Ministère du Transport et de la Logistique : Toutes les mesures prises en faveur des élèves, étudiants, voyageurs, et transporteurs entrant en vigueur à partir du 4 Juin    Arrivée d'une cargaison d'aide médicale pour la Tunisie en provenance de la Chine    Equipe nationale : 26 joueurs pour débuter le stage de préparation    Ligue 2 : l'Olympique de Béja en préparation pour les matches barrages face à l'EO Sidi Bouzid    Le PDL a promis de l'argent aux signataires de sa motion    La KfW met à la disposition du Gouvernement Tunisien un prêt à taux concessionnel s'élevant à 100 M€    Covid-19 : la BAD mobilise 180 M€ pour soutenir la Tunisie dans sa réponse à la crise sanitaire    L'ibuprofène, un traitement contre le Covid-19 ?    Où est passé l'argent? demande Nabil Karoui    Deux scénarios pour boucler la coupe de la Ligue Africaine et celle de la CAF    Aujourd'hui, verdict du TAS sur l'affaire EST-WAC    Aujourd'hui, la reprise avec un effectif de 37 joueurs    Où est passé la neutralité légendaire de la Tunisie?    Ça sent la privatisation et l'assainissement social    Reprise de la circulation entre les régions    Bravo ! Les respirateurs fabriqués par les étudiants produits en série    Précisions de l'INP sur les pièces du patrimoine tunisien en vente aux enchères à Paris    Report de la 56ème session pour 2021    Le ténor Italien Cristian Ricci dédie sa dernière vidéo filmée à Venise au peuple Tunisien (vidéos)    Faouzi Mahfoudh (Directeur de l'Institut National du Patrimoine)    Tunisie [Vidéo]: Une plénière de perte de temps et aucun député ne peut remplacer Rached Ghannouchi, Selon Seifeddine Makhlouf    Plateforme [email protected] d'AMEN BANK    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 3 juin à 11H00    ARP : Le débat continu sur le déroulement de la séance et son ordre du jour    La députée Olfa Terras s'élève contre «le populisme en appelant à placer l'intérêt de la Tunisie au-dessus des surenchères stériles et des antagonismes simulés»    Projet PRACTICE-JAWDA PAQ-DGSU de l'Université de Carthage 2020-2024    Arrestation du syndicaliste sécuritaire Walid Zarrouk : Deux versions et des contradictions    FARK : Professeur Mohamed Taher KHALFALLAH    Tunisie – Météo : Températures en légère hausse    COVID-19 | Coopération Tuniso-Coréenne face à la pandémie    Prolongation de la validité des certificats de visite technique    Reprise du secteur touristique : Le sauvetage est-il encore possible ?    Suppression puis réactivation de comptes d'« influenceurs » tunisiens : La mystérieuse affaire Facebook !    Tribune | Statut de l'artiste en Tunisie : Supprimons cette censure que l'on ne saurait voir !    Tarek Kahlaoui - L'opportunité diplomatique en Libye: Combler le vide de médiation crédible!    CSS | Reprise des entrainements ce vendredi : On rechausse les crampons !    Tunisie – VIDEO : Ghannouchi doit partir… Il sera, même, incapable de répondre aux accusations    Boutar rafle le Golden YouTube Creator Rewards    Reprise des activités de l'espace B7L9 : Un programme «phygital»    «Les Âmes fortes» de Jean Giono : L'œuvre qui met à nu l'âme humaine    Campagne #AfricaTogether contre la Covid-19 par la Croix-Rouge, Facebook et Plusieurs artistes    L'Ambassade de Suisse à Tunis recrute    Bizerte : Saidani demande de prendre en charge les travaux du stade 15 octobre    Parlement : Ouverture d'un débat autour de la diplomatie parlementaire, le refus de toute intervention étrangère en Libye et rejet d'une base logistique en Tunisie    Coronavirus | Gafsa : Premier cas de décès à Métlaoui    Tunisie: Après le tollé, Imed Khemiri annonce le rejet par Ennahdha de toute ingérence étrangère en Libye    Ghanouchi : La neutralité négative n'a pas de sens    Libye: L'ONU annonce l'acceptation de la reprise des pourparlers pour un cessez-le-feu par les parties en conflit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aïda de Verdi en visite à Carthage
Opéra classique
Publié dans La Presse de Tunisie le 08 - 07 - 2018

C'est précédé par un siècle et demi de notoriété que l'Opéra Aïda a posé ses valises pour un moment sur les terres tunisiennes. Après la première représentation donnée à El Jem, voici que le site romain de Carthage accueille en grande pompe, le 5 juillet, ce chef-d'œuvre mondial.
Amour, jalousie, rivalité, sens du devoir, guerre et intrigues politiques composent les éléments constitutifs de cet Opéra classique qui ressuscite la somptuosité de l'Egypte antique des pharaons. Créé en Egypte en 1871 par le compositeur italien Giuseppe Verdi, Aïda est l'un des Opéras les plus joués à travers le monde.
