Tunisie – La justice donne raison à la HAICA dans l'affaire de la saisie du matériel de Nessma TV    Tunisie – Aïd Al Fitr : Un généreux don de 40 DT pour les familles nécessiteuses    Tunisie – Hammam Zriba : Découverte du cadavre d'un jeune homme pendu à un pont    « Dar Nadhif » s'installe au foyer universitaire des jeunes filles de Jendouba    CAN 2019 : lancement de la billetterie en Ligne    Les fédérations tunisienne et sud-africaine de rugby abriteront respectivement les tournois Africa Women's Sevens et Africa Men's Sevens dans le cadre de Tokyo 2020    Le maire de Sousse démissionne    Infinix HOT 7 PRO: Le smartphone au quadruple objectif qui immortalise vos plus beaux moments    Le fondateur de Huawei, M. Ren Zhengfei    Alerte météo, Pluies orageuses et températures en baisse    Nouvelle plateforme de révision pour les candidats du bac    L'indice des prix de vente industriels en hausse de 8,5% en glissement annuel    Tunisia Games Factory 2019: Le CNCI propose 4 aides pour la pré-production de jeux vidéo    CAN 2019 : Alain Giresse annonce une pré-sélection de 17 professionnels    Youssef Chahed charge Mohamed Fadhel Mahfoudh et Abdelbasset Ben Hassen de configurer l'initiative visant à établir un CODE de conduite politique    Facebook lance à travers l'Afrique francophone « Boost Avec Facebook », un programme de soutien aux petites et moyennes entreprises    En photos : Amina Sta à Djerba pour le pèlerinage de la Ghriba    Jumia lance une campagne de collecte de dons au profit des SOS villages d'enfants Tunisie    Wydad de Casablanca – Espérance Sportive de Tunis : Premier ‘half' d'un duel qui s'achèvera vendredi prochain à Radés    Grande Bretagne: Theresa May annonce sa démission ce vendredi    En photos... Souhir Ben Amara à Cannes, son deuxième look fait beaucoup parler…    Formation probable de l'Espérance face au Wydad    12 millions de dollars perdus lors de la grève de la SITEP    Tunisie: L'UGTT réclame une enquête sur l'organisation par des tours opérateurs de voyages touristiques vers Israël    Tunisie – VIDEO : Affaire des abricots jetés à la poubelle, ou quand l'UTAP tient le consommateur en otage    Tunisie – Le petit oiseau rare de Ghannouchi commence à Gazouiller    Tunisie – Accusations contre le ministère de l'intérieur : Toubal s'explique    Le 1er Juin une Version de Layali Tunivisions sera à Hammamet au Restaurant Baia    Ligue 1 : Programme TV de la 24ème journée    En cas d'égalité de points entre le CSS et l'ESS, qui sera le deuxième ?    Un jour, une étape, une carte postale : Performance marchée – 3000 km pour relier Paris à Sousse de l'artiste Ridha Dhib    En Italie, un réseau de migration clandestine démantelé dévoile l'implication de policiers    En vidéo : Tous les détails sur l'événement Lamet El Khir 1.0    J-2 avant la clôture de l'appel à projets Village 2019 d'Orange Tunisie, avec l'appui de la Fondation Orange    L'ISIE prolonge jusqu'au 15 Juin 2019 la période d'inscription sur les listes électorales des législatives    Violence(s) Jalila Baccar et Fadhel Jaibi    Ligue des champions : La 4ème pour l'EST ou la 3ème pour le Wydad ?    Nasser Al-Khelaïfi mis en examen pour corruption    Tunisie: Sauvetage de trois marins pêcheurs à Sousse après deux jours d'errements en mer    Al Badil Ettounsi déplore ce à quoi est exposé le Chef du gouvernement et certaines personnalités politiques    René Trabelsi salue toutes les unités militaires et sécuritaires veillant au bon déroulement du pèlerinage à La Ghriba    JCC 2019 : Un avant-goût du festival et 3 nouveautés révélées à Cannes    Libye : Haftar à Macron : Pas question de cessez le feu à l'état actuel    En photo : Habillée par Ali Karoui, la compagne de Cristiano Ronaldo fait sensation au festival de Cannes    Le rappeur franco-Tunisien Swagg Man édite un clip “5alina n3ichou” qui fait le buzz (vidéo)    Un aéroport saoudien frappé par les Houthis    Tunisie : une secousse tellurique de 2,7 degrés enregistrée à Métlaoui    Une mosquée incendiée dimanche dernier dans l'Etat du Connecticut aux Etats-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au commencement était la Ftca
Cinéastes tunisiens : de l'amateur au professionnel
Publié dans La Presse de Tunisie le 10 - 01 - 2018

A l'occasion de la sortie de «Vent du nord» de Walid Mattar et au prisme du palmarès des JCC 2017, retour sur le rôle de la Fédération tunisienne des cinéastes amateurs dans le cinéma professionnel d'aujourd'hui.
