Tunisie – Qu'attend le ministre de l'éducation pour imposer le respect du protocole sanitaire ?    France : Détection de huit cas possibles d'infection au variant Omicron du covid    Mehdi Ben Gharbia poursuit sa grève de la faim pour la quatrième semaine    La Tunisie ou la fâcheuse manie de vouloir arracher de l'argent à ceux qui n'en ont pas !    Le PDL dénonce « le retour aux nominations obéissant aux principes d'allégeance et de favoritisme »    Mandat de dépôt contre le maire d'Essouassi pour viol et violation de données personnelles    Noureddine Tabboubi menacé de mort à deux reprises    Covid-19 – Variant Omicron : Le Maroc ferme ses frontières pour deux semaines    Ligue 2 Pro : Résultats des matches et classements des Groupes C et D    EN Hand féminine : la liste des 16 joueuses convoquées pour le mondial    Note – Economie bleue : La Tunisie subit un taux d'érosion côtière de 10 fois la moyenne mondiale    Suspension de tous les vols de passagers à destination du Maroc pour deux semaines dès lundi    Houcine Abassi: La solution à la crise politique est entre les mains de Kaïs Saïed    Inclusion des personnes porteuses de handicap: un défi majeur pour la municipalité de M'saken    Echaâb pour le dialogue avec les jeunes mais...    Secteur de l'assurance en Tunisie : Reprise du rythme de croissance    Omicron: Bien qu'inhabituels, les symptômes sont légers!    Coupe arabe : Classement des pays les plus couronnées    8ème anniversaire des événements de Siliana: Le parti des Travailleurs appelle à poursuivre ces responsables en justice    Foot-Europe: le programme du jour    Cité de la culture : Concert du duo Tsuji Hideki, Miyazaki Mieko et Amina Srarfi    La profession du conseiller fiscal    Algérie : Fort séisme à Béjaïa    Aviron – Championnat arabe de plage : 15 médailles pour la Tunisie    Omicron: Est-il plus dangereux que les autres variants?    NEWS: Doublé de Issam Jebali    Ligue 1 : St Etienne – PSG, les compos probables    Tennis-Coupe Davis: Bel exploit des Tunisiens !    Météo de ce dimanche    Appel à la prudence face au nouveau variant de Covid-19    MEMOIRE: Docteur Hind CHOUIHI, ep. OUESLATI    Exposition « Tourments » de l'artiste Hope Mokded à Nîmes: Exposition engagée    Arts plastiques:TGM galerie ouvre ses portes    Cérémonie d'ouverture du « Focus Japon » à la Cité de la Culture: Immersion dans la culture japonaise    Sfax: Suivi des opérations de distribution de l'huile végétale subventionnée [Vidéo]    La Tunis appelle la communauté internationale à amener Israël à se conformer aux résolutions de l'ONU    Tunisie Telecom fait bénéficier son expérience RSE aux étudiants au Forum de l'ENSIT    Pourquoi? | Le mystère de l'huile subventionnée    Lancement effectif du réseau ferroviaire rapide : ll faut en finir avec les fausses annonces    A l'Avenue Habib-Bourguiba : Un individu armé voulant attaquer le MI maîtrisé    Tunisie-Ben Guerdane [PHOTOS] : La Garde Maritime a secouru 461 immigrants clandestins issus de 17 pays africains    Encore une fois, une compétence Tunisienne s'affirme à l'étranger    The Washington Post évoque la Tunisie    Ouverture du 8ème Festival de la création de l'UGTT en présence de Taboubi et de Guettat    Prix FABA de littérature : Remise des prix de la 1ère édition le 4 décembre 2021    487 migrants irréguliers secourus au large de Kerkennah    Festival du film maghrébin d'Oujda : La Tunisie rafle 3 prix    Chronique d'une catastrophe annoncée au Musée du Bardo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La politique d'enfermement
Les appréciations de Kasperczak sur la CAN
Publié dans La Presse de Tunisie le 14 - 02 - 2017

Un sélectionneur se revendique en tant qu'un bon utilisateur de joueurs. Mais aussi le garant de meilleures conditions de réussite
dans un registre différent de celui des clubs...
La dernière participation de l'équipe de Tunisie à la CAN a prouvé qu'en dépit de certains éclairs, elle est toujours dans l'incapacité de s'imposer et d'imposer son jeu. Ce qu'elle n'a pas réussi à réaliser, et encore moins à obtenir, reflète cette inaptitude à se démarquer de tout ce qui se fait en dehors du terrain. Kasperczak a finalement parlé des coulisses et de tout ce qui a fait couler beaucoup d'encre avant le match contre le Burkina Faso.
