Abdelmajid Ezzar : « Je suis toujours à la tête de l'UTAP »    CONDOLEANCES : Chedly LAHMAR    Monastir: Un surveillant général arrêté pour avoir harcelé des parents d'élèves    CONDOLEANCES : Lamia ZOUAOUI    Sousse: La station balnéaire marina El Kantaoui célèbre ses 43 ans avec une série de manifestations    La Tunisie accueille 'Phoenix Express 2022'    Appel à candidatures pour la Bourse d'aide à la mobilité AMI : date limite le 31 mai 2022    Slim Riahi : je ne suis ni un corrompu, ni un criminel pour subir cet acharnement !    Ukraine : La boulette signée Bush, il condamne sa guerre en Irak…    Le Kenya est exclu des éliminatoires de la CAN 2023 !!    Play-offs Ligue 1 Pro : Programme TV de la 6e journée    La chargée d'affaires à l'Ambassade des Etats-Unis: Le pèlerinage d'Al Ghriba est le symbole de tolérance et de paix [Vidéo]    Une délégation de l'Otan en Tunisie et … en catimini    Parution de l'ouvrage "Les dérives contraires en Tunisie" de Hatem M'rad    USBG : Dans la peau d'un trouble-fête...    EST :Continuer à faire le plein    Ligue 1 | Play-out – 3e journée : L'OB retrouve son rang de leader    Le Brief sportif national, continental et international du jeudi 19 mai    High Tech & Innovation    Tunisie – météo : Temps clair à peu nuageux    Photo du Jour : ils présentent des excuses pour le "dérangement"… On avance!    Walid Ben Salah, président de l'Ordre des experts-comptables de Tunisie à La Presse : «La Tunisie travaille sur l'amélioration de sa notation par le Gafi»    L'investissement étranger n'a pas retrouvé son niveau d'avant la pandémie    Le journaliste Mahmoud Ben Jemâa n'est plus    Ce soir, à la Salle Tahar-Cheriaa à la Cité de la Culture Chedli-Kélibi : Courez (re)voir «Le pas suspendu de la cigogne» d'Angelopoulos !    Tolérance et ouverture...Ce qu'a dit l'ambassadeur de France à propos de la Tunisie    Zied Mallouli : à Sfax, nous avons des sangliers en plus des ordures    Foot-Europe: le programme du jour    Artes propose la distribution d'un dividende de 0,8 dinar par action    EXCLUSIF: Najla Bouden participe au Forum de Davos    Comité de défense de Slim Riahi: Conférence de presse [Vidéo en direct]    Près de 135 mille candidats passeront les épreuves du baccalauréat    Des Israéliens à la Ghriba    Ghazi Maherzi: Le représentant du géant ukrainien de produits métallurgiques    Match amical: USA-Maroc le 1er juin à Cincinnati    Le président de l'Instance générale des prisons et de la rééducation démis de ses fonctions    Par A.Ben Gamra : Notre banque centrale (BCT) cause elle-même l'inflation de notre économie    Libye : Bach Agha annonce Syrte comme siège de son gouvernement    Motus après le missile de l'USAID, Tunis attend qu'on coupe le robinet du FMI    Le Festival de l'Amandier débute ce vendredi à Sfax    Tahar Bekri: Aboulkacem Chebbi et la revue Forge    Ben Slama : le projet de calendrier du référendum a été élaboré par des parties étrangères à l'Isie !    Master International Film Festival : Un nouveau festival cinématographique tunisien en juin à Hammamet    Du Cap-Vert, au Cap Bon, Elisabeth Moreno part à la conquête des électeurs français de Tunisie    L'artiste Mondher Jebabli n'est plus    Le consulat tunisien à Tripoli appelle les Tunisiens à la vigilance    Taïeb Dridi: Toujours à Odessa pour exporter des céréales et des féculents    Des amis d'enfance juifs ouvrent un restaurant de couscous tunisien à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



« Tout le monde est dans le même bateau »
Marasme dans le bassin minier
Publié dans La Presse de Tunisie le 25 - 03 - 2019

Une lueur d'espoir après ce zeste de sagesse des agents de la Sttpm qui ont fait tourner de nouveau les moteurs de leurs bolides, même s'il est tôt pour crier victoire.
