Justice transitionnelle — Abdallah Kallel et d'anciens cadres sécuritaires interdits de voyage: La lenteur de la justice bafoue les droits des victimes et ceux des accusés    Entretien téléphonique Saïed-Macron: « Les réformes aspirent à préserver la liberté et à établir la justice »    Syrie : 4e jour de combat entre Daech et les Kurdes, plus de 120 morts    Foot-Europe: le programme du jour    CAN 2021 : L'historique des matches en CAN opposant les Aigles aux Super Eagles    CAN 2021 — Huitièmes de finale — Tunisie-Nigeria (Ce soir à 20h00) : Sauver la face    Coronavirus : 10 décès de plus et 10031 contaminations en 24h    Tunisie-coronavirus : Plus de 14 mille vaccinés en 24H    Mes odyssées en Méditerranée | Michel Giliberti: «Tunisie. L'inhérence d'une errance»    On a vu pour vous : « Are you Lonesome Tonight ? », de Shipei Wen : Thriller chinois    CAN 2021 — Huitièmes de finale — Tunisie-Nigeria (Ce soir à 20h00): Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir !    Médecins, dentistes et pharmaciens de la santé publique en grève, le 25 janvier    Tunisie: Ali Abdi testé positif au Covid19    Récupération politique    La Fédération Nationale des Urbanistes Tunisiens (Fnut) lève le voile sur les défis de l'urbanisme en Tunisie: Un chantier en cache un autre...    Urbanisme et planification urbaine    Des astuces pour protéger les plantes du froid    Les perroquets    Migraine : la covid-19, un facteur déclencheur    Ali Graja, ancien attaquant international du CSS: «Dans la vie, il n' y a pas que l'argent ! »    La Presse Magazine du Dimanche 23 janvier 2022 consultable sur notre site    Loi de finances : Bouden corrige le tir avec la Conect après l'avoir zappée    Sur quelles chaînes regarder les matches européens de dimanche ?    Rapport – BCT : Les risques des crédits de l'Office des céréales pèsent lourdement sur le secteur bancaire    Nigeria – Tunisie : Sur quelle chaîne et à quelle heure regarder le match en direct – 23 janvier 2022    Etude – Le changement climatique diminuera la production céréalière de 30 à 50% par an    Saïed a parlé à Macron, a donné des gages mais droit dans ses bottes    Steg : plusieurs quartiers à Sousse, Monastir et Sfax sans électricité dimanche    Meurtre du commandant Houimli : 3 condamnations dont une peine de mort    STEG : Des coupures à Sousse, Monastir et Sfax ce dimanche    Les membres du CSM pleurent-ils pour leurs privilèges ou pour l'atteinte au pouvoir judiciaire ?    Semaine boursière : Le Tunindex en mauvaise posture    Antonio Guterres espère un rétablissement des institutions démocratiques en Tunisie    Mouhiba Chaker, romancière : «Ecrire en français n'est pas pour moi un choix réfléchi !»    Industrie : Les obstacles n'ont pas freiné le développement du secteur aéronautique en Tunisie    BNA Bank réalise un PNB en hausse de 20% en 2021    Evènement "Les Nuits de la lecture" en ligne: 6ème édition sous le thème de l'AMOUR    11 Tunisiens meurent noyés dans le naufrage de leur embarcation    Le chanteur hip-hop Balti et Elyanna réunis dans une chanson tuniso-palestinienne (vidéo)    Syrie: Daech attaque une grande prison et libère plusieurs terroristes    Sculpture sur un minéral ancestral, le lapis specularis    Gabès Cinéma Fen 2022: les inscriptions pour les films sont ouvertes    Tunisie-La Marsa : Kobbet Lahoua classé monument historique national    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Combattre la violence sous toutes ses formes
Association pour la promotion de la santé mentale de l'enfant et de l'adolescent
Publié dans La Presse de Tunisie le 02 - 07 - 2012

«On a dû amputer les deux mains d'un petit garçon, parce que le père les a ligotées tellement fort que la circulation de sang a été bloquée. Ce dernier voulait punir son môme pour avoir gratté au stylo le nouveau salon, fraîchement déballé», raconte une psychothérapeute, membre de l'Association pour la promotion de la santé mentale de l'enfant et de l'adolescent — qui préfère garder l'anonymat —, le secret professionnel ne lui permet pas de dévoiler davantage ses expériences personnelles... Pour elle, la violence extrême est bel et bien présente dans la société. «Il est temps, aujourd'hui, de lutter contre elle», ajoute la spécialiste. C'est dans le cadre des activités de cette association qu'un groupe de spécialistes comptent opérer pour une meilleure compréhension des phénomènes menant à la violence . Une première réflexion a été publiée à l'occasion de la Journée internationale des enfants victimes innocentes d'agressions, célébrée chaque année par l'Unesco, mettant en relief la violence familiale, la violence communautaire, la violence dans les institutions et enfin la violence au travail. «La violence à l'égard des enfants innocents ne revêt pas chez nous l'apparence flagrante de l'enfant soldat, ou celle de la pornographie enfantine. Elle est plus discrète, au cœur des familles et des proches...une violence silencieuse sur laquelle pèse la culture du silence», commence par constater l'équipe.
