Lettre ouverte au Président de la République Kais Saïed rédigée par son ancien Professeur, Collègue et Ami Sadok Chaâbane    Bientôt, 20 nouvelles unités de réanimation dans les hôpitaux universitaires    Covid-19 | Poursuite de la suspension des cours dans deux écoles à La Manouba    L'empreinte de Lassâad Chebbi !    Et de 20 pour l'EST !    De nombreux pays européens au Rouge    La Russie multiplie les manœuvres militaires tous azimuts    Un ancien conseiller de Trump appelle à voter Biden    Un certain regard sur le patrimoine    Parution de quatre livres de Mohamed Zinelabidine    Attijari Bank : Bonne résistance au choc du Covid-19    Tunisie: Interdiction de l'usage des chaises dans les cafés à partir de lundi prochain, annonce le ministre de la Santé    Iyadh Elloumi répond à l'appel de son limogeage de la tête de la commission financière    La Poste tunisienne édite deux timbres-poste en hommage à Mohamed Laroussil Métoui et Hédi Abidi    Camions bloqués, les fruits sont exportés à la Libye par voie maritime    Où regarder les matchs Hertha Berlin vs Eintracht Francfort et Lille vs Nantes du vendredi 25 septembre 2020?    Libye: Nouveaux affrontements armés entre deux milices rivales à Tripoli    Coupe de Tunisie (Finale): USMo-EST, programme TV    "Métamorphoses du ûd" suggère une lecture différente de l'évolution historique et organologique du luth oriental ( Hamdi Makhlouf)    LA BH BANK lance son Centre de Développement des Compétences « BH Academy »; Un acquis et des ambitions.    Les opportunités ouvertes par le programme "Europe Créative" pour le secteur culturel tunisien, objet d'une session d'information    Tunisie : Nouvelles mesures à Kasserine suite à l'évolution de la situation épidémique    29 nouveaux cas à Sidi Bouzid    Slaheddine Langar, directeur général de Poulina Group Holding    Le film Tunisien "Jusqu'au Bout" avec Bassem Hamraoui dans les salles dès le 26 septembre (Synopsis & B.A.)    La rentrée scolaire était difficile    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 25 Septembre à 11H00    Tunisie: UTAP: Les agriculteurs et les pêcheurs protestent    Ouverture à Tabarka de la rencontre inter-régionale des directeurs et directrices des maisons de la culture    Kais Saied n'a pas été offensant envers Mechichi, déclare Tissaoui    Mohamed Ali Nafti s'entretient avec Donald Blome    Boubaker Benkraiem : Les Rêves d'un Officier républicain    A partir d'octobre, 384 mille doses du vaccin contre la grippe saisonnière seront disponibles    Réunion à La Kasbah autour du projet du budget de l'Etat 2021    Triathlon | Championnat national (1ère journée) : Le jeune Aloui sort du lot !    Avec un tempérament de conquérant, l'EST agit comme un rouleau compresseur : La loi du plus fort…    Lancement du site-web Successful Tunisia , le premier positive media en Tunisie    Aujourd'hui, «IJA, la culture en accès libre» invite le photographe Hamideddine Bouali : «Pour une typologie de la prise de vue»    Ridha Béhi, directeur des JCC 2020, à La Presse : Une occasion pour réviser nos classiques !    Dhafer Saidane : » La période actuelle est historique pour les banques maghrébines »    FTAV : 98% des agences de voyages, menacées de faillite    Tunisie: L'Association des magistrats appelle à des mesures pour prévenir le coronavirus dans les tribunaux    Météo: Prévisions pour vendredi 25 septembre 2020    Pas de distribution communautaire des portefeuilles régaliens    Libye: Des pourparlers politiques prévus début octobre à Genève    Commentaire | La poudrière libanaise : quand il n'y en a plus, il y en a encore !    Une explosion suivie d'un incendie dans le sud du Liban aurait fait des blessés    Des tunisiens et des turcs forment les officiers de police ivoiriens    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ali Chwerrib a-t-il fait école?
