Tunisie – L'inflation grimpe à 9.1%… Comme partout dans le monde    Analyse : La Tunisie parmi les pays exposés au risque d'insoutenabilité de la dette    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Le CA en force et qualifié devant le Zamalek    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Programme des quarts de finale    UEFA CL : Les résultats complets de la soirée de mercredi    Redmi A1+ : un smartphone des plus abordables de la marque Xiaomi    Kaïs Saïed, conseil supérieur des armées, André Parant… Les 5 infos de la journée    Le Groupe BNA signe des conventions de partenariat avec le SPOT    Football | La CAF suspend l'entraîneur tunisien Rafik M'hamdi    USA : Un mensonge d'Etat, Biden relance "le mur de la honte"    Tunisie : Création d'un tribunal pour la résolution des conflits sportifs    Crise énergétique et énergies renouvelables : la Tunisie rate encore une transition    Signature d'un accord de partenariat entre Mattel et Huawei    Rached Ghannouchi ou l'arnaque politique de la Tunisie    Béja: Négociations entre le ministère de l'Education et la fédération générale de l'éducation de base (Vidéo)    Ukraine : il n'aurait pas 6000 mais 9000 têtes nucléaires, le patron de la CIA avertit    Les journalistes organiseront un rassemblement à la place de La Kasbah    La Tunisie accueille le forum Africain du LIONS CLUBS International    La nouvelle Première ministre britannique: ''Je suis très sioniste''    Coronavirus – Vaccination : Plus de 69 mille personnes ont reçu quatre doses    OPPO dévoile les trois matchs les plus inspirants de la UEFA, tels que votés des fans    L'ambassadeur de France: Je suis optimiste pour l'avenir de la Tunisie    Soutien aux femmes d'Iran : des artistes se coupent les cheveux en direct sur instagram    Mali, Burkina Faso… : Poutine pactise avec Goïta, l'Occident a un problème de plus    Vidéo : Un rappeur russe de 27 ans se suicide pour échapper à la mobilisation en Ukraine    Crash d'un avion militaire au Mali: le bilan s'alourdit    Leila Hadded : Les parrainages se vendent à 10 dinars    L'Ugtt face à l'approche d'un imminent accord avec le FMI : Pas de chèque en blanc pour le gouvernement    Candidatez pour la 5ème saison d'Orange Fab, accélérateur corporate de start-up d'Orange Tunisie    Recette : Recette assida zgougou de maman    Kasserine : Deuxième taux d'analphabétisme le plus élevé sur le plan national    Pourquoi | Profiter du changement climatique    Bientôt à la Galerie Kalysté : Hamda Dniden raconte Sidi Bou Saïd    «The Transformation of Silence» de Héla Ammar et Souad Mani à la Chapelle de Saint-Monique à Carthage : Mémoires, archives et traces    37e édition du festival international du film francophone de Namur : Du réel à l'abstrait    Tennis- Open Jasmin Monastir : Résultats des rencontres disputées mardi 04 octobre 2022    Olfa Hamdi appelle au report des élections (Live)    WTA Open des Jasmins : Ons Jabeur qualifiée en 8e de finale, les moments forts (vidéo)    Saisie de 1900 kilos de pâte dissimulés dans une étable pour l'élevage des moutons    Danses lascives et tenues dénudées : le festival de la Fête du Mouled s'excuse    Tunisie: La production nationale de médicaments couvre 75% des besoins    1er forum Afrique-France de la transition écologique et énergétique | Des enjeux et des solutions    Météo en Tunisie : Des pluies attendues l'après-midi sur le centre, le sud et le nord ouest    L'UBCI Partenaire Officiel de l'extended sessions de Jazz à Carthage    JCC 2022 : Des films restaurés et inédits de la fin des années 60 dans le focus Palestine    L'Union islamique des avocats accuse la Faculté de Sciences juridiques de "propager" l'homosexualité    Zarzis | Affluence des africains subsahariens : La situation risque de dégénérer    L'insupportable arrogance des Occidentaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Moments marquants
Cinéma: 63e Festival international de Cannes
Publié dans La Presse de Tunisie le 24 - 05 - 2010

Au-delà du palmarès, parmi les films qui nous ont marqués lors de ce 63e festival de Cannes, citons notamment : Route Irish du Britannique Ken Loach et Poetry du Sud-Coréen Lee Chang-dong.
