Poutine : Ces pays sont en route pour devenir des futures superpuissances mondiales …    Football | Liga : Le Real Madrid s'impose devant le Barca    La France rappelle son ambassadeur à Ankara    Handball : Wael Jallouz fait son retour et signe à l'AS Hammamet    Quel passeport est le plus puissant ? Marocain ou Algérien ou Tunisien ?    Accord de «cessez-le-feu permanent» avec «effet immédiat»    Des avocats palestiniens poursuivent Londres en justice    Le patriarche et le diable : diviser pour mieux régner...    Macron détient la clé des négociations sur la pêche    Retour à la normale    Pourquoi Rachida Ennaïfer a rendu le tablier ?    Plaidoyer pour la culture...    Quand pèse l'incertitude    Photo du jour : La Médina de Tunis ravagée...    Démantèlement d'un réseau spécialisé dans les fouilles et le trafic de pièces archéologiques    Tunisie : 157 athlètes infectés au Coronavirus    Club Africain : une nouvelle recrue quitte l'équipe    Tunisie | Covid-19 : 35 nouveaux décès enregistrés le 22 octobre    USA : Qui est Joe Biden le candidat démocrate qui défie Trump ?    Tunisie : Le prix de vente maximum des masques multi-usages non médicaux, maintenu à 1,850 dinar    La Manouba : Récupération d'une terre domaniale de 626 ha    Appui de l'Etat à l'investissement des PME : 18 nouveaux dossiers adoptés    Les biens liquidés du RCD rapportent plus d'un milliard à l'Etat    Tunisie: Un décès à Sfax et 160 infections au coronavirus    Tunisie: Yassine Ayari dénonce la discrimination religieuse en France et appelle à instaurer des relations internationales fondées sur le respect mutuel    1,5 millions de dinars de marchandises saisies par la garde douanière cette semaine    Les systèmes de santé de certains pays risquent de s'effondrer, met en garde l'OMS    CONDOLEANCES : Mohamed JAMALI    Non, Wadii Jari ne soutient pas la candidature de Ahmed Ahmed    DECES : Pr Farouk Benna    En vidéo : Mon limogeage a été une mauvaise décision, déclare Abdellatif Mekki    Travail : La robotisation pourrait détruire 85 millions postes d'emploi dans le monde, d'ici 5 ans    Sarra Tounsi, élue plus belle apparition à El Gouna sur Twitter    Commentaire | Un modèle de développement essoufflé    Projet de budget de l'état 2021 : L'étau se resserre autour des entreprises    Coronavirus: 135 nouvelles rémissions à Kairouan    Communiqué de l'Ambassade de France en Tunisie en rapport avec la décision de l'Union européenne    L'accord pour un cessez-le-feu permanent en Libye, un important pas vers le règlement politique dans ce pays (Affaires étrangères)    Lutte contre le Coronavirus : Le numérique, efficace à condition d'être largement utilisé...    Vient de paraître | Nouveau Dictionnaire Général Bilingue, Français-Italien et Italien-Français de Giovanni Dotoli : «A tous ceux que la belle Italie intéresse»    Tunisie: 59 nouvelles infections au coronavirus à Béja    Officiel : La France retirera la Tunisie de la Liste Verte    En Iran, une explosion dans une usine pétrochimique suivie d'un incendie    Night in Tunisia, une création musicale signée Yacine Boularès, bientôt sur scène    Un Tunisien obtient gain de cause contre le ministre des Affaires Etrangères    Ammar Mahjoubi: Mythologies proche-orientales et récits bibliques    La poésie en questions | Dans l'atelier de la langue    Budget de l'Etat : Le volume de la dette publique estimé à 92,7% du PIB, à fin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les hommes d'affaires, la liste de « la honte » et les « sans-culottes » ! (1ère partie)
Opinions


Par Imed ABDELJAOUED*
S'il est un impératif qui suscite aujourd'hui intérêt et inquiétude pour notre pays , c'est bien la reprise de l'activité économique. Tout le monde s'accorde également à dire que le chemin de la croissance est tributaire du retour au calme, du règne de la sécurité ainsi que de l'arrêt immédiat des sit-in. Ce n'est qu'à ces conditions que les hommes d'affaires, créateurs de richesse, retrouvent la confiance, se défont de la «lâcheté du capital» (expression à la mode depuis la révolution !) et reprennent leurs activités.
Or la dégradation actuelle de la situation économique, la persistance du chômage et les risques sérieux qui pèsent sur les fondamentaux de l'économie dans les mois à venir ne trouveraient remède qu'à travers l'accroissement des investissements. Non seulement l'investissement doit croître et atteindre un niveau qui permet d'éponger les centaines de milliers de nouveaux arrivants sur le marché de l'emploi, mais il doit, également, être canalisé vers les régions défavorisées. Occulter cette décentralisation du capital, c'est ne pas honorer l'un des acquis fondamentaux de la révolution : le développement régional. La tâche est donc loin d'être facile et exige la genèse d'un nouveau paradigme : le développement consensuel. Ce nouveau concept, alternative à la Tunisie moderne et démocratique telle que nous la rêvons, doit être tiré par le capital, appuyé par le travail, cautionné par l'Etat et contrôlé par la société civile. De quoi s'agit-il concrètement ? C'est un processus dynamique de conciliation entre deux objectifs, le plus souvent antinomiques : l'efficacité économique et l'équité. Plus précisément, c'est un pacte social «révolutionnaire» qui rompt avec la rationalité de maximisation des profits des hommes d'affaires, la surenchère sociale et syndicale et l'interventionnisme déviant et inefficace d'un Etat providence omniprésent qui se dit «despote bienveillant». La nouvelle devise des parties prenantes dans ce jeu coopératif du développement consensuel est : tous unis, dans un élan patriotique, pour honorer la révolution qui nous a tous affranchis, loin de tout excès d'individualisme, d'activisme et d'opportunisme. Les règles du jeu doivent être claires : primat de la croissance économique mais avec des clés de répartition (surtout en termes de finances publiques) consensuelles et clairement préétablies. C'est un processus qui renie la tendance libérale «piège» (accumulons et redistribuons après !) prônée par les experts d'obédience néoclassique des organismes financiers internationaux !
