Communiqué du Comité national olympique tunisien : Le gala du Flambeau olympique 2019 reporté au 20 décembre    Tunisie – Hamma Hammami parle de la maladie de Radhia Nasraoui    En vidéo : l'UGTT rend hommage à Mohamed Ennaceur    Tunisie : [vidéo] Zouhaier Maghzaoui: “Un gouvernement qui ne privilégie pas les problèmes sociaux ne nous intéresse pas”    Mohamed Habib Jemli reçoit Khaled Kaddour, ancien ministre de l'Energie et des énergies renouvelables    Inauguration d'une société japonaise de composantes automobiles à Monastir    Tunisie : Une nouvelle compagnie aérienne tunisienne voit le jour    Temps localement brumeux demain matin    Par Amine Ben Gamra : Première pas de réformes pour relancer l'économie tunisienne : Dire la vérité sur l'économie    Ahmed Mejri participe avec plusieurs artistes musiciens saint-louisiens à un atelier de musique-fusion au Sénégal    TOPNET inaugure son premier point de vente franchisé TOPNET SHOP au KEF    Ligue 1 : Les arbitres de la 11ème journée    Salon Tunisien du chocolat et de la pâtisserie: 2e édition du 5 au 7 décembre à l'UTICA    Hafedh Caïd Essebsi veut créer un Nidaa historique    Réaction du parti Qalb Tounes au regrettable chaos survenu mardi au Parlement    Ligue des champions : L'Espérance de Tunis veut confirmer    Arrestation du voleur des effets des victimes du BUS au moment où ces derniers étaient en train d'agoniser    Club Africain : Yassine Chammakhi va-t-il rester ?    Ligue des champions d'Afrique : le point du groupe D avant la 2e journée    Etats-Unis: Fusillade dans la base militaire de Pearl Harbor, deux morts    Success Sotry TN: Nour Bellalouna de Nabeul, artisane et entrepreneuse (Vidéo)    Jamila Kssikssi : Je ne vais pas m'excuser…    Tunisie : L'Union tunisienne des taxis individuels organise un rassemblement protestataire contre les taxi-scooter    Tunisair proposera des tarifs préférentiels au profit des enseignants universitaires    Programme TV du jeudi 05 décembre    Homologation du stade Hammadi Bejaoui à Jerzouna pour accueillir les matches du CA Bizertin et Stir Zarzouna    La BNA sponsor de la 2ème édition de l'événement PI-ROBOTS 2.0    Le commerce de « Friperie » menacé par de nouvelles restrictions douanières    Restrictions de la circulation pour les poids lourds transportant des produits liquides à Bizerte    A Sousse, Une voiture avec deux filles à bord tombe dans un ravin    Algérie: Ouverture du premier procès pour corruption d'anciens hauts responsables    Youssef Chahed donne le coup d'envoi au processus TOS au port de Radés    Guirra le nouveau film de Fadhel Jaziri dans les bacs dès le 4 décembre (B.A. et Synopsis)    Abir Moussi et tout son bloc parlementaire en Sit-in au Parlement depuis le mardi soir    Un stock de Kalachnikovs découvert par un plongeur au Monastir    COP 25 : l'Afrique revendique sa vulnérabilité climatique    Journées Architecturales de Carthage 2019: remise des prix    Accident de Amdoun : Le CA reporte son match virtuel en signe de solidarité avec les victimes    Cinquième édition du Forum Dauphine : Tunis Entreprises    Le Ciné-Club de Tunis entame la saison culturelle 2019 – 2020 avec un 1er cycle de films et débats «Questionnements sur la sexualité»    Londres : VIDEO : Attaque terroriste au couteau : Plusieurs blessés… L'agresseur abattu par la police    Journées Architecturales de Carthage (J.A.C) du 30 novembre au 02 décembre 2019 à la Cité de la culture (programme)    Klay BBJ porte plainte, à son tour, contre Beya Zardi    Le film tunisien نورة تحلم (NOURA RÊVE) de Hinde Boujemaa en tournée dans plusieurs gouvernorats    Vidéo Buzz : Quand de jeunes tunisiens sauvent une baleine bloquée à la marina de Bizerte    Kef : Une secousse tellurique de magnitude 3.48° sur l'échelle de Richter enregistrée à Sakiet Sidi Youssef    Des associations tunisiennes dénoncent la légalisation de l'implantation de colonies en Cisjordanie    Albanie: Trois morts dans un tremblement de terre d'une puissance de 6,4 degrés sur richter    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La grande inconnue reste la Libye
Youssef Ahamat Tyera, expert militaire et analyste en sécurité des affaires africaines
Publié dans La Presse de Tunisie le 26 - 05 - 2013

La situation sécuritaire en Afrique du Nord et en Afrique subsaharienne n'a cessé de susciter les analyses et les inquiétudes des experts des questions sécuritaires. Les menaces terroristes se sont propagées dans les pays qui ont connu des révolutions et la présence d'Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) impose une atmosphère de plomb dans la région dont les immensités désertiques échappent à tout contrôle. L'ancien général de l'armée tchadienne et spécialiste des affaires africaines en matière de sécurité, Youssef Ahamat Tyera, nous livre son analyse des dessous et des perspectives de ces menaces terroristes...
