Les Diamants Free Fire chez Ooredoo    Badra Gaaloul suggère à Kais Saied de soutenir l'initiative égyptienne pour la Libye    La Télévision nationale dénonce une campagne diffamatoire en lien avec une série diffusée au mois de Ramadan    Football | Espérance sportive de Tunis : prolongation des contrats de six joueurs    L'entraîneur Manuel Pellegrini s'engage avec le Betis    Tunisie: Sur les 21 officiers de la douane admis d'office à la retraite, un seul a comparu devant le juste, déplore Mohamed Abbou    Tunisie : Le parti Courant Populaire considère l'initiative de la coalition Al Karama comme dangereuse pour la liberté de presse    10 nouveaux cas de coronavirus en Tunisie    Le ministère du Tourisme œuvre à la mise en place d'une vision stratégique pour le secteur (Toumi)    Radioscopie du tissu entrepreneurial tunisien post-Covid-19 (Enquête)    En raison de l'abondance des produits locaux : Nouvelle stratégie de rationalisation de l'importation    Portrait poignant de deux afghanes sous le joug masculin    Plan de sauvetage économique : Fakhfakh se réunit avec les principaux partenaires internationaux    Tunisie : Des plans terroristes visant le secteur du tourisme déjoués    Business infos    Taoufik Mekacher : «Nous ne céderons jamais !»    Une nouvelle loi assure à Ghanouchi la présidence de l'ARP pour encore 5 ans    Services de santé en régression : Gafsa réclame une faculté de médecine et d'un CHU    Vers l'élaboration d'un Guide sur le Reporting Extra-Financier (ESG) pour les sociétés cotées    Mémoires militantes et mots incandescents    Le transfert des archives de Cinéma se poursuivra en 2021    "Il faut porter encore en soi un chaos, pour pouvoir mettre au monde une étoile dansante".    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 9 juillet à 11H00    Projet Elife pour faciliter l'insertion professionnelle des jeunes Tunisiens    Nizar Yaiche, ministre des Finances : L'impact du Covid-19 sur les finances publiques est estimé à 5 milliards de dinars    Tunisie : Selim Azzabi en visite à Beja [vidéo] : Plusieurs visites de terrain sont prévue tout au long de cette semaine    Cinéma | A L'Agora, regardez votre film à côté de votre star préférée !    Reportage | Baccalauréat – Démarrage de la session principale : Les épreuves du premier jour à la portée    Amical : L'AS Rejiche défie l'Espérance de Tunis et l'Etoile du Sahel    Tunisie : Abdelatif Mekki et Mohamed Ali Toumi tiennent une conférence de presse ce jeudi    Un Tunisien remporte le 1er prix d'un concours mondial de poésie, Découvrez son poème    Tunisie: Haykel Mekki accuse Iyadh Elloumi d'avoir condamné par avance le chef du gouvernement    Retour au calme à Remada après une nuit agitée    Nouveau projet «Bassamat Ebdaaia» : Laboratoire de création    Sfax et son histoire urbaine : Vue plongeante sur l'histoire d'un centre urbain    Météo : ciel dégagé et températures stables    Club Africain : Plusieurs personnalités Clubistes pour vérifier la liste des adhérents    STB Bank    Tunisie-ONU : Vers la mise en place d'un cadre de coopération quinquennal    Il y a 14 ans jour pour jour, la photo la plus triste de l'histoire de football    32 nouveaux décès en France en 24 heures    469 nouveaux cas en Algérie en 24 heures    L'Ocean Viking sur le point de débarquer 180 migrants en Sicile    Plus de 1 000 nouveaux cas en 24 heures    Une étudiante tunisienne active dans le secours des migrants remporte le prix de l'organisation Pro-Asyl-2020    Ces pays ont procédé encore une fois au confinement    Gouvernement Castex : La parité femmes/hommes respectée, mais plus à droite    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De l'importance du dépistage précoce
Association «Saïda» de lutte contre le cancer : Premières Journées de sensibilisation à la prévention du cancer du sein
Publié dans La Presse de Tunisie le 01 - 12 - 2010

• En Tunisie, le cancer du sein est le premier cancer qui touche la gent féminine. Il touche d'une manière significative les jeunes femmes âgées de moins de 35 ans
• Dans notre pays, ce cancer gagne 12.000 nouveaux cas par an. Et l'on prévoit que ce nombre atteindra à l'horizon 2024 les 20.000
• Grâce au dépistage précoce, la survie est plus garantie. Le cancer du sein peut être converti en une maladie chronique
L'Association «Saïda» de lutte contre le cancer a organisé hier à Tunis une journée de sensibilisation à la prévention du cancer du sein. Cette journée, placée sous le haut patronage de Mme Leïla Ben Ali, présidente-fondatrice de ladite association et épouse du Chef de l'Etat, a permis à un grand nombre de scientifiques et de professeurs de traiter de l'épidémiologie du cancer tant à l'échelle nationale que celle internationale et des grandes avancées scientifiques à même de lutter contre cette maladie et de la convertir même en une simple maladie chronique.