SECURITE — DELINQUANCE
Publié dans La Presse de Tunisie le 19 - 06 - 2018

Mine de rien, le feuilleton TV «Ali Chwerrib» du bouquet ramadanesque de cette année a fait un tabac. Bien évidemment, le décortiquer relève de la compétence des pros de la critique culturelle, mais ce qui importe ici, c'est l'évocation de l'impact extraordinaire qu'il a provoqué auprès de la population, d'une façon générale, et auprès des jeunes, d'une façon particulière. Extraordinaire : le qualificatif est loin d'être exagéré ou déplacé. Et les illustrations ne manquent pas. Choisissons-en les plus saillantes :
- Primo : ce feuilleton a volé la vedette au reste des feuilletons, comme en attestent les impressions que nous avons recueillies chez nos pantouflards, dont la majorité le trouve le plus intéressant, le plus captivant. «A part quelques imperfections, il nous a beaucoup marqués», affirme un père de famille. «Il nous a enfin sauvés des cochonneries et autres bassesses dégradantes balancées à satiété par une chaîne TV qui se reconnaîtra», lance un autre qui n'a pas manqué, toutefois, d'émettre le vœu de ne pas voir le héros Ali Chewerrib faire école.
Secundo : nos jeunes en ont été remarquablement impressionnés. Si les plus «sages» d'entre eux ont aimé en ce «héros» son courage, ses exploits et l'amour fou qu'il voue à sa mère, d'autres, par contre, ont été proprement emballés par ses qualités de bandit, en appréciant ses démêlés avec les gangs ennemis, sa frappe redoutable et son penchant de «va-t-en guerre» qui a toujours maille à partir avec la police et la justice. Et, malheureusement, c'est bien là que le bât blesse.
Alias Chwerrib
En effet, depuis que ce feuilleton a fait fureur, la délinquance juvénile est subitement montée d'un cran. Aujourd'hui, des énergumènes en herbe, en quête de «gloire», exigent carrément qu'on les surnomme «Chwerrib». Des repris de justice parmi les bandits qui montent ne se lassent pas de faire l'éloge de ce «démolisseur qui ne pardonne pas», en espérant sans doute, au tréfonds de leur âme, qu'ils deviendront un jour aussi célèbres que lui! Pour eux, «Chwerrib» reste un modèle, un symbole et une histoire qui résisteront aux épreuves du temps. Et cette «mode version Ramadan 2018» est désormais la plus suivie et en pleine ébullition dans les quartiers populaires, traditionnellement connus pour être le berceau du banditisme et le cœur battant de l'insécurité. Là où on ne jure plus que par «Chwerrib»! Et ce n'est pas un hasard si la police a arrêté récemment, du côté de Mellassine, un jeune voyou pour violences et braquages. Se présentant sans papiers aux interrogatoires, il déclina ainsi son identité : je m'appelle Nizar Ben Salah, alias «Ali Chwerrib»! L'enquêteur n'en revenait pas.
En réalité, et à bien y voir, il n'y a pas lieu de s'en étonner outre mesure, puisque dans l'histoire du banditisme en Tunisie, les noms les plus connus avaient toujours, hélas, fait école. Et cela de Ali Chwerrib, en passant par Salah Guezadri, Kalaya, Msirina, Mehrez Platine, Oueld Sbaniouria, Hédi Chennoufi, Noureddine Béhija, Ali Rebaï, Ouled Mzoughui, Errouj, Pakiss, Mongi Honda, Amor Ayari, Petit, Mehrez Lefri et autres champions de l'insécurité des années 1980-2000 qui faisaient souffrir nos policiers, au point d'en devenir leurs bêtes noires. Non, en matière de banditisme, la relève est toujours assurée, même sans TV. Et ayons «l'audace» de prévoir que le fameux feuilleton «Ali Chwerrib», par son foudroyant impact sur la délinquance juvénile, ne dérogera pas à la règle. Bonne lecture et bonne matière à réflexion.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.