Tunisie – Le collectif de défense de Bélaïd et Brahmi menace de publier les documents accablants qui sont en sa possession    Tunisie: Arrêt des unités de production du phosphate de la CPG    Tunisie – Maroc : Quelle réaction des Aigles de Carthage après leur défaite contre les Pharaons ?    Garantir et protéger les droits de l'enfant    Plaider pour l'egalité    Riadh Mouakher nommé secrétaire général du gouvernement    Les professionnels sur leur lancée    Les semences locales au podium des produits exposés    34.247    Libye: Les Etats-Unis sanctionnent le chef d'une milice accusé de compromettre la paix    Le bateau Bourassine accoste au port    Tunisie – Vidéo : Ons Hattab en appelle à BCE, et la vice-présidente de l'ARP lui coupe la parole    Ça se bouscule derrière Chaouat    Pour le plaisir des yeux !    Des entraîneurs complexés    Quand rester chez soi devient plus «cool» !    Le boycott des examens du premier trimestre maintenu    Zoom sur l'Alzheimer, le diabète et les plantes antihypertensives    Une nouvelle distinction pour le cinéma tunisien    L'improbable face-à-face    Une belle restitution de «l'âme» du patrimoine musical tunisien    Tunisie: Le syndicat de la télévision et de la radio fixe les procédés de la grève générale du 22 novembre    René Trabelsi commence à faire ‘plein gaz' !    Tunisie: Affaire des martyrs Belaid et Brahmi, Machrou Tounes appelle à une enquête sérieuse et indépendante    Tunisie: Décès d'une fillette dans un incendie d'un dépôt de carburant de contrebande à Gafsa    Belgique: Un policier attaqué au couteau au cri d'Allahu Akbar    Météo: Prévisions pour Mardi 20 Novembre 2018    Kamel Morjane désigné membre du conseil d'administration du fonds de la Paix de l'Union africaine    Photo du jour : Souad Abdelrrahim s'improvise copilote de course automobile    En photos : Mieux qu'un match de foot, Yasmina Khadra attire la foule à Tunis...    Dans une lettre émouvante, Naomi Campbell rend hommage à Azzedine Alaïa    Programme TV du lundi 19 novembre    Tunisie : Un bus électrique BYD d'une autonomie de 250 km en phase de test    En photos : Le look sans-faute de Dorra Zarrouk au Liban…    Signature de conventions entre la Banque Centrale de Tunisie et Bank Al-Maghrib    Jeribi ex ministre de la Justice et Kourchid ex ministre des Domaines de l'Etat et des affaires foncières poursuivront en justice Rached Ghannouchi    Armes et munitions trouvées à la frontière tuniso-algérienne    Tunisie: Nouvelle dégringolade du dinar, l'euro dépasse le seuil des 3,300 millimes    CAN-2019 (Eliminatoires – 5e journée) : les résultats complets    L'Union des enseignants universitaires et chercheurs Tunisiens entame une grève périodique de trois jours    Match amical : Les Marocains Ziyach et Belhanda absents mardi face à la Tunisie    Assassinat de Jamal Khashoggi, Trump dit détenir un enregistrement “horrible à écouter”    Journée mondiale des victimes des accidents de la route    La vitalité de l'orientalisme polonais    Un débat à bâtons rompus sur le théâtre tunisien    Le loup solitaire était une meute    Bye bye Avigdor !    L'Afirque future 'Poubelle' des voitures Diesel Européennes ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grottes, secrets et beautés
Cinéma - Documentaire de Hassen Amri, Jbel Serj, un monde mystérieux
Publié dans La Presse de Tunisie le 15 - 02 - 2012

«Jbel Serj épouse les couleurs des saisons... Il offre des merveilles à celui qui sait le regarder». Hassen El Amri, diplôme de l'ancien Institut maghrébin de cinéma IMC, a décidé, pour son premier film, de montrer au public la splendeur de cette montagne.
