l'Investissement    La justice militaire suspend les mandats de recherche à l'encontre de Me Zagrouba et de quatre députés al Karama    Kais Saied limoge Ali Kooli et Mohamed Fadhel Kraiem    Association NOUR : Gouvernement de salut national et réformes politiques    La Bourse de Tunis entame la semaine sur une note quasi-stable    Report des festivals internationaux de Carthage et de Hammamet    "L'Homme qui a vendu sa peau" de Kaouther Ben Hania en première au festival EIFF 2021    Mauvaise nouvelle – Tunisie – Moody's : Rapport publié contre-courant    Tunisie – Covid-19 : La vaccination en milieu professionnel pour les plus de 40 ans démarre le 4 août    La Tunisie réceptionne un don chinois de 400 mille doses de vaccin Sinovac    Tunisie: 8 août journée portes ouvertes de vaccination    Festival Hammamet 2021 : Spectacle "Rboukh" du musicien Hatem Lajmi attendu en ligne    Un musée virtuel du patrimoine tunisien voit le jour    Cinq directeurs et deux ingénieurs de TUNISAIR interdits de voyage    [TRIBUNE] Lettre ouverte d'artistes et intellectuels tunisiens pour défendre la République    Tunisie-Rentrée scolaire: La vaccination du corps éducatif au cœur d'une réunion ministérielle    La récolte céréalière à Siliana s'élève à 815 mille quintaux    Grand-Tunis : 300 DT par mois, le budget mensuel du ménage tunisien destiné au transport    Noureddine Taboubi reçoit les dirigeants d'Attayar    Jeux Olympiques : Quand verra-t-on Oussama Mellouli ?    En réponse à l'appel de Kais Saied: La Fédération nationale du cuir et de la chaussure appelle les professionnels du secteur à baisser leurs prix    Dette extérieure tunisienne : Tous les risques sont là !    Jeux Olympiques : 3 lutteurs tunisiens éliminés ce lundi    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 02 Août 2021 à 11H00    JO Tokyo: 2 athlètes italien et qatari se partagent la médaille d'or, une première historique (vidéo)    Achaâb Yourid appelle au limogeage de Nadia Akecha    Tunisie – Météo: Baisse relative des températures, cette semaine    On nous écrit | Chut on tourne !    Le statut de l'artiste : Encore au cœur du débat    JO Tokyo 2020 : Les kayakeurs Tunisiens échouent lors de la première journée des qualifications    Mourad Daoud - Tunisie: Coup de force, coup d'après?    Médenine : Deux tentatives d'immigration illégale déjouées    Tunisie – VIDEO : Saïed : Ils sont en train de comploter et d'exploiter la misère des gens en les encourageant à la migration clandestine    Jake Sullivan : Les Etats-Unis sont prêts à redoubler d'efforts pour aider les Tunisiens    Dream City, Rendez-vous en 2022    Pour cause de Covid-19, l'édition 2021 de Dream City reportée à 2022    [TRIBUNE] : Pour un état-major de l'économie    208 migrants clandestins secourus au cours des dernières 48 heures    17 migrants retrouvés morts à bord d'un bateau en route vers les côtes italiennes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'entreprise autrement | Arrêtons cette descente aux enfers ! (IV)
Publié dans La Presse de Tunisie le 18 - 06 - 2021

Gravement malade, pour ne pas dire agonisant. Notre pays est en effet dans une situation fort critique qui risque de lui être fatale. Nous n'avons jamais cessé de le répéter, au risque de lasser nos lecteurs. Il ne s'agit pas là d'un alarmisme morbide, encore moins d'un fatalisme destructeur. C'est, hélas, la triste réalité que bon nombre d'observateurs avertis et de spécialistes rappellent à longueur de journée.
Nous avons dit « pays gravement malade » et non Etat, gouvernement ou économie. Ce qui rend la réalité encore plus inquiétante. Diagnostic qui impose une intervention urgente volontariste, experte et qui doit écarter les solutions de rafistolage et les soins palliatifs.