Comment éduquer son enfant, sans fessées ni claques ? Comment condamner le discours sur les vertus éducatives des châtiments corporels, soutenu depuis des décennies? Comment protéger l'enfant contre un environnement hostile et déstabilisé depuis la révolution ? Comment peut-on canaliser les frustrations personnelles en évitant de les projeter sur l'enfant déjà fragilisé ?...La violence est un élément complexe. Elle germe de la famille et se propage à travers la société.
Les textes législatifs interdisent la violence sous toutes ses formes, aussi bien au sein de la famille, qu'à l'école, qu'au travail que dans la société. Mais la pratique laisse à désirer. Un amendement de l'article 319 du code pénal, voté en juillet 2010 par la chambre des députés de l'époque, considère la correction corporelle infligée par les parents à leurs enfants comme un acte pénal. «Nous nous sommes opposé très tôt, en tant qu'association à la parution de cet amendement. On a considéré, entre autres, que sa parution n'a pas été suffisamment préparée : il aurait fallu enseigner aux parents une autre manière d'éduquer. Notre crainte était que cette loi vienne saper l'autorité parentale déjà largement fragilisée», explique-t-on encore.
Malheureusement, la violence familiale se perpétue souvent au fil des générations. D'après un document de l'Unicef, les enfants, élevés dans un foyer violent ou victimes de comportements de maltraitance, en gardent des séquelles longtemps après avoir quitté la maison. Ils risquent d'être eux-mêmes violents. Pour ces enfants, toujours selon cette référence, les conséquences psychologiques et comportementales sont dévastatrices. Ils souffrent d'incontinence ou de cauchemars. Ils sont plus exposés que les autres enfants aux allergies, à l'asthme, aux problèmes gastro-intestinaux, à la dépression et à l'anxiété. L'enfant en âge de fréquenter l'école primaire qui vit dans un milieu violent risque d'avoir des problèmes de concentration et des difficultés à suivre à l'école.
D'ailleurs, l'article 28 de la convention internationale des droits de l'enfant fait le lien entre « droit à » et « droit dans » l'école où on stipule que «la discipline scolaire doit respecter les droits et la dignité de l'enfant». «Si en Tunisie, la loi interdit, dans les textes, l'utilisation des châtiments corporels au sein des établissements scolaires, force est de constater que la législation n'est souvent pas appliquée», note-t-on dans le document. Tous les élèves que les membres de l'association ont pu interroger sur ce sujet de la « violence à l'école » disent avoir été, au moins une fois dans leur vie scolaire, témoins d'une violence physique à l'égard de l'un de leurs camarades ou victimes de violence. L'apprentissage des enseignants d'une méthode alternative d'éducation aurait pu éviter ces formes de violence.
Certes, la culture de la violence dans les pays ayant connu la révolution est un fait avéré. D'après les membres de l'association, les conflits qui agitent la société affectent durablement la vie psychologique et sociale des enfants et des adultes. «La difficulté des autorités actuelles à imposer l'Etat de droit ne fait qu'aggraver la situation», fait-on encore remarquer. La Tunisie baigne dans la violence. Pourtant, les actions menées depuis plusieurs années pour créer un environnement protecteur conforme à la convention des Droits de l'enfant sont multiples. Mais les changements ne peuvent se faire du jour au lendemain.
Cette étude nous a permis de briser le silence, mais aussi d'avouer qu'il est grand temps que le visage de la Tunisie change et qu'on ne soit plus un Etat de loi mais surtout un état de droit. Nous pensons que former les adultes au métier de parents est une impérieuse nécessité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.