Tunisie – Démarrage imminent de la centrale électrique photovoltaïque de Tataouine ?    Wimbledon : Ons Jabeur dompte Bouzková et fonce en demies    L'Algérie réouvre ses frontiéres terrestres avec la Tunisie    Tunisie – Interdiction de voyager et retrait du passeport de Noureddine Ben Nticha    Ça ressemble à un dégel entre Saied et l'UGTT, Tebboune à la manoeuvre?    Monde-Daily brief du 5 juillet 2022: À Lugano, L'Ukraine et ses alliés posent les principes pour guider la reconstruction    Les partis de la campagne de boycott du référendum déposent une plainte contre le gouvernement    Le SNJT refuse le projet de la nouvelle Constitution    Pourquoi Ronaldo met-il en vente son jet privé ?    Riadh Hajjej nommé directeur général par délégation de l'ATB    Tribune | Moscou devra choisir entre le beurre et les canons    Pourquoi | Le mouton et la bourse du citoyen...    Tiktok, facebook, instagram… : Les réseaux sociaux peuvent détruire la vie de jeunes vulnérables    Fuite des cerveaux : Des proportions inquiétantes    Prix au marché municipal de Gafsa [Vidéo]    CONDOLEANCES : M. Moncef KOUISSI    OPPO dévoile une nouvelle expérience de réalité augmentée à Wimbledon en tant que partenaire officiel pour la 4ème année    L1 | Retour à trois joueurs étrangers, y compris ceux de l'UNAF : Plus qu'une nécessité...    Tennis | Ons Jabeur passe aux quarts à Wimbledon : Confiance et facilité !    Un compte bancaire pour le règlement des litiges du CS Sfaxien    NEWS | Nabil Kouki au CRB    Contrepoint | Du scénario Jupiter    En video :Le Programme Ichmilni by TT ou l'appropriation du numérique    Bilan Covid-19 : un taux de contamination alarmant de 46,33% et 48 décès en une semaine    La température atteint 45°C dans le sud de la Tunisie    Exposition de groupe «Passionnément... femmes» à l'Espace Art et Culture Hédi-Turki : «ELLES» lui rendent hommage    Le président de la République est la clé de voûte du système politique dans la nouvelle constitution    Tunisair annonce que les billets sont 100% modifiables et remboursables    Décès de Taoufik Chaibi    La Tunisie décroche l'or de l'épaulé-jeté au Jeux méditerranéens    Kaïs Saïed adresse une lettre aux Tunisiens : Dites oui !    Lettre de Kais Saied : « Dites Oui ! » à la nouvelle constitution    Décés de l'acteur Hichem Rostom :le rapport du médecin légiste    CAN féminine 2022 : résultats de lundi et programme de mardi    L'agence nationale de la sécurité informatique met en garde les utilisateurs de smartphones    Kaïs Saïed reçoit les lettres de créance de 12 ambassadeurs qui ne résideront pas à Tunis    Ooredoo sponsor officiel du Festival International de Carthage    Kais Saied se rend en Algérie    Ukraine : Poutine avance pendant qu'ils mangent des petits fours en Suisse    Diam's fait un véritable carton avec son film "Salam"    Rabii Majidi : les perturbations des vols de Tunisair étaient imprévisibles    Festival Carthage 2022: Le groupe Sud-Coréen B.I.G sur scène le 16 juillet    Tribune de Josep Borrell – Moscou devra choisir entre le beurre et les canons    «Taihoun-Dark Side», dramaturgie d'Abdelhalim Messaoudi et Mise en scène de Nizar Saidi : La dramaturgie de la marge    Lassaâd Saïd, directeur de la 56e édition du festival international de Hammamet à La Presse : «L'international revient en force !»    Le compositeur Ezzedine Ayachi n'est plus    Un faible séisme frappe le gouvernorat de Sidi Bouzid    Mohamed Hédi Jouini nommé directeur général du théâtre de l'Opéra de Tunis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



4e édition des Journées chorégraphiques de Carthage : Un acquis qui se consolide
Publié dans La Presse de Tunisie le 26 - 05 - 2022

Le premier festival public destiné à la danse en Tunisie a atteint sa 4e édition. Un acquis ô combien important pour consolider tout le secteur de la culture et des arts, qui reste, on ne le dit jamais assez, encore mal considéré et un métier qui a du chemin à faire.
