Algérie : La Wilaya de Médéa frappée par un fort séisme    Club Africain – Club Sportif Sfaxien : Sur quelle chaîne voir le choc ?    Ligue 1 : Un gros choc entre le Club Africain et le CS Sfaxien    Retour sur un drame : Quand le destin s'en mêle !    Les candidatures pour STARS OF SCIENCE sont ouvertes    Radhia Nasraoui quitte avec le sourire l'hôpital où elle fût admise récemment à Paris    Tunisie-Ligue 1 : classement général avant les matches de ce dimanche    Troisième commémoration de l'assassinat de l'ingénieur tunisien Feu Mohamed Zouari    Algérie : Abdelmajid Tebboune bénéficie du soutien de l'armée    Tunisie: Un steward épinglé à l'aéroport Tunis-Carthage en possession de 200.000 euros    Coupe du monde des clubs : Bafétimbi Gomis commente son but contre l'Espérance de Tunis    Festival de l'olivier à Sfax : Recourir à de nouvelles dispositions pour exporter plus et mieux valoriser l'huile d'olive tunisienne    Arrestation d'un employé du personnel navigant d'une compagnie aérienne en détention de 200 mille euros minutieusement dissimulés sur lui    Météo: Prévisions pour dimanche 15 décembre 2019    L'Espérance Sportive de Tunis stoppée par Al Hilal à Doha    Kaïs Saïed félicite le Président algérien élu Abdelmadjid Tebboune    Espérance de Tunis vs Al Hilal : où regarder le match des 1/4 de finale mondial des clubs 2019    En vidéo: Destiné au enfants du Kef, tous les détails sur le don volé au port de la Goulette    Après la démission de Khalbous, Ben Salem désigné ministre de l'enseignement supérieur par intérim    L'Espérance Sportive de Tunis doit franchir le cap d'Al Hilal Saoudien pour accéder au carré d'Or en Coupe du monde des clubs    A Sousse, un patient déclaré officiellement mort alors qu'il est en vie?    Graves violations des droits des demandeurs d'asile et réfugiés en Tunisie : une situation alarmante qui doit cesser    Baisse du volume des exportations tunisiennes    Tunisie [Photos]: Youssef Chahed supervise la cérémonie baptisant du nom de Mahmoud El Matri l'autoroute X2    France : Ce que l'on sait du marocain abattu par des policiers à la Défense    Affaire de l'assassinat de Khashoggi: Ultimatum d'un mois du Congrès américain à la CIA pour dévoiler les auteurs    CM des clubs 2019 : "Nous avons remédié aux lacunes qui nous ont fait défaut lors des précédentes éditions" (Majdi Traoui)    Quel temps fera-t-il ce week-end ?    Tunisie : La banque centrale de Tunisie mise sur le digital, dans le cadre de son plan Stratégique 2019-2021    Afrique du Nord : Appel à l'action pour renforcer la résilience côtière en Tunisie, Algérie, Maroc et Egypte    Un timbre-poste sous le thème ''La Tunisie, membre non-permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies''    Tunisie : 51 cas de suspicion de conflit d'intérêts révélés par l'INLUCC    Payez vos factures d'électricité et de gaz de la STEG à partir de votre téléphone    Libye: Point sur la situation après l'ordre donné par Haftar à ses troupes d'entrer au cœur de Tripoli    Ooredoo Tunisie et Vivo Energy Tunisie s'allient pour une énergie nouvelle    25 blessés dans une explosion à Blankenburg, dans l'est de l'Allemagne    Projection ciné-concert du film mythique “SALAMMBÔ” de Pierre Marodon à la cité de la culture    La composition du gouvernement toujours attendue, que dit la Constitution ?    Renforts sécuritaires et militaires sur tout le long des frontières tuniso-libyennes après le discours du maréchal Haftar    Tunisie: Traversées du Tanit et Carthage, précisions de la CTN    Par Hadi Sraieb – Budget 2020 : Le subterfuge grossier du window dressing !    Une «Dictée géante en arabe» sera organisée le 15 Décembre en France    En vidéo: L'ami des animaux Ahmed Manai raconte son histoire    La Tunisie de retour dans le Top 15 des pays attractifs en Afrique    La plus jeune première ministre au monde a 34 ans! Liste des jeunes dirigeants du monde en 2019    L'émouvant message d'Amina Sta à son père...    JTC 2019 : Nebil Daghsen & la LIPA tous les jours à l'Avenue de Tunis et le 12 Décembre au Mondial avec “Sangate Ebola”    Success Story TN : Saïda Meherzi : Entrepreneuse en écotourisme de Kesra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Y a-t-il du harcèlement sexuel dans nos écoles?
Question de l'heure
Publié dans Le Temps le 06 - 04 - 2013

Il a fallu qu'une fillette de 3 ans ait été violée par un gardien dans un jardin d'enfants et qu'un groupe de collégiennes de moins de 15 ans aient été harcelées sexuellement par un surveillant dans un collège, pour que le silence soit brisé et que les tabous soient tombés.
En effet, des cas de viols et de harcèlement sexuel ont toujours été perpétrés dans nos institutions scolaires, mais passaient souvent sous silence, de peur du scandale ou de représailles. Et le fait qu'on n'en parlait pas ou qu'on n'osait pas en parler n'excluait pas l'existence de tant de victimes qui ont subi de tels actes lors de leur enfance ou durant leur scolarité dont certaines vivent encore traumatisées sous l'effet du choc, sans oublier les souffrances que leurs familles ont dû endurer.
Des parents affolés, et pour cause !