Hassen a grandi au pied de Jbel Serj, dans la région Oueslatia, à 60 km de la ville de Kairouan. Ce mont est classé troisième sommet de la Dorsale tunisienne, après le point culminant de Tunisie, Jbel Chaâmbi, et le massif constitué des Jbels Bireno et Azered. Caméraman assistant et pointeur dans plusieurs films tunisiens, El Amri retourne à sa région natale et à ses souvenirs d'adolescence pour oser les premiers pas dans la réalisation. Son documentaire Mina est une plongée dans l'intimité du Jbel Serj et, plus précisément, dans la grotte des mines, «mon ange gardien», comme il l'appelle.
Un jour, en sortant du lycée, il a vu des Européens, chargés de drôles de matériels. «J'avais 15 ans et je n'avais aucune idée de la spéléologie. Ce sont ces étrangers-là, passionnés du monde souterrain, qui m'ont fait découvrir le mystère de la grotte». Leurs correspondances ont nourri sa curiosité. Au fil des années, cette grotte n'avait plus de secrets pour lui. A l'époque déjà, membre du club photo au lycée, il s'y aventurait souvent, menu de simples cordes et d'une lampe de poche, à l'affût d'images et de sensations fortes… Plus tard, il a fait de cette grotte un refuge. Il y passait de longs moments de rêveries et de méditations...
L'envie de filmer les entrailles de cette montagne était devenue de plus en plus pressante. Croyant dur comme fer au film de sa vie, il finit par trouver le soutien dont il avait besoin. Convaincue par le projet, Multimédia 2000 accepte de le produire, avec les clubs de spéléologie de Bizerte et de Zaghouan et l'Office national des mines, comme partenaires.
Le rêve prend forme et le tournage a enfin lieu. «Il fallait d'abord escalader la montagne, descendre ensuite au cœur de ce monde fragile et sombre et s'installer dans le silence pour ne pas déranger les milliers de chauves-souris, accrochés au-dessus de nos têtes», raconte le réalisateur, amusé.
La grotte vue de près
L'équipe de tournage a vécu six jours dans un environnement hostile et dans des conditions difficiles et compliquées. La caméra a tourné sans interruption suivant une expédition, menée par deux spéléologues et un géologue tunisiens. La visite a commencé dans une grande salle (de 80 m de large sur 170 m de long pour un volume estimé à 600.000 m3), décorée de stalactites, de stalagmites, de colonnes et de draperies exceptionnelles. Elle débouche sur une autre salle, plus petite, certes, mais aussi impressionnante que la première. Des formes se dessinent : un «sphinx», une «tête de maure», des «choux-fleurs»... Les spécialistes traversent également une énorme cavité, sans doute la plus connue en Afrique, baptisée la « Salle Habib-Bourguiba». L'abondance de concrétions s'explique par d'importantes arrivées d'eau au plafond... Le réalisateur, Hassen Amri, focalise sur cet élément naturel en particulier. Il joue avec les ombres sur les surfaces de l'eau, les ruissellements à travers les fissures dans les roches, les gouttes qui tombent gracieusement de la pointe des stalactites ...
A part les données scientifiques, le réalisateur réussit à nous offrir un paysage d'une rare beauté. Il a su mettre en évidence une finesse esthétique particulière, composée par un jeu de lumière naturelle ou artificielle. Insatisfait comme le sont tous les artistes, Hassen avoue qu'il aurait aimé aller plus loin. «Il existe encore d'autres salles et d'autres galeries, des puits et des « cheminées » qui restent à explorer et à filmer» explique-t-il. Selon lui, la grotte qu'il aime n'a pas dévoilé tous ses secrets.
Ce film a été projeté en avant-première, lors de la première rencontre des films de la terre, qui vient d'avoir lieu, à la Cité des Sciences de Tunis. Une exposition documentaire sur Jbel Serj, organisée avec la participation de l'Office national des mines et les clubs spéléologiques de Bizerte et de Zaghouan, a accompagné la projection. L'objectif de l'évènement était de sensibiliser le public à la protection de l'environnement et d'un patrimoine unique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.