Tunisie – L'inflation grimpe à 9.1%… Comme partout dans le monde    Analyse : La Tunisie parmi les pays exposés au risque d'insoutenabilité de la dette    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Le CA en force et qualifié devant le Zamalek    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Programme des quarts de finale    UEFA CL : Les résultats complets de la soirée de mercredi    Redmi A1+ : un smartphone des plus abordables de la marque Xiaomi    Kaïs Saïed, conseil supérieur des armées, André Parant… Les 5 infos de la journée    Le Groupe BNA signe des conventions de partenariat avec le SPOT    Football | La CAF suspend l'entraîneur tunisien Rafik M'hamdi    USA : Un mensonge d'Etat, Biden relance "le mur de la honte"    Tunisie : Création d'un tribunal pour la résolution des conflits sportifs    Crise énergétique et énergies renouvelables : la Tunisie rate encore une transition    Signature d'un accord de partenariat entre Mattel et Huawei    Rached Ghannouchi ou l'arnaque politique de la Tunisie    Béja: Négociations entre le ministère de l'Education et la fédération générale de l'éducation de base (Vidéo)    Ukraine : il n'aurait pas 6000 mais 9000 têtes nucléaires, le patron de la CIA avertit    Les journalistes organiseront un rassemblement à la place de La Kasbah    La Tunisie accueille le forum Africain du LIONS CLUBS International    La nouvelle Première ministre britannique: ''Je suis très sioniste''    Coronavirus – Vaccination : Plus de 69 mille personnes ont reçu quatre doses    OPPO dévoile les trois matchs les plus inspirants de la UEFA, tels que votés des fans    L'ambassadeur de France: Je suis optimiste pour l'avenir de la Tunisie    Soutien aux femmes d'Iran : des artistes se coupent les cheveux en direct sur instagram    Mali, Burkina Faso… : Poutine pactise avec Goïta, l'Occident a un problème de plus    Vidéo : Un rappeur russe de 27 ans se suicide pour échapper à la mobilisation en Ukraine    Crash d'un avion militaire au Mali: le bilan s'alourdit    Leila Hadded : Les parrainages se vendent à 10 dinars    L'Ugtt face à l'approche d'un imminent accord avec le FMI : Pas de chèque en blanc pour le gouvernement    Candidatez pour la 5ème saison d'Orange Fab, accélérateur corporate de start-up d'Orange Tunisie    Recette : Recette assida zgougou de maman    Kasserine : Deuxième taux d'analphabétisme le plus élevé sur le plan national    Pourquoi | Profiter du changement climatique    Bientôt à la Galerie Kalysté : Hamda Dniden raconte Sidi Bou Saïd    «The Transformation of Silence» de Héla Ammar et Souad Mani à la Chapelle de Saint-Monique à Carthage : Mémoires, archives et traces    37e édition du festival international du film francophone de Namur : Du réel à l'abstrait    Tennis- Open Jasmin Monastir : Résultats des rencontres disputées mardi 04 octobre 2022    Olfa Hamdi appelle au report des élections (Live)    WTA Open des Jasmins : Ons Jabeur qualifiée en 8e de finale, les moments forts (vidéo)    Saisie de 1900 kilos de pâte dissimulés dans une étable pour l'élevage des moutons    Danses lascives et tenues dénudées : le festival de la Fête du Mouled s'excuse    Tunisie: La production nationale de médicaments couvre 75% des besoins    1er forum Afrique-France de la transition écologique et énergétique | Des enjeux et des solutions    Météo en Tunisie : Des pluies attendues l'après-midi sur le centre, le sud et le nord ouest    L'UBCI Partenaire Officiel de l'extended sessions de Jazz à Carthage    JCC 2022 : Des films restaurés et inédits de la fin des années 60 dans le focus Palestine    L'Union islamique des avocats accuse la Faculté de Sciences juridiques de "propager" l'homosexualité    Zarzis | Affluence des africains subsahariens : La situation risque de dégénérer    L'insupportable arrogance des Occidentaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le retour de Camus
Vendanges
Publié dans La Presse de Tunisie le 12 - 04 - 2012


Par Hamma HANACHI
En dépit des tourments politiques, le printemps est propice pour la culture, nombreuses expos et débats, au point que l'on ne sait plus où donner de la tête. L'avenue Habib-Bourguiba, l'artère de toutes les convoitises, récemment interdite aux manifestants, même aux pacifiques d'entre eux, a pris des couleurs luisantes, les ficus, les lampadaires ont été emballés de fils aux tons vifs, jaune, orangé, mauve. L'œuvre est de Yarn Bombing Guerrilla Crochet, un collectif d'art contemporain en street art ou art urbain. Est-ce un tricotage de couverture en prévision des mauvais jours, l'œuvre entretient le mystère ? Une sorte d'emballage inspiré d'une démarche de Christo, célèbre emballeur d'histoire et de géographie, des colonnes de Buren ? Est-ce une réaction à l'interdit qui laisse s'exprimer l'écorce et la sève des arbres centenaires ?Viendront les étourneaux, qui ont une parole libre dans le ciel de l'emblématique avenue. L'une des vertus de la révolution est qu'elle favorise la naissance des expressions nouvelles et