Après Abir Moussi le nouveau combat de Kamel Fekih : La spéculation    Monde-Daily brief du 28 septembre 2022: Guerre en Ukraine : les « référendums » d'annexion contestés par plusieurs pays    Mohsen Marzouk déplore l'inertie de la Tunisie devant un contexte mondial marqué par la guerre et les tensions    Hatem Meziou : la valeur des importations de parfums et de cosmétiques est d'environ 125 millions de dollars    Le populisme appelle le populisme    Les Etats-Unis appellent leurs citoyens à quitter ''immédiatement'' la Russie    France : Nouvelle polémique, Giroud et Varane fêtent la défaite dans une boite de Copenhague !    Mondial 2022 : L'équipementier danois Hummel tacle le Qatar    Tunisie: Le prix du Zgougou en vrac est à 33 dinars le kilo    OoredooEZ CUP : Plus de 35.000 dinars à gagner dans le tournoi Valorant avec Ooredoo    Al Bawsala: La Tunisie connaît des violations du droit d'accès à l'information    Entrée en activité du Laboratoire d'Innovation de la BH BANK : Les Start-up, à l'œuvre    La tunisienne Ameni Esseibi défile à la Fashion Week de Paris    Malek Zahi : le secteur informel emploie 36% de la main d'œuvre active en Tunisie    Ligue 2 : Programme de la 1ère journée    Courant populaire: Une manifestation pour appeler à lever le voile sur les assassinats politiques    5.400 tunisiens dont 200 enfants vivaient avec le VIH en 2021    Protection civile: Plus de 300 interventions recensées hier    Coupe du monde (Préparation) : Résultats des matches amicaux    Le SNJT déplore le décès du journaliste Noureddine Tabboubi    Le syndicat des forces de sécurité intérieure organise une journée de colère à Sfax    Pour vivre décemment en Tunisie, une famille de 4 personnes doit gagner 3448 dinars    Erdogan a trouvé plus fort que lui : il est obligé de lâcher son copain Poutine    Bizerte: Les préparatifs vont bon train pour la saison de la récolte des olives    Nabil Ayadi : il n'y a pas de pénurie car il n'y a pas de marchandises    Lotfi Riahi : une famille de quatre personnes aurait besoin de près de 3.500 dinars par mois pour une vie décente    Zarzis | Embarcation de fortune portée disparue : De faux espoirs ?    Hatem Yahyaoui : la Tunisie dépense 50 millions de dinars en parfums    Météo en Tunisie : Possibilités de pluies éparses et orageuses dans les régions côtières    L'incident du jet de la banane sur Richarlison fait la Une des journaux    André Parant, à La Presse : «Des efforts considérables à fournir pour rehausser le niveau de français en Tunisie»    CAB | Situation financière : Ça se décante peu à peu...    Faouzi Benzarti au MCAlger : Une découverte !    Abir Moussi appelle les tunisiens à descendre dans la rue    L'entreprise autrement: L'impasse ?    BIZERTE — 5e édition du Forum Mondial de la Mer: L'appel des experts pour faire face à l'urgence océanique    Intègre, mais surtout compétent    Najla Bouden s'entretient avec l'ambassadeur d'Italie à Tunis    Fuite de gaz sous la mer suite au sabotage des gazoducs Nord Stream 1 et Nord Stream 2    Les cinq ministres des Affaires étrangères de l'UMA invités à un sommet à Alger    Zarzis | Migration clandestine : Des «harragas» portés disparus    Majdi Karbai : l'extrême droite italienne évoque un blocus maritime    «Gadha» (seconde vie) de Anis Lassoued dans les salles : Vous avez demandé la vie ? Mettez le paquet !    Rétrospective Abbas Kiarostami : A la découverte des œuvres du maitre du cinéma iranien    Les Tunisiens Qui Sont-Ils ? D'où Viennent-Ils ? Les Révélations De La Génétique    Le Goethe-Institut présente l'exposition «Mirath : Music» : Le patrimoine culturel comme une entité vivante    Un dispositif sécuritaire draconien pour la fermeture des locaux d'un syndicat de police    La liberté d'expression en Tunisie selon Dilem    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Au commencement était la Ftca
Cinéastes tunisiens : de l'amateur au professionnel
Publié dans La Presse de Tunisie le 10 - 01 - 2018

A l'occasion de la sortie de «Vent du nord» de Walid Mattar et au prisme du palmarès des JCC 2017, retour sur le rôle de la Fédération tunisienne des cinéastes amateurs dans le cinéma professionnel d'aujourd'hui.
