Tunisie – VIDEO : Affaire des abricots jetés à la poubelle, ou quand l'UTAP tient le consommateur en otage    Tunisie – Accusations contre le ministère de l'intérieur : Toubal s'explique    Tunisie – Le petit oiseau rare de Ghannouchi commence à Gazouiller    Unification des sujets des épreuves écrites pour le concours de la sixième année    Tunisie – L'Ariana : Saisie de 120 Kg de viande dans une grande surface pour fraude au prix    Tunisie – Grombalia : Saisie d'un pistolet et de munitions dans une chambre froide    Le 1er Juin une Version de Layali Tunivisions sera à Hammamet au Restaurant Baia    Ligue 1 : Programme TV de la 24ème journée    Lancement du nouveau Infinix HOT 7 PRO avec 4 caméras à 549 Dt    Tunisie: Initiative de la moralisation de la vie politique, Youssef Chahed désigne deux personnalités    En cas d'égalité de points entre le CSS et l'ESS, qui sera le deuxième ?    Un jour, une étape, une carte postale : Performance marchée – 3000 km pour relier Paris à Sousse de l'artiste Ridha Dhib    Officiel : Le FC Barcelone recrute Ludovit Reis    BIGDeal lance un nouveau concept innovant: un club privilèges multi-enseignes    En Italie, un réseau de migration clandestine démantelé dévoile l'implication de policiers    Ooredoo gâte les mamans pour la fête des mères    La Tunisie présente ses opportunités d'investissement auprès des entreprises grenadiennes    En vidéo : Tous les détails sur l'événement Lamet El Khir 1.0    Tunisie: Arrêt du travail dans le service des consultations externes à l'Institut Salah-Azaïz    J-2 avant la clôture de l'appel à projets Village 2019 d'Orange Tunisie, avec l'appui de la Fondation Orange    L'ISIE prolonge jusqu'au 15 Juin 2019 la période d'inscription sur les listes électorales des législatives    Deux blessés graves dans un accident de la route à Enfidha    Violence(s) Jalila Baccar et Fadhel Jaibi    Nasser Al-Khelaïfi mis en examen pour corruption    René Trabelsi salue toutes les unités militaires et sécuritaires veillant au bon déroulement du pèlerinage à La Ghriba    Ligue des champions : La 4ème pour l'EST ou la 3ème pour le Wydad ?    Tunisie: Sauvetage de trois marins pêcheurs à Sousse après deux jours d'errements en mer    Advans Tunisie finalise avec succès son premier emprunt obligataire    Al Badil Ettounsi déplore ce à quoi est exposé le Chef du gouvernement et certaines personnalités politiques    JCC 2019 : Un avant-goût du festival et 3 nouveautés révélées à Cannes    Pep Guardiola en route vers la Juventus Turin ?    Mouvement de protestation, lundi prochain, de l'association de sauvetage des tunisiens bloqués à l'étranger    20 500 nouveaux postes d'emplois dans l'industrie    Des hommes d'affaires juifs veulent investir en Tunisie, déclare René Trabelsi    CAN 2019 : 27 joueurs présélectionnés pour le Mali    Météo: Prévisions pour jeudi 23 mai 2019    Libye : Haftar à Macron : Pas question de cessez le feu à l'état actuel    Plusieurs centaines de manifestants pacifiques jugés par contumace à Gafsa, dénonce Amnesty International    Mobilisation d'un public marocain nombreux vendredi prochain lors du match Wydad de Casablanca – Espérance Sportive de Tunis à Rabat    Ennahdha dénonce une ingérence étrangère en Tunisie    En photo : Habillée par Ali Karoui, la compagne de Cristiano Ronaldo fait sensation au festival de Cannes    Le rappeur franco-Tunisien Swagg Man édite un clip “5alina n3ichou” qui fait le buzz (vidéo)    Un aéroport saoudien frappé par les Houthis    Tunisie – Djerba : Le ministère du tourisme va aider à la réussite du festival d'Ulysse et à la restauration du théâtre de plein air    Pourquoi Siam Ben Youssef a-t-il décidé de mettre fin à sa carrière internationale ?    Nouvelle Zélande: l'auteur des attentats de Christchurch, inculpé d'acte terroriste    Tunisie : une secousse tellurique de 2,7 degrés enregistrée à Métlaoui    Une mosquée incendiée dimanche dernier dans l'Etat du Connecticut aux Etats-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Briser le silence !
