Salem Labiadh affirme que le parti Echaab déposera un recours en Appel concernant le siège restitué à Saïd Jaziri de Hizb Errahma à Ben Arous    Tunisie : la BAD accorde 138 millions d'euros à la STEG pour le réseau d'électricité et les énergies renouvelables    Patrice Bergamini : Le visa vers l'Europe sera révisé dès la reprise des négociations sur l'ALECA    Objectif Tunisie Propre ! Une campagne de nettoyage de grande envergure (photos, vidéos)    Au Liban, le premier ministre Hariri prêt à la tenue d'élections anticipées    Quand France Tv se pose la question sur l'avenir de l'édition et de la langue française ?    Numeryx Tunisie inaugure ses locaux et signe un partenariat avec le Digital security Lab de l'école Sup'com    Ligue 1 : les arbitres de la cinquième journée    L'ISIE fera appel de la décision en faveur de Said Jaziri    Ligue des champions de l'UEFA : programme des matchs de cette semaine    JMC 2019 : Palmarès de la 6ème édition    L'ATUGE UK et l'ambassade de Tunisie à Londres organisent une conférence autour de l'économie tunisienne et le rôle de la diaspora    La Tunisie abrite à partir de demain mardi 22 Octobre le 11ème Championnat arabe de Tir à l'arc    Sfax, une autre étape du Festival National du Théâtre Tunisien    Tunisie- Rejet de la demande de libération de l'homme d'affaires Chafik Jarraya    Tunisie- Neuf médecins du service des urgences de l'hôpital du Kef présentent leur démission    FMI et Banque Mondiale : Restons concentrés sur nos objectifs – Obtenir de meilleurs résultats au profit des plus pauvres dans le monde    Classement ATP: Malek Jaziri recule de 2 places (150e)    La Radio Tunisienne et les Radios régionales seront en grève le mardi 22 Octobre    TASDIR+ se déplace dans les régions pour cibler 200 entreprises    Retour sur l'élimination à Kasserine du dangereux terroriste algérien Mourad Ben Hamadi Chaïeb, frère du terroriste Lokmane abou Sakhr    Le tacle de Sami Fehri à Soumaya Ghannouchi    L'officine, exigences d'évolution rassemble Le Syndicat des pharmaciens    En vidéo : L'Ile Maurice en 48 heures vue par un tunisien    En vidéo : La RSE au coeur de l'ADN des Laboratoires SVR Tunisie    Abdelkrim Harouni : Ghannouchi est la figure nationale la plus importante du pays    Club Africain : du nouveau concernant les six points perdus    Economie en crise, Saidane tire la sonnette d'alarme    Tunisie – Météo : Possibilité des cellules orageuses accompagnées de quelques pluies    Tunisie- Le mouvement du peuple ne participera pas au nouveau gouvernement formé par Ennahda    Tunisie – Le terroriste tué à Kasserine était le frère de Lokmane Abou Sakhr    Ligue des champions : Programme de la 3e journée    Programme TV du dimanche 20 octobre    SFBT : Les ventes de la Bière locale ont atteint 163.984 millions dinars durant le 3ème TR de 2019 réalisant une augmentation de 12,46% par rapport à 2018    Tunisie – Airbus : Développement du partenariat de coopération à travers la création à Tunis d'un Centre Airbus de formation de pilotes de ligne    Vidéo : Ce professeur crée le buzz en dansant avec ses élèves à Nabeul    La rayonnante Randa Driss s'éteint    Les JCC 2019 de retour dans les prisons tunisiennes avec 7 projections    Open art week 2019: 2ème édition du 19 au 27 octobre à Tunis (Programme)    La HAICA condamne les attaques et les menaces contre plusieurs journalistes et la chaîne Al Hiwar Ettounsi    Le jeune ambassadeur tunisien de la Francophonie Amir Fehri reçu au Liban par le Chef du gouvernement Saad Al Hariri    Le Théâtre Sindyana à la Médina attribue à la 1ère édition de son Festival musical « Wejdane pour la musique » le nom de « Choubaïla Rached »    Turquie : Erdogan plie sous le poids des menaces américaine et annonce un cessez le feu au nord de la Syrie    RIFAC : 4 courts-métrages tunisiens et 19 étrangers en compétition du 17 au 20 Octobre à la Cité de la Culture de Tunis    Entretien téléphonique entre Giuseppe Conte et Kais Saied    L'ambassadeur du Venezuela en Tunisie, Carlos Feo Acevedo: « La coopération Sud/Sud permettra le vrai développement de nos pays »    L'Italie rapatrie des migrants dans 13 pays dont la Tunisie    L'homme qui garde toujours la corde utilisée pour la pendaison de Saddam Hussein échappe miraculeusement à la mort à Londres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'investissement dans la santé et l'éducation est rentable
Banque mondiale — Nouvel indice du capital humain
Publié dans La Presse de Tunisie le 21 - 10 - 2018

Les travaux de recherche publiés, récemment, par la Banque mondiale fournissent aux responsables publics une preuve incontestable des effets bénéfiques durables que peut apporter une amélioration de la santé et de l'éducation des enfants sur le revenu des populations et des pays.
Dévoilé, récemment, dans le cadre des Assemblées annuelles de la Banque mondiale et du FMI, le nouvel indice du capital humain montre que 56 % des enfants nés aujourd'hui dans le monde seront privés de plus de la moitié de leurs revenus potentiels à l'âge adulte parce que les Etats ne font pas les investissements nécessaires pour produire une population éduquée, résiliente et bien portante, prête pour le monde du travail de demain.