Qu'elle vienne d'écoles de cinéma ou de l'école de la vie, une nouvelle génération de cinéastes prolifiques a su s'imposer en Tunisie. Les Journées Cinématographiques de Carthage et leur palmarès en portent depuis quelques années les signes. Cette année, en particulier, a été favorable à des noms qui ont en commun d'avoir fait leurs débuts au sein de la Fédération tunisienne des cinéastes amateurs (Ftca, créée en 1962 sous l'appellation d'Association des jeunes cinéastes tunisiens). Depuis, un grand chemin a été parcouru et ils nous parlent de ce que cette expérience leur a apporté.
Walid Mattar a intégré la fédération, club d'Hammam-Lif, par hasard à l'âge de 13 ans, au moment où il cherchait une activité extrascolaire, et cela a bouleversé sa vie. En 2003, son court-métrage «Le Cuirassé Abdelkarim», réalisé au sein du club de Tunis, a marqué son passage au cinéma professionnel, et, quelques courts-métrages plus tard, il réalise son premier long, «Vent du Nord», qui remporte, entre autres, le Prix du meilleur scénario aux JCC 2017. Un scénario co-écrit avec Claude Le Pape et Leyla Bouzid, elle-même passée par la case Ftca et primée du Tanit de Bronze aux JCC 2015 pour son film «A peine j'ouvre les yeux».
Les rencontres faites au sein de la fédération ont été déterminantes pour Walid Mattar, comme pour d'autres cinéastes qui en sont issus, et qui continuent souvent de collaborer ensemble dans leurs films. Un élément essentiel de cette expérience qui a forgé leurs destins. «La Ftca est le symbole de la chance que l'on donne aux jeunes des quartiers, avec un cinéma de proximité, libre et engagé. C'est une école qui a fait émerger des cinéastes de toute la Tunisie, a démocratisé et décentralisé la pratique filmique», explique-t-il. Et d'ajouter : «Pour savoir ce qui se passait en Tunisie sous Ben Ali, il fallait voir les films du festival du film amateur de Kélibia». En 2000, le hasard a aussi mené Kaouther Ben Hania, à l'époque étudiante à l'Ihec, à la fédération où elle a intégré le club Tahar Haddad puis le club de Tunis. «Quand j'ai découvert la Ftca, ça a changé ma vocation et basculé ma vie. Son rôle a été fondateur et originel. Pour nous tous, la Ftca a été le déclic», décrit la cinéaste qui réalisait cinq ans plus tard son premier court-métrage professionnel, «Moi, ma sœur et la chose», et qui vient de remporter le Prix Ugtt pour le scénario de son film «La belle et la meute» aux JCC 2017. «Les amis connus à la Ftca sont des amis pour toujours. Ça crée une connexion, une communauté et une vocation», ajoute-t-elle. Même si elle déplore le fait de ne pas être aussi proche de la fédération qu'avant, elle estime toujours en faire partie. «La Ftca, on en ressort jamais», affirme Kaouther Ben Hania.