L'on sait, et cela n'est pas nouveau, que ce qui se conçoit autour de la sélection n'est pas souvent moral. Il héberge, voire chérit, des parties emblématiques. Certaines injustices, notamment celles liées au choix des joueurs et des approches tactiques, aussi approximatives soient-elles, participent aussi à lui donner une certaine insipidité. Au-delà des interrogations qui ont accompagné l'élaboration de la liste des 23 pour la CAN, des objectifs et attentes rarement atteints, au-delà aussi de l'incapacité de certains joueurs à s'imposer, ou encore à justifier leur place, ce sont les critères que le sélectionneur a pris en considération pour former sa liste.
Un sélectionneur se revendique en tant qu'un bon utilisateur de joueurs. Mais aussi le garant de meilleures conditions de réussite dans un registre différent de celui des clubs. Une place en sélection nécessite, en effet, un statut et une vocation complètement différents. Jouer en équipe nationale, et de surcroît, dans une épreuve aussi contraignante que la CAN, ne ressemble pas beaucoup, sinon pas, à la compétition nationale.
Selon Kasperczak, l'une des principales défaillances de la sélection est essentiellement liée à l'absence de joueurs capables d'évoluer dans le haut niveau. S'il fait la comparaison avec l'Algérie et le Burkina Faso, dont la plupart des joueurs évoluent dans des championnats européens relevés, il semble oublier qu'il assume pleinement la responsabilité du choix des expatriés, et tout particulièrement ceux préférés aux joueurs locaux. Selon lui, la différence a été faite à ce niveau : fragilité physique due essentiellement à l'absence de temps de jeu de la plupart des joueurs dans leurs équipes respectives, ainsi que le niveau de la compétition nationale qui est loin de répondre aux normes et aux exigences du haut niveau. Les défaillances de la sélection ont pour noms manque d'efficacité, de maîtrise du temps et de l'espace, de revendication à la fois collective et offensive du jeu. Mais il oublie d'ajouter que chaque formule, chaque phrase de jeu ne relèvent pas de simples sentiments. C'est une notion exigeante et combative pour laquelle il n'a pas su trouver le profil de joueurs indiqués, et encore moins les dispositions tactiques et stratégiques les plus adéquates.
Pas de piste à creuser
Dans la qualité du jeu préconisé, le niveau technique entrevu, il n'y a pas visiblement de piste à creuser au sein de la sélection et dans le jeu qu'elle revendique. Au-delà de l'aspect physique, l'équipe de Tunisie manque cruellement de réflexion. Elle n'a ni modèle, ni fond de jeu à développer. Le football est un sport qui vit et qui s'améliore au quotidien. C'est l'accomplissement de tout un état d'esprit. La politique d'enfermement au football national dans laquelle s'est réfugié le sélectionneur renvoi l'image d'un football coupé et en manque d'implication et de mobilisation. Que peut-on attendre de joueurs qui de par leur comportement et leur rendement sur le terrain laissent rarement entrevoir un sentiment d'appartenance à un groupe, à un pays ? On ne fait plus honneur à une institution qu'on semble de plus en plus gâcher sans y prendre garde. On s'en éloigne de plus en plus. Mais ce n'est malheureusement pas une surprise. D'une étape à l'autre, la sélection se laisse entraîner dans une spirale à multiples facettes : sportive, morale, éthique, humaine. Et c'est dans les coulisses ouvertes à tous les vents auto-protecteurs que cela se passe.
Avec ou sans Kasperczak, elle est toujours bloquée au stade absurde d'une starification inutile des joueurs. Autant que cette perte sèche, c'est l'enclenchement pernicieux d'un mécanisme incontrôlable qui semble de plus en plus inopportun. Au fil du temps, tout ce qui se conçoit est devenu une crainte avérée selon l'angle de vue à géométrie variable. Plus encore : elle est loin d'inviter à rêver. Si elle perd de plus en plus de leader sur le terrain, elle n'a plus de modèle sur lequel elle peut s'identifier. Laissés à leur propre compte, certains joueurs essaient de faire de leur mieux, voire encore plus, mais le bricolage a ses limites.
L'idée ne vient pas seulement de la dernière participation à la CAN. Face aux contraintes et aux aléas d'un football pratiquement dénaturé, la sélection a oublié de progresser. Ses joueurs et son entraîneur perdent de plus en plus l'envie. Ils n'ont plus le même entrain et la même passion.
Les dérapages successifs désavouent les valeurs et les principes d'une équipe nationale qui a un nom, une histoire. Nous sommes passés des acteurs, qui en étaient les artisans des différents exploits, à ceux plutôt préoccupés par les considérations personnelles et la plupart du temps extra-sportives. Ceux qui n'ont plus justement des liens de cœur avec la sélection. Pire que les défaillances et les manquements, c'est la manière avec laquelle on gère les carences et les transgressions qui inquiète le plus. Surtout quand on réalise que les différents responsables, parachutés ou pas, ne réagissent pas toujours à ce qui s'est passé lors de la CAN.
Au fait, ils n'ont pas visiblement une idée suffisante de ce que peut et doit représenter une équipe nationale...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.