Tunisie – L'inflation grimpe à 9.1%… Comme partout dans le monde    Analyse : La Tunisie parmi les pays exposés au risque d'insoutenabilité de la dette    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Le CA en force et qualifié devant le Zamalek    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Programme des quarts de finale    UEFA CL : Les résultats complets de la soirée de mercredi    Redmi A1+ : un smartphone des plus abordables de la marque Xiaomi    Kaïs Saïed, conseil supérieur des armées, André Parant… Les 5 infos de la journée    Le Groupe BNA signe des conventions de partenariat avec le SPOT    Football | La CAF suspend l'entraîneur tunisien Rafik M'hamdi    USA : Un mensonge d'Etat, Biden relance "le mur de la honte"    Tunisie : Création d'un tribunal pour la résolution des conflits sportifs    Crise énergétique et énergies renouvelables : la Tunisie rate encore une transition    Signature d'un accord de partenariat entre Mattel et Huawei    Rached Ghannouchi ou l'arnaque politique de la Tunisie    Béja: Négociations entre le ministère de l'Education et la fédération générale de l'éducation de base (Vidéo)    Ukraine : il n'aurait pas 6000 mais 9000 têtes nucléaires, le patron de la CIA avertit    Les journalistes organiseront un rassemblement à la place de La Kasbah    La Tunisie accueille le forum Africain du LIONS CLUBS International    La nouvelle Première ministre britannique: ''Je suis très sioniste''    Coronavirus – Vaccination : Plus de 69 mille personnes ont reçu quatre doses    OPPO dévoile les trois matchs les plus inspirants de la UEFA, tels que votés des fans    L'ambassadeur de France: Je suis optimiste pour l'avenir de la Tunisie    Soutien aux femmes d'Iran : des artistes se coupent les cheveux en direct sur instagram    Mali, Burkina Faso… : Poutine pactise avec Goïta, l'Occident a un problème de plus    Vidéo : Un rappeur russe de 27 ans se suicide pour échapper à la mobilisation en Ukraine    Crash d'un avion militaire au Mali: le bilan s'alourdit    Leila Hadded : Les parrainages se vendent à 10 dinars    L'Ugtt face à l'approche d'un imminent accord avec le FMI : Pas de chèque en blanc pour le gouvernement    Candidatez pour la 5ème saison d'Orange Fab, accélérateur corporate de start-up d'Orange Tunisie    Recette : Recette assida zgougou de maman    Kasserine : Deuxième taux d'analphabétisme le plus élevé sur le plan national    Pourquoi | Profiter du changement climatique    Bientôt à la Galerie Kalysté : Hamda Dniden raconte Sidi Bou Saïd    «The Transformation of Silence» de Héla Ammar et Souad Mani à la Chapelle de Saint-Monique à Carthage : Mémoires, archives et traces    37e édition du festival international du film francophone de Namur : Du réel à l'abstrait    Tennis- Open Jasmin Monastir : Résultats des rencontres disputées mardi 04 octobre 2022    Olfa Hamdi appelle au report des élections (Live)    WTA Open des Jasmins : Ons Jabeur qualifiée en 8e de finale, les moments forts (vidéo)    Saisie de 1900 kilos de pâte dissimulés dans une étable pour l'élevage des moutons    Danses lascives et tenues dénudées : le festival de la Fête du Mouled s'excuse    Tunisie: La production nationale de médicaments couvre 75% des besoins    1er forum Afrique-France de la transition écologique et énergétique | Des enjeux et des solutions    Météo en Tunisie : Des pluies attendues l'après-midi sur le centre, le sud et le nord ouest    L'UBCI Partenaire Officiel de l'extended sessions de Jazz à Carthage    JCC 2022 : Des films restaurés et inédits de la fin des années 60 dans le focus Palestine    L'Union islamique des avocats accuse la Faculté de Sciences juridiques de "propager" l'homosexualité    Zarzis | Affluence des africains subsahariens : La situation risque de dégénérer    L'insupportable arrogance des Occidentaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les hommes d'affaires, la liste de « la honte » et les « sans-culottes » ! (1ère partie)
Opinions


Par Imed ABDELJAOUED*
S'il est un impératif qui suscite aujourd'hui intérêt et inquiétude pour notre pays , c'est bien la reprise de l'activité économique. Tout le monde s'accorde également à dire que le chemin de la croissance est tributaire du retour au calme, du règne de la sécurité ainsi que de l'arrêt immédiat des sit-in. Ce n'est qu'à ces conditions que les hommes d'affaires, créateurs de richesse, retrouvent la confiance, se défont de la «lâcheté du capital» (expression à la mode depuis la révolution !) et reprennent leurs activités.
Or la dégradation actuelle de la situation économique, la persistance du chômage et les risques sérieux qui pèsent sur les fondamentaux de l'économie dans les mois à venir ne trouveraient remède qu'à travers l'accroissement des investissements. Non seulement l'investissement doit croître et atteindre un niveau qui permet d'éponger les centaines de milliers de nouveaux arrivants sur le marché de l'emploi, mais il doit, également, être canalisé vers les régions défavorisées. Occulter cette décentralisation du capital, c'est ne pas honorer l'un des acquis fondamentaux de la révolution : le développement régional. La tâche est donc loin d'être facile et exige la genèse d'un nouveau paradigme : le développement consensuel. Ce nouveau concept, alternative à la Tunisie moderne et démocratique telle que nous la rêvons, doit être tiré par le capital, appuyé par le travail, cautionné par l'Etat et contrôlé par la société civile. De quoi s'agit-il concrètement ? C'est un processus dynamique de conciliation entre deux objectifs, le plus souvent antinomiques : l'efficacité économique et l'équité. Plus précisément, c'est un pacte social «révolutionnaire» qui rompt avec la rationalité de maximisation des profits des hommes d'affaires, la surenchère sociale et syndicale et l'interventionnisme déviant et inefficace d'un Etat providence omniprésent qui se dit «despote bienveillant». La nouvelle devise des parties prenantes dans ce jeu coopératif du développement consensuel est : tous unis, dans un élan patriotique, pour honorer la révolution qui nous a tous affranchis, loin de tout excès d'individualisme, d'activisme et d'opportunisme. Les règles du jeu doivent être claires : primat de la croissance économique mais avec des clés de répartition (surtout en termes de finances publiques) consensuelles et clairement préétablies. C'est un processus qui renie la tendance libérale «piège» (accumulons et redistribuons après !) prônée par les experts d'obédience néoclassique des organismes financiers internationaux !
