Le coût de la grève pour Tunisair : 2 milliards    Ligue des champions : le Club Africain renverse Al Ismaily et se relance    Bras de fer entre Ennahdha et les autres blocs parlementaires    La mondialisation a-t-elle ouvert la voie à l'ère de la colère et du populisme ?    D'une pierre, deux coups !    Sous le signe de défaite interdite    Paralysie quasi-totale du pays    L'inflation atteint un niveau très grave (7,5%) jamais connu en Tunisie depuis 15 ans, déclare Mohsen Hassan    La date des soldes d'hiver    Tunisie-Mahdia [photos] : Spectaculaire tentative d'immigration clandestine à Chebba !    En grande première : Une unité militaire aérienne tunisienne en mission de paix à l'étranger (Photo - Vidéo)    Des personnes au pouvoir sont derrière le blocage de production du phosphate, selon Wissem Saïdi    En vidéos : Mourad Bouzidi et Sonia Ben Abla présentent Les Volants d'Or    Ligue des champions – CA : Formation rentrante contre Al Ismaily    La Douane tunisienne décide de réduire les amendes douanières infligées avant le 1 janvier 2019    Cérémonie de signature du recueil « Malikholia » du poète Hamza Omar    Tunisie- Quand l'écrivain Bahey Eldin Hassan fait l'éloge de la Tunisie à sa manière !    LdC, Groupe B: L'Espérance s'impose grâce à un doublé de Khenissi        En Algérie, des citoyens transforment en potager une route que la municipalité tarde à aménager    Participez au concours photos de la ville de l'Ariana dimanche 20 janvier 2019    Le Parlement allemand classe la Tunisie pays sûr pour refuser à ses immigrés le droit d'asile    Ligue des champions – EST : Formation rentrante contre Platinum Stars    Frénésie des uns, discernement des autres...    Danone investit dans le sport    Ces grèves qui ne chôment pas    Le sens de l'intérêt général perdu    Les vols annulés, les passagers livrés à eux-mêmes    Tunisie-Institution militaire: Première participation tunisienne avec une unité aérienne au Mali    Grève générale du 17 janvier : La longue journée de l'armée tunisienne    Une parfaite maîtrise du genre    Le retour de Ridha Ben Arab    Superhéros ou fou ?    Date des prochaines élections présidentielles algériennes fixée    Tunisie – Météo : Ciel nuageux sur l'ensemble du pays avec pluies isolées    Film “Porto-Farina” d'Ibrahim Letaief: Dates et Horaires des projections dans les cinémas de Tunisie    Tunisie- L'archevêque de Tunis explique la frustration des jeunes tunisiens    Tunisie: Arrestation de 21 personnes à Ben Arous après des actes de vandalisme    Tunisie- Arrestation d'un père ayant violé ses filles    Un cybercafé ouvert strictement aux femmes à Gafsa    Retour sur la grève du 17 Janvier dans la Fonction publique et le secteur public    Milan: Gennaro Gattuso suspendu un match    Grande Bretagne: Au volant d'une voiture à 97 ans, le mari de la reine d'Elizabeth II sort indemne d'un accident    Sortie en France du film « Au-delà du regard, osez le désert » : réalisé par une association encadrant des jeunes malvoyants    Tunisie – Nidaa Tounes fait assumer la responsabilité de la crise à certaines parties politiques    Tunisie: Nidaa Tounes inquiet de l'échec des négociations entre l'UGTT et le gouvernement    Tout sur le Sommet arabe pour le développement économique et social qui se tiendra ce dimanche à Beyrouth    Barbanera, un Tunisien à la tête d'un large réseau de migration illicite, arrêté en Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grottes, secrets et beautés
Cinéma - Documentaire de Hassen Amri, Jbel Serj, un monde mystérieux
Publié dans La Presse de Tunisie le 15 - 02 - 2012

«Jbel Serj épouse les couleurs des saisons... Il offre des merveilles à celui qui sait le regarder». Hassen El Amri, diplôme de l'ancien Institut maghrébin de cinéma IMC, a décidé, pour son premier film, de montrer au public la splendeur de cette montagne.
