Formation du gouvernement Attayar soutiendra Elyès Fakhfakh    Levier « important » pour l'exporation : Certification Halal bientôt chez nous ?    Hamadi khammar - «Immigration clandestine»: Ce que M. Salvini semble en ignorer    Hand – CAN 2020 : La Tunisie retrouve l'Egypte en finale    Kia leader du marché VP en 2019    Tunisie : Kais Saïed reçoit Eleyès Fakhfekh    Coronavirus : Quelles sont les mesures prises par le ministère de la santé?    Orange Tunisie, avec l'appui de la Fondation Orange, lance son appel à projets « FabLab Solidaire » pour l'année 2020    DECES : Zohra NAJI veuve cheikh Abdelmoumen ABDELMOUMEN    Open d'Australie : Ons Jabeur bat l'ex-N.1 Mondiale Wozniacicki et va en 1/8e de finale    LC d'Afrique : L'Espérance et l'Etoile du Sahel pour une qualification en 1/4 avant terme    Conférence de presse du Chef de gouvernement chargé Elyès Fakhfakh    Elyes Fakhfakh: Je ne vois ni Qalb Tounes ni le PDL dans le gouvernement    Explosion d'une mine à Chaambi, l'état de santé du berger blessé est critique    «Museum Lab connexion», événement de clôture le 25 janvier à Beit Al Hikma : Comment contribuer à une réappropriation sensible de l'espace public et patrimonial ?    Chemins de l'herméneutique : A la conquête de la parole vive    USA: une explosion secoue Houston, au Texas    CAN – Hand 2020 : Programme des demi-finales de la Coupe d'Afrique des nations de handball (Vendredi 24 janvier 2020)    La Chambre Tuniso Espagnole de Commerce et d'Industrie (CTECI) Présente son plan d'action pour 2020    Les 101 tortues de l'atelier Driba 93, une magnifique exposition à découvrir à l'hôtel Dar El Jeld Tunis    l'Ile de Djerba officiellement candidate à la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO    Ancien Premier ministre de Ben Ali : Hédi Baccouche inhumé à Hammam Sousse    Premier ministre désigné : Fakhfakh démissionne de toutes ses responsabilités à Ettakattol    Tunisie : Appel à candidatures pour les jeunes porteurs d'idées de projets verts    Sonia Ben Cheikh : La fermeture de l'hôpital de la Rabta n'est qu'une intox et ses différents services fonctionnent convenablement    Tunisie: Un syndicaliste, 38 millions de dinars de dettes auprès de la CNAM empêchent La Rabta d'effectuer des opération chirurgicales    Tunisie : Voilà ce que propose la CTN à ses clients suite à l'annulation de la traversée du car-ferry français Daniel Casanova    Tunis-Ré: Hausse de 11% du chiffre d'affaires à fin 2019    1er Salon des industries créatives    CAN 2020 de Handball : La Tunisie en demi-finale après sa victoire sur l'Algérie    Initiative de l'Alliance française en Tunisie : Création du Prix de la Plume Francophone 2020    Tunisie: Suspension des activités des navettes du bac de Djerba à cause du brouillard    Handball | 24e CAN – Ce soir Tunisie-Angola en demi-finale : Motivés et en forme…    LC Afrique (Poules / 5èJ): les matches de ce vendredi    Ahmed Laâjimi, le gagnant de la saison 5 de « NESCAFE COMEDY SHOW », et son « Faux profil » sur scène    Chaambi: Un citoyen gravement blessé par l'explosion d'une mine    Les automobilistes appelés à la vigilance    Le président de la République reçoit cinq enfants tunisiens rapatriés de Libye    Météo: Températures maximales comprises entre 18 et 23°C    Guerre des banques à Beyrouth… Que se passe-t-il au Liban ?    Liban : Restriction de retraits en dollars…les Libanais s'en prennent aux banques    « La Méditerranée du Nord au Sud » : thème d'un film inédit impliquant la Tunisie, l'Algérie et la France    Hand – CAN 2020 : Sur quelle chaîne voir les demi-finales ?    Maas part présenter les résultats de la conférence sur la Libye en Algérie    Libye: la Turquie n'a pas l'intention d'envoyer d'autres “conseillers militaires” pendant le cessez-le-feu    Tunisie: Deux avions par semaine ramènent de manière quasi secrète des migrants expulsés d'Italie, selon le président du FTDS    La Télévision Tunisienne lance à partir du samedi soir la variété « Chanter tunisien – غني تونسي «    En vidéo : Macron pousse un coup de gueule contre des policiers israéliens à Jérusalem    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De l'importance du dépistage précoce
Association «Saïda» de lutte contre le cancer : Premières Journées de sensibilisation à la prévention du cancer du sein
Publié dans La Presse de Tunisie le 01 - 12 - 2010

• En Tunisie, le cancer du sein est le premier cancer qui touche la gent féminine. Il touche d'une manière significative les jeunes femmes âgées de moins de 35 ans
• Dans notre pays, ce cancer gagne 12.000 nouveaux cas par an. Et l'on prévoit que ce nombre atteindra à l'horizon 2024 les 20.000
• Grâce au dépistage précoce, la survie est plus garantie. Le cancer du sein peut être converti en une maladie chronique
L'Association «Saïda» de lutte contre le cancer a organisé hier à Tunis une journée de sensibilisation à la prévention du cancer du sein. Cette journée, placée sous le haut patronage de Mme Leïla Ben Ali, présidente-fondatrice de ladite association et épouse du Chef de l'Etat, a permis à un grand nombre de scientifiques et de professeurs de traiter de l'épidémiologie du cancer tant à l'échelle nationale que celle internationale et des grandes avancées scientifiques à même de lutter contre cette maladie et de la convertir même en une simple maladie chronique.
