Tunisie : L'ISIE n'hésitera pas à poursuivre ceux qui diffament ses agents et cadres    Récap' Explosion au domicile de Charfeddine, Kaïs Saïed se rend au chevet de son épouse    Tunisie : L'UGTT rend hommage à l'artiste Marcel Khalifé    Tunisie-Bizerte : Un incendie déclaré dans une ferme à Mateur a été maitrisé    Coupe de Tunisie : Tirage au sort complet de l'édition 2021-2022    Tunisie [VIDEO] : Les prix des fourrages et la situation des agriculteurs, au cœur d'une rencontre entre Saied et Bouden    Incendie au siège de la CNAM : Les archives et dossiers des assurés sociaux n'ont pas été endommagés    Play-offs Ligue 1 Pro : Sur quelles chaînes suivre les matches de la J05 ?    Festival du film de Yasmine Hammamet-Laajimi : "La projection des films n'est pas commerciale"    Tunisie – La banlieue nord de Tunis privée d'eau pendant 36 heures    Chute record des titres tunisiens de dette extérieure à la Bourse de Francfort    Affaire Belgacem - Le juge interdit la diffusion de tout contenu pouvant porter atteinte à la dignité de la femme    Tunisie – Le pays du soleil vit dans la peur du noir !    Najet Brahmi Zouaoui, titulaire de la Chaire ALECSO pour l'arbitrage commercial international    Tunisie – Embellie du marché de l'emploi    France : Le "CDD intérim" de Premier ministre n'intéresse personne, sauf elle…    Ghannouchi : J'ai commis une seule erreur...la voilà    Tunisie Télécom fait son cinéma à Gabès    Annulation de la hausse des prix des fourrages    Urgent : le ministère de l'Intérieur donne les causes de l'explosion dans la maison de Charfeddine    Tunisie : Bus coincé dans un tunnel : le conducteur limogé ?    Sidi Bouzid: Les habitants bloquent la route pour réclamer l'approvisionnement en eau potable    Explosion au domicile de Taoufik Charfeddine : les précisions du ministère de l'Intérieur    Des amis d'enfance juifs ouvrent un restaurant de couscous tunisien à Paris    INS : légère baisse de 0.1% du taux de chômage    Musée du Bardo (2012-2022) : la décennie de tous les malheurs    Roland Garros : Prize money et programme TV de l'édition 2022    Le secteur français de l'hôtellerie-restauration cherche des saisonniers en Tunisie    Ukraine: Trois hommes d'affaires tunisiens face à la guerre    La Tunisie menacée d'obscurité !    Ons Jabeur grimpe à la 6ème place mondiale, après 2 finales aux tournois de Rome & Madrid    Le 1er Marathon GAT Assurances à Oudhna en photos    Tunisie – météo : hausse de températures et sirocco au sud    Le HUAWEI nova 9 SE doté d'une caméra de 108 MP disponible en Tunisie dès le 17 mai    Lancement du PREMIER MEDIA FEMINISTE de la MEDITERRANEE    Sami Ben Slama: Il n'est pas accepté d'organiser un référendum dans ces conditions    Bassem Loukil s'apprête à lancer Exeed en Tunisie    Les indiscrétions d'Elyssa    Sfax: Festival de l'amandier par l'APPAD et la Maison Gourmandise du 20 au 22 mai 2022    Une lourde défaite face au CSS : Le CA à genoux !    EXPATRIES | Laïdouni remporte le doublé    Le CSS des grands jours : Une équipe de choc et de charme    Brahim Bouderbala : L'opposition n'a qu'à mobiliser les électeurs afin de voter contre la proposition de révision de la Constitution    Agression policière lors des Obsèques de Shirin Abou Akleh: Le visage hideux des sionistes    Corée du Nord-Covid : 42 décès en 3 jours et toujours zéro vacciné…    Mes odyssées en Méditerranée | Sicile-Tunisie, un jumelage méditerranéen: Entre hier et aujourd'hui...    USA : énième tuerie raciste, 10 morts à New York    «Poétiques arabes», recueil de textes de Taoufik Baccar : L'élégance de l'analyse et de l'écriture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Prix des produits de consommation, taxes: Une pluie d'augmentations
Publié dans La Presse de Tunisie le 24 - 12 - 2021

On ne peut rester indifférents devant ces cascades de mauvaises nouvelles qui s'abattent sur le consommateur tunisien. Bizarrement, tout est fait pour cibler son portefeuille, son pouvoir d'achat et sa nourriture. Pure coïncidence ou orientation bien planifiée ? A chacun de juger.
