Amine Mahfoudh évoque le flou constitutionnel qui entoure les remaniements ministériels    A Sousse, des protestataires revendiquent la chute du régime    Le patronat libyen sollicite les compétences et la main-d'œuvre tunisiennes    COVID-19 Sousse, situation au 25 Janvier: 62 nouveaux cas et 8 nouveaux décès    Tunisie: En images, manifestation au Kef pour réclamer la libération des détenus    Tunisie [Vidéo]: Coup d'envoi du Match Olympique de Béja contre Espérance Sportive de Tunis    Mechichi : Une carte des centres de vaccination contre le coronavirus a été établie    DECES ET FARK : Safia NAAT    CONDOLEANCES    Le FLAGSHIP KILLER MI 10T Pro-5G de XIAOMI débarque enfin en Tunisie    CONDOLEANCES : M. Nabil JERIDI    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 26 Janvier 2021 à 11H00    Espérance de Tunis : le Ghanéen Khaled Abdelbasset espérantiste jusqu'en 2023    Le premier ministre italien présente sa démission    Débats houleux à l'ARP, levée de la séance plénière    Attijari bank annonce un PNB de 488 millions de dinars en 2020    Mobilisation tous azimuts en faveur de l'adaptation au changement climatique en Tunisie    Tunisie – météo : Poursuite des pluies dans le nord et vent fort sur les côtes    Commémoration du 40e jour de son décès : Abdelwahab Bouhdiba, le sociologue émérite    Tunisie-Fayçal Tebbini: En l'absence de la Cour constitutionnelle, Kais Saied est la Cour constitutionnelle    Tunisie: Noureddine Bhiri: Les têtes du pouvoir ne sont pas en conflit [vidéo]    Une jeunesse désœuvrée : Les oubliés de la «Révolution»    Programme TV du mardi 26 janvier    Les indiscrétions d'Elyssa    Volleyball | Coupes d'Afrique des jeunes : Vers l'annulation...    Mini-Football | Super League Elite (3e journée) : Arriadh confirme, La Marsa cale    Stupeur sur fond d'ambiance délétère au CA : Supplice clubiste !    Télétravail : Quelles sont les entreprises qui investissent dans les solutions IT?    A l'occasion de son 102e anniversaire : «Taraji Pay» voit le jour    Contrepoint | Culture... et interrogations    18e édition du festival des cinémas d'Afrique en ligne : Le numérique comme issue    Au Bardo, face à des manifestants hurlants, on aligne des camions blindés    Tunisie: Les échanges commerciaux avec l'extérieur ont enregistré une baisse    Tunisie-Ligue 1 (J10): les matches de ce mardi et programme TV    Mohamed Ammar : Le gouvernement Mechichi est, moralement et politiquement, déchu    Tunisie – Un haut conseil de la sûreté de l'Etat hors norme où tous les coups étaient permis    Appel à candidatures pour le projet "Académie des Musiciens créateurs"    Ramadan 2021: Nouvelle série "Kan Ya Makanesh" d'Abdelhamid Bouchnak avec Hatem Belhaj    Exposition collective "Géographie de l'intime" à la station d'art B7L9 du 29 janvier au 7 mars    [TRIBUNE] #Jeunesse #Espoir !    Covid-19 : Joe Biden durcit les règles d'entrée aux Etats-Unis    A «l'Orient-Express»... le voyage n'était pas de tout repos    Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    Twitter suspend un compte de l'ayatollah Ali Khamenei    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    De Trump à Biden: la force de la symbolique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les islamistes à l'épreuve de la métamorphose
De Bourguiba à Caïd Essebsi
Publié dans La Presse de Tunisie le 10 - 02 - 2016

Depuis l'indépendance, l'histoire du règne en Tunisie était celle d'un pouvoir gravement monopolisé, au point que le parti unique s'identifiait à l'Etat providence. Perspectivistes, islamistes, libéraux progressistes, aucune mouvance politique n'avait le droit de se présenter comme choix alternatif ou candidat à la magistrature suprême. Paradoxalement, en ces temps de printemps arabe mouvementé, être un politique n'est plus du tout une convoitise, ni un objectif non plus. Les temps ont changé, la manière de gouverner aussi.