Entamant le programme scientifique, le Pr Joseph Gligorof, cancérologue français, a axé son intervention sur les actualités thérapeutiques dans le traitement du cancer du sein. Le spécialiste français a entamé son allocution par une information positive. En effet, il a indiqué que la majorité des cas de cancers diagnostiqués précocement peut être traitée et guérie et ce, grâce aux grandes avancées en matière de thérapies. Il a souligné que, dans la zone méditerranéenne, les traitements généraux ont connu une amélioration significative tant sur le plan quantitatif que sur celui qualitatif. L'orateur a expliqué minutieusement que l'apport thérapeutique des traitements inhibiteurs et de la chimiothérapie adjuvante moderne ont permis à bon nombre de patientes de suivre des traitements moins agressifs et plus efficaces. Ces thérapies nouvelles diminuent, considérablement, le risque de rechute. Administrées comme traitement adjuvant post-opératoire, elles permettent une meilleure survie de la patiente. L'accès, selon l'orateur, aux traitements innovants et spécifiques pour une patiente en phase de métastase est à même de lui assurer une meilleure survie; chose qui n'était pas possible il y a quelques années. «Aujourd'hui, certaines patientes peuvent vivre avec le cancer jusqu'à dix ans, ce qui confère à cette maladie un aspect chronique et donc moins fatal. Avouons que de nos jours, avoir un cancer du sein s'avère moins grave qu'une insuffisance cardiaque», fait remarquer le Pr Gligorof. L'espoir est possible même pour les cas les plus graves, ceux sans doute de la population triple négative.
Faire face aux cancers négligés
De son côté, le Pr. Khaled Rahal, cancérologue, a dressé l'état des lieux du cancer du sein en Tunisie et dans le monde. A l'échelle mondiale, et selon les chiffres relatifs à l'année 2008, le cancer du sein attaque plus de 12 millions de femmes et en tue environ 8 millions. Il est classé deuxième en termes de gravité et de fréquence après le cancer des poumons.
En Tunisie, l'on enregistre 12.000 nouveaux cas par an et l'on estime que ce nombre croîtra pour atteindre les 20 mille à l'horizon 2024. L'incidence dans notre pays se rapproche celle relevée dans les pays du Maghreb mais elle est nettement moins importante par rapport aux pays de la rive nord de la Méditerranée. «Toutefois, indique l'orateur, l'on s'attend à une augmentation de l'incidence et ce, en raison de bon nombre de facteurs tels que le vieillissement de la population, l'augmentation de l'espérance de vie, le recul du mariage et donc de la vie reproductive ainsi que les mauvaises habitudes alimentaires». Le professeur indique qu'en Tunisie, 28,3 sur 100.000 femmes ont un cancer du sein. Ce cancer est classé premier chez la femme. Il est suivi du cancer de la peau et du col utérin. Ce qui est alarmant, c'est que 25% des femmes atteintes ne sont pas diagnostiquées précocement et 20% des femmes diagnostiquées sont en phase de métastase. D'après une étude réalisée au sein de l'Institut Salah Azaïez, le nombre de nouveaux cas de cancer du sein a carrément doublé de 1994 à 2004. Le taux du cancer du sein chez les femmes âgées de moins de 35 ans s'avère très élevé par rapport aux autres pays, il compte en effet 10,6% des cas. Il ya lieu de noter que, par ailleurs, que le délai moyen de consultation a beaucoup évolué pour s'arrêter à six mois actuellement. La taille tumorale a baissé pour atteindre 39 millimètres contre 63,5 millimètres dans les années 70. Les cancers inflammatoires ont également chuté. Toutefois, le problème qui perdure est que certaines femmes sont récalcitrantes à déclarer et traiter précocement leur cancer. Usant d'un système de choc, l'orateur a projeté des diapositives de cancers du sein négligés afin de sensibiliser l'assistance quant au dépistage précoce.
Problème de déni : une mentalité à changer
Pour sa part, Dr Lilia Kribi, cancérologue, a présenté les résultats d'une étude réalisée dans le cadre du planning familial sur une population cible pour cerner l'approche appropriée à la diffusion de la culture du dépistage précoce du cancer du sein. L'étude a été entamée en 1998 et a pris fin en 2003. «L'idée consiste, pour ce qui est du dépistage précoce, en le tamisage ou le tri d'une population saine et d'une population atteinte. La technique de l'autopalpation s'est avérée inefficace à cause de la petitesse de la taille de certaines tumeurs», indique l'oratrice. La démarche consiste en l'organisation de deux tours de dépistage. Des techniques comme la mammographie, l'examen clinique ou encore l'échographie ont été utilisés d'une manière périodique. Cette démarche a permis de réduire le nombre des tests positifs. Le second tour du dépistage a permis de déceler certains cas de cancers invasifs, ce qui prouve l'efficacité d'un bon filtrage de la population cible. L'oratrice indique, cependant, que le taux de participation des femmes à cette étude a été en deçà des espérances. Certaines, se doutant d'un éventuel cancer du sein, ont stoppé l'expérience et ont interrompu le contrôle. D'où l'indispensable focalisation sur la sensibilisation de la population féminine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.