CAN 2022 : Programme des huitièmes de finale et Live TV et streaming pour regarder les Matchs    Entretien téléphonique Saïed-Macron: « Les réformes aspirent à préserver la liberté et à établir la justice »    Syrie : 4e jour de combat entre Daech et les Kurdes, plus de 120 morts    Justice transitionnelle — Abdallah Kallel et d'anciens cadres sécuritaires interdits de voyage: La lenteur de la justice bafoue les droits des victimes et ceux des accusés    Foot-Europe: le programme du jour    CAN 2021 : L'historique des matches en CAN opposant les Aigles aux Super Eagles    CAN 2021 — Huitièmes de finale — Tunisie-Nigeria (Ce soir à 20h00) : Sauver la face    Coronavirus : 10 décès de plus et 10031 contaminations en 24h    Tunisie-coronavirus : Plus de 14 mille vaccinés en 24H    Mes odyssées en Méditerranée | Michel Giliberti: «Tunisie. L'inhérence d'une errance»    On a vu pour vous : « Are you Lonesome Tonight ? », de Shipei Wen : Thriller chinois    CAN 2021 — Huitièmes de finale — Tunisie-Nigeria (Ce soir à 20h00): Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir !    Médecins, dentistes et pharmaciens de la santé publique en grève, le 25 janvier    Tunisie: Ali Abdi testé positif au Covid19    Récupération politique    Urbanisme et planification urbaine    La Presse Magazine du Dimanche 23 janvier 2022 consultable sur notre site    Des astuces pour protéger les plantes du froid    Les perroquets    Migraine : la covid-19, un facteur déclencheur    Ali Graja, ancien attaquant international du CSS: «Dans la vie, il n' y a pas que l'argent ! »    La Fédération Nationale des Urbanistes Tunisiens (Fnut) lève le voile sur les défis de l'urbanisme en Tunisie: Un chantier en cache un autre...    Loi de finances : Bouden corrige le tir avec la Conect après l'avoir zappée    Rapport – BCT : Les risques des crédits de l'Office des céréales pèsent lourdement sur le secteur bancaire    Nigeria – Tunisie : Sur quelle chaîne et à quelle heure regarder le match en direct – 23 janvier 2022    Etude – Le changement climatique diminuera la production céréalière de 30 à 50% par an    Saïed a parlé à Macron, a donné des gages mais droit dans ses bottes    Steg : plusieurs quartiers à Sousse, Monastir et Sfax sans électricité dimanche    Meurtre du commandant Houimli : 3 condamnations dont une peine de mort    STEG : Des coupures à Sousse, Monastir et Sfax ce dimanche    Les membres du CSM pleurent-ils pour leurs privilèges ou pour l'atteinte au pouvoir judiciaire ?    Semaine boursière : Le Tunindex en mauvaise posture    Antonio Guterres espère un rétablissement des institutions démocratiques en Tunisie    Mouhiba Chaker, romancière : «Ecrire en français n'est pas pour moi un choix réfléchi !»    Industrie : Les obstacles n'ont pas freiné le développement du secteur aéronautique en Tunisie    BNA Bank réalise un PNB en hausse de 20% en 2021    Evènement "Les Nuits de la lecture" en ligne: 6ème édition sous le thème de l'AMOUR    11 Tunisiens meurent noyés dans le naufrage de leur embarcation    Le chanteur hip-hop Balti et Elyanna réunis dans une chanson tuniso-palestinienne (vidéo)    Syrie: Daech attaque une grande prison et libère plusieurs terroristes    Sculpture sur un minéral ancestral, le lapis specularis    Gabès Cinéma Fen 2022: les inscriptions pour les films sont ouvertes    Tunisie-La Marsa : Kobbet Lahoua classé monument historique national    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Faut-il enseigner la sociologie dès le secondaire ?
Publié dans La Presse de Tunisie le 28 - 10 - 2011


Par Ezzeddine BEN HAMIDA
La question a le mérite d'être posée.
Je ne prétends nullement, à travers ce modeste article, apporter des réponses aux questions qui vont suivre mais il s'agit d'une esquisse de réflexion que je propose à la discussion.
