Covid-19: la BTS annonce des mesures exceptionnelles.    Coronavirus: Le cap des 10.000 morts franchi en Espagne    Covid-19 : l'UIB rassure sur la solidité de son bilan et reporte ses assemblées    Répartition géographique des 455 cas confirmés    Coronavirus : le championnat belge annulé    Coronavirus : L'espoir d'un traitement miracle vient de Chine !    Finalement, un consensus entre les blocs parlementaires et le gouvernement    Coronavirus – France : Canal + et beIN Sports suspendent le paiement des droits TV    Coronavirus : l'US Open maintenu aux dates prévues    Découverte de cellules d'appui et de soutien aux éléments terroristes    Mouna Kraïem Dridi: L'état d'exception ne se déduit pas, il se déclare et s'assume    Le Roi du Royaume d'Arabie saoudite Salman bin Abdelaziz soutient l'initiative présentée par le Président tunisien aux Nations-Unies    Le CNOT maintient son soutien et celui du CIO aux athlètes d'élite jusqu'à la fin des J.O. Tokyo    Facebook lance un outil d'entraide Community Help (vidéo)    Football : Youcef Belaïli pourrait résilier son contrat avec Al Ahli    Report jusqu'à nouvel ordre des cours dans les écoles coraniques    Coronavirus: l'Espagne dépasse la barre des 10.000 morts    Baccalauréat : Les candidats libres dispensés de l'éducation physique    Tunisie : Mandat de dépôt à l'encontre d'un grossiste à Jendouba    Démantèlement de trois cellules terroristes    Covid-19, : un millier de victimes en 24h aux USA, dont un nouveau-né    Le report des prêts engendrera des frais supplémentaires pour les emprunteurs    Nouvelles nominations à la tête de plusieurs institutions culturelles    Tunisie: L'infirmier militaire infecté au virus corona à Médenine s'était rendu à Djerba en empruntant le transport public    Météo: Prévisions pour jeudi 02 avril 2020    Tunisie – Prise de position de Kaïs Saïed dans le conflit du Yémen    La France recense 509 nouveaux décès en 24 heures    La FIFA a tranché, la FTF doit suivre !    Entraînements en ligne aux joueurs    Une perte d'emplois implacable en vue et le risque de stagflation plane    Une ombre sur le déroulement de la présidentielle le 3 novembre    La Tunisie émettra un emprunt obligataire sur le marché international    Le FMI présente des recommandations pour préserver la sûreté du système bancaire    L'ARP, un fardeau asphyxiant la démocratie !    Le moral des troupes…    Dérapages dangereux du législatif    Doit-on alléger les restrictions sur les cours particuliers ?    Marseille pleure Pape Diouf    Le coronavirus vu par les artistes-peintres    Du sacré pour les profanes    Impact certain sur les festivals internationaux    Festival international de Carthage 2020 | La programmation sera purement tunisienne !    Artify conclut un partenariat avec Festival GABES CINEMA FEN en faveur de la diffusion en ligne gratuite du festival du 3 Avril jusqu'au 11 avril    Des artistes au temps du corona: « Ça serait bien d'assister à une belle chute du système capitaliste et à l'avènement d'une ère écologique…»    Première Transaction via Instex irano-européenne    Le Covid-19 s'ajoute à la crise humanitaire    Coronavirus: plus de 210 morts en Turquie    Dreams Chebeb 2020: Prolongation de l'appel à projets    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un système opaque et verrouillé
Prisons et établissements pénitentiaires en Tunisie
Publié dans La Presse de Tunisie le 10 - 04 - 2012

Longtemps, les prisons et autres centres de détention tunisiens ont été appréhendés par une mémoire collective, comme les fiefs de toutes formes de maltraitance et d'atteinte aux doits de l'Homme... La plus redoutée est sans doute celle de Borj Erroumi (gouvernorat de Bizerte qui compte en tout trois prisons) que les écrits («Cristal» de Gilbert Naccache) et autres témoignages d'anciens détenus en ont dressé un tableau noir, fait d'horreur, de sang et d'injustice...
De récents témoignages (prisonniers de l'affaire du complot de 62 et des perspectivistes) qui viennent remuer les vieilles blessures d'un chapitre sombre de notre histoire, parlent de l'existence, dans cet établissement, d'une cave (damous) (sorte de puits de plus de 30 marches, utilisé jadis par les Français pour stocker leurs réserves) qui aurait servi de lieu de détention et de torture au temps de Bourguiba et même après...Une réputation confirmée par le blocus qu'exerçaient les deux régimes et l'opacité avec laquelle on abordait les questions liées au système pénitentiaire (judiciaire également). Les barreaux saisissaient fermement avec les détenus, l'opinion publique et autres organismes de défense des droits de l'Homme. Mains liées et bouches muselées, rares sont ceux qui se risquaient dans ces eaux troubles et ces zones qualifiées d'interdites.