Chaque jour, le Tunisien est confronté aux plus grandes difficultés. Le cours de sa vie est ponctué d'obstacles et d'entraves les uns plus inhibants que les autres. Ainsi, on lui apprend à longueur de journée que tel ou tel produit n'existe pas ou a disparu de la circulation. Une fois c'est l'eau qui est coupée, une autre c'est le pétrole bleu qui n'est plus vendu dans les stations services (on pense, ici, aux habitants des zones intérieures confrontés au grand froid de l'hiver et qui se chauffent en utilisant ce liquide), une autre fois c'est le sucre en vrac, etc. Mais il y a toujours l'éternelle question de l'huile ménagère subventionnée qui n'existe que dans les annonces officielles du ministère du Commerce. Le sucre, aussi, fait des siennes.
Mais, cette fois, c'est le secteur des œufs qui fait parler de lui avec force. D'où l'idée qu'il y a, bien, quelque chose qui se trame contre le modeste consommateur. Déjà, il n'avait guère le choix pour se nourrir et voilà qu'on le prive de son petit repas frugal qui n'est autre que la "ojja" tunisienne. Repas économique et à portée des faibles bourses, il est en passe de devenir hors de portée du simple consommateur. Avec les prix qu'on veut appliquer, bientôt, cela deviendra un luxe de s'offrir ce plat populaire typiquement tunisien. C'est d'ailleurs le cas de ce qu'on appelle "lablabi" qui aurait atteint des prix inimaginables à cause, justement, des pois chiches dont les prix ont atteint des sommets.
Vraiment, on touche, directement, à la nourriture du Tunisien. Celui-ci, ayant désespéré des viandes rouges, s'est rabattu sur les volailles. Mais ne voilà-t-il pas que ces viandes elles-mêmes sont devenues incontrôlables et affichent des prix incroyables. On nous dit, à chaque fois, qu'il y a des causes exogènes et que les producteurs n'y sont pour rien. Même chose pour le chapitre des œufs. Les augmentations sont devenues régulières et se répètent plus d'une fois chaque année.
Les raisons invoquées ne sont pas du tout convaincantes. Le simple observateur n'y voit qu'un gros mensonge. Ceux qui parlent de faillite nous mentent, se dit-il. Sinon pourquoi continuer à travailler dans cette filière ? Un créneau qui n'est pas rémunérateur ne peut être sollicité par les exploitants en place. Quand on évoque les pertes du secteur, cela ne peut être qu'un prétexte pour introduire de nouvelles augmentations et faire monter la pression. Le climat social créé par ces pénuries artificielles et ces augmentations inconsidérées semble chercher un objectif inavoué. Il cherche, tout simplement, à chercher à affamer les classes sociales les plus faibles et continuer à paupériser la classe moyenne déjà en butte aux plus grandes difficultés.
En effet, si ces professionnels dans le secteur des volailles, des œufs et dans d'autres produits agricoles rencontrent des problèmes, ils doivent sentir, aussi, les difficultés du consommateur et en tenir compte dans leurs calculs. L'égoïsme n'a jamais payé. S'ils entendent passer outre et faire fi de toutes règles, c'est à leurs risques et périls. Le consommateur n'est pas fait pour leur servir de vache à lait.
Les organisations professionnelles qui les représentent (Utica et Utap) ont, justement, pour fonction de leur faire comprendre, une bonne fois pour toute, que le pays passe par une phase exceptionnelle et qu'il a besoin de la contribution de tous pour franchir le pas dans un climat de solidarité et de concorde. Des sacrifices ? Il en faut !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.