Pour d'autres, en effet, l'aventure Ftca continue, en parallèle avec leur carrière professionnelle. C'est le cas de Taieb Ben Ameur, directeur photo du court-métrage «Secrets des vents» de Imen Alnasiri, primé de la Mention spéciale du jury aux JCC 2017. C'est le club Hammam-Lif qui a nourri sa passion pour la photographie, avant de devenir assistant professionnel à partir de 2001. «Je suis toujours à la Ftca. Je forme les jeunes et je transmets l'expérience que d'autres m'ont transmise», dit-il. Pour lui, il ne s'agit pas seulement de formation technique, mais surtout de la générosité des gens qui sont passés par la fédération : «Des professionnels comme des amateurs qui forment bénévolement les jeunes et leur sont une grande source d'inspiration».
Pour Walid Mattar, «ce sont des gens qui ont tenu à ce que ce socle reste». «Au jeune que j'étais à l'époque, cette génération a donné une autre vision du monde. Et nous aussi, aujourd'hui, nous devons parler aux jeunes de la Ftca», ajoute-t-il. Parmi ces passeurs de passion, il tient particulièrement à saluer Kamel Staali, Fethi Ben Slama et Lamine Amami. Se décrivant comme cinéaste amateur avant tout, ce dernier a été président de la Ftca et directeur du Festival du film amateur de Kélibia. Dans les années 90 et jusqu'aux débuts des années 2000, il décrit une période prospère et une grande dynamique à la fédération : «Les jeunes des clubs venaient d'horizons divers, de l'école des beaux arts comme des quartiers. En même temps, il y a eu un retour des professionnels, cinéastes et techniciens, pour les former».
Ceux qui sont montés sur le podium des JCC 2017 sont issus de cette dynamique. «Une formation solide et la cohésion qui se crée entre les jeunes résument l'esprit Ftca. Les jeunes avaient accès aux outils de production et étaient mêlés à l'organisation du festival. Cela leur a appris comment se construire une vision, défendre leurs idées et être responsables. Le tout avec des films imprégnés du vécu et d'un engagement social», ajoute Lamine Amami. Une empreinte qui est restée et qui n'est jamais loin dans leurs films aujourd'hui, comme l'affirment Walid Mattar et Kaouther Ben Hania. «Nous étions d'influences très différentes mais il y avait un aspect contestataire commun. Au sein de la Ftca, nous avons évolué dans des espaces de conscience esthétique et politique», estime la cinéaste. «Dans mes films, je tiens à faire du cinéma avant tout, mais l'engagement politique suit toujours. Je ne peux pas ne pas faire de films à thématique sociale», affirme le cinéaste.
«La particularité des cinéastes de cette génération réside dans la complicité qui les liait dès le début et qui se poursuit jusqu'à aujourd'hui. Ils s'échangent encore leurs scénarios et discutent de leurs films. La distance ne les a pas séparés, ils cultivent encore cet esprit acquis à la Ftca et ils tiennent aux amitiés qui s'y sont créées», souligne Lamine Amami. Parmi ces amis, Walid Tayaa qui a intégré la fédération en 1997, passé par le club Tahar Haddad puis le club de Tunis. Auteur de plusieurs courts-métrages, il finalise en ce moment son premier long-métrage de fiction, «Fataria», sur lequel nous reviendrons. «La Ftca nous a appris les bases du cinéma mais aussi la passion. Dans les clubs, régnaient amitié et solidarité. Nous étions une famille», dit-il à propos de cette expérience qui a été selon lui riche par la diversité des parcours qu'elle a généré : «Certains sont restés amateurs par choix, d'autres se sont dirigés vers différents métiers du cinéma. La Ftca a produit des directeurs photo, des comédiens, des scripts, des critiques et même des maquilleurs», affirme-t-il.
Walid Tayaa fait aussi partie de ceux qui sont restés proches de la fédération, où il assure la formation des jeunes. «L'aventure se poursuit et la Ftca continue de créer des vocations et de changer le destin de jeunes dont certains pensaient à intégrer Daech. Il y a des parcours très prometteurs qui se profilent. Une autre génération arrive!».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.