Une question de sécurité nationale
Parmi ceux qui l'ont fait, il y a eu le blogueur et cyber activiste Sami Ben Gharbia, cofondateur du blog collectif Nawaat, qui notait dans ce sens (La carte des prisons tunisiennes, le 25 septembre 2006) que: «Pire qu'un tabou, le système carcéral en Tunisie est une affaire d'Etat, une question de sécurité nationale. Tous ceux qui ont osé aborder le thème, révélant ses secrets ou pointant du doigt ses dysfonctionnements ont payé cher leur «imprudence». En témoigne le cas du journaliste Hédi Yahmed. Convoqué par le procureur de la République, puis contraint à démissionner de l'hebdomadaire «Réalités» puis de quitter la Tunisie suite à un article sur les prisons tunisiennes qu'il a publié le 12 décembre 2002 dans le cadre de la célébration de la Journée internationale des droits de l'Homme.»
Sami Ben Gharbia indique également qu'avoir une idée sur le nombre exact des prisons et des établissements pénitentiaires, connaître le taux de la criminalité dans le pays, ou le nombre de sa population carcérale relevait de l'impossible et que la Tunisie était parmi les rares pays à ne fournir aucune information pour les différentes enquêtes de l'ONU sur les tendances de la criminalité et le fonctionnement du système judiciaire et que même si elle le faisait elle se gardait de divulguer les secrets de son système carcéral.
Ainsi et comme ce dernier le note encore, on ne pouvait recenser précisément le nombre des prisons et établissements pénitentiaires (pour adultes/pour mineurs/par sexe), ni avoir une idée sur les ressources financières du système carcéral, sur le nombre des personnes incarcérées, par catégorie d'incarcération, ou encore connaître le temps passé en prison par des adultes avant jugement ; la durée de la peine effectivement purgée en prison par des adultes après leur condamnation; le nombre des personnes en liberté surveillée, par groupe d'âge ou celui de ceux en liberté conditionnelle, par groupe d'âge ou encore le nombre de détenus condamnés, par sexe et groupe d'âge.
Un classement occulté
Une politique qui a valu, en 2002, à la Tunisie la 4 ème place parmi les pays les plus répressifs de la planète passant avant la Chine, Israël et le Brésil, selon des statistiques de sources différentes dont l'ONU, écrit encore le blogueur.
Un classement qu'on a essayé d'enterrer, après le 14 janvier 2011, tant bien que mal, avec les amnisties générales lancées par l'ancien et l'actuel gouvernement provisoire et avec l'adoption pour la première fois d'un projet de loi d'amnistie dans notre pays (promulgué le 20 février 2011 et publié dans le Jort le 22). Ces amnisties, avec leurs défauts d'application et leurs lots d'iniquité ont contribué à la remise au jour de la question des défaillance du système pénitentiaire et judiciaire tunisien. Les portes des prisons se sont , dans ce contexte, ouvertes au grand public via les caméra de la TV privée Hannibal qui a diffusé une série de reportages filmés dans deux prisons (femmes/hommes). Une manière de diminuer, un peu, les filtres qui masquent la réalité crue et alarmante des choses. Mais ces émissions ont surtout fait dans le sensationnel, voir dans l'effraiement en mettant l'accent sur un système judiciaire redoutable et inflexible..
Une autre affaire, toute récente, vient aussi mettre la lumière, entre autres, sur notre système carcéral. C'est l'affaire connue sous le nom «du cheikh de Charles Nicolle» et ses sinistres remous. Celle d'un vieil homme qui s'appelle Ahmed Lazreg, qu'on croyait exécuté en 1968 et qu'on a retrouvé il y a une année dans un état lamentable (squelettique avec des vers qui lui sortaient du corps!) et enchaîné pour être hospitalisé à l'hopital Charles-Nicolle et finir par disparaître, de nouveau, quelques mois après...Cette récente bombe lancée, par la famille de la victime et l'association « Liberté et équité» qui s'est chargé de l'affaire du cheikh depuis sa découverte, a remis au jour la thèse des prisons secrètes, rendant impératif la transparence de la politique carcérale et la réforme du système pénitentiaire et judiciaire tunisien qui souffrent, toujours, de gros problèmes dont surtout les mauvaises conditions de travail des agents et de la détention des prisonniers.
Mesures urgentes et réforme
Le ministre de la Justice, Nourredine Bhiri, a décidé de se pencher sérieusement sur la question en rencontrant, le 7 avril dernier 2012, des juges et des assistants pour parler de la réforme de la politique pénitentiaire. Il serait, ainsi, question de plusieurs nouvelles mesures urgentes pour améliorer les conditions matérielles et morales des professionnels du secteur (lois fondamentales pour régir le travail), parallèlement à la consolidation de l'infrastructure pénitentiaire et au renforcement des équipements au sein de ces unités.
Ledit programme de réforme fera en sorte d'alléger la peine d'emprisonnement, de mettre en place des «peines de substitution» dont la peine d'intérêt général, d'organiser des sessions de perfectionnement au profit des agents pénitentiaires et de relancer l'expérience des ateliers de rééducation en collaboration avec plusieurs ministères et organisations, de fermer quelques unités pénitentiaires qui ne sont plus opérationnelles et d'autres encore.
Les mesures annoncées par le ministre en vue de réformer la politique pénitentiaire sont plus qu' urgentes au vu de l'état de délabrement de nos prisons et de dysfonctionnement de leurs politiques intérieures. Nous avons pu constater cela, dimanche dernier, en visitant la prison civile de Borj El Amri et le centre de détention de Mornag qui nous ont ouvert leurs portes lors du déplacement officiel du ministre de la Justice.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.