Mehdi Houas annonce un grand partenariat au Royaume-Uni    Match Amical : le Club Africain bat le Stade Tunisien 2-0    JCC 2019: Présentation des documentaires tunisiens en compétition officielle    La Tunisie adhère à la Convention de Lanzarote    Colloque «LES ARTS PLASTIQUES EN TUNISIE : Parcours de générations et Enjeux esthétique et culturels»    4 millions dinars d'or et du matériel technologique saisis à Tatouine    Marathon Nourane pour courir contre le cancer dimanche 20 octobre à Tunis    Blocage des trains du TGM ce matin au niveau de la station de Radés    Euro 2020 : les pays qualifiés jusqu'ici    CAN U23 : deux arbitres représenteront la Tunisie    Tunis fête les 100 ans du Bauhaus    Tunisie-Ligue 1: programme des matchs amicaux de ce mercredi    Tunisia Digital Awards: Best Web Site    Les USA sont impatients de travailler avec Kaïs Saïed, selon Mike Pompeo    Retour sur un exploit : Le DUO tunisien Skander Mansouri et Aziz Dougaz, remporte l'Open du Nigeria de tennis    Wafa Harbaoui: Une virtuose de la guitare…Une voix mélodieuse et poétique déchirée entre deux cultures !    L'Algérie tend la main pour un nouveau partenariat économique avec la Tunisie    Le délai de passation du pouvoir entre Ennaceur et Saied    On assiste à un bal masqué au nom de Kais Saied, affirme Borhen Bssais    Une réunion autour du dossier financier du Club Africain    Tunisie- Démarrage des inscriptions en ligne aux examens nationaux    Des manifestants bloquent la circulation des trains au niveau de Rades    Les Nations-Unis félicitent le Peuple Tunisien pour la réussite des élections présidentielles    Tunisie- René Trabelsi félicite Kais Saïed pour sa victoire    Tunisie – Météo mercredi 16 octobre : L'alerte aux orages maintenue    Le Secrétaire général de l'UGTT félicite le futur Président de la République    Un député libyen : le chaos libyen profite aux barons tunisiens de la contrebande    Acquisition de 16 avions militaires par le ministère de Défense    Volley – Mondial 2019 : la Tunisie termine sa participation avec une défaite    Qalb Tounès pourrait bien être chargé de former le prochain Gouvernement !    Le Liban ravagé par une série d'incendies    Macron félicite Saied président et veut ‘amplifier' le partenariat    Une délégation américaine rend visite au Groupe TELNET et prend connaissance du projet du premier satellite tunisien Challenge 1    Rencontres Internationales du film Anti-Corruption: 2ème édition du 17 au 20 Octobre 2019    Tunisie – Présidentielle : Biographie de Kais Saied, nouveau Président de la République Tunisienne    La Tunisienne Ons Jabeur gagne 8 places au classement WTA et se hisse à la 53e position    Fatwa remporte le Grand Prix Festival de Fameck    Forum mondial de l'eau «Dakar 2021» au Sénégal    Rencontres-débats autour du livre « BOURGUIBA », dernière œuvre du Français Bertrand Le Gendre, à Tunis, Bizerte, Sfax et Kairouan    Tunisie Présidentielle 2019 : Débat télévisé vendredi 11 octobre entre Kaïs Saïed et Nabil Karoui    L'ambassadeur du Venezuela en Tunisie, Carlos Feo Acevedo: « La coopération Sud/Sud permettra le vrai développement de nos pays »    Tunisie : Fermeture de la route menant de Menzeh 9 et Manar vers Tunis    Chawki Mejri n'est plus    Tunisie : les derniers chiffres du commerce extérieur    L'Italie rapatrie des migrants dans 13 pays dont la Tunisie    L'homme qui garde toujours la corde utilisée pour la pendaison de Saddam Hussein échappe miraculeusement à la mort à Londres    Le sommet et le forum économique Russie-Afrique    Confirmation du décès de l'Adjudant-chef de la Garde nationale Najiboullah Cherni dans les affrontements de Hydra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aïda de Verdi en visite à Carthage
Opéra classique
Publié dans La Presse de Tunisie le 08 - 07 - 2018

C'est précédé par un siècle et demi de notoriété que l'Opéra Aïda a posé ses valises pour un moment sur les terres tunisiennes. Après la première représentation donnée à El Jem, voici que le site romain de Carthage accueille en grande pompe, le 5 juillet, ce chef-d'œuvre mondial.
Amour, jalousie, rivalité, sens du devoir, guerre et intrigues politiques composent les éléments constitutifs de cet Opéra classique qui ressuscite la somptuosité de l'Egypte antique des pharaons. Créé en Egypte en 1871 par le compositeur italien Giuseppe Verdi, Aïda est l'un des Opéras les plus joués à travers le monde.