Qu'elle vienne d'écoles de cinéma ou de l'école de la vie, une nouvelle génération de cinéastes prolifiques a su s'imposer en Tunisie. Les Journées Cinématographiques de Carthage et leur palmarès en portent depuis quelques années les signes. Cette année, en particulier, a été favorable à des noms qui ont en commun d'avoir fait leurs débuts au sein de la Fédération tunisienne des cinéastes amateurs (Ftca, créée en 1962 sous l'appellation d'Association des jeunes cinéastes tunisiens). Depuis, un grand chemin a été parcouru et ils nous parlent de ce que cette expérience leur a apporté.
Walid Mattar a intégré la fédération, club d'Hammam-Lif, par hasard à l'âge de 13 ans, au moment où il cherchait une activité extrascolaire, et cela a bouleversé sa vie. En 2003, son court-métrage «Le Cuirassé Abdelkarim», réalisé au sein du club de Tunis, a marqué son passage au cinéma professionnel, et, quelques courts-métrages plus tard, il réalise son premier long, «Vent du Nord», qui remporte, entre autres, le Prix du meilleur scénario aux JCC 2017. Un scénario co-écrit avec Claude Le Pape et Leyla Bouzid, elle-même passée par la case Ftca et primée du Tanit de Bronze aux JCC 2015 pour son film «A peine j'ouvre les yeux».
Les rencontres faites au sein de la fédération ont été déterminantes pour Walid Mattar, comme pour d'autres cinéastes qui en sont issus, et qui continuent souvent de collaborer ensemble dans leurs films. Un élément essentiel de cette expérience qui a forgé leurs destins. «La Ftca est le symbole de la chance que l'on donne aux jeunes des quartiers, avec un cinéma de proximité, libre et engagé. C'est une école qui a fait émerger des cinéastes de toute la Tunisie, a démocratisé et décentralisé la pratique filmique», explique-t-il. Et d'ajouter : «Pour savoir ce qui se passait en Tunisie sous Ben Ali, il fallait voir les films du festival du film amateur de Kélibia». En 2000, le hasard a aussi mené Kaouther Ben Hania, à l'époque étudiante à l'Ihec, à la fédération où elle a intégré le club Tahar Haddad puis le club de Tunis. «Quand j'ai découvert la Ftca, ça a changé ma vocation et basculé ma vie. Son rôle a été fondateur et originel. Pour nous tous, la Ftca a été le déclic», décrit la cinéaste qui réalisait cinq ans plus tard son premier court-métrage professionnel, «Moi, ma sœur et la chose», et qui vient de remporter le Prix Ugtt pour le scénario de son film «La belle et la meute» aux JCC 2017. «Les amis connus à la Ftca sont des amis pour toujours. Ça crée une connexion, une communauté et une vocation», ajoute-t-elle. Même si elle déplore le fait de ne pas être aussi proche de la fédération qu'avant, elle estime toujours en faire partie. «La Ftca, on en ressort jamais», affirme Kaouther Ben Hania.