Le public a répondu présent pour faire honneur à un spectacle de grandeur et de magnificence qui a vu la participation de près de 150 musiciens, choristes, solistes, danseurs, et a requis l'appui de plusieurs partenaires, dont notamment l'Ambassade d'Italie en Tunisie. Des membres de l'Orchestre Symphonique Tunisien et du nouvel Orchestre de l'Opéra de Tunis y ont pris part. Deux associés essentiels demeurent à l'origine de l'adaptation tunisienne : l'Ente Luglio musicale Trapanese et le Théâtre de l'Opéra de Tunis.
Jeudi soir, surprise à l'arrivée : la configuration habituelle du théâtre a été totalement chamboulée. Le parterre réservé initialement aux chaises est occupé par l'orchestre, placé au centre et entouré d'une estrade en forme rectangulaire qui fait office d'avant-scène. L'espace scénique est superbement meublé par d'imposantes structures en métal et en bois, placées en hauteur, derrière lesquelles des circuits grimpent et serpentent du sol vers le haut. Côté public, un croissant de gradins a été recouvert de Kilims à destination des officiels, qui eux aussi, pour cette fois, s'installeront sur les augustes pierres de Carthage et non sur les chaises comme de coutume.
Que raconte l'histoire ?
Dans un contexte de guerre entre l'Ethiopie et l'Egypte, l'histoire raconte l'amour passionnel qui lie le général égyptien Radamès à l'esclave éthiopienne Aïda. Passions torrides et contrariées par Amneris, la fille du Roi, elle aussi amoureuse du valeureux général. Radamès qui mène les troupes égyptiennes à la victoire se voit offrir en récompense la main de la fille du Roi. Seulement Radamès est follement épris de Aïda, laquelle est tiraillée entre son amour pour son fougueux soldat et celui qu'elle cultive pour l'Ethiopie, sa patrie. Malheur, Radamès lui confie des secrets militaires alors que leurs pays respectifs sont en guerre. Condamné à être enseveli vivant pour trahison, Radamès affrontera son destin avec Aïda, venue mourir à ses côtés.
A travers une obscurité imposante, percée seulement par les lumières ténues et individuelles qui éclairent les partitions des musiciens ainsi que celle du chef d'orchestre, le coup d'envoi est donné vers 22h00 face à des Tunisiens curieux et subjugués d'emblée. L'Opéra, genre artistique peu connu et rarement représenté, a attiré un public hétéroclite. Le théâtre de Carthage sans être archicomble était presque plein. En présence du ministre de la Culture, Mohamed Zine Elabidine, plusieurs ministres et chefs de missions diplomatiques ont également fait le déplacement.
Si la chanteuse lyrique qui joue le personnage de Aïda a littéralement hypnotisé le public par sa voix, c'est loin d'être le cas de sa rivale Amneris, dont la voix moins puissante, à peine audible, a été mal servie par une sonorisation non ajustée au genre du spectacle ni à un théâtre en plein air.
Carthage, soit dit en passant, a toujours joué des tours aux chanteurs et chanteuses qui s'y hasardent alors que leurs voix, modestes, non adaptées à l'espace, se perdent dans les airs et parviennent difficilement aux oreilles du public. Un public d'ailleurs clément qui n'hésite pas à prendre la relève et chante à leurs places sans façon.
Une volonté de bien faire les choses
Pour revenir à Aïda, quelques scènes réunissant l'ensemble du chœur ont agrémenté cet Opéra en 4 actes. Le bel unisson des voix a fait vibrer le public, le site et empli les airs. Des tableaux chorégraphiques mettant en scène la gestuelle sensuelle des femmes égyptiennes ont été très applaudis. Les scènes des baigneuses, celle des acrobates, donnée en l'honneur du Roi et de sa fille, les processions rituelles où les acteurs portaient des torches enflammées ont composé les éléments d'une scénographie tout aussi sophistiquée que belle.
Aïda a été présentée dans sa langue originale chantée, l'italien. La barrière de la langue a été encore une fois un obstacle pour que le plaisir soit entier. Comme cela se fait ailleurs, des livrets contenant le récit auraient dû être distribués à l'entrée. Cela n'a pas été fait. Mais encore, le sous-titrage a été non seulement envoyé sur le grand tableau noir à la deuxième partie du spectacle et non au commencement, de plus, l'écriture minuscule aurait dû être agrandie pour permettre à tous, notamment au public des gradins éloignés de la scène, de la déchiffrer. Ces détails négligés, pourtant essentiels à la compréhension et appréciation des longs dialogues entre les personnages et des monologues ont engendré chez beaucoup un sentiment de frustration. Certains s'en sont plaints à haute voix, d'autres ont préféré rentrer.
Quoi qu'il en soit, à la fin de ce spectacle long, qui a duré presque trois heures avec les entractes, fastidieux, mais bien fait, musiciens, chanteurs, danseurs, le chef d'orchestre et le metteur en scène ont été longuement ovationnés par un public ravi et conquis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.