Abdelmajid Ezzar : « Je suis toujours à la tête de l'UTAP »    CONDOLEANCES : Chedly LAHMAR    Monastir: Un surveillant général arrêté pour avoir harcelé des parents d'élèves    CONDOLEANCES : Lamia ZOUAOUI    Sousse: La station balnéaire marina El Kantaoui célèbre ses 43 ans avec une série de manifestations    La Tunisie accueille 'Phoenix Express 2022'    Appel à candidatures pour la Bourse d'aide à la mobilité AMI : date limite le 31 mai 2022    Slim Riahi : je ne suis ni un corrompu, ni un criminel pour subir cet acharnement !    Ukraine : La boulette signée Bush, il condamne sa guerre en Irak…    Le Kenya est exclu des éliminatoires de la CAN 2023 !!    Play-offs Ligue 1 Pro : Programme TV de la 6e journée    La chargée d'affaires à l'Ambassade des Etats-Unis: Le pèlerinage d'Al Ghriba est le symbole de tolérance et de paix [Vidéo]    Une délégation de l'Otan en Tunisie et … en catimini    Parution de l'ouvrage "Les dérives contraires en Tunisie" de Hatem M'rad    USBG : Dans la peau d'un trouble-fête...    EST :Continuer à faire le plein    Ligue 1 | Play-out – 3e journée : L'OB retrouve son rang de leader    Le Brief sportif national, continental et international du jeudi 19 mai    High Tech & Innovation    Tunisie – météo : Temps clair à peu nuageux    Photo du Jour : ils présentent des excuses pour le "dérangement"… On avance!    Walid Ben Salah, président de l'Ordre des experts-comptables de Tunisie à La Presse : «La Tunisie travaille sur l'amélioration de sa notation par le Gafi»    L'investissement étranger n'a pas retrouvé son niveau d'avant la pandémie    Le journaliste Mahmoud Ben Jemâa n'est plus    Ce soir, à la Salle Tahar-Cheriaa à la Cité de la Culture Chedli-Kélibi : Courez (re)voir «Le pas suspendu de la cigogne» d'Angelopoulos !    Tolérance et ouverture...Ce qu'a dit l'ambassadeur de France à propos de la Tunisie    Zied Mallouli : à Sfax, nous avons des sangliers en plus des ordures    Foot-Europe: le programme du jour    Artes propose la distribution d'un dividende de 0,8 dinar par action    EXCLUSIF: Najla Bouden participe au Forum de Davos    Comité de défense de Slim Riahi: Conférence de presse [Vidéo en direct]    Près de 135 mille candidats passeront les épreuves du baccalauréat    Des Israéliens à la Ghriba    Ghazi Maherzi: Le représentant du géant ukrainien de produits métallurgiques    Match amical: USA-Maroc le 1er juin à Cincinnati    Le président de l'Instance générale des prisons et de la rééducation démis de ses fonctions    Par A.Ben Gamra : Notre banque centrale (BCT) cause elle-même l'inflation de notre économie    Libye : Bach Agha annonce Syrte comme siège de son gouvernement    Motus après le missile de l'USAID, Tunis attend qu'on coupe le robinet du FMI    Le Festival de l'Amandier débute ce vendredi à Sfax    Tahar Bekri: Aboulkacem Chebbi et la revue Forge    Ben Slama : le projet de calendrier du référendum a été élaboré par des parties étrangères à l'Isie !    Master International Film Festival : Un nouveau festival cinématographique tunisien en juin à Hammamet    Du Cap-Vert, au Cap Bon, Elisabeth Moreno part à la conquête des électeurs français de Tunisie    L'artiste Mondher Jebabli n'est plus    Le consulat tunisien à Tripoli appelle les Tunisiens à la vigilance    Taïeb Dridi: Toujours à Odessa pour exporter des céréales et des féculents    Des amis d'enfance juifs ouvrent un restaurant de couscous tunisien à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sous le joug de la passion
Vient de paraitre
Publié dans La Presse de Tunisie le 31 - 05 - 2010

Quand le rêve, l'imagination, le désir, la volonté submergent les profondeurs de l'être humain, s'impriment sur sa peau, prennent forme avec son corps, aveuglent son esprit, cet être ne peut devenir que le condamné obtempérant à sa destinée, se déployant fermement sous l'empire de sa passion, répondant machinalement aux impératifs de ses pulsions, acceptant les souffrances et les injustices rencontrées sur son chemin, car, figurez-vous, «rien ne nous rend si grands qu'une grande douleur», dit-on à la manière de Musset !
