Tunisie-Rafik Abdessalam : " Voilà ce qu'il faut faire maintenant »    Tunisie : Ouverture de la 22ème édition des Journées Théâtrales de Carthage ce samedi    Football : Où regarder les matches de vendredi ?    Ennahdha hausse le ton et tire à boulets rouges sur Kaïs Saïed    Infos Bourse – La STIP fait accroitre fortement ses bénéfices    Le Mondial des Clubs exclusivement sur cette chaîne …    Examen en conseil des ministres de projets de décrets à caractère économique    France : Nouvelles conditions d'accès depuis la Tunisie    Tunisie – Saïed : Bientôt l'annonce des mesures qu'attend le peuple    Kaïs Saïed et Noureddine Taboubi rattrapés par la réalité socioéconomique du pays    La Tunisie présente une plateforme géospatiale pour une évaluation des informations alimentaires    New York : Le siège de l'ONU fermé après qu'un homme armé ait été aperçu à l'extérieur    Libye : VIDEO: Scènes de liesse populaire après la réhabilitation de Seif El Islam aux élections    Tunisie : Vers la restauration, la numérisation et de la revalorisation de la cinémathèque de Gammarth    FIFA Arab Cup – EN : Deux formations probables contre la Syrie !    CTN | Report de la desserte Tunis-Gênes du vendredi 3 décembre au samedi 4 décembre 2021    Les OGM : un ancien débat toujours d'actualité    Libye-Présidentielle : Seïf al-Islam Kadhafi revient dans la course électorale    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    Noureddine Ben Ticha : La situation actuelle nécessite une certaine rapidité    La Tunisie cherchait à acheter jusqu'à 175 000 tonnes de blé tendre    " Vues sur les arts" 2021 : Retour sur le cinéma de la nouvelle vague à l'ouverture    Tunisie : Najla Bouden rencontre Arnaud Peral    Productivité : Une centaine d'entreprises tunisiennes ont bénéficié du projet Kaizen    IACE : Tayeb Bayahi demande à la chef du gouvernement de soutenir les entreprises    Décès du photographe Mokdad Chaouachi    Ligue 2 : désignation des arbitres de la 4e journée    Première mondiale de la pièce de théâtre "l-Medea" de Sulayman Al-Bassam aux JTC 2021    Tébourba submergée par les ordures : Appel à la dissolution du conseil municipal    Twitter interdit le partage des photos et vidéos sans le consentement du propriétaire    Tunisie – Accidents de la route: Plus de 900 décès recensés en 2021    Ben Mbarek: Kais Saied fait partie du problème et non de la solution    Grève de la SNCFT: Nous n'avons pas réclamé des augmentations salariales, assurent les employés    Mövenpick Hotel du Lac Tunis célèbre Noël et les fêtes de fin d'année du 5 au 26 décembre 2021    En marge de la première sortie probante du Team Tunisie: Les vertus du pressing haut    La Mauritanie n'a pas fait le poids devant la Tunisie: Comme dans du beurre !    NEWS: Msakni de retour à l'Etoile    Riadh Daghfous: La vaccination des enfants dans la balance    Plus de déplacements entre les gouvernorats sans passeport vaccinal ?    Hafedh Boujmil: L'éditeur de l'année    A la galerie « Musk and Amber »: Taher Jaoui ou la peinture-émotion    Première de « Démo » de Moez Gdiri à l'Espace 77: Une œuvre grinçante    Météo | Temps hivernal à partir de ce jeudi soir    Coupe arabe FIFA 2021 :Tunisie, Chikhaoui et Maaloul blessés    Coronavirus Amine Slim : Pas de restrictions de déplacement pour le moment    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Coronavirus : Première déclaration du PDG de Pfizer concernant ''Omicron''    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Où êtes-vous, gens de culture ?
Notre dossier : Violences criminelles dans plusieurs villes
Publié dans La Presse de Tunisie le 13 - 06 - 2012


Par Khedija EL MADANI*
Ce qui vient d'arriver à El Ibdillya est d'une extrême gravité.
Le salafisme a frappé encore une fois.
Encore une fois, c'est la culture qui est dans le collimateur.
Ce n'est pas un hasard si les « troubles universitaires » dus aux salafistes ont régulièrement pour cible les arts et les humanités.
Car la culture c'est l'art et l'art c'est la liberté de penser, c'est la liberté de rêver, c'est la liberté de créer, c'est la liberté de vivre.
Et l'histoire nous enseigne que c'est en s'attaquant à l'art et à la culture que les fascistes et les fondamentalistes de tout bord ont imposé leur idéologie criminelle.
Que le ministre de la Culture, censé être le premier défenseur des artistes et des intellectuels, ne réagisse pas, ou plus que mollement, c'est, hélas, dans l'ordre - oserais - je dire le désordre - des choses, actuellement.
Que ses pairs suivent son exemple me parait logique.
Que notre tumultueux président de la République, droits - de - l'hommiste s'il en est, n'ait aucune réaction, cela n'étonne plus personne.
Mais vous, les artistes, qu'attendez-vous pour défendre votre art ?
Qu'espérez-vous donc ?
Que D'Artagnan ou Tarek Ibn Zied se lèvent de leurs tombes pour se substituer à vous et se battre à votre place ?
Ne rêvez pas.
Si vous n'êtes pas capables de réagir tous et tout de suite, c'en est fini de vous, de nous, du mode de vie voulu par l'écrasante majorité des Tunisiennes et des Tunisiens, libres, sans tartufferie ni bigoterie.
Personne, je dis bien personne, n'a le droit d'imposer ses diktats à notre société, quel qu'il soit, et surtout pas en se prétendant le protecteur de la religion.
Car, justement, dans notre religion il n'y a pas de clergé, il n'y a pas d'intermédiaire entre l'être et son Créateur.
Alors, de quel droit ces salafistes dont on ne sait d'où ils sortent, se permettent-ils tout dans l'impunité la plus totale ?
Ils insultent, ils saccagent, ils agressent, ils appellent au meurtre, ils sèment la discorde et la haine, ils entravent la liberté du travail, ils insultent les journalistes, ils revendiquent la mise en liberté de ceux qui ont pris les armes contre l'armée tunisienne.
Mais, que voulez-vous, il faut bien que jeunesse se passe, «ce sont nos fils, ils me rappellent ma jeunesse » a dit quelqu'un tandis que l'autre les a chaudement remerciés et félicités d'avoir bien voulu lever un sit-in de 50 jours devant le siège de la Télévision tunisienne, éclairés, paraît-il, grâce au vol de l'électricité via un poteau de la Steg et ravitaillés royalement, à ce que l'on dit, par des âmes charitables circulant à bord de somptueuses et nombreuses voitures.
Personnellement je n'arrive pas à comprendre comment un gouvernement issu, qui plus est, d'une révolution dont les mots d'ordre étaient «liberté et dignité», scandés par les jeunes Tunisiens auxquels nous sommes redevables de la fuite du tyran, continue, sans états d'âme, à assurer une absolue impunité à une frange minime de la société, constituée par les salafistes et consorts, au détriment de la majorité absolue du reste de la société.
Mais ce que je sais, ce dont je suis sûre, c'est que se laisser faire c'est trahir la révolution, c'est mépriser ceux qui sont morts pour que nous soyons libres.
Alors, debout, les artistes.
Défendez-vous, car nul ne vous défendra, en tout cas nul ne saura le faire et le dire mieux que vous.
*(Avocate à la Cour de cassation, présidente d'Avec «Association vigilance et égalité des chances»)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.