A la Maison de la Culture d'Hammam-Sousse : la 23e Commémoration de la mort de l'homme d'éducation et de culture, Cheikh Mohamed El Bahri: Hommage à un bâtisseur    Conférence d'Oran : La contribution des 3 pays africains au Conseil de sécurité de l'ONU a été capitale (Jerandi)    Tahya Tounes annonce son congrès extraordinaire en mars 2022    Sondages d'opinion: Entre crédibilité et risques de manipulation politique    Interrogations légitimes    Pourquoi: Vente illégale d'eau    Logements sociaux de la Sprols (El Manar, El Menzah 8, El Romana et la Marsa): Le torchon brûle avec les locataires    Instabilité politique — Marouane Abassi : «Nous avons eu une dizaine de ministres des Finances en 10 ans !»    Monde: Un accord « historique » entre la France et les Emirats Arabes Unis    NEWS: Zerdoum passe au CA    Marathon International COMAR Tunis-Carthage: Courons pour l'environnement    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie – Coronavirus: Le passeport vaccinal peut être présenté sur papier ou sur téléchargé sur le téléphone    Office National de la Famille et de la Population — Lancement des premières Journées nationales de la santé sexuelle et reproductive: Le sida, l'autre pandémie    Yasmina Khadra appelle au sauvetage de la librairie El Moez    On nous écrit: «J'ai fermé mes maisons » de Marianne Catzaras Sur ses collines, Athènes attend    «On a Blade of Grass» de Fares Thabet à Selma Feriani Gallery du 13 décembre 2021 au 5 février 2022: Un environnement rêvé    Exposition de photos: Splendeurs et couleurs de la Médina de Tunis    Premier ministre italien : « la Tunisie doit tracer une voie politique claire »    Opportunités : Des hommes d'affaires tunisiens prospectent les marchés kenyan et ougandais    Le changement de la date de la fête de la Révolution est « une grande réalisation »    Tunisie : Les intentions d'investissement accusent une baisse de 20%    Tunisie : Leila Jaffel crée une équipe pour le suivi des activités des directions régionales de la justice    UGTT : Commémoration du 69e anniversaire de l'assassinat de Hached    Coupe arabe FIFA 2021 | Tunisie-Syrie (0-2): La grande désillusion des aigles de Carthage    Tunisie-Météo: Temps nuageux sur l'ensemble du pays    Le pass vaccinal sera obligatoire dans les établissements universitaires    Tunisie-Covid : Quatre morts en une journée    Tunisie Télécom accompagne la Tunis Fashion Week    Omicron, diplomatie, déficit budgétaire… Les 5 infos de la journée    Football : Où regarder Dortmund – Bayern et Roma – Inter ce samedi ?    Importantes précisions du ministère de l'enseignement supérieur concernant le pass vaccinal    Ce dimanche, accès gratuit aux musées, monuments et sites historiques    Coupe Arabe : Qatar s'offre Oman dans une fin de match à suspense    Coupe Arabe : le Bahreïn et l'Irak se neutralisent    L'ancien patron de l'athlétisme mondial, le Sénégalais Lamine Diack n'est plus    Macron dans le Golfe : De très gros chèques et une sacrée revanche sur Biden    Aux Galerie « XYZ » et TGM Gallery : La Grenade exposée sous toutes ses coutures et l'Ecole de Tunis haute en couleurs    Marché de fin d'année 2021 aux villages artisanaux d'Ezzahra et Hammam-lif    Témoignage : Le patient industriel tunisien en mort cérébrale !    Tunisie : Baisse du déficit budgétaire à fin septembre    Tunisie : Ouverture de la 22ème édition des Journées Théâtrales de Carthage ce samedi    New York : Le siège de l'ONU fermé après qu'un homme armé ait été aperçu à l'extérieur    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    La Tunisie cherchait à acheter jusqu'à 175 000 tonnes de blé tendre    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Coronavirus : Première déclaration du PDG de Pfizer concernant ''Omicron''    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Professionnels de l'hôtellerie : La crise s'aggrave à tous les niveaux
Publié dans La Presse de Tunisie le 16 - 07 - 2021

Une saison ratée encore une fois et les professionnels doivent se débrouiller comme ils peuvent pour maintenir leur patrimoine en vie
Le secteur du tourisme vit depuis belle lurette une situation de crise à cause des problèmes structurels et surtout à cause des effets néfastes de la pandémie qui a mis à rude épreuve plus d'une unité hôtelière. Malgré les mesures préventives prises par les pouvoirs publics pour rétablir la confiance des touristes vers la destination Tunisie, voilà que la France place, récemment, notre pays dans la liste rouge. C'est-à-dire dans la liste des pays qui présentent un risque majeur lors du déplacement. Pourtant, les professionnels attendaient beaucoup de cette saison touristique après une haute saison catastrophique en 2020, et ce, pour sauver la mise et assurer la relance d'un secteur en mort clinique.
