Al-Joumhouri : le remaniement visait l'exclusion des ministres « proches de la présidence de la République »    Tunisie – Harouni accuse le président de la République    HUAWEI : L'intégration d'un seul écosystème dans les milieux professionnelle moderne    Le cinéma tunisien présent à la 18ème édition du FCAPA en ligne    Un virus asiatique dont le taux de mortalité atteint 75% préoccupe les chercheurs    Mechichi envoie une correspondance à l'ARP    Participer à la grande étude sur les contributions économiques et sociales des Tunisiens de l'étranger    Tunisie : Nouvelle session du programme "Octopus" de la FKL    Hédi Bouraoui: Voilà ce que nous avons perdu!    Tunisie-Ennahdha: Le Conseil de la Choura dénonce les actes de violence    Voici la date des soldes d'hiver    Le Président de la FIFA soutient le redémarrage du football africain au Cameroun    Affaire ANGED-VALIS : Conflit d'intérêts confirmé pour Elyes Fakhfakh    L'UIB certifiée PCI-DSS pour la 3ème année consécutive    Manque flagrant en lits de réanimation dans les régions intérieures    Royal El Mansour El Mahdia classé parmi les 7 meilleurs hôtels Iberostar dans le monde    Les émeutes nocturnes, que pensent les politiciens et les analystes?    Libye: Le Forum du dialogue politique vote sur le choix d'un mécanisme de sélection des candidats à l'autorité exécutive    CoviDar, une initiative citoyenne pour la prise en charge des malades de coronavirus chez eux    Le Tunisien Walid Boudhiaf bat le record du monde en Apnée (vidéo)    Korchid : ceux qui m'ont suivi ont échoué à récupérer les fonds Ben Ali    Les Tunisiens privés de vaccins à cause du ministre de la Santé limogé, selon l'UPR    Les smartphones Galaxy S21, Galaxy S21+ et samsung galaxy Ultra en précommande    Walid Jalled au chef de l'Etat : envoyez vos missiles constitutionnels    Kasserine : 15 personnes arrêtées pour actes de vandalisme    D'un sport à l'autre    Coronavirus: Le bilan s'alourdit à Sfax    Hand – Mondial 2021 : Programme de la 3ème journée    Tunisie – météo : Passages nuageux et légère augmentation des températures    Tunisie [Vidéo]: Protestations des avocats à Médenine contre un juge pour la publication de posts sur Fabebook    Néji Jalloul appelle à des concertations politiques pour sortir de la crise    Ligue 1 : L'Espérance de Tunis tient encore à Mouine Châabani    Volte-face de Abdessalem Younsi: Retour à la case départ    Hand – Mondial 2021 : Qui est Mehdi Harbaoui, l'un des hommes du match face au Brésil ?    Relance de l'économie Tunisienne: Une croissance de 5,8% est possible pour cette année    L'EST trébuche à Sfax après 33 matches d'invincibilité: Un mal pour un bien ! ...    Nadia Khiari, dessinatrice de « Willis from Tunis », à La Presse «Je suis dans l'autodérision : je me moque de nous-mêmes»    Cinéma tunisien «Halte au hold-up sur nos voix !»    L'Algérie pose une condition pour partager son vaccin avec la Tunisie    Saviez-vous que le premier journal imprimé en Tunisie était en langue italienne ?    Sombre fin de règne pour Trump Un ministre démissionne et dénonce les discours post-élection    Les nouvelles procédures douanières créent des pénuries    Sur les pas de Merkel: Armin Laschet président de la CDU en Allemagne    Bruits et chuchotements    La complainte de l'Acropolium    La fabuleuse histoire de l'épave de Mahdia    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bon communicateur, toujours à l'affût des nouveautés techniques
Nabil Maâloul, seul sélectionneur arabe au mondial
Publié dans La Presse de Tunisie le 14 - 06 - 2018

«Nous avons relevé le premier défi en nous qualifiant au Mondial, maintenant il faut relever le deuxième défi qui n'est autre que le passage au second tour pour satisfaire le public tunisien. La mission semble difficile, mais rien n'est impossible, il suffit de croire en nos chances et d'éviter de commettre des erreurs qui nous coûteraient très cher, surtout devant des équipes comme l'Angleterre et la Belgique».
En passant en revue les fiches techniques des sélections participantes au mondial-2018 en Russie, le nom de Nabil Maâloul ne peut pas passer inaperçu, puisque c'est le seul sélectionneur arabe à marquer sa présence dans cette grande messe du football mondial, avec l'objectif de conduire les Aigles de Carthage à une qualification historique aux quarts de finale.
Forte personnalité, bon communicateur et toujours à l'affût des nouveautés techniques, telles sont les plus importantes qualités de Nabil Maâloul qui ont largement influencé sa philosophie du jeu et sa logique d'entraîneur au bout d'un excellent parcours couronné d'exploits et de réussites.
Entamant sa carrière d'entraîneur lors de la saison 1997-1998 à l'Olympique du Kef, Maâloul a, dès le début, affiché son penchant pour le jeu offensif.
«Depuis mes débuts en tant qu'entraîneur, j'ai essayé d'appliquer mes convictions tactiques à tempérament offensif que j'ai appris quand j'étais joueur à l'Espérance de Tunis, évoluant sous la conduite de grands techniciens à l'image de Hmid Dhib, du Brésilien Amarildo Tavares ou du Polonais Tony Piechniczek».