Harcèlement sexuel dans le milieu universitaire
Publié dans La Presse de Tunisie le 15 - 08 - 2018

Enterrés dans le silence, des cas de harcèlement sexuel visant notamment de jeunes étudiantes tunisiennes ne verront jamais le jour, briser ce mutisme demeure ainsi un devoir pour dévoiler l'atrocité d'un tel fléau.
«Je ne saurai jamais me défendre ou porter plainte, j'ai même peur de me rappeler de cette situation si douloureuse», c'est ainsi que commence le témoignage d'une jeune étudiante de 21 ans ayant subi un harcèlement sexuel répétitif de la part de son enseignant dans l'une des universités du Grand-Tunis.
Cette jeune a été contrainte d'interrompre ses études à cause des comportements offensants de cet enseignant, qui selon ses dires, « a une mauvaise réputation dans son université car ses faits ont également porté sur au moins deux autres étudiantes ». Tout a commencé par de simples mots de bienveillance, mais les intentions étaient tout autres, attouchements sexuels, chantages et menaces, la jeune fille vivait dans un cauchemar pendant des mois, sans dénoncer son agresseur, par peur d'un scandale qui « déshonorerait » sa famille. Le cas de cette étudiante n'est certainement pas isolé, mais il témoigne d'un fléau qui, à chaque année universitaire, prend de nouvelles dimensions, surtout avec la prolifération des réseaux sociaux.
Ces réseaux, dont les usages sont devenus virales ces dernières années, ont enfoncé le clou en ce qui concerne la multiplication des cas de harcèlement à caractère sexuel. Remarques scabreuses, regards, messages gênants, propos et plaisanteries sexistes, étalage de contenus pornographiques, contacts physiques déplaisants ou non désirés, invitations importunes, tentations... Ces jeunes étudiantes sont exposées à de nouvelles formes de harcèlement sur ces réseaux, dits sociaux.
En effet, des cercles d'amitié qui naissent sur ces plateformes entre des enseignants et leurs étudiantes virent parfois à l'agression morale et au harcèlement à caractère sexuel. Selon une définition juridique conventionnelle, le harcèlement sexuel n'est autre que le fait d'imposer à une personne, de façon répétée, des propos ou comportements à connotation sexuelle qui soit portent atteinte à sa dignité physique ou morale en raison de leur caractère dégradant ou humiliant, soit créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante. Mais en Tunisie le phénomène est enterré dans le silence et le tabou, en l'absence de toute forme de dénonciation. En tout cas, la législation tunisienne relative à l'élimination de la violence à l'égard des femmes condamne le harcèlement sexuel à deux ans d'emprisonnement et cinq mille dinars d'amende.
Entre peur et tabou
Bien qu'il n'existe pas de statistiques ou de données précises sur les cas de harcèlement sexuel dans le milieu universitaire tunisien, des témoignages surgissent parfois pour nous rappeler que ce phénomène existe bel et bien dans nos universités. Une autre étudiante témoigne également de son calvaire avec son enseignant qui a usé de son silence et sa faiblesse, comme elle confirme, pour tirer profit sexuellement d'elle. « Au début il me demandait de rester tout près de lui pendant les cours, c'est-à-dire dans les premiers rangs de l'amphi, à la fin de la séance il tenait à me parler en privé de tous les sujets.
Ensuite il m'a fait des avances à connotation sexuelle, il a fini par me demander de lui envoyer mes photos toute nue ! », témoigne-t-elle. Et pour cette jeune étudiante en première année, dont l'âge ne dépasse pas les 20 ans, dénoncer cet enseignant reste hors de question. Même cause : la peur et la crainte de la réaction de son entourage, sa famille, ses collègues et son université. D'après une étude du Centre de recherches, d'études, de documentation et d'information sur la femme (Credif), 97% des Tunisiennes ne porteraient pas plainte après une violence sexuelle dans l'espace public et 66% des victimes ne réagissent pas, ce taux est certainement revu à la hausse dans le milieu universitaire.
Mais il faut noter que ce harcèlement ne provient pas seulement des enseignants, ce sont parfois des étudiantes et des étudiants qui harcèlent sexuellement leurs profs! Ça pourrait être choquant, mais en vérité, certaines étudiantes et étudiants essayent d'exploiter tous les moyens, y compris leurs corps, pour parvenir à certains objectifs, notamment de meilleures notes, comme en témoigne également une enseignante. En 2017, la Tunisie a été saluée pour l'amélioration de ses lois visant à protéger les femmes, premières victimes du harcèlement dans l'espace public, mais un long chemin reste à parcourir face à ce silence assourdissant des victimes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.