Démantèlement d'un groupuscule terroriste à Kasserine    L'UIB réalise un résultat net de 117,1 millions de dinars en 2019    Enseignement à distance : Huawei soutient les étudiants tunisiens    Les impacts de la crise actuelle examinés par Fakhfakh    Sérieuses menaces contre Zouheir Maghzaoui    Aïda Caïd Essebsi Fourati    DERNIERE MINUTE – Coronavirus – Algérie : 20 nouveaux décès les dernières 24 heures    Coronavirus : 9 nouveaux cas à la Manouba    Tunisie – Coronavirus: Toutes les délégations de l'île de Djerba désinfectées    Confinement | Hichem Mechichi : la loi sera désormais appliquée dans toute sa rigueur    Angleterre – coronavirus : Liverpool renonce à mettre son personnel au chômage partiel    Coronavirus | Kasserine : Six personnes en voie de guérison    Mercato : pas de contact entre Farouk Ben Mustapha et l'Espérance de Tunis    Installation d'une caméra thermique au Marché de gros de Bir El Kassaa    Coronavirus : Un décès à Sousse    Découverte de failles de sécurité dans l'application de vidéoconférence Zoom: L'ANSI met garde    Coronavirus : les clubs italiens d'accord pour la baisse des salaires, les joueurs se révoltent    Etoile du Sahel : une réunion attendue entre Yassine Chikhaoui et Ridha Charfeddine    Funérailles de Bourguiba : choses vues et entendues…    Pandémie de COVID-19 : L'Agence Universitaire de la Francophonie adopte un plan spécial    OMS: L'Afrique ne sera pas un terrain d'essai pour les vaccins contre le COVID-19    Tennis : confinée à New York, Ons Jabeur passe du tennis à la danse    Météo | Prévisions pour aujourd'hui, mardi 07 avril 2020    Michèle Gazier : Il était une fois Leila Menchari    Les joueurs ont besoin de deux semaines pour être prêts    La FIFA recommande de reporter tous les matches internationaux de juin    "Allez vers les hauteurs…"    L'ONU appelle à la cessation des hostilités en Libye    La recette pour combler un dimanche de confinement    Des délégués et des Omdas se servent les premiers    Baisse dérisoire des prix de certains hydrocarbures    La BCT lance officiellement l'application "Flouss"    Les têtes de Jound Al Khilafa continuent de tomber    Des cours à distance pour les élèves !    Le TAS fixe au 29 mai l'audience de l'appel des Marocains    Wafa Gabsi (Archivart) : « J'essaie d'apprécier autrement les choses simples et… de méditer »    La culture, en arme puissante contre le Covid-19    La culture, un lien qui rapproche et réduit les distances    Elizabeth II aux britanniques: “C'est un temps de disruption dans la vie de notre pays”    Coronavirus : Le nombre de morts repart à la hausse en Italie    Beit El Hikma se dote d'une cellule de veille pour suivre les données relatives au Covid-19    La Fondation Kamel Lazaar lance l'appel à projets “Culture Solidaire”    Olivier Poivre d'Arvor: Leïla Menchari, ma reine de Carthage    Retour sur le décès de la célèbre décoratrice tunisienne Leïla Menchari, emportée par le Coronavirus    Sauvons la Libye : Covid-19, guerre civile, catastrophe humanitaire et désastre financier, face à un silence complice    Au grand bonheur des cinéphiles confinés !    Les USA ne négocient pas avec l'Arabie et la Russie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Où sont passés les destouriens ?
Paysage politique national
Publié dans La Presse de Tunisie le 31 - 07 - 2017

Après le départ de Ben Ali en Arabie Saoudite, ils ont été sept partis se proclamant d'obédience destourienne à vouloir hériter de Bourguiba et de son parti. Aujourd'hui, seule Abir Moussi continue à résister, à faire entendre sa voix et à défendre Bourguiba et les acquis de son ère
Ont-ils décidé par eux-mêmes de s'exclure du paysage politique et civil aussi ?
Pourquoi on n'entend plus parler de Kamel Morjane, Mohamed Jegham, Mondher Zenaïdi et Abderrahim Zouari, sauf quand on découvre, via vidéos dans les réseaux sociaux, leur présence à une réception donnée par une ambassade quelconque ?
Abir Moussi, la présidente du Parti destourien libre (PDL), est la seule à être présente sur la scène médiatique et de quelle manière ! Loquace et tenace, a-t-elle réussi à rassembler les destouriens et les rcdistes (pour elle, il n'existe pas de différence) plus divisés que jamais ? Son discours actuel est-il le plus approprié pour répondre aux attentes des destouriens et sa gestion du PDL est-elle la meilleure pour qu'au moins ceux qui rejoignent le parti y restent ?
Qu'est-ce que les destouriens ont-ils préparé en prévision des élections municipales qui sont pour demain ?