Pour revenir à notre problématique à savoir l'opportunité d'enseigner la sociologie dès le secondaire, il convient de rappeler que notre société est en effet en pleine mutation. Les transformations économiques — le développement outrancier du secteur touristique qui a comme corolaire une déculturation réelle —, urbanistiques, culturelles — singulièrement la question de l'émancipation de la femme dont on ne peut que se féliciter — et politiques — plus récemment la question désormais fondamentale de la dignité — se sont traduites par un véritable changement social et démocratique, comme le témoignent les élections du 23 octobre.
L'idée sous-jacente serait donc celle de la rationalisation de la pensée de nos jeunes (élèves) citoyens. L'enseignement de la sociologie aurait pour objectif central d'ouvrir la culture des lycéens sur un ordre de réalités et de réflexions que leurs études antérieures (histoire-géographie, éducation islamique et civique, etc.) ne leur ont permis d'aborder que de façon sommaire. Il viserait donc à les mettre en mesure de mieux comprendre la société dans laquelle ils vivent pour mieux appréhender les évolutions d'ordre sociétal.
La sociologie, à l'image des autres sciences sociales, s'est constituée à partir du refus d'expliquer les phénomènes sociaux à l'aide d'une cause extérieure à la société. Alors que la biologie ou la psychologie rendent parfois compte du social par des phénomènes génétiques ou psychiques, la sociologie se singularise par sa volonté d'expliquer le social par le social, la recherche de l'objectivité et l'utilisation du principe de causalité.
En clair, la sociologie a pour ambition de rendre visibles et compréhensibles des phénomènes sociaux qui ne sont pas immédiatement apparents. Les sociologues contemporains ont ainsi montré que la réussite scolaire dépendait du milieu social des élèves alors que tout le monde était, auparavant, persuadé qu'elle dépendait uniquement –et simplement- de leur mérite individuel. En réalité, les deux coexistent.
Le mariage, autre thème qui pourrait être enseigné à nos élèves pour leur montrer que le «Maktoub» est fortement dicté par des considérations d'ordre sociologique, qui sont au moins au nombre de 3 :
– La première est simplement probabiliste : le choix d'un semblable provient du fait que les individus sont placés dans des contextes (école, usines, quartier, etc.) où la probabilité est forte de rencontrer quelqu'un dont l'identité sociale est voisine de la sienne.
– Une deuxième ligne d'interprétation psychoculturelle : la similitude des goûts, des habitudes, qui, d'ailleurs, sont nourries et conditionnées par des éducations voisines.
– La troisième ligne est économique: l'homogamie sociale serait le résultat d'une stratégie rationnelle des acteurs cherchant, par le biais du mariage, à conserver ou augmenter leurs capitaux matériels.
On pourrait également envisager l'analyse du processus de « moyennisation » de la société tunisienne depuis l'indépendance et s'interroger sur les dangers qui pèsent aujourd'hui sur ce processus.
Autre thème crucial auquel il faut sensibiliser nos citoyens, dès leur jeune âge, à savoir l'analyse des inégalités entre homme et femme. L'exemple des inégalités des salaires à compétence égale illustre, hélas, la subjectivité de certaines explications qui ne sont que le produit d'une culture dominante pleine de présupposés et de préjugés.
Ou encore, on peut s'interroger légitimement sur le rôle de notre école républicaine et gratuite dans la mobilité sociale (ascension et descension sociale par rapport à la position des parents). Autrement-dit, la réussite sociale en Tunisie est-elle déterminée par l'origine sociale ?
Beaucoup d'autres thèmes (histoire du syndicalisme tunisien et des différents mouvements sociaux, la montée des inégalités en Tunisie inter et intra catégories socioprofessionnelles, etc.) pourraient être ainsi suggérés à nos jeunes élèves.
L'enseignement de la sociologie, enrichi sur certains thèmes par des analyses économiques, va permettre aux élèves d'acquérir des connaissances de base qui sont souvent en rupture avec leurs connaissances spontanées (culture familiale). Ils apprendront les méthodes des enquêtes, la recherche des informations et la construction des données.
En clair, l'étude de l'environnement socioéconomique et sociopolitique doit aboutir à l'acquisition de savoirs structurants et de savoir-faire qui sont les conditions sine qua non pour comprendre d'une manière rationnelle la société dans laquelle ils vivent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.