Quatre ans après la Palme d'or qu'il a remportée pour Le vent se lève, Ken Loach, un habitué de Cannes, nous revient avec ce onzième long-métrage ayant pour toile de fond la guerre en Irak.
Un pamphlet contre la guerre en Irak et toutes les atrocités qui y ont été commises par les «mercenaires» appelés Contractors, un euphémisme pour désigner «les soldats privés», des sous-traitants américains et anglais de la guerre devenue un véritable marché et qui, malgré tous les massacres et grosses bavures qu'ils commettent, bénéficient de l'immunité imposée à l'Irak par l'ancien Président Bush. Immunité voulant dire ici impunité.
Fergus est justement l'un de ces contractors qui, après avoir profité de ce commerce juteux, grâce à sa société, retourne à Liverpool moralement détruit et rongé par le remords d'avoir entraîné beaucoup de ceux qu'il a recrutés à la mort.
Mais mauvaise nouvelle, Frankie, son ami d'enfance qu'il a lui même encouragé à partir en Irak, est mort sur la Route Irish, la plus dangereuse du monde (selon les Américains) et qui relie la zone verte à l'aéroport. D'où le titre du film. Fergus, fou de douleur, ne croit pas à la thèse officielle de la mort de Frankie. Il décide d'enquêter…
Ce thriller politique, mené de main de maître par Loach, tout en tension, est doublé d'une critique acerbe. «Ils ont fait de nous des criminels», s'écrie Fergus dans un moment de colère et de rage contre les politiques.
En partant donc d'un microcosme, Loach révèle un plan d'ensemble sur une guerre atroce, la qualifiant dans une interview à la chaîne du festival «de crime, d'illégale avec des conséquences humanitaires très lourdes et fondée sur des mensonges».
Des gens sont responsables de cette guerre, il dira: «Ils sont toujours en liberté, c'est une façon de les garder à la barre»…
L'ancien Premier ministre britannique Tony Blair «est même devenu envoyé pour la paix au Proche-Orient, c'est absurde… il doit rendre des comptes».
Avec Route Irish, Loach, cinéaste engagé, réussit clairement, grâce à une forme enlevée et rythmée, à révéler que la guerre est devenue un marché juteux pour les politiques et hommes d'affaires véreux gagnant un argent fou. Mais à quel prix ? Mort, destruction et souffrance. C'est ce que dénonce avec réalisme et lucidité le réalisateur de Route Irish porté par une paire d'acteurs formidables, Mark Womack (Fergus) et Andrea Lowe (Rachel). Heureusement donc que Ken Loach ait, quoique tardivement, rejoint la compétition.
Poésie et grâce
Poetry, 5e long-métrage, de Lee-Chang-dong, s'égrène, lui, entre réalisme et poésie en brossant le portrait d'une femme de 60 ans, Mija, qui vit avec son petit-fils, collégien. Excentrique, curieuse et élégante, elle aime aussi bien les fleurs que la poésie.
C'est qu'elle cherche, désormais, la beauté autour d'elle, alors que jusque-là, elle n'y a jamais prêté une attention particulière. Mais deux faits surviennent dans le cours paisible de sa vie qui lui font réaliser que la vie n'est pas aussi belle qu'elle le pensait.
Au centre d'un double drame : son petit-fils est impliqué dans le viol d'une jeune camarade de classe, qui a fini par se suicider, et elle-même est atteinte d'Alzheimer.
Au soir de sa vie, Mija agit, elle intervient auprès des uns et des autres pour sauver son petit-fils, mais elle a aussi la tête dans les nuages : son désir le plus ardent étant d'écrire son premier poème et peut-être le dernier.