Autant de questions qui préoccupent beaucoup de Tunisiens, plus particulièrement ceux qui ont toujours la fibre destourienne, qui considèrent que les destouriens ont, encore, un rôle à jouer dans la vie politique nationale et qui se rappellent que les deux mois de juillet et d'août constituent «les mois destouriens» par excellence, dans la mesure où ils renferment les grandes dates symboles du parti de Bourguiba : le 25 juillet, date de l'instauration du régime républicain, le 3 août, date anniversaire du leader Habib Bourguiba, le 13 août, date de la promulgation du Code du statut personnel (CSP) et aussi le 3 septembre 1934, date de la première arrestation, par les autorités coloniales du président Habib Bourguiba qui a insisté pour que les gendarmes l'embarquent sous les youyous des femmes de Hay Trabelsia à Monastir.
Et quand on pose la question aux detouriens : où êtes-vous, ils se contentent de répondre : «Abir Moussi nous écrase, Mohamed Ghariani nous a trahis en choisissant de se ranger du côté d'Ennahdha pour ne plus retourner en prison ; Kamel Morjane se contente de sa propre carte de visite d'ancien ministre et d'ancien candidat à la présidence de la République et est très heureux de se voir invité par les ambassades étrangères quand elles donnent une réception ou offrent un barbecue ou un dîner d'iftar ; Mohamed Jegham a coupé le cordon avec Kamel Morjane et pioche du côté de Mehdi Jomaâ et de Mohsen Marzouk pour se garantir un strapontin à même de lui assurer une présence symbolique sur la scène nationale ; Ahmed Mansour et Taoufik Ben Khoud ont disparu de la circulation sans laisser d'adresse où les joindre au cas où une place serait à remplir».
Tarak Ben M'barek : «Les témoignages de Ghariani, Guiga et Ganzoui ne leur font pas honneur».
Le Dr Tarek Ben M'barek, ancien membre du comité central du RCD et ancien chef de la coordination nationale destourienne, laquelle coordination se proposait de créer un front destourien réunissant les sept partis destouriens créés après la révolution ou au moins intégrer Nida Tounès, le parti que les destouriens et les rcdistes ont porté aux palais de Carthage et du Bardo, confie à La Presse : «La coordination est morte. Abir Moussi fait ce qu'elle peut et même si son discours est virulent, sa gestion du Parti destourien libre est critiquable dans la mesure où elle a réussi à créer le vide autour d'elle et faire du PDL son parti personnel, elle reste le seul espoir de voir les destouriens échapper à la formation d'une race en cours d'extinction définitive.
Je ne partage pas beaucoup ses convictions et ses lectures de l'histoire de notre parti. Son discours très dur envers les autres partis n'est plus d'actualité. Maintenant, il faut qu'elle nous propose des alternatives réalistes et réalisables et il faut aussi qu'elle établisse des partenariats avec les partis qui partagent nos idéaux.
Bref, je lui conseille d'avancer et de ne plus se contenter de ce que les destouriens ont acquis. Les réalisations appartiennent à tout le monde. Il est vrai que ce sont les destouriens qui ont accompli l'essentiel durant les soixante dernières années. Mais maintenant, il faut regarder vers l'avenir. Et cet avenir, tous les Tunisiens doivent le construire ensemble.
Je ne pense pas que Mohamed Ghariani, Driss Guiga et Mohamed Ali Ganzoui ont encore un rôle à jouer en matière d'édification de cet avenir. Leurs témoignages devant l'IVD lors de l'audition consacrée à la falsification des élections durant les ères Bourguiba et Ben Ali ne leur font pas honneur. Ils confirment, plutôt, l'idée selon laquelle beaucoup de destouriens malpropres doivent se taire. Et entre destouriens, nous nous connaissons bien et nous n'avons pas besoin de Sihem Ben Sedrine pour nous aider à vider nos sacs».
Du côté du parti de Mohamed Jegham «Al Watan Al Mouwahhad» (la Nation unifiée), on préfère parler d'actualité.
Nizar Ben Saâd, universitaire et membre du bureau politique du parti, explique : «Pour nous, la bataille numéro 1 est celle de l'éradication de la corruption. Cette guerre dépasse les partis, qu'ils soient au pouvoir ou dans l'opposition. Il y va de la pérennité de l'Etat tunisien et si par malheur cette bataille est perdue, c'est la catastrophe générale. Et même si les destouriens sont toujours divisés et que nos leaders n'ont pas dépassé leurs ego, il nous faut nous ranger derrière Youssef Chahed et le soutenir à fond parce que tout simplement nous sommes tous menacés d'extinction au cas où les corrompus et les corrupteurs arriveraient à renverser la vapeur et à obliger le chef du gouvernement à rendre le tablier».
Il ajoute : «Les destouriens sont convaincus que le pays est dominé, hélas, par deux partis qui ont d'autres priorités. Ce qui n'a pas empêché notre parti d'annoncer qu'il est en négociation avec d'autres partis de même obédience politique et idéologique en vue d'un large front à même de s'imposer sur l'échiquier politique».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.