modernes. Al Kalimat, Lectures à voix haute est un autre événement majeur et qui convoque les faiseurs de mots à interroger la réalité. Organisé par le marathon des mots de Toulouse et Ness El Fen à Tunis, la course lente des mots est partie du Théâtre municipal à Ennejma Ezzahra pour revenir au point de départ en passant par l'Acropolium. Vendredi, un hommage à Hédi Guella, chanteur engagé, récemment disparu, l'acteur Fethi Haddaoui lit Mahmoud Darwich, Nizar Kabbani, Hatem Karoui présente un slam, (genre d'intervention littéraire pour populariser la poésie), l'actrice Fanny Ardant, marraine de cette première édition, déclame Louis Aragon, Albert Camus et Aboul Kacem Chebbi. L'Acropolium, enrichi par une exposition du peintre Hamadi Ben Saâd, abrite une conversation sympathique entre gens de lettres et de verbe, Olivier Poivre D'Arvor, écrivain, directeur de France Culture et président du marathon des mots de Toulouse, pose la question : Avez-vous le sentiment que les mots ont servi à quelque chose ? Jamel Guitani, écrivain et journaliste égyptien, décrit une situation économique désastreuse, grâce aux pétrodollars saoudiens. Les Frères musulmans aidés par les salafistes sont majoritaires et gagnent encore du terrain, aujourd'hui. Ghitany craint un exil massif de ses compatriotes coptes. Et les nouvelles d'Algérie ? Bouallem Sansal, écrivain, adulé en France répond : «La météo est bonne, mon pays est riche, il a les moyens d'acheter la paix sociale». Colette Fellous, franco-tunisienne, une vingtaine d'ouvrages, productrice d'une émission littéraire à France Culture, respire l'enthousiasme et l'espoir : «Je ne peux pas concevoir mon pays d'enfance autrement que multiculturel, il est trop beau et on veut l'étouffer». Héla Béji, écrivaine et militante dans le champ politique, estime qu'il y a déclin de l'humanisme, que le verbe religieux revient avec force et ceux qui le manient ont acquis l'autorité politique par l'éloquence. Son conseil : «Aux intellectuels et à l'élite de persuader la plèbe et les tenants du discours religieux sans user de la force». Ce qui appelle l'interrogation : comment persuader des fanatiques qui usent de la force pour étouffer les idées de l'autre, qui combattent avec l'arme du dogme ? Lotfi Achour, artiste, réagit, il recommande de «produire une analyse, ou à défaut, créer des fragments de projets».
Devoir de fraternité
La jeune Anissa Daoud, actrice Hobb story, activiste, va dans le même sens «au mot engagé, je préfère engageant. La révolution a créé des liens (Internet, la rue, les réseaux sociaux...)...même si les cyberdissidents manquent d'espace, leur identité est en train de s'inventer». C'est aussi beau qu'un discours antique.
Jean-Noël Pancrazi, écrivain et critique littéraire au journal Le Monde, lucide et rêveur en même temps, remarque que «le désenchantement est voulu par le système », partout, les pouvoirs poussent les artistes à abandonner leurs théâtres, leurs ateliers, leurs cinémas... «Mais nous avons un devoir de beauté, c'est notre manière de résister».Un écrivain, note-t-il, n'est pas forcément engagé, mais «il a un devoir de fraternité». Il cite Camus : «Créer, c'est aussi donner une forme à son destin.». Place aux poètes. Les mots de Hyam Yared, romancière et poète, vont comme un couteau dans la chair, corps disloqués, entrailles, morceaux de chair, éructations, vomissements, yeux crevés...une poésie crue, sans gras ni effets de manches, écrite au scalpel. Tahar Bekri, poète, essayiste, évoque la Palestine, crie contre l'oppression, chante le destin des peuples et la mémoire des poètes. Sghaïer Oulad Ahmed, poète engagé, tire à boulets de canon sur les potentats, énumère leurs travers, et appelle à un monde nouveau. Applaudissements !
Dimanche, retour au théâtre. Débat entre Gilles Kepel, islamologue, spécialiste du monde arabe, et Ghazi Gheraïri, spécialiste en droit public et en sciences politiques. Historique des révolutions, analyse des mots d'ordre phares scandés à Tunis et au Caire, des opinions sur les pays en post-révolution : crainte sérieuse pour l'Egypte, probable somalisation de la Libye, problèmes insoluble au Yémen, Ennahda qui devrait mettre en place un système démocratique, ... Débat captivant.
En tête à tête avec J.N.Pancrazi. Vous citez Camus, Fanny Ardant le lit, Michel Onfray écrit : «L'ordre libertaire. La vie philosophique d'Albert Camus», on dirait que l'auteur de La Peste revient sur le devant de la scène.
«Je suis né en Algérie, Camus m'accompagne tout au long de ma vie, dans la philosophie, il a introduit une morale que j'adopte, où on nous propose des images fausses, la présence de Camus s'impose d'elle-même, les gens ont besoin de repères, besoin d'une morale pour savoir où on est par rapport à la marche de la vie. Les gens sont perdus, un écrivain s'il peut être un repère, ça serait bien, Camus répond à toutes ces questions, il replace l'homme dans l'univers, loin des religions et des illusions.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.