Après une bonne expérience de consultant sportif sur la chaîne Abou Dhabi Sports jusqu'à 2003, Maâloul revient au travail de terrain en occupant le poste d'entraîneur-adjoint de Roger Lemerre, lors de la Coupe d'Afrique des nations organisée alors en Tunisie en 2004, contribuant au sacre historique des Aigles de Carthage, et ajoutant un nouvelle breloque à son palmarès personnel déjà riche en titres en tant que joueur au sein des deux grands clubs de la capitale, l'Espérance de Tunis et le Club Africain.
«C'était une joie indescriptible», se souvient-il, «On ne s'attendait pas à un tel exploit, mais au fur et à mesure que la compétition avance et sous l'impulsion du public, on a cru en nos chances et nos rêves grandissaient...On a subi une forte pression...et je suis toujours convaincu que le match des huitièmes de finale face à la sélection du Sénégal qui était constellée de toutes ses stars et qui venait d'éliminer la France, alors champion du monde en titre, lors du Mondial 2002, a été déterminant pour nous et nous a beaucoup facilité la tâche».
L'offre financière alléchante de BeIn Sport
Le technicien tunisien a ensuite conduit le onze national lors des Jeux Olympiques d'Athènes en 2004, avant d'être désigné à la barre technique de l'équipe de Bab Jedid puis du CA Bizertin. Mais ce fut pour une courte période avant de retrouver son poste à la tête de l'Equipe nationale en tant qu'adjoint de Roger Lemerre jusqu'à l'élimination en quarts de finale de la CAN-2008 au Ghana. Alors que tout le monde s'attendait à le voir continuer à veiller aux destinées des Aigles de Carthage, «El Haj», comme ses proches aiment l'appeler, a choisi de s'occuper de l'analyse technique sur la chaîne Al-Jazira Sports, devenue ensuite BeIn Sport.
«L'offre financière était alléchante de la part de la chaîne détentrice des droits TV des plus grands championnats dans le monde», avouait-il. J'ai eu la chance de travailler aux côtés des entraîneurs les plus chevronnés du monde, c'était une expérience enrichissante».
Fin 2010, Maâloul est de retour sur le terrain, cette fois à la tête de l'Espérance de Tunis, avec pour mission de conduire la prestigieuse équipe de la capitale à remporter la Ligue des champions, un titre qui manquait au palmarès du club «sang et or».
Non seulement la mission fut accomplie mais le club s'est adjugé aussi un triplé historique en 2011, après avoir remporté la coupe et le championnat, en plus d'une participation à la Coupe du monde des clubs. Il conserve l'année suivante le titre de champion de Tunisie et atteint la finale de la Champions league africaine.
«Je ne pouvais pas refuser cette offre de la part d'un club que tout le monde rêve d'entraîner. Au début, la mission n'était pas de tout repos, notamment après avoir encaissé cinq buts face à l'Etoile du Sahel, mais la suspension de la compétition après la révolution m'a permis de travailler sans pression et de faire passer mes idées aux joueurs...Les résultats furent exceptionnels... La première année, on a réussi à rafler tous les titres, l'année suivante, on a été encore champions de Tunisie, mais on a raté de peu le sacre continental face à El Ahly d'Egypte en l'absence de plusieurs de nos cadres à cause de blessures et des suspensions», a-t-il expliqué.
La désillusion face au Cap Vert
Autant de performances ont encouragé les dirigeants du football national à solliciter ses services afin de veiller aux destinées de la sélection nationale au début de l'année 2013 et assurer la qualification de la Tunisie au Mondial 2014 au Brésil. Mais le mariage n'a pas duré longtemps après l'élimination surprise face au Cap Vert à Radès (0-2), lors de la dernière journée du second tour. Une grosse désillusion qui a précipité le départ de Maâloul.
«J'ai assumé l'entière responsabilité de cet échec, sans chercher d'explications, mais je n'ai pas bénéficié d'un grand soutien populaire ni médiatique. Je crois que j'ai payé le prix de mes précédents succès avec l'Espérance. J'aurais pu rester surtout après avoir gagné la réserve contre le Cap Vert mais j'ai préféré partir».
Parti au Golfe pour entraîner l'équipe d'El Jaich du Qatar avec laquelle il a remporté la coupe pour la première fois de l'histoire du club en 2014, il a été ensuite désigné à la tête de la sélection koweitienne, pour la phase finale de la coupe d'Asie en 2015, mais le destin en a voulu autrement, puisqu'il a été de nouveau sollicité par la Fédération tunisienne pour succéder à Henri Kasperczak à la tête du onze national et assurer sa qualification à la phase finale du Mondial 2018 en Russie.
Sous sa conduite, les Aigles de Carthage ont disputé quatre matches de qualification sans défaite (deux victoires et deux matches nuls), et composté leur ticket pour la coupe du monde, permettant à Nabil Maâloul de devenir le seul sélectionneur, avec l'Espagnol Vicente Del Bosque, à participer à la coupe du monde des clubs et au championnat du monde.
A propos de la prochaine participation au mondial russe, Maâloul dit: « Nous avons relevé le premier défi en nous qualifiant au Mondial, maintenant il faut relever le deuxième défi qui n'est autre que le passage au second tour pour satisfaire le public sportif. La mission semble difficile, mais rien n'est impossible, il suffit de croire en nos chances et d'éviter de commettre des erreurs qui nous coûteraient très cher, surtout devant des équipes comme l'Angleterre et la Belgique».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.