Le public a répondu présent pour faire honneur à un spectacle de grandeur et de magnificence qui a vu la participation de près de 150 musiciens, choristes, solistes, danseurs, et a requis l'appui de plusieurs partenaires, dont notamment l'Ambassade d'Italie en Tunisie. Des membres de l'Orchestre Symphonique Tunisien et du nouvel Orchestre de l'Opéra de Tunis y ont pris part. Deux associés essentiels demeurent à l'origine de l'adaptation tunisienne : l'Ente Luglio musicale Trapanese et le Théâtre de l'Opéra de Tunis.
Jeudi soir, surprise à l'arrivée : la configuration habituelle du théâtre a été totalement chamboulée. Le parterre réservé initialement aux chaises est occupé par l'orchestre, placé au centre et entouré d'une estrade en forme rectangulaire qui fait office d'avant-scène. L'espace scénique est superbement meublé par d'imposantes structures en métal et en bois, placées en hauteur, derrière lesquelles des circuits grimpent et serpentent du sol vers le haut. Côté public, un croissant de gradins a été recouvert de Kilims à destination des officiels, qui eux aussi, pour cette fois, s'installeront sur les augustes pierres de Carthage et non sur les chaises comme de coutume.
Que raconte l'histoire ?
Dans un contexte de guerre entre l'Ethiopie et l'Egypte, l'histoire raconte l'amour passionnel qui lie le général égyptien Radamès à l'esclave éthiopienne Aïda. Passions torrides et contrariées par Amneris, la fille du Roi, elle aussi amoureuse du valeureux général. Radamès qui mène les troupes égyptiennes à la victoire se voit offrir en récompense la main de la fille du Roi. Seulement Radamès est follement épris de Aïda, laquelle est tiraillée entre son amour pour son fougueux soldat et celui qu'elle cultive pour l'Ethiopie, sa patrie. Malheur, Radamès lui confie des secrets militaires alors que leurs pays respectifs sont en guerre. Condamné à être enseveli vivant pour trahison, Radamès affrontera son destin avec Aïda, venue mourir à ses côtés.
A travers une obscurité imposante, percée seulement par les lumières ténues et individuelles qui éclairent les partitions des musiciens ainsi que celle du chef d'orchestre, le coup d'envoi est donné vers 22h00 face à des Tunisiens curieux et subjugués d'emblée. L'Opéra, genre artistique peu connu et rarement représenté, a attiré un public hétéroclite. Le théâtre de Carthage sans être archicomble était presque plein. En présence du ministre de la Culture, Mohamed Zine Elabidine, plusieurs ministres et chefs de missions diplomatiques ont également fait le déplacement.
Si la chanteuse lyrique qui joue le personnage de Aïda a littéralement hypnotisé le public par sa voix, c'est loin d'être le cas de sa rivale Amneris, dont la voix moins puissante, à peine audible, a été mal servie par une sonorisation non ajustée au genre du spectacle ni à un théâtre en plein air.
Carthage, soit dit en passant, a toujours joué des tours aux chanteurs et chanteuses qui s'y hasardent alors que leurs voix, modestes, non adaptées à l'espace, se perdent dans les airs et parviennent difficilement aux oreilles du public. Un public d'ailleurs clément qui n'hésite pas à prendre la relève et chante à leurs places sans façon.
Une volonté de bien faire les choses
Pour revenir à Aïda, quelques scènes réunissant l'ensemble du chœur ont agrémenté cet Opéra en 4 actes. Le bel unisson des voix a fait vibrer le public, le site et empli les airs. Des tableaux chorégraphiques mettant en scène la gestuelle sensuelle des femmes égyptiennes ont été très applaudis. Les scènes des baigneuses, celle des acrobates, donnée en l'honneur du Roi et de sa fille, les processions rituelles où les acteurs portaient des torches enflammées ont composé les éléments d'une scénographie tout aussi sophistiquée que belle.
Aïda a été présentée dans sa langue originale chantée, l'italien. La barrière de la langue a été encore une fois un obstacle pour que le plaisir soit entier. Comme cela se fait ailleurs, des livrets contenant le récit auraient dû être distribués à l'entrée. Cela n'a pas été fait. Mais encore, le sous-titrage a été non seulement envoyé sur le grand tableau noir à la deuxième partie du spectacle et non au commencement, de plus, l'écriture minuscule aurait dû être agrandie pour permettre à tous, notamment au public des gradins éloignés de la scène, de la déchiffrer. Ces détails négligés, pourtant essentiels à la compréhension et appréciation des longs dialogues entre les personnages et des monologues ont engendré chez beaucoup un sentiment de frustration. Certains s'en sont plaints à haute voix, d'autres ont préféré rentrer.
Quoi qu'il en soit, à la fin de ce spectacle long, qui a duré presque trois heures avec les entractes, fastidieux, mais bien fait, musiciens, chanteurs, danseurs, le chef d'orchestre et le metteur en scène ont été longuement ovationnés par un public ravi et conquis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.