Hassen a grandi au pied de Jbel Serj, dans la région Oueslatia, à 60 km de la ville de Kairouan. Ce mont est classé troisième sommet de la Dorsale tunisienne, après le point culminant de Tunisie, Jbel Chaâmbi, et le massif constitué des Jbels Bireno et Azered. Caméraman assistant et pointeur dans plusieurs films tunisiens, El Amri retourne à sa région natale et à ses souvenirs d'adolescence pour oser les premiers pas dans la réalisation. Son documentaire Mina est une plongée dans l'intimité du Jbel Serj et, plus précisément, dans la grotte des mines, «mon ange gardien», comme il l'appelle.
Un jour, en sortant du lycée, il a vu des Européens, chargés de drôles de matériels. «J'avais 15 ans et je n'avais aucune idée de la spéléologie. Ce sont ces étrangers-là, passionnés du monde souterrain, qui m'ont fait découvrir le mystère de la grotte». Leurs correspondances ont nourri sa curiosité. Au fil des années, cette grotte n'avait plus de secrets pour lui. A l'époque déjà, membre du club photo au lycée, il s'y aventurait souvent, menu de simples cordes et d'une lampe de poche, à l'affût d'images et de sensations fortes… Plus tard, il a fait de cette grotte un refuge. Il y passait de longs moments de rêveries et de méditations...
L'envie de filmer les entrailles de cette montagne était devenue de plus en plus pressante. Croyant dur comme fer au film de sa vie, il finit par trouver le soutien dont il avait besoin. Convaincue par le projet, Multimédia 2000 accepte de le produire, avec les clubs de spéléologie de Bizerte et de Zaghouan et l'Office national des mines, comme partenaires.
Le rêve prend forme et le tournage a enfin lieu. «Il fallait d'abord escalader la montagne, descendre ensuite au cœur de ce monde fragile et sombre et s'installer dans le silence pour ne pas déranger les milliers de chauves-souris, accrochés au-dessus de nos têtes», raconte le réalisateur, amusé.
La grotte vue de près
L'équipe de tournage a vécu six jours dans un environnement hostile et dans des conditions difficiles et compliquées. La caméra a tourné sans interruption suivant une expédition, menée par deux spéléologues et un géologue tunisiens. La visite a commencé dans une grande salle (de 80 m de large sur 170 m de long pour un volume estimé à 600.000 m3), décorée de stalactites, de stalagmites, de colonnes et de draperies exceptionnelles. Elle débouche sur une autre salle, plus petite, certes, mais aussi impressionnante que la première. Des formes se dessinent : un «sphinx», une «tête de maure», des «choux-fleurs»... Les spécialistes traversent également une énorme cavité, sans doute la plus connue en Afrique, baptisée la « Salle Habib-Bourguiba». L'abondance de concrétions s'explique par d'importantes arrivées d'eau au plafond... Le réalisateur, Hassen Amri, focalise sur cet élément naturel en particulier. Il joue avec les ombres sur les surfaces de l'eau, les ruissellements à travers les fissures dans les roches, les gouttes qui tombent gracieusement de la pointe des stalactites ...
A part les données scientifiques, le réalisateur réussit à nous offrir un paysage d'une rare beauté. Il a su mettre en évidence une finesse esthétique particulière, composée par un jeu de lumière naturelle ou artificielle. Insatisfait comme le sont tous les artistes, Hassen avoue qu'il aurait aimé aller plus loin. «Il existe encore d'autres salles et d'autres galeries, des puits et des « cheminées » qui restent à explorer et à filmer» explique-t-il. Selon lui, la grotte qu'il aime n'a pas dévoilé tous ses secrets.
Ce film a été projeté en avant-première, lors de la première rencontre des films de la terre, qui vient d'avoir lieu, à la Cité des Sciences de Tunis. Une exposition documentaire sur Jbel Serj, organisée avec la participation de l'Office national des mines et les clubs spéléologiques de Bizerte et de Zaghouan, a accompagné la projection. L'objectif de l'évènement était de sensibiliser le public à la protection de l'environnement et d'un patrimoine unique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.