Tunisie : Nouvelles nominations au sein du MJS    Tunisie – Najla Bouden se réunit avec les membres de son gouvernement    GB : Un député britannique poignardé à mort dans une église. La piste terroriste n'est pas écartée    Tunisie – Moncef Marzouki sous le coup d'une enquête judiciaire    Bilan - Covid-19 : 131 nouveaux cas et cinq décès le 14 octobre    Les membres du Grand Jury des JCC    Parlement européen : La plénière du 19 octobre se penchera sur la situation en Tunisie    PSG vs Angers : Où regarder le match en direct et live streaming ?    Communiqué – Une autre voie possible : Informer et sensibiliser sur le choix d'une migration régulière    La championne olympique Raoua Tlili privée de son salaire !    Covid-19 : L'Allemagne retire la Tunisie de la liste des pays à haut risque    Tunisie: Si on ne sait pas où aller, on n'ira nulle part !    Orange Summer Challenge 2021 : L'innovation au service du recyclage des déchets plastiques    Journée internationale des femmes rurales : La question du transport des ouvrières agricoles reste pendante    L'expertise Bosch au cœur des stations-services Shell    Coupes d'Afrique des clubs : programme des matches de vendredi    Par Abdelaziz Gatri : Thomas Sankhara, ou l'Afrique assassinée    Les préparatifs de la fête du Mawlid à Béja [vidéo]    Revue de la semaine du 8 au 15 octobre 2021: Premier conseil des ministres après la formation du gouvernement    Journée internationale des femmes rurales : Engagement à défendre les droits des filles partout en Tunisie    Un jour férié à l'occasion des fêtes du Mouled        Moody's- Mounira Ayari: C'est la 10e rétrogradation depuis 2011, ne faites pas semblant d'être surpris    Foot – Premier League : ZIDANE, l'option des saoudiens de NEWCASTLE ?    Soirée Astronomique à la Cité des Sciences à Tunis sous le thème des Exoplanètes    Kaïs Saïed commémore le 58ème anniversaire de la fête de l'évacuation à Bizerte    Tunis, un gigantesque cadavre pourrissant    Qualifs Mondial 2022 : le Brésil de NEYMAR déroule et l'Argentine de MESSI assure    Gordon Gray: Kais Said n'apprécie pas le principe de la séparation des pouvoirs    Entreprises publiques- L'Etat est un mauvais gestionnaire selon Moez Joudi    Hichem Ajbouni- Le scénario libanais s'approche à grands pas    Noureddine Tabboubi dénonce les appels à l'ingérence étrangère    Ons Jabeur se qualifie à la demi-finale d'Indian Wells et accède au Top 10    Notation : La Tunisie classée dans la case "obligation spéculative de très mauvaise qualité"    Tunisie : Entrée gratuite aux musées et sites historiques vendredi 15 octobre    INLUCC : Les ministres du gouvernement Bouden déclarent leurs biens    Quarts de finale du Tournoi d'Indian Wells :Où regarder le match de Ons Jabeur du 14 octobre    Accès gratuit aux musées, sites et monuments historiques à cette date    Liban : 3 morts et 20 blessés dans une manifestation à Beyrouth    Exposition "La Syncope Du Mérou" de Belhassen Handous à Central Tunis    Francophonie : Le Vieux port de Bizerte accueille le concert littéraire "Lectures croisées autour de la mer"    Festival du film d'El Gouna : Le spectacle est maintenu malgré l'incendie    Secousse sismique à Gabès    Oscar 2022 : Le film Tunisien "Fartattou Dhehab" de Abdelhamid Bouchnak en lice pour le meilleur film international    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    Le chef de l'Etat assiste à l'éloge funèbre des militaires décédés dans le crash de leur hélicoptère    Nouvelle secousse sismique à Béjà    Jendouba-Bousalem-Béja sur le front de la plaque africaine : ça bouge ! explication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les dispositions à prendre pour sortir de la crise
Organisation tunisienne pour l'information du consommateur
Publié dans La Presse de Tunisie le 18 - 10 - 2018

L'Otic estime nécessaire d'effectuer un traitement structurel approfondi de la crise du dinar tunisien, et ce, à travers une politique d'austérité globale sur une période qui ne soit pas inférieure à 5 ans.
Effectuer une révision approfondie de la carte agricole en augmentant le prix d'achat de l'agriculteur tunisien en vue de réaliser l'autosuffisance en produits de base, et notamment le blé dur et le sucre, tout en limitant les importations du maïs et du soja qui représentent les deux tiers du coût total de la production dans le secteur de l'aviculture (poulets et œufs).
