Communiqué du Comité national olympique tunisien : Le gala du Flambeau olympique 2019 reporté au 20 décembre    Tunisie – Hamma Hammami parle de la maladie de Radhia Nasraoui    En vidéo : l'UGTT rend hommage à Mohamed Ennaceur    Tunisie : [vidéo] Zouhaier Maghzaoui: “Un gouvernement qui ne privilégie pas les problèmes sociaux ne nous intéresse pas”    Mohamed Habib Jemli reçoit Khaled Kaddour, ancien ministre de l'Energie et des énergies renouvelables    Inauguration d'une société japonaise de composantes automobiles à Monastir    Tunisie : Une nouvelle compagnie aérienne tunisienne voit le jour    Temps localement brumeux demain matin    Par Amine Ben Gamra : Première pas de réformes pour relancer l'économie tunisienne : Dire la vérité sur l'économie    Ahmed Mejri participe avec plusieurs artistes musiciens saint-louisiens à un atelier de musique-fusion au Sénégal    TOPNET inaugure son premier point de vente franchisé TOPNET SHOP au KEF    Ligue 1 : Les arbitres de la 11ème journée    Salon Tunisien du chocolat et de la pâtisserie: 2e édition du 5 au 7 décembre à l'UTICA    Hafedh Caïd Essebsi veut créer un Nidaa historique    Réaction du parti Qalb Tounes au regrettable chaos survenu mardi au Parlement    Ligue des champions : L'Espérance de Tunis veut confirmer    Arrestation du voleur des effets des victimes du BUS au moment où ces derniers étaient en train d'agoniser    Club Africain : Yassine Chammakhi va-t-il rester ?    Ligue des champions d'Afrique : le point du groupe D avant la 2e journée    Etats-Unis: Fusillade dans la base militaire de Pearl Harbor, deux morts    Success Sotry TN: Nour Bellalouna de Nabeul, artisane et entrepreneuse (Vidéo)    Jamila Kssikssi : Je ne vais pas m'excuser…    Tunisie : L'Union tunisienne des taxis individuels organise un rassemblement protestataire contre les taxi-scooter    Tunisair proposera des tarifs préférentiels au profit des enseignants universitaires    Programme TV du jeudi 05 décembre    Homologation du stade Hammadi Bejaoui à Jerzouna pour accueillir les matches du CA Bizertin et Stir Zarzouna    La BNA sponsor de la 2ème édition de l'événement PI-ROBOTS 2.0    Le commerce de « Friperie » menacé par de nouvelles restrictions douanières    Restrictions de la circulation pour les poids lourds transportant des produits liquides à Bizerte    A Sousse, Une voiture avec deux filles à bord tombe dans un ravin    Algérie: Ouverture du premier procès pour corruption d'anciens hauts responsables    Youssef Chahed donne le coup d'envoi au processus TOS au port de Radés    Guirra le nouveau film de Fadhel Jaziri dans les bacs dès le 4 décembre (B.A. et Synopsis)    Abir Moussi et tout son bloc parlementaire en Sit-in au Parlement depuis le mardi soir    Un stock de Kalachnikovs découvert par un plongeur au Monastir    COP 25 : l'Afrique revendique sa vulnérabilité climatique    Journées Architecturales de Carthage 2019: remise des prix    Accident de Amdoun : Le CA reporte son match virtuel en signe de solidarité avec les victimes    Cinquième édition du Forum Dauphine : Tunis Entreprises    Le Ciné-Club de Tunis entame la saison culturelle 2019 – 2020 avec un 1er cycle de films et débats «Questionnements sur la sexualité»    Londres : VIDEO : Attaque terroriste au couteau : Plusieurs blessés… L'agresseur abattu par la police    Journées Architecturales de Carthage (J.A.C) du 30 novembre au 02 décembre 2019 à la Cité de la culture (programme)    Klay BBJ porte plainte, à son tour, contre Beya Zardi    Le film tunisien نورة تحلم (NOURA RÊVE) de Hinde Boujemaa en tournée dans plusieurs gouvernorats    Vidéo Buzz : Quand de jeunes tunisiens sauvent une baleine bloquée à la marina de Bizerte    Kef : Une secousse tellurique de magnitude 3.48° sur l'échelle de Richter enregistrée à Sakiet Sidi Youssef    Des associations tunisiennes dénoncent la légalisation de l'implantation de colonies en Cisjordanie    Albanie: Trois morts dans un tremblement de terre d'une puissance de 6,4 degrés sur richter    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une fête pour les uns, une crainte pour les autres
Libye — Reprise totale de Benghazi
Publié dans La Presse de Tunisie le 09 - 07 - 2017


Par Raouf SEDDIK
Mercredi dernier, dans une allocution télévisée, le maréchal Khalifa Haftar annonçait la victoire finale sur les milices islamistes qui se maintenaient dans l'ouest de la ville... Il aura fallu près de trois ans à l'opération «Dignité» pour atteindre son but
Dans les quartiers d'Al Saberi et Soug El-Hout, situés dans la partie ouest de Benghazi, l'heure est à la fête pour la population. Ou en tout cas au soulagement. Une page sombre se tourne dans l'histoire de la ville, dont le début avait été marqué par des opérations de liquidation de policiers et de certaines figures de la société civile, comme l'avocate Saloua Bughaighis — assassinée le 25 juin 2014 — ou le jeune blogueur Taoufik Bensaud — assassiné le 19 septembre 2014.