Pour d'autres, en effet, l'aventure Ftca continue, en parallèle avec leur carrière professionnelle. C'est le cas de Taieb Ben Ameur, directeur photo du court-métrage «Secrets des vents» de Imen Alnasiri, primé de la Mention spéciale du jury aux JCC 2017. C'est le club Hammam-Lif qui a nourri sa passion pour la photographie, avant de devenir assistant professionnel à partir de 2001. «Je suis toujours à la Ftca. Je forme les jeunes et je transmets l'expérience que d'autres m'ont transmise», dit-il. Pour lui, il ne s'agit pas seulement de formation technique, mais surtout de la générosité des gens qui sont passés par la fédération : «Des professionnels comme des amateurs qui forment bénévolement les jeunes et leur sont une grande source d'inspiration».
Pour Walid Mattar, «ce sont des gens qui ont tenu à ce que ce socle reste». «Au jeune que j'étais à l'époque, cette génération a donné une autre vision du monde. Et nous aussi, aujourd'hui, nous devons parler aux jeunes de la Ftca», ajoute-t-il. Parmi ces passeurs de passion, il tient particulièrement à saluer Kamel Staali, Fethi Ben Slama et Lamine Amami. Se décrivant comme cinéaste amateur avant tout, ce dernier a été président de la Ftca et directeur du Festival du film amateur de Kélibia. Dans les années 90 et jusqu'aux débuts des années 2000, il décrit une période prospère et une grande dynamique à la fédération : «Les jeunes des clubs venaient d'horizons divers, de l'école des beaux arts comme des quartiers. En même temps, il y a eu un retour des professionnels, cinéastes et techniciens, pour les former».
Ceux qui sont montés sur le podium des JCC 2017 sont issus de cette dynamique. «Une formation solide et la cohésion qui se crée entre les jeunes résument l'esprit Ftca. Les jeunes avaient accès aux outils de production et étaient mêlés à l'organisation du festival. Cela leur a appris comment se construire une vision, défendre leurs idées et être responsables. Le tout avec des films imprégnés du vécu et d'un engagement social», ajoute Lamine Amami. Une empreinte qui est restée et qui n'est jamais loin dans leurs films aujourd'hui, comme l'affirment Walid Mattar et Kaouther Ben Hania. «Nous étions d'influences très différentes mais il y avait un aspect contestataire commun. Au sein de la Ftca, nous avons évolué dans des espaces de conscience esthétique et politique», estime la cinéaste. «Dans mes films, je tiens à faire du cinéma avant tout, mais l'engagement politique suit toujours. Je ne peux pas ne pas faire de films à thématique sociale», affirme le cinéaste.
«La particularité des cinéastes de cette génération réside dans la complicité qui les liait dès le début et qui se poursuit jusqu'à aujourd'hui. Ils s'échangent encore leurs scénarios et discutent de leurs films. La distance ne les a pas séparés, ils cultivent encore cet esprit acquis à la Ftca et ils tiennent aux amitiés qui s'y sont créées», souligne Lamine Amami. Parmi ces amis, Walid Tayaa qui a intégré la fédération en 1997, passé par le club Tahar Haddad puis le club de Tunis. Auteur de plusieurs courts-métrages, il finalise en ce moment son premier long-métrage de fiction, «Fataria», sur lequel nous reviendrons. «La Ftca nous a appris les bases du cinéma mais aussi la passion. Dans les clubs, régnaient amitié et solidarité. Nous étions une famille», dit-il à propos de cette expérience qui a été selon lui riche par la diversité des parcours qu'elle a généré : «Certains sont restés amateurs par choix, d'autres se sont dirigés vers différents métiers du cinéma. La Ftca a produit des directeurs photo, des comédiens, des scripts, des critiques et même des maquilleurs», affirme-t-il.
Walid Tayaa fait aussi partie de ceux qui sont restés proches de la fédération, où il assure la formation des jeunes. «L'aventure se poursuit et la Ftca continue de créer des vocations et de changer le destin de jeunes dont certains pensaient à intégrer Daech. Il y a des parcours très prometteurs qui se profilent. Une autre génération arrive!».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.