Les 3 premières éditions furent teintées de la touche de Mariem Guellouz, première directrice d'un festival venu répondre à l'appel insistant des gens du métier. Certes, le printemps de la danse qu'organise Syhem Belkhodja, depuis près de 20 ans, a déjà balisé le chemin. Mais il était temps que les instances publiques prennent au sérieux l'art de la danse au même titre que la musique, le cinéma, le théâtre... Et lui consacrent un festival qui sera une locomotive pour la promotion et la création.
La 3e édition était purement numérique, Covid oblige. Voilà venu le temps de la 4e édition sous la direction de Sélim Ben Safia que beaucoup connaissent comme acteur culturel, chorégraphe et initiateur de beau projet comme «hors-lit» parmi les nombreux projets d'El Bedil.
Et c'est pour dévoiler ses objectifs, sa vision et sa programmation que s'est tenue, mardi dernier, la conférence de presse dans le nouvel espace d'art du centre-ville : le 32 bis.
«Et si nous nous rencontrons, et si nous brisons ce mur qui nous sépare, et si nous relions les liens rompus, et si nous faisons de nos corps dansants un phrasé qui nous ressemble». C'est autour de cette idée que s'articule toute la programmation que Selim Ben Safia et son équipe ont préparée. Une programmation intergénérationnelle qui sollicite les nouvelles écritures contemporaines, qui s'ouvre à la nouvelle génération avec une section «premiers pas» et des ouvertures sur le monde. La 4e édition, qui aura lieu du 11 au 18 juin, verra la programmation de 24 spectacles et la participation de 22 artistes-chorégraphes. Le catalogue de la manifestation comporte ainsi 13 spectacles tunisiens, 6 spectacles français, 2 spectacles canadiens, 1 spectacle palestinien, 1 spectacle burkinabé et 1 spectacle égyptien.
Ces spectacles ainsi que les différentes rencontres-débats qui rythmeront l'édition seront répartis sur les espaces suivants : la Cité de la culture (Théâtre de l'Opéra et Théâtre des régions), la salle «Le 4e art», le Théâtre national tunisien à Halfaouine, le Théâtre El Hamra, la salle «Le Rio» et l'avenue Habib Bourguiba.
Deux nouvelles créations chorégraphiques sont à l'affiche de la soirée d'ouverture, il s'agit de «Nous serons tous dévorés par le feu» de Radhouane El Meddeb (France-Tunisie) et «Salam» de Imed Jemaâ (Tunisie), produite par le Théâtre de l'Opéra de Tunis.
Pour la clôture, le public aura droit également à deux créations : «Black and White Circus» de Nawel Skandrani (Tunisie) et «Akazk» de Hela Fattoumi et Eric Lamoureux (France).
«Carthage dance», et ce, depuis sa création, se veut également une plateforme professionnelle. Programmateurs, directeurs des lieux, institutions de coopération et artistes pourront échanger lors de 6 tables rondes autour de thèmes comme la mobilité internationale, la création artistique dans le monde arabe ou la critique des œuvres chorégraphiques. Cette édition mettra également en lumière les chorégraphes tunisiens pour mieux connaître leurs univers et leurs besoins. Et en plus des spectacles, le festival proposera au grand public 6 ateliers de danse pour découvrir autrement l'univers des chorégraphes. In fine, les Journées chorégraphiques de Carthage sont aussi un positionnement et un engagement fervent pour défendre les droits et le statut de l'artiste en s'associant avec d'autres protagonistes et acteurs pour présenter et promouvoir un manifeste en faveur de la mobilité des artistes et leur libre circulation dans le monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.