En fait, cela fait déjà quelque temps que les milices islamistes regroupées sous la bannière du Conseil de la Choura des révolutionnaires de Benghazi ont été chassées de la plupart des quartiers de la ville grâce aux offensives terrestres et aériennes de l'armée conduite par Khalifa Haftar. Ce sont ces milices qui ont fait régner parmi la population une ambiance de terreur, aux côtés de l'Etat islamique, également présent mais dans une partie réduite du centre-ville.
La bataille de Benghazi, baptisée «Dignité», a été engagée le 15 octobre 2014. Elle a connu de nombreuses péripéties et fait beaucoup de victimes, des deux côtés. Elle s'est achevée mercredi dernier 5 juillet. Khalifa Haftar s'est chargé d'en faire l'annonce sur les écrans de télévision dans son habit blanc de maréchal, avec ses décorations et son cordon doré.
Une position ambivalente
Mais la nouvelle n'a pas fait que des heureux. Dans la partie occidentale du pays, du côté de Misrata et de Tripoli, nombreuses sont les milices qui s'inquiètent de cette avancée de l'Armée nationale libyenne. A vrai dire, pas tant de son avancée que de l'écho international qu'a recueilli sa victoire : un écho perçu comme un soutien franc. Et l'expression d'un revirement en faveur d'un personnage — Haftar — qui était jusque-là considéré par l'instance onusienne et les pays occidentaux comme un obstacle aux solutions politiques telles que les accords de Skhirat (décembre 2015).
S'exprimant sur son compte twitter dès le lendemain de l'annonce télévisée, l'ambassadeur britannique, Peter Millett, a commenté la reprise totale de la ville de Benghazi en parlant d'un «espoir d'une première étape vers la paix». Le président du Haut Conseil d'Etat, Abderrahmane Souihli, a réagi violemment en dénonçant un «feu vert» donné à Khalifa Haftar en vue d'une attaque de Tripoli. Abderrahmane Souihli, qui vient d'être reçu par le président Caïd Essebsi, n'est pas un trublion parmi les chefs de milice qui continuent de sévir dans la région de la Tripolitaine. Il incarne, comme chacun sait, une institution parlementaire issue des accords de Skhirat, et bénéficiant par conséquent de la bénédiction de l'ONU. On voit donc que les inquiétudes en Libye au sujet des avancées militaires de Khalifa Hafter représentent un spectre relativement large et que les autorités actuelles de Tripoli sont concernées.
En réalité, le maréchal Khalifa Hafter occupe aux yeux du gouvernement d'union nationale, et de son chef Fayez El-Sarraj, une position qu'on pourrait qualifier d'ambivalente. Les deux hommes se sont rencontrés à Abou Dhabi le 2 mai dernier et ont convenu d'une modification de la composition du Conseil présidentiel de telle sorte que le militaire y occuperait une place. Mais pas la plus haute : ce qui est une garantie contre le risque d'un virage militariste du pouvoir, à l'image de ce à quoi nous avons assisté en Egype en juillet 2013. Khalifa Hafter est donc déjà un interlocuteur dans le cadre d'une renégociation des accords devant arrêter une feuille de route vers une stabilisation politique. Il est aussi, pour l'avenir, un partenaire possible dans l'hypothèse où cette renégociation aboutit...
Mais pas seulement. Il peut même, à moyenne échéance, être un recours contre des milices qui deviennent de plus en plus menaçantes à Tripoli et surtout dans sa voisine orientale, Misrata... Un recours contre un autre Khalifa ! C'est en effet sous l'influence de l'ancien chef du gouvernement à tendance islamiste, Khalifa Al-Ghweïl, que de nombreuses milices envisagent de marcher sur Tripoli pour en déloger l'actuel Premier ministre.
Une menace : les milices
de Misrata
Une des actualités des derniers jours est d'ailleurs que les milices de Salah Badi, Mohamed Issa, Salah Marghani, les islamistes Abou Oubeïda et Saïd Kuweïjil ont amorcé un regroupement en vue d'entreprendre une attaque à partir de l'est. Le journal en ligne Libya Herald, en langue anglaise, a titré dans son édition d'avant-hier : «Pro-Ghwell forces halt advance on Tripoli after Serraj call for international allies to attack» (Les forces pro-Ghweïl stoppent leur avance après que Sarraj a appelé ses alliés internationaux à attaquer).
Il est évident que, dans la perspective d'une unification des forces armées — prévue par les accords de Skhirat —, ce ne sont pas les «alliés internationaux» vers qui le gouvernement d'union nationale se tournerait, mais vers l'ancienne armée libyenne, recyclée et remise sur pied par Haftar sous la dénomination d'Armée nationale libyenne (ANL). Cette jonction des forces est inéluctable, quoi qu'en pense le président du Haut conseil d'Etat, M. Souilhi.
Mais, en attendant, Khalifa Haftar continue de nourrir les craintes de Tripoli, avec son style militaire brutal qui accapare le pouvoir politique, ses amitiés propices aux interventions étrangères — notamment égyptiennes et émiraties — et le peu de cas qu'il fait de l'Etat de droit et des idéaux de liberté.
Le personnage s'impose en tout cas comme une figure incontournable dans tout règlement politique. Aujourd'hui, dans Benghazi totalement libérée, la question du jour est désormais la suivante : faut-il y déménager le Parlement installé actuellement à Tobrouk ? Benghazi, ancienne colonie grecque, n'est-elle pas la capitale de l'est du pays, avec son passé millénaire?
R.S.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.