Il faut reconnaître aussi que la situation pandémique en Tunisie est à son niveau le plus négatif vu l'état des hôpitaux qui n'arrivent plus à recevoir les malades infectés par le Covid, le manque d'oxygène et des respirateurs ainsi que des médicaments. Un reportage télévisé réalisé, récemment, par une chaîne française a mis à nu tout un secteur de santé lamentable. D'ailleurs, plusieurs pays, à commencer par la France, se sont précipités pour envoyer des aides médicales à la Tunisie afin de la faire sortir de la crise. Parmi les pays donateurs, on peut citer aussi le Maroc, la Mauritanie, l'Egypte et autres.
Quels emplois préserver ?
La Fédération tunisienne de l'hôtellerie (FTH) a tenu, mercredi 14 juillet à Hammamet, une réunion de son Conseil national. Durant cet événement, les professionnels ont exprimé leur profonde préoccupation face à la situation actuelle du secteur suite à la propagation du coronavirus. « Le secteur a connu une année blanche en 2020», lit-on dans un communiqué de la FTH intitulé «La situation est devenue insoutenable !». La propagation du virus a accentué la gravité de la situation puisqu'elle vient s'ajouter aux crises que traverse le secteur de l'hôtellerie en raison de l'instabilité politique et sécuritaire depuis 2011.
Désormais, on ne parle plus de préservation des postes d'emploi mais surtout de maintien en vie des unités hôtelières pour qu'elles puissent, le moment venu, de renaître de leurs cendres. Les professionnels demandent plus des pouvoirs publics pour pouvoir résister à la dégradation du secteur. Parmi les doléances, celles qui concernent la fiscalité, le report du remboursement des crédits et pourquoi pas l'octroi de nouveaux crédits pour pouvoir mener les travaux de restauration nécessaires et payer les salariés. Les hôteliers saignent par quatre veines mais n'ont pas de solution en vue pour arrêter cette machine de destruction massive qui risque de mettre à plat tout le secteur touristique. Et dire que les pouvoirs publics ont fait un premier pas envers les professionnels en leur fournissant certaines aides qui se sont avérées insuffisantes. Le secteur touristique risque de s'écrouler totalement et certains hôteliers ont consenti des baisses conséquentes pour encourager le tourisme intérieur.
Un acquis et un patrimoine de valeur
Les professionnels de l'hôtellerie, selon le même communiqué, avaient essayé, en 2020, de maintenir, autant que possible, le fonctionnement des établissements hôteliers. Ils avaient, également, exprimé leur soutien aux efforts de l'Etat. Les professionnels de l'hôtellerie sont conscients « de la nécessité d'unir les efforts afin de dépasser la crise sanitaire », poursuit le communiqué. Il faut attendre l'année 2022 pour voir une lueur d'espoir pointer à l'horizon. C'est aussi une saison ratée et les professionnels doivent se débrouiller comme ils peuvent pour maintenir leur patrimoine en vie. En fait, l'infrastructure hôtelière tunisienne, renouvelée régulièrement, constitue un vrai acquis fait d'efforts et d'investissements durant des décennies. Des hommes d'affaires se sont donnés corps et âme pour réaliser cette prouesse, aujourd'hui dans son état le plus bas.
Cependant, la FTH a critiqué le manque de clarté dans les stratégies et l'incapacité de l'Etat à gérer la crise sanitaire. Elle a considéré que ceci a poussé le secteur à subir une deuxième année blanche consécutive. La fédération a considéré qu'il s'agissait d'une crise sans précédent pour le tourisme tunisien. «Plusieurs professionnels ont affirmé être dans l'obligation de fermer leurs établissements», poursuit le communiqué. La fédération a expliqué que ces professionnels sont dans l'incapacité de supporter à eux seuls l'impact financier de la crise.
Ceci aboutira à une fragilité de la situation et des conditions sociales des employés et travailleurs de ce secteur. Plusieurs propriétaires d'établissements hôteliers ont souligné l'impact de la crise que traverse le secteur touristique et ses effets sur sa capacité opérationnelle et sa contribution à l'économie nationale durant la prochaine saison. Quoi qu'il en soit, le secteur du tourisme est vraiment malade malgré les soins intensifs prodigués par les pouvoirs publics pour le remettre sur pied et surmonter cette période de crise.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.