Le capital humain, à savoir l'ensemble des connaissances, des compétences et des conditions de santé que les personnes acquièrent au cours de leur vie, est un des facteurs essentiels à l'origine de la croissance économique soutenue et de la réduction de la pauvreté observées dans beaucoup de pays au cours du XXe siècle, surtout en Asie de l'Est.
Investissements
«Le capital humain est souvent le seul capital des personnes les plus pauvres, explique le président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim. C'est un des facteurs essentiels d'une croissance économique durable et inclusive. Pourtant, les investissements dans la santé et l'éducation n'ont pas reçu l'attention qu'ils méritent. Cet indice établit un lien direct entre l'amélioration de la santé et l'éducation des populations, la productivité et la croissance économique. J'espère qu'il encouragera les pays à prendre des mesures urgentes et à investir plus et mieux dans leur population».
« La barre devient plus haute pour tous, poursuit Jim Yong Kim. Tous les pays, peu importe leurs niveaux de revenus, doivent développer leur capital humain pour pouvoir soutenir la concurrence dans l'économie du futur.».
L'indice du capital humain mesure le niveau de capital humain qu'un enfant né aujourd'hui est susceptible d'atteindre d'ici ses 18 ans, compte tenu des services de santé et d'éducation dans son pays. Il mesure la distance qui sépare un pays d'une situation optimale de scolarisation et de santé. Cette mesure intègre trois facteurs :
Survie : un enfant né aujourd'hui atteindra-t-il l'âge d'aller à l'école ?
Scolarité : quelle sera la durée de sa scolarité et quels seront ses acquis ?
Santé : cet enfant sortira-t-il du système scolaire en bonne santé, prêt à poursuivre ses études ou à entrer sur le marché du travail à l'âge adulte ?
L'indice du capital humain reflète la productivité future d'un enfant né aujourd'hui, comparée à celle qu'il aurait pu atteindre s'il avait bénéficié de conditions de santé optimales et d'une scolarisation complète et de qualité. Il est calculé sur une échelle de 0 à 1, 1 représentant la meilleure note possible. Un indice national de 0,5, par exemple, signifie que le
« potentiel économique » futur de la population (et du pays dans son ensemble) est amputé de moitié. Ce qui se chiffre, sur 50 ans, à de lourdes pertes économiques, avec une réduction annuelle de 1,4 % de la croissance du PIB.
Un bon état de santé
L'indice permet de classer chaque pays en fonction de la productivité de la prochaine génération de travailleurs. Dans des pays comme l'Azerbaïdjan, l'Equateur, le Mexique et la Thaïlande, les enfants nés aujourd'hui présenteraient à l'âge adulte une productivité de 40 % supérieure s'ils bénéficiaient d'une scolarité complète et d'un bon état de santé. Dans des pays comme le Maroc, El Salvador, la Tunisie et le Kenya, la différence atteint 50 %.
Pour 126 des 157 pays couverts par l'indice, les données ont pu être ventilées par sexe. Dans ce sous-ensemble de pays, l'accumulation de capital humain chez les garçons et les filles est encore loin du niveau optimal. Dans la plupart d'entre eux, l'écart séparant l'ensemble des enfants (garçons ou filles) de cet objectif est plus grand que l'écart observé entre les garçons et les filles.
Les faits montrent qu'il est possible de progresser. La Pologne, qui a procédé à un train de réformes de l'éducation entre 1990 et 2015, a affiché un des taux de progression des résultats aux tests Pisa les plus élevés parmi tous les pays de l'Ocde. Le Viet Nam, qui participe également à ce programme d'évaluation des acquis des élèves, a récemment dépassé la moyenne des pays de l'Ocde. Le Malawi a réussi à réduire son taux de retard de croissance de près de 20 points de pourcentage en moins de deux décennies. L'indice met cependant en évidence l'ampleur des efforts à accomplir pour améliorer la situation.
Recherche et évaluations
Le nouvel indice fait partie intégrante d'une vaste initiative du Groupe de la Banque mondiale qui reconnaît le rôle du capital humain comme moteur de la croissance inclusive. Outre l'indice, le «Projet sur le capital humain» comprend un programme de renforcement de la recherche et des évaluations, ainsi qu'une aide pour aider les pays à accélérer leurs progrès.
Vingt-huit pays* dans l'ensemble du monde et diverses catégories de revenu ont fait part de leur intérêt à participer au projet et ont déjà désigné des points focaux nationaux au sein de leurs administrations publiques pour collaborer avec le Groupe de la Banque mondiale. Ces Etats ont déjà entrepris d'enrichir le dialogue sur les politiques en matière de capital humain au sein de leurs ministères techniques et de définir les priorités nationales pour accélérer les progrès en la matière, en s'appuyant chacun sur leurs propres plans de développement national.
L'indice du capital humain fait partie des enjeux abordés dans l'édition 2019 du Rapport sur le développement dans le monde intitulé The Changing Nature of Work, qui traite de l'importance d'investir dans le capital humain pour se préparer au travail de demain.
----------------------------------------------------------------------
*Les 28 pays « pionniers » sont l'Arabie saoudite, l'Arménie, le Bhoutan, le Costa Rica, l'Egypte, les Emirats arabes unis, l'Ethiopie, la Géorgie, l'Indonésie, l'Iraq, la Jordanie, le Kenya, le Koweït, le Lesotho, le Liban, le Malawi, le Maroc, l'Ouzbékistan, le Pakistan, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, le Pérou, les Philippines, la Pologne, le Rwanda, le Sénégal, la Sierra Leone, la Tunisie et l'Ukraine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.