CAN 2022 : Programme des huitièmes de finale et Live TV et streaming pour regarder les Matchs    Entretien téléphonique Saïed-Macron: « Les réformes aspirent à préserver la liberté et à établir la justice »    Syrie : 4e jour de combat entre Daech et les Kurdes, plus de 120 morts    Justice transitionnelle — Abdallah Kallel et d'anciens cadres sécuritaires interdits de voyage: La lenteur de la justice bafoue les droits des victimes et ceux des accusés    Foot-Europe: le programme du jour    CAN 2021 : L'historique des matches en CAN opposant les Aigles aux Super Eagles    CAN 2021 — Huitièmes de finale — Tunisie-Nigeria (Ce soir à 20h00) : Sauver la face    Coronavirus : 10 décès de plus et 10031 contaminations en 24h    Tunisie-coronavirus : Plus de 14 mille vaccinés en 24H    Mes odyssées en Méditerranée | Michel Giliberti: «Tunisie. L'inhérence d'une errance»    On a vu pour vous : « Are you Lonesome Tonight ? », de Shipei Wen : Thriller chinois    CAN 2021 — Huitièmes de finale — Tunisie-Nigeria (Ce soir à 20h00): Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir !    Médecins, dentistes et pharmaciens de la santé publique en grève, le 25 janvier    Tunisie: Ali Abdi testé positif au Covid19    Récupération politique    Urbanisme et planification urbaine    La Presse Magazine du Dimanche 23 janvier 2022 consultable sur notre site    Des astuces pour protéger les plantes du froid    Les perroquets    Migraine : la covid-19, un facteur déclencheur    Ali Graja, ancien attaquant international du CSS: «Dans la vie, il n' y a pas que l'argent ! »    La Fédération Nationale des Urbanistes Tunisiens (Fnut) lève le voile sur les défis de l'urbanisme en Tunisie: Un chantier en cache un autre...    Loi de finances : Bouden corrige le tir avec la Conect après l'avoir zappée    Rapport – BCT : Les risques des crédits de l'Office des céréales pèsent lourdement sur le secteur bancaire    Nigeria – Tunisie : Sur quelle chaîne et à quelle heure regarder le match en direct – 23 janvier 2022    Etude – Le changement climatique diminuera la production céréalière de 30 à 50% par an    Saïed a parlé à Macron, a donné des gages mais droit dans ses bottes    Steg : plusieurs quartiers à Sousse, Monastir et Sfax sans électricité dimanche    Meurtre du commandant Houimli : 3 condamnations dont une peine de mort    STEG : Des coupures à Sousse, Monastir et Sfax ce dimanche    Les membres du CSM pleurent-ils pour leurs privilèges ou pour l'atteinte au pouvoir judiciaire ?    Semaine boursière : Le Tunindex en mauvaise posture    Antonio Guterres espère un rétablissement des institutions démocratiques en Tunisie    Mouhiba Chaker, romancière : «Ecrire en français n'est pas pour moi un choix réfléchi !»    Industrie : Les obstacles n'ont pas freiné le développement du secteur aéronautique en Tunisie    BNA Bank réalise un PNB en hausse de 20% en 2021    Evènement "Les Nuits de la lecture" en ligne: 6ème édition sous le thème de l'AMOUR    11 Tunisiens meurent noyés dans le naufrage de leur embarcation    Le chanteur hip-hop Balti et Elyanna réunis dans une chanson tuniso-palestinienne (vidéo)    Syrie: Daech attaque une grande prison et libère plusieurs terroristes    Sculpture sur un minéral ancestral, le lapis specularis    Gabès Cinéma Fen 2022: les inscriptions pour les films sont ouvertes    Tunisie-La Marsa : Kobbet Lahoua classé monument historique national    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pour la Tunisie et pour la Révolution
Un nouveau «Pacte de sécurité»(Ahd al-Aman)


Par Mohamed HADDAD *
Le mercredi 9 septembre 1857, il a été proclamé en Tunisie le fameux Ahd al-Aman (littéralement : «Pacte de sûreté»), un document politique d'une importance exceptionnelle à l'époque, qui a déclenché un processus de réformes inédit. Ce processus, on le sait, s'est soldé par la proclamation, en 1861, de la première Constitution en Tunisie et dans l'ensemble du monde arabe. Le mouvement réformiste, regroupant des personnalités aussi diverses que l'homme politique Khair-Eddine, l'historiographe Ibn Abî Dhiaf, le poète Béji Massaoudi et le cheikh Salem Bouhajib, avait alors tracé une page glorieuse de l'histoire de notre pays. Malheureusement, la Tunisie croupissait alors dans la misère et dans l'illettrisme, ce qui avait condamné ce mouvement à l'élitisme. Le devenir, voire le contenu même de ce document, ont souffert de cette situation. En effet, le Bey et les consuls profitèrent de la révolte populaire de 1864 pour faire volte-face et geler le processus de réformes, alors qu'ils auraient dû l'approfondir en joignant un volet social à son versant politique. La colonisation, installée quelques années plus tard sous le prétexte de civiliser les indigènes, n'a pas jugé utile de rétablir la Constitution, pourtant inspirée des principes modernes!