La réussite de ce pacte social est tributaire essentiellement de l'adhésion des hommes d'affaires. Accorder aux patrons ce rôle primordial par rapport à toutes les autres factions de la société risque de surprendre, voire de déplaire, mais il est temps de rappeler à tous les Tunisiens, loin de tout économisme, que sans le capital, il n'y a ni revenus, ni consommation, ni Etat, ni infrastructures, ni démocratie !
Sans l'implication des hommes d'affaires pour relancer la machine économique, il n'y aura ni création d'emplois, ni exportations, ni développement local.
De plus, aujourd'hui le pays a besoin de plus qu'une volonté et une implication de la part des hommes d'affaires, plus qu'une prise de risque : nous avons besoin d'une attitude citoyenne, patriote et prospective !
Le chef d'entreprise doit changer de paradigme et se défaire de son égoïsme, de son sectarisme. Il doit adhérer aux principes de la révolution qui l'a affranchi de la mafia, de la lâcheté et de la peur ; il doit convenir que si le bateau coule, personne n'en sera épargné ; il devrait sacrifier une jouissance de court terme pour un épanouissement permanent dans le moyen-long terme : c'est un jeu à somme positive !
Les hommes d'affaires sont donc tenus de relever plusieurs défis pour la bonne cause de la révolution mais aussi pour le maintien et le développement de leurs activités :
- Accepter le défi de hasarder leurs capitaux en dépit d'anticipations «peu rassurantes»;
- Investir plus même si la visibilité sur la demande est limitée;
- Accepter d'investir dans les régions défavorisées et y améliorer le bien-être sans quoi l'un des acquis de la révolution : la justice redistributive régionale n'aura pas lieu, ce qui serait préjudiciable à l'avenir du pays ;
- Outrepasser le management classique et intégrer des normes de responsabilité sociétale. Il s'agit d'une nouvelle norme (ISO 26000, qui ne vise pas la certification) qui a une dimension citoyenne avec ses sept principales composantes : La responsabilité de rendre compte la transparence, le comportement éthique, le respect des intérêts des parties prenantes, du principe de l'égalité, des normes de comportement et des droits de l'homme. Ces sept éléments coïncident parfaitement avec les attentes de la révolution.
- Assurer l'efficacité énergétique par le recours permanent aux énergies renouvelables et coller aux exigences de l'économie verte;
- Définir avec l'Etat le cadre et la portée du partenariat public-privé;
- Promouvoir l'innovation;
- Co-construire les formations universitaires dans une optique prospective pour qu'il y ait adéquation entre le produit de l'université et les exigences de la firme.
En se limitant à ces quelques exigences «vitales» pour l'entreprise d'aujourd'hui, il est clair qu'un vaste et ambitieux chantier attend le monde des affaires !
Ces défis sont d'autant plus incontournables qu'une nouvelle donne, fruit de la révolution, vient remettre en cause l'équilibre socioéconomique d'avant le 14 janvier : les Tunisiens passent de statut de «sujets» à celui de «citoyens» !
Cet acquis historique pour notre peuple pourrait, dans le court terme, constituer une menace pour notre pays et pour notre révolution si jamais la croissance n'atteint pas un niveau élevé : près d'un million et demi de nouveaux «citoyens» vont réclamer leur part du gâteau (sans compter ceux qui travaillent et qui exigent davantage de redistribution !).
Pour ces personnes longtemps exclues de la sphère redistributive, il n'est pas question de patienter, de sacrifier encore plus ou de rationaliser : les résultats doivent être tangibles et immédiats !
Ce n'est donc qu'au prix d'une politique budgétaire expansive et d'un élan patriotique, citoyen et magnanime des hommes d'affaires que notre révolution peut être honorée !
Stimuler l'investissement et développer les régions n'est donc pas une question de sécurité, de sit-in ou d'instabilité en Libye !
Alors qu'avons-nous offert pour ces hommes d'affaires pour réaliser notre pacte social révolutionnaire ?
Eh bien, hormis l'attitude intelligente et clairvoyante de M. Mustapha Kamel Nabli, gouverneur de la Banque Centrale, qui était le premier à aller les solliciter tout en se montrant rassurant (attitude prospective de l'économiste brillant !) et le flair politique du Premier ministre M. Béji Caïd Essebsi (qui n'est pourtant pas économiste) qui est allé également avec certains de ses ministres leur dire combien le pays a besoin d'eux, la classe politique, les intellectuels et les médias qui monopolisent la scène depuis le 14 janvier ont été quasiment sans merci pour la majorité d'entre eux !?
Délibérément ou non, on leur a réservé des positions allant de leur marginalisation, à la privation de leurs droits civiques et de leur citoyenneté, en passant par leur assimilation aux mafieux ! Amalgames et procès d'intention ont caractérisé la démarche des «sans-culottes» de notre révolution ! ( les «sans-culottes» étaient les révolutionnaires les plus avancés dans la Révolution française de 1789 !).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.