Les conflits profonds et à tous les niveaux, qui secouent notre pays, peuvent, en effet, devenir encore plus violents et risquent de ce fait de le détruire. Devenus plus visibles depuis, plus de dix ans, car le groupe dominant s'est, à l'époque, disloqué, ils sont l'expression de l'esprit de domination qui règne partout dans le pays et qui empêche l'éclosion d'une mentalité de concertation de coopération et d'intégration.
Imprégnée d'un esprit de compétition pathologique, envieux et malsain, notre société est en fait une petite jungle où chacun veut imposer sa loi et servir ses propres intérêts. Le seul droit qui y prévaut est celui du plus fort, malheur aux faibles.
Ici il n'y a pas un statut qui s'appelle « citoyen ». Notre société est, hélas formée de groupes de type tribal et à caractère mafieux, pour la plupart d'entre eux et où tout se vend et tout s'achète, même les consciences. Hors de la bande, point de salut. Malheur à celui qui n'appartient pas, dans notre pays, à un quelconque groupe capable de le protéger de la violence des autres groupes.
Ici, il n'existe pas de vraies institutions, il n'y a que des structures minées par les conflits et où un groupe essaye d'asseoir son emprise sur le reste des groupes, où tout tend vers l'opacité, le flou et où tout effort et toute réflexion ont pour unique objectif de se protéger, de contracter des alliances et de s'affirmer en tant que dominant. Des institutions, otages des groupes, qui essayent de dominer l'Etat, la société, l'économie ou les trois à la fois.
Au bord de la faillite, les institutions, de base de la société, la famille et l'école en premier n'ont jamais réussi à former de vrais citoyens, c'est-à-dire des personnes sachant réfléchir, proposer, décider, assumer leurs responsables, respecter la loi, produire et créer.
A cause de l'effritement de l'autorité parentale, de la déliquescence de celle des institutions scolaires, de la marginalisation des organisations d'éducation de la jeunesse et, réalité honteuse, du Service national, l'indiscipline et le manque de patriotisme sont devenus les caractères les mieux partagés par les Tunisiens.
Famille et école n'ont en effet pas réussi à implanter les compétences de base de toute personne capable d'évoluer et de devenir responsable. La plupart d'entre nous ne savent, ni discuter convenablement, ni réfléchir, ni même marcher dans la rue et évoluer dans l'espace public. Cette dernière notion est d'ailleurs inexistante et elle est plutôt considérée selon la représentation de «beylic» qui renvoie au statut de sujet écrasé et méprisé du bey.
L'école et avec elle l'ensemble du système éducatif, d'enseignement et de formation ont par ailleurs échoué à former de vraies compétences, se contentant de produire des diplômés incapables de devenir rapidement opérationnels.
A cela s'est venu s'ajouter l'immense désert culturel dans lequel se perd notre société et qui accentue la crise des valeurs, laissant la voie libre aux comportements instinctifs et à la formation de sous-cultures destructrices.
La faiblesse du sentiment d'appartenance et la mentalité inspirée du nomadisme sont devenues des valeurs de référence de notre société. Valeurs qui ne peuvent jamais aider au développement des valeurs responsables, comme celles du devoir, encore moins de la mentalité créatrice et constructive.
Notre société n'a, hélas, pas réussi à engendrer de vrais citoyens. Nous vivons, la plupart d'entre nous, une crise d'identité, avec un fort sentiment d'auto-dévalorisation. Une crise à laquelle s'est mêlée la peur du présent, de l'avenir et pour notre avenir.
La peur à chaque instant de devenir victime de l'injustice, de l'indifférence, de l'incompétence des autres et du laxisme. D'où la prolifération d'une espèce que nous avons appelée l'«anti-citoyen ». Un être violent, égoïste, centré sur ses instincts et doté de mécanismes mentaux destructeurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.