Un siècle et demi plus tard, notre pays compte prendre sa revanche sur cette défaite « civilisationnelle ». Avec la Révolution du 14 janvier, ce n'est plus une élite, encore moins la volonté d'un autocrate ou d'un consul, mais un peuple éduqué et conscient de ses droits, qui décide l'élaboration d'une nouvelle constitution. La Constituante exprimera la volonté d'une rupture radicale avec les trébuchements et les pervertissements du passé, mais elle n'est pas elle-même à l'abri des mauvaises tournures. En effet, la Constituante pourrait se transformer en une assemblée qui cumulera le pouvoir législatif et le pouvoir exécutif et fonctionner sans contre-pouvoir institutionnel. Elle sera, certes, l'émanation de la volonté populaire, mais l'histoire nous a enseigné à maintes reprises que cette volonté peut être déviée de ses objectifs initiaux.Hitler n'a-t-il pas remporté des élections démocratiques dans le pays qui fut le berceau de Lessing et de Kant? Et dans notre propre histoire arabo-musulmane, c'est Muawia ibn Abi Sufyan, désigné calife dans le cadre d'un consensus visant à mettre un terme à la discorde (fitna), qui a dévié le pouvoir du principe de la choura à la règle de l'hérédité.
L'exemple du «Pacte» de 1857 pourrait nous inspirer. Un document consensuel qui engagera toute la société, partis politiques et société civile, donnera un "Aman" quant à l'avenir du pays d'une part, et le respect des droits fondamentaux d'autre part. Pour commencer, ce document fixera un délai maximal aux travaux de la Constituante, afin que celle-ci ne s'éternise et n'impose une sorte de fait accompli sur la société. Le leader Bourguiba n'avait-il pas allongé la durée de la première Constituante pour liquider certains de ses opposants politiques ? Ensuite, ce «nouveau Pacte» fixera les principes formant le dénominateur commun de la citoyenneté tunisienne. Puisque les élections ont été reportées au 23 octobre, nous avons suffisamment le temps d'en discuter sereinement.
Se mettre d'accord sur les fondamentaux
Il est bien entendu que le «nous» signifie ici tous les partis politiques, les diverses composantes de la société civile, les intellectuels, les médias, les artistes, les corps de métiers, les syndicats, etc., sans distinction entre ceux qui sont représentés dans la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la Révolution et ceux qui n'y sont pas représentés. La proposition d'un «nouveau  Pacte» ne doit pas être confondue avec des textes parus ces derniers mois et qui visaient la constitution de pôles politiques (des démarches par ailleurs légitimes dans leurs propres contextes). Bien au contraire, cette proposition n'aura de sens que si elle réussit à garantir l'adhésion de tous, notamment les quatre tendances politiques majeures : gauche, libéraux, islamistes et nationalistes arabes. Toutes ces tendances se disent d'accord sur les fondamentaux, comme le régime républicain, le caractère civil du pouvoir, les acquis du Code de statut personnel, le droit de tous d'exercer des activités politiques, etc., alors pourquoi ne pas signifier cet engagement par écrit ?
Si la Haute instance réussissait à nous proposer un texte allant dans ce sens, nous nous en réjouirons, mais nous ne l'accepterons qu'en tant que proposition préliminaire qui devra être discutée dans un cadre plus large, à l'intérieur comme à l'extérieur de la Haute Instance. Car cette Instance a brillé jusqu'à présent par son manque de communication avec l'ensemble des citoyens ; elle s'est comportée comme un tuteur alors qu'elle aurait dû jouer le rôle d'un animateur du débat public. Pour qu'il y ait un véritable consensus, il faut ouvrir le débat le plus largement possible. La Haute Instance pourrait proposer un projet puis élaborer sa mouture définitive en fonction de l'ensemble des remarques et des suggestions qu'elle recueillera des débats publics. Enfin, dans un pays où la Révolution a été conduite par le peuple et non pas par l'élite, le «nouveau Pacte» devra être soumis au référendum populaire le jour même de l'élection de la Constituante; il servira de contrat entre les citoyens votants et les délégués mandatés. Il permettra d'attaquer la deuxième phase transitoire, celle séparant les élections de la Constituante à la proclamation de la nouvelle Constitution, avec davantage de sérénité et de confiance. La Tunisie ne pourra pas se payer le luxe de vivre encore longtemps dans le laisser-aller actuel.
Par ailleurs, la Haute Instance nous aura donné un avant-goût d'élitisme et de querelles partisanes, qu'en sera-t-il de la Constituante, lorsque ses membres jouiront de la légitimité élective ? Les citoyens voteront pour des partis politiques qui ne présentent pas des engagements et des programmes clairs. Or, la meilleure façon de respecter la volonté populaire ne sera pas de demander au peuple de signer un chèque en blanc, mais de définir les principes fondateurs du prochain contrat politico-social. Une fois ces principes connus, agréés par tous et rédigés dans un document écrit, ils donneront la sécurité à la Tunisie et à la Révolution, en atténuant le risque de voir dérayer le processus démocratique et en diminuant des querelles partisanes basées en grande partie sur la peur et l'appréhension que les uns ont pour les autres.
Ouvrons donc un large débat, profond et serein, et essayons d'aboutir tous ensemble à un «nouveau Pacte» qui fixera les principes fondamentaux de la citoyenneté tunisienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.