Eh bien, il s'agit de cette douleur qui fait jubiler l'être, qui l'emporte loin dans l'exaltation, le réjouit pleinement pendant qu'il cherche à matérialiser son désir, à accoucher sa volonté, à répondre à cette passion nichée en lui, germant et prenant racine partout dans ses tréfonds, même si elle est inaccessible, voire impossible ou interdite… et que dire quand c'est un enfant qui vit sous le joug de la passion, un petit être tout innocent, tout frais, respirant l'art au petit feu de son âme, maudit par l'amour du cinéma au point de risquer sa dignité, dans un lieu à mille lieues du cinéma… Un Irakien à Paris est indéniablement ce roman de la passion artistique, qui consume frénétiquement le cœur, comme à l'âtre, le feu avec du bois ! L'art est le foyer d'un crépitement chaleureux…
C'est un roman en langue arabe, de l'écrivain irakien d'origine assyrienne Samuel Shimon, traduit en langue française par Stéphanie Dujols et publié par la maison d'édition Actes Sud. Le livre était aussi traduit en anglais et en suédois, il a bien suscité l'attention des critiques et a été considéré par la presse britannique comme «une réplique arabe au Tropique du Cancer de Henri Miller».
D'emblée, le titre nous annonce qu'un Oriental évoluera dans un espace étranger, inaccoutumé, exubérant, différent de celui auquel il est habitué, et qu'il rêvait certainement depuis si longtemps de découvrir. On s'attend ainsi à une série de péripéties, de rebours, de rebondissements… Cette première impression que recèle le titre donne l'appétit au lecteur et nourrit sa curiosité pour explorer ce que pouvait rencontrer malencontreusement ce personnage de l'Est, dans une contrée de l'Ouest.
Le livre se compose de deux volets bien distincts : le premier est intitulé Un Irakien à Paris, il nous trace l'itinéraire de cet Assyrien, devenu adulte, féru du 7e art et envisageant de partir à Hollywood pour réaliser sa passion et devenir une star. Il passe d'abord par Beyrouth et Damas, là où il était torturé, puis se met en va et vient entre Tunis, Liban, Chypre, etc., jusqu'à ce qu'il obtienne l'asile politique à Paris. Là, il décide d'écrire un scénario, mais finit par composer un roman, ce qui constitue le deuxième volet : Le petit marchand ambulant et le cinéma, dans lequel il raconte les débuts de son enfance, tiraillé entre le travail pour subvenir aux besoins de sa famille, et le cinéma qui l'envoûte jusqu'aux orteils, en décrivant le milieu dans lequel il a grandi, et qui est caractérisé par la multiethnicité.
Les deux volets s'apparentent, à première vue, comme étant disparates, mais, en réalité, ils ne sont qu'intimement liés. D'ailleurs, en entamant la lecture, on a l'impression que l'histoire a déjà commencé quelque part, qu'on est peut-être au milieu. Une sensation d'ambiguïté emporte le lecteur qui ne connaît pas grand-chose des personnages et leur construction, contrairement à l'habitude classique qui présente, à l'incipit, le décor général de l'histoire. Or, cette histoire commence par le milieu et débute dans le deuxième volet, c'est-à-dire, la partie consacrée au «petit marchand ambulant et le cinéma». Une mise en abîme est délicatement préparée, le roman dans le roman ne fait que mettre en relief ce personnage appartenant à une culture orientale, recueilli par une culture occidentale, ou plutôt, attiré par l'abîme du monde étranger. Un travail de structure intelligent, loin des sentiers battus et des clichés de l'écriture romanesque classique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.