Drame mélancolique, Poetry traite de sujets graves, la perte des valeurs morales, le conflit de générations, le rapport à l'art dans un style lent, gracieux et sensuel faisant baigner le film dans une atmosphère poétique.
Le film mérite d'autant plus son titre que l'interprète principale Yun Junghée a réussi, dans le rôle de Mija, une interprétation époustouflante de grâce.
Déjà présent à Cannes en 2007 avec Secret Sunshine, qui a remporté en 2008 le prix d'interprétation féminine, Chang-dong, au fil de ses films, affine de plus en plus son style et densifie son propos.
La presse internationale a voté pour Another year du Mike Leigh, Des hommes et des dieux du Français Xavier Bauvois. Le premier étant une peinture sociale de la middle-class britannique confrontée aux problèmes de la solitude, la vieillesse et la mort. Mais on peut lui reprocher sa vision clicheique sur la femme célibataire, en revanche, admirablement interprétée par Lesley Manville.
Des hommes et des dieux traite de l'enlèvement, durant le conflit qui a opposé l'Etat algérien au groupe islamique armé, de sept moines français du monastère de Thibérine, dans les montagnes de l'Atlas. C'était en 1996. Beauvois a montré les moines comme «la branche» et la communauté du village comme les oiseaux qui s'y posent. Les habitants sont aidés matériellement et soignés par les moines qui vivent en harmonie avec les musulmans. En fait, Des hommes et des dieux se focalise plutôt sur le dilemme que vivent les religions : partir ou rester dans des circonstances aussi violentes et dangereuses ? Lent, ce 5e long métrage de Beauvois traite avec retenue et pudeur une tragédie qui a fait couler beaucoup d'encre. Le film véhicule quelques moments forts, notamment celui où les moines se mettent à chanter des chants liturgiques quand, au dehors, s'approche le bruit d'un hélicoptère, ainsi que la scène finale quand les religieux avec les ravisseurs disparaissent dans le brouillard d'une montagne enneigée.
Un autre film français, Tournée de Mathieu Almaric, a suscité la sympathie de la critique à Cannes pour son extravagance et sa fantaisie, mais pas au point de l'élire dans son palmarès.
Polémiques
et larmes
D'autres films ont marqué cette édition de Cannes, mais par la polémique qu'ils ont sécrétée. La Palme revenant bien sûr à Hors-la-loi du Franco-Algérien Rachid Bouchareb, un mauvais procès auquel plusieurs parties (élus UMP, anciens combattants, représentants d'associations de harkis ou de pieds-noirs et membres du Front national) ont fait à ce film sans même l'avoir vu (à propos des événements du 8 mai 1945 à Sétif). Pourtant, la critique n'est pas dithyrambique, et cinématographiquement le film, nous l'avons déjà dit, pècha par plusieurs aspects (personnages archétypaux, manque de dramaturgie et jeu approximatif des acteurs).
D'autres films ont, eux, totalement déçu : Outrage, du Japonais Takeshi Kitano qui pèche par une violence gratuite et outrancière ne reposant sur pratiquement aucun propos.
Fani Game, de Doug Liman, seul film américain en compétition, réunit de nouveau, Naomi Watts et Sean Penn, huit ans après 21 grammes, pour nous embarquer dans une affaire d'espionnage tirée de la véritable histoire de l'agent de la CIA, Valérie Plame et de son mari diplomate Joe Wilson, victime de l'administration Bush lors de la guerre en Irak.
Cette édition de Cannes aura été marquée par le retour du cinéma africain après 13 ans d'absence. Un homme qui crie, du Tchadien Mahamet Saleh Haroun, qui clôt sa trilogie (Abouna, Darott) sur le rapport père-fils et la transmission sur fond de guerre.
Juliette Binoche, interprète de Copie conforme, s'est mise à pleurer lors de la conférence de presse, quand elle a évoqué le sort du réalisateur iranien Abbès Kiarostami (dont le dernier-né n'a pas emballé outre mesure la presse internationale), emprisonné depuis début mars, et qui a entamé dernièrement une grève de la faim.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.