Chargée du transport de phosphates extraits aux laveries, la Sttpm est le noyau central de la machine de production qui, une fois grippée, c'est tout le corps (minier) qui souffre. C'est le cas de le dire quand les agents ont décidé de crier haut et fort leur inquiétude face aux difficultés par lesquelles passe leur société. Mais, en exigeant leur intégration à la CPG, ce qui revient à dire acculer ce trust dans ses derniers retranchements.
Le langage des chiffres fait grincer des dents et renseigne sur le malaise de cette compagnie martelée de partout sans qu'on daigne intervenir pour lui trouver un traitement. C'est comme si le marasme relevé au bassin minier ne faisait guère partie des prérogatives des décideurs politiques, dont certains ont déjà fait leur entrée fracassante dans la campagne électorale.
L'année écoulée n'est pas à marquer d'une pierre blanche après que les espérances des responsables ont été en deçà des attentes : vague de protestations et d'interruptions brusques, tout le monde veut monter coûte que coûte sur la barque.
En 2018, la production fut maigre avec 3 millions tonnes, alors que le chiffre phare de 2010 demeure le jackpot (8,3 millions de tonnes). Depuis l'aube de la révolution, le secteur minier boite dans les différents districts. Celui de Moularès est le plus affecté par cette vague déferlante de protestations. Et pour en dire davantage sur cette délégation ; la plus touchée par le chômage ; faut-il rappeler que 2 millions de tonnes de phosphates traités sommeillent dans les entrepôts de la CPG, sans que l'on ait pu les transférer aux clients (GCT, Tefert)
La CPG est mal dans son environnement même si elle ne lésine pas sur les moyens pour apporter de l'eau au moulin à travers ses interventions dans tous les domaines. Mais empressons-nous de dire que la charge est insupportable et ce trust risque de lâcher du lest.
Sollicitée de partout pour une place au soleil, la compagnie ne peut plus répondre aux demandes des protestataires allant crescendo. Au vu des péripéties vécues depuis le 14 janvier, la solution est devenue un problème. Alors a-t-on fait un faux diagnostic et par voie de conséquence administré le mauvais traitement à une crise de chômage qui ne cesse de frapper de plein fouet une région parmi les plus démunies du pays ?
La création de la Société de jardinage et de l'environnement ainsi que la Sttpm sont les signaux d'une fausse thérapie qui a montré ses limites. Pire encore, elle a grippé la machine.
Au début, ils évoluaient sous la bannière de la sous-traitance, puis en 2012 ils ont été intégrés sous un nouveau-né : la Sttpm inscrite dans le registre de la fonction publique ; d'où il est impossible de les intégrer à la CPG qui souffre déjà d'une surcharge avec 7500 agents inscrits tous grades confondus.
Une information relatée par l'agence Reuters fait mention de 1.2000 agents improductifs mais qui perçoivent un salaire. Il s'agit des agents de la Société de l'environnement et de jardinage. D'après nos sources, cette société emploie 12.800 agents recrutés pour se permettre une accalmie dans le bassin minier, mais c'était peine perdue.
Le mal de la CPG gangrène et le trust et l'économie du pays, mais aussi la Sncft jadis principal transporteur du phosphate.
A travers ce constat amer et une machine productive grippée, sur fond d'un climat social sous tension et qui n'augure pas de lendemains enchanteurs, le redressement du tableau fait récalcitrer le plus chevronné des économistes. Des solutions qui urgent, mais lesquelles ?
Einstein disait : « Un problème sans solution est un problème mal posé».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.