Entamant le programme scientifique, le Pr Joseph Gligorof, cancérologue français, a axé son intervention sur les actualités thérapeutiques dans le traitement du cancer du sein. Le spécialiste français a entamé son allocution par une information positive. En effet, il a indiqué que la majorité des cas de cancers diagnostiqués précocement peut être traitée et guérie et ce, grâce aux grandes avancées en matière de thérapies. Il a souligné que, dans la zone méditerranéenne, les traitements généraux ont connu une amélioration significative tant sur le plan quantitatif que sur celui qualitatif. L'orateur a expliqué minutieusement que l'apport thérapeutique des traitements inhibiteurs et de la chimiothérapie adjuvante moderne ont permis à bon nombre de patientes de suivre des traitements moins agressifs et plus efficaces. Ces thérapies nouvelles diminuent, considérablement, le risque de rechute. Administrées comme traitement adjuvant post-opératoire, elles permettent une meilleure survie de la patiente. L'accès, selon l'orateur, aux traitements innovants et spécifiques pour une patiente en phase de métastase est à même de lui assurer une meilleure survie; chose qui n'était pas possible il y a quelques années. «Aujourd'hui, certaines patientes peuvent vivre avec le cancer jusqu'à dix ans, ce qui confère à cette maladie un aspect chronique et donc moins fatal. Avouons que de nos jours, avoir un cancer du sein s'avère moins grave qu'une insuffisance cardiaque», fait remarquer le Pr Gligorof. L'espoir est possible même pour les cas les plus graves, ceux sans doute de la population triple négative.
Faire face aux cancers négligés
De son côté, le Pr. Khaled Rahal, cancérologue, a dressé l'état des lieux du cancer du sein en Tunisie et dans le monde. A l'échelle mondiale, et selon les chiffres relatifs à l'année 2008, le cancer du sein attaque plus de 12 millions de femmes et en tue environ 8 millions. Il est classé deuxième en termes de gravité et de fréquence après le cancer des poumons.
En Tunisie, l'on enregistre 12.000 nouveaux cas par an et l'on estime que ce nombre croîtra pour atteindre les 20 mille à l'horizon 2024. L'incidence dans notre pays se rapproche celle relevée dans les pays du Maghreb mais elle est nettement moins importante par rapport aux pays de la rive nord de la Méditerranée. «Toutefois, indique l'orateur, l'on s'attend à une augmentation de l'incidence et ce, en raison de bon nombre de facteurs tels que le vieillissement de la population, l'augmentation de l'espérance de vie, le recul du mariage et donc de la vie reproductive ainsi que les mauvaises habitudes alimentaires». Le professeur indique qu'en Tunisie, 28,3 sur 100.000 femmes ont un cancer du sein. Ce cancer est classé premier chez la femme. Il est suivi du cancer de la peau et du col utérin. Ce qui est alarmant, c'est que 25% des femmes atteintes ne sont pas diagnostiquées précocement et 20% des femmes diagnostiquées sont en phase de métastase. D'après une étude réalisée au sein de l'Institut Salah Azaïez, le nombre de nouveaux cas de cancer du sein a carrément doublé de 1994 à 2004. Le taux du cancer du sein chez les femmes âgées de moins de 35 ans s'avère très élevé par rapport aux autres pays, il compte en effet 10,6% des cas. Il ya lieu de noter que, par ailleurs, que le délai moyen de consultation a beaucoup évolué pour s'arrêter à six mois actuellement. La taille tumorale a baissé pour atteindre 39 millimètres contre 63,5 millimètres dans les années 70. Les cancers inflammatoires ont également chuté. Toutefois, le problème qui perdure est que certaines femmes sont récalcitrantes à déclarer et traiter précocement leur cancer. Usant d'un système de choc, l'orateur a projeté des diapositives de cancers du sein négligés afin de sensibiliser l'assistance quant au dépistage précoce.
Problème de déni : une mentalité à changer
Pour sa part, Dr Lilia Kribi, cancérologue, a présenté les résultats d'une étude réalisée dans le cadre du planning familial sur une population cible pour cerner l'approche appropriée à la diffusion de la culture du dépistage précoce du cancer du sein. L'étude a été entamée en 1998 et a pris fin en 2003. «L'idée consiste, pour ce qui est du dépistage précoce, en le tamisage ou le tri d'une population saine et d'une population atteinte. La technique de l'autopalpation s'est avérée inefficace à cause de la petitesse de la taille de certaines tumeurs», indique l'oratrice. La démarche consiste en l'organisation de deux tours de dépistage. Des techniques comme la mammographie, l'examen clinique ou encore l'échographie ont été utilisés d'une manière périodique. Cette démarche a permis de réduire le nombre des tests positifs. Le second tour du dépistage a permis de déceler certains cas de cancers invasifs, ce qui prouve l'efficacité d'un bon filtrage de la population cible. L'oratrice indique, cependant, que le taux de participation des femmes à cette étude a été en deçà des espérances. Certaines, se doutant d'un éventuel cancer du sein, ont stoppé l'expérience et ont interrompu le contrôle. D'où l'indispensable focalisation sur la sensibilisation de la population féminine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.