Suite au glissement de la valeur du dinar tunisien vis-à-vis des devises étrangères et ses impacts négatifs sur le pouvoir d'achat du consommateur, l'Otic prévient les parties prenantes des indicateurs au rouge, à commencer par l'augmentation à un rythme accéléré des prix des hydrocarbures, de l'énergie, des produits alimentaires de base sur les marchés internationaux. A cela s'ajoutent les charges du service de la dette extérieure, ce qui favoriserait un glissement plus grave de la monnaie nationale au cours de la prochaine période, ainsi qu'une flambée des prix surtout que plusieurs secteurs importent des composants et matières de l'étranger par devises sonnantes et trébuchantes.
L'organisation souligne, d'autre part, que les réserves en devises sont passées de 120 à 70 jours d'importation. En quelques années, cette baisse a suscité l'engouement des opérateurs économiques pour les devises avec le recours de plusieurs industriels à l'achat à l'avance des matières premières. Aussi, les inquiétudes planent sur le capital national qui craint la diminution des richesses, suite à la poursuite de la chute de la valeur du dinar par rapport aux devises étrangères. Ces facteurs défavorables se traduiront par des pressions supplémentaires sur les réserves en devises et un glissement plus rapide du dinar.
Face à cette grave situation, l'Otic estime nécessaire d'effectuer un traitement structurel approfondi de la crise du dinar tunisien, et ce, à travers une politique d'austérité globale sur une période qui ne soit pas inférieure à 5 ans. Des dispositions efficientes doivent être prises, à cet effet, en vue d'atténuer le déficit de la balance commerciale et les finances publiques. Dans ce cadre, l'Organisation propose l'interdiction absolue de l'importation des produits de consommation qui ont leur similaire fabriqué en Tunisie, ainsi que des produits relevant du secteur agricole, des industries manufacturières, excepté les produits de base, comme les huiles et les céréales.
Révision de la carte agricole
Par ailleurs, l'Organisation propose d'utiliser les normes européennes dans le contrôle technique à l'importation, en élargissant ce dernier en vue d'écarter tous les produits de qualité médiocre provenant de certains pays asiatiques et de Turquie. Une autre proposition importante formulée par l'Otic consiste à effectuer une révision approfondie de la carte agricole en augmentant le prix d'achat de l'agriculteur tunisien en vue de réaliser l'autosuffisance en produits de base, et notamment le blé dur et le sucre, tout en limitant les importations du maïs et du soja qui représentent les deux tiers du coût total de la production dans le secteur de l'aviculture (poulets et œufs).
Il est nécessaire aussi, indique l'Organisation, d'accélérer l'approbation du projet de loi relatif à l'amnistie pour les crimes de change et d'activer la loi d'urgence en vue de lutter contre les échanges illégaux de devises en dehors du cadre et des institutions monétaires reconnues. Ces opérateurs qui travaillent dans le noir font partie d'une banque centrale parallèle en liaison avec l'économie informelle. Sur un autre plan, l'organisation propose une restructuration de l'institution de la défense nationale, dans le sens de la création d'une agence spécialisée dans l'exécution des projets relatifs à l'infrastructure de base (routes, ponts, barrages, lignes ferroviaires), et ce, dans le but de comprimer le coût de réalisation des projets publics qui a augmenté sensiblement, ce qui a rendu plusieurs entreprises inaptes à terminer la réalisation des projets. L'Otic considère comme utile l'intégration des entreprises industrielles nationales à capitaux étrangers dans des groupements, en vue de renforcer leur capacité dans l'innovation technologique et limiter l'importation des intrants.
Enfin, l'organisation appelle les parties prenantes à redonner la valeur au travail dans les secteurs public et privé, et l'institution d'une trêve sociale sur une période de 5 ans avec révision du statut des agents de la Fonction publique et des services de base relevant des structures publiques, et ce, pour être plus rigoureux au sujet des congés de maladie. L'Organisation prévient que sans une accélération de prise des dispositions appropriées, adaptées à la gravité de la situation, des scénarios inquiétants pourraient survenir, comme le glissement du dinar, dont la valeur baissera encore plus (4 dinars pour un euro) en quelques mois, ce qui serait un coup dur pour la classe moyenne, dont une partie a rejoint la classe pauvre dans un contexte d'inflation galopante qui se poursuit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.