Les dernières tristes nouvelles de ces pratiques perverses dans certaines institutions éducatives ont fait couler beaucoup d'encre et suscité une vive controverse parmi les Tunisiens, notamment chez pas mal de parents qui n'hésitent pas d'exprimer leur peur et leur inquiétude en déposant chaque matin leurs chérubins dans une garderie, un jardin d'enfants, une école primaire ou un collège. Et dire que depuis l'annonce des ces actes dégradants et criminels, les langues se sont de plus en plus déliées à travers les médias pour dénoncer d'abord de tels cas, mais aussi pour revenir sur d'autres cas perpétrés antérieurement, évoquant les effets négatifs que les enfants victimes de cet acte ont eus durant leur scolarité et leur vie (difficultés scolaires, absentéisme ou encore abandon d'activités extrascolaires, animosité, agressivité, amertume ...) on a même remarqué la présence de psychologues et de sociologues dans des émissions radiophoniques et sur des plateaux de télévision pour analyser le phénomène du harcèlement sexuel et du viol et leurs conséquences physiques et morales.
Selon des statistiques publiées par l'association des Femmes Démocrates, 1050 actes de viols sont commis annuellement en Tunisie. Ces chiffres sont sérieux, quoiqu'ils ne soient pas officiellement reconnus. Un fait vraiment inquiétant et pour l'état et pour les citoyens d'autant plus que de tels actes sont accomplis dans des lieux qu'on croit toujours les plus sûrs pour la sécurité et la protection de notre progéniture. Cependant, cette panique qui a gagné les familles tunisiennes ne doit pas prendre des proportions alarmantes et qu'il ne faut pas céder à cette psychose qui s'est installée dans nos foyers ! Espérons que les mesures prises par les autorités compétentes contre les jardins d'enfants qui exercent en dehors de la réglementation en vigueur (et ils sont nombreux !) suffiraient pour calmer la situation et que dorénavant ces actes bestiaux ne se répèteront plus dans ces institutions censées être un havre de paix et de quiétude pour nos petits enfants.
Harcèlement sexuel dans nos écoles ?
Partant du fait que le harcèlement sexuel est un acte, un comportement ou des paroles désagréables susceptibles d'offusquer ou d'humilier quelqu'un, on pourrait dire sans ambages que ce phénomène se pratique aujourd'hui dans nos écoles. D'ailleurs, si les chiffres concernant les viols avancés plus haut semblent un peu exagérés, il n'en demeure pas moins évident que dans nos écoles le harcèlement sexuel se pratique quotidiennement, entre les élèves, filles et garçons, dans nos écoles, notamment lycées et collèges, de par le comportement des garçons envers les filles où les gros mots, le langage sexuel, les attouchements corporels, des caresses et des baisers en plein public sont fréquents. D'ailleurs, par le passé, on a même relevé des cas de harcèlement sexuel pratiqués sur des élèves de la part de leurs professeurs. Mais, ces cas ont toujours été minimisés et camouflés, car tout simplement cela ne devrait pas se passer dans une école, lieu de savoir et de bonnes mœurs, entre le professeur et son élève ! En effet, il faut le reconnaître, le harcèlement sexuel pourrait se produire entre élèves dans une salle de classe, sur le terrain de sport, dans la cour ou dans les escaliers, tout comme dans une bousculade à la sortie ou à l'entrée de l'école ou durant leur groupement aux alentours de l'école. On nous racontait qu'un jour, un élève de 8è année de l'enseignement de base, dans un collège de la banlieue sud, se trouvant seul, en fin de séance, avec quelques filles, s'est totalement dévêtu en exhibant son sexe, ce qui était horrifiant pour ces filles qui se sont plaintes à l'administration. On a également entendu parler d'un autre cas où un jeune professeur envoyait par SMS des messages d'amour à l'une de ses élèves qui est allée, preuve à l'appui, se plaindre auprès d'une autre professeur qui n'a pas hésité d'en parler à l'administration. On croit savoir que l'année suivante, ce professeur a été muté dans un autre collège !
Que faire ?
Personne ne peut donc dénier les faits. Dans nos écoles, il ya toujours eu des cas de harcèlement sexuel et les victimes sont habituellement des filles. Dans le contexte scolaire, le harcèlement peut prendre d'autres formes : la plus connue et la plus répandue parmi les élèves, c'est ce qu'on appelle le cyber-harcèlement. En effet, avec le développement des nouvelles technologies et des réseaux sociaux, les élèves harceleurs peuvent poursuivre leurs victimes hors des murs de l'école, en leur envoyant, via leurs téléphones portables des messages obscènes et dégoûtants et des photos ou des vidéos pornographiques. Lors des sessions de chat sur le net, ils peuvent choquer leurs victimes par des propos malsains et pervers qui peuvent les mettre dans un état permanent d'insécurité et d'angoisse. Il s'agit en général de paroles moqueuses ou flatteuses sur le physique de l'autre ou sur son aspect vestimentaire, d'une propagation de rumeurs mensongères autour d'un camarade de classe, concernant ses relations intimes avec d'autres copains ou copines. La drague des filles passe elle aussi pour un acte de harcèlement sexuel, dans la mesure où elle échappe aux règles de la courtoisie et de la galanterie et devient un art qui a sa propre nomenclature de paroles osées, choquantes et souvent humiliantes qui ne peuvent que vexer et intimider l'autre. Ce n'est pas une flatterie ni une taquinerie plaisante non plus, surtout que la drague n'est plus discrète comme avant, mais se pratique en plein public, comme si on voulait intimider la personne en question ! De telles situations existent bel et bien dans nos écoles. La question est de savoir si on pourrait endiguer ces comportements bizarres chez nos élèves, garçons et filles ! Et si toute victime d'un acte de harcèlement osait en parler à ses parents, à une personne confidente ou à un proche parent, on pourrait peut-être y remédier !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.