La réussite de ce pacte social est tributaire essentiellement de l'adhésion des hommes d'affaires. Accorder aux patrons ce rôle primordial par rapport à toutes les autres factions de la société risque de surprendre, voire de déplaire, mais il est temps de rappeler à tous les Tunisiens, loin de tout économisme, que sans le capital, il n'y a ni revenus, ni consommation, ni Etat, ni infrastructures, ni démocratie !
Sans l'implication des hommes d'affaires pour relancer la machine économique, il n'y aura ni création d'emplois, ni exportations, ni développement local.
De plus, aujourd'hui le pays a besoin de plus qu'une volonté et une implication de la part des hommes d'affaires, plus qu'une prise de risque : nous avons besoin d'une attitude citoyenne, patriote et prospective !
Le chef d'entreprise doit changer de paradigme et se défaire de son égoïsme, de son sectarisme. Il doit adhérer aux principes de la révolution qui l'a affranchi de la mafia, de la lâcheté et de la peur ; il doit convenir que si le bateau coule, personne n'en sera épargné ; il devrait sacrifier une jouissance de court terme pour un épanouissement permanent dans le moyen-long terme : c'est un jeu à somme positive !
Les hommes d'affaires sont donc tenus de relever plusieurs défis pour la bonne cause de la révolution mais aussi pour le maintien et le développement de leurs activités :
- Accepter le défi de hasarder leurs capitaux en dépit d'anticipations «peu rassurantes»;
- Investir plus même si la visibilité sur la demande est limitée;
- Accepter d'investir dans les régions défavorisées et y améliorer le bien-être sans quoi l'un des acquis de la révolution : la justice redistributive régionale n'aura pas lieu, ce qui serait préjudiciable à l'avenir du pays ;
- Outrepasser le management classique et intégrer des normes de responsabilité sociétale. Il s'agit d'une nouvelle norme (ISO 26000, qui ne vise pas la certification) qui a une dimension citoyenne avec ses sept principales composantes : La responsabilité de rendre compte la transparence, le comportement éthique, le respect des intérêts des parties prenantes, du principe de l'égalité, des normes de comportement et des droits de l'homme. Ces sept éléments coïncident parfaitement avec les attentes de la révolution.
- Assurer l'efficacité énergétique par le recours permanent aux énergies renouvelables et coller aux exigences de l'économie verte;
- Définir avec l'Etat le cadre et la portée du partenariat public-privé;
- Promouvoir l'innovation;
- Co-construire les formations universitaires dans une optique prospective pour qu'il y ait adéquation entre le produit de l'université et les exigences de la firme.
En se limitant à ces quelques exigences «vitales» pour l'entreprise d'aujourd'hui, il est clair qu'un vaste et ambitieux chantier attend le monde des affaires !
Ces défis sont d'autant plus incontournables qu'une nouvelle donne, fruit de la révolution, vient remettre en cause l'équilibre socioéconomique d'avant le 14 janvier : les Tunisiens passent de statut de «sujets» à celui de «citoyens» !
Cet acquis historique pour notre peuple pourrait, dans le court terme, constituer une menace pour notre pays et pour notre révolution si jamais la croissance n'atteint pas un niveau élevé : près d'un million et demi de nouveaux «citoyens» vont réclamer leur part du gâteau (sans compter ceux qui travaillent et qui exigent davantage de redistribution !).
Pour ces personnes longtemps exclues de la sphère redistributive, il n'est pas question de patienter, de sacrifier encore plus ou de rationaliser : les résultats doivent être tangibles et immédiats !
Ce n'est donc qu'au prix d'une politique budgétaire expansive et d'un élan patriotique, citoyen et magnanime des hommes d'affaires que notre révolution peut être honorée !
Stimuler l'investissement et développer les régions n'est donc pas une question de sécurité, de sit-in ou d'instabilité en Libye !
Alors qu'avons-nous offert pour ces hommes d'affaires pour réaliser notre pacte social révolutionnaire ?
Eh bien, hormis l'attitude intelligente et clairvoyante de M. Mustapha Kamel Nabli, gouverneur de la Banque Centrale, qui était le premier à aller les solliciter tout en se montrant rassurant (attitude prospective de l'économiste brillant !) et le flair politique du Premier ministre M. Béji Caïd Essebsi (qui n'est pourtant pas économiste) qui est allé également avec certains de ses ministres leur dire combien le pays a besoin d'eux, la classe politique, les intellectuels et les médias qui monopolisent la scène depuis le 14 janvier ont été quasiment sans merci pour la majorité d'entre eux !?
Délibérément ou non, on leur a réservé des positions allant de leur marginalisation, à la privation de leurs droits civiques et de leur citoyenneté, en passant par leur assimilation aux mafieux ! Amalgames et procès d'intention ont caractérisé la démarche des «sans-culottes» de notre révolution ! ( les «sans-culottes» étaient les révolutionnaires les plus avancés dans la Révolution française de 1789 !).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.