Face au multipartisme, aux idéologies nuancées, la tendance à l'exclusion partisane relève quasiment de l'absurde. Intitulée «l'Etat et les islamistes, de Bourguiba à Caïd Essebsi», la conférence organisée, hier matin, à Tunis, par le Centre d'étude sur l'islam et la démocratie (Csid) a donné matière à une lecture critique de notre histoire politique. Un récit de voyage dans l'exercice du pouvoir, à l'aune du courant islamiste d'hier et d'aujourd'hui. Dans son mot d'ouverture, le président du Csid, M. Radhouane Masmoudi, a souligné qu'un tel débat retient l'attention des Tunisiens, à même de fournir à l'opinion publique une vue panoramique sur un passé lointain, mais qui a façonné le visage de la Tunisie moderne. Et de pousser l'analyse, en s'arrêtant sur une vérité : depuis plus d'un demi-siècle, le conflit avec les islamistes n'a pas cessé. Et les rapports Etat-islamistes étaient tellement antagoniques que la politique répressive orchestrée à leur encontre n'a jamais toléré leur accès au pouvoir ou même leur apparition sur la scène nationale.
BCE et le Cheikh
Après la révolution de 2011, ce mouvement, naguère exclu et exilé, retrouve sa place dans l'échiquier politique. Il a fallu, dit-il, le reconnaître en tant que «mouvance politique pacifique». Jusqu'à cette reconnaissance, il a dû inaugurer une nouvelle étape de réconciliation avec l'Etat post-révolution. Et c'est grâce à Béji Caïd Essebsi, selon lui, qui a rejeté l'esprit exclusif, d'un côté, et à cheikh Rached Ghannouchi qui a défendu le principe de la réconciliation, de l'autre. Et partant, a-t-il conclu, un nouveau projet civilisationnel modéré commence ainsi à se construire visant la réintégration des islamistes dans la société.
Auteur d'un livre intitulé «Bourguiba et l'Islam», le journaliste correspondant d'Al Jazira à Tunis, Lotfi Hajji, a, d'emblée, qualifié la relation Bourguiba-islamistes de conflictuelle à plus d'un titre. D'ailleurs, son caractère basé sur le rejet mutuel de l'un et de l'autre n'est plus à démontrer. C'est que Bourguiba les considérait, à l'époque, comme les plus radicaux, y compris ceux de la gauche et les youssefistes. Il y avait eu, selon lui, une profonde divergence autour du modèle de société à adopter et à quelle idéologie devait-on se référer. Mais, l'identité arabo-musulmane l'emportait déjà. C'était, en quelque sorte, une guerre de deux projets dont un déjà existant, l'autre voulant le changer. Le premier, évoque-t-il, défendait une société musulmane traditionaliste, alors que le second, comme le voyait Bourguiba, se révélait être moderniste, fidèle au legs réformiste. Au fil des ans, les islamistes ont la conviction qu'une révision de position et des réformes idéologiques sont de mise. L'expérience du pouvoir après la révolution à la tête de la Troïka les a poussés à changer de style, de pensée et à remettre les pendules à l'heure de la démocratie, des libertés et des droits de l'homme. Et depuis, une nouvelle page est tournée, comme l'a, d'ailleurs, observé l'ancien ambassadeur et ex-ministre au gouvernement Mohamed Ghannouchi, Ahmed Ounaïs. Bien que reconnu, au temps de Bourguiba, comme pierre d'achoppement entravant toute œuvre de réforme, le mouvement islamiste, rappelle-t-il, avait imposé un paysage politique pluraliste. Mais, cela n'était, de facto, qu'un décor implanté qui n'a pas résisté face au soulèvement populaire en 2011.
Ennahdha se porte bien politiquement
Les masques sont tombés suite à la chute du régime de Ben Ali. L'après-révolution était, pour lui, une opportunité de reconstruire un nouveau régime politique consensuel qui devrait remettre de l'ordre dans la maison tunisienne. Il y a là trois choses à définir pour comprendre la nature du système de gouvernance voulu : les réformes faites par Ennahdha durant son règne 2012-2013, sa vraie idéologie future, ainsi que la séparation entre le politique et le religieux. Le dirigeant Ajmi Lourimi a relevé, de son côté, que la révolution est venue rendre à son parti justice et équité. La chute du régime, argue-t-il, a administré la preuve que les islamistes se portent bien politiquement. De surcroît, il signifie aussi que l'ancien régime était une force exclusive. Et d'ajouter qu'aujourd'hui, il n'est plus question de faire marche arrière, à l'Etat-parti. La réconciliation exige que toutes les composantes politiques soient partenaires dans la bonne gouvernance. Cette réconciliation, réaffirme-t-il, a mis fin aux conflits idéologiques d'antan. «Et maintenant, l'on peut dire que les islamistes font partie de la solution, aux côtés des autres partis politiques, sous la même bannière nationale», résume-t-il. Le leader nidaïste et porte-parole du gouvernement Khaled Chaouket est aussi du même avis. Fini le temps des tensions et des conflits, l'heure est à l'union nationale. «Aujourd'hui, les relations au pouvoir sont moins tendues et plus constructives», a-t-il estimé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.