Comment évaluez-vous la situation actuelle dans la région de l'Afrique du Nord et l'Afrique subsaharienne, à la lumière des menaces terroristes?
C'est le Mali qui a absorbé le choc de la menace terroriste d'Aqmi. La zone d'opération des djihadistes, c'est le Nord du Mali, mais ils opèrent sur les frontières de l'Algérie, la Mauritanie, du Niger, entre autres, et même du Nigeria, qui restent des sources de ravitaillement pour les terroristes. L'une des raisons de la montée en puissance des djihadistes au Nord du Mali c'est l'acquisition des armes sophistiquées (missiles sol-air) qu'ont ramenées les touaregs en quittant la Libye après la chute de Kadhafi qu'ils soutenaient.
Pour ce qui est de la Tunisie, l'Algérie et la Libye, leurs frontières sont très vastes. Le fait que des Tunisiens soient impliqués dans les combats au Nord du Mali aux côtés d'Aqmi ainsi que des Algériens, outre des mercenaires et autres recrutés de différentes nationalités africaines, cela laisse la région de l'Afrique du Nord sous une menace potentielle. Pour la Tunisie, les incidents de Djebel Chaâmbi ont démontré que les terroristes étaient sur la défensive. S'il y a une menace, elle ne sera pas à l'intérieur de la Tunisie, mais plutôt elle sera l'infiltration des armes depuis la Libye. Pour cette région, il n'y a pas de menace directe à craindre. Pas de perspectives d'un combat direct et dur contre un camp d'armée mais la prise d'otages étrangers n'est pas exclue. Idem pour les attentas explosifs. Les terroristes restent un ennemi imprévisible.
Quant au Mali, il s'est sécurisé dans le domaine de la guerre directe avec les djihadistes, sauf que la menace demeure celle des poches terroristes qui existent encore notamment dans le Nord du pays. Ils peuvent perpétrer des attentats à la bombe à n'importe quel moment et dans n'importe quelle ville du Mali. Outre la fermeture des frontières au Mali, au Niger et en Mauritanie aussi, avec ce qui se passe en Libye, la situation n'est pas encore maîtrisée. C'est que chaque tribu a son groupe armé, ses armes, alors que le pouvoir est démuni de ses pouvoirs et le risque est permanent. La Libye demeure une source de ravitaillement et de tous genres de trafics. L'Algérie a bien su combattre les terroristes, la Tunisie fait de même pour pourchasser et démanteler tous les réseaux mais la grande inconnue, c'est la Libye. Le Maroc peut être, lui aussi, touché par le recrutement des combattants du Polisario par Aqmi.
Cette activité terroriste connaît une recrudescence soudaine. Quels sont les facteurs endogènes à cette explosion du terrorisme dans ces régions et quel est le rôle des grandes puissances dans tout ça ?
L'activité terroriste en Afrique a commencé par l'installation d'Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) en Algérie après la dissolution des groupes islamiques algériens (GIA). Les rescapés terroristes algériens qui ont été délogés par les militaires algériens ont trouvé refuge aux confins du Mali. Ils veulent instaurer la charia. C'est leur objectif principal mais à l'intérieur on se permet tout pour exister : trafic de drogue, d'armes, etc. C'est ce qui a fait qu'il y a des dissidences au sein de ces groupes. Pour les Touareg, c'est une question d'autonomie de leur zone. Ce ne sont pas des terroristes mais ils ont leurs raisons sociales et culturelles. En parallèle, il y a des problèmes idéologiques, religieux, de couleur et de ressources naturelles. Pour le Mali, il y a des raisons sociales, notamment pour les jeunes qui ont été endoctrinés dans l'idéologie djihadiste face à l'absence de l'Etat sur un terrain vaste. Les djihadistes ont pu sympathiser avec les populations locales, entre autres à travers les mariages et le commerce. De leur côté, les Touareg n'ont pas la même idéologie d'Aqmi mais ils ne la combattent pas puisqu'ils ont un ennemi commun : l'Etat. De plus, la prise d'otages est devenue un fonds de commerce.
Pour ce qui est des intérêts des grandes puissances, la France a son influence sur la plupart des pays africains qu'elle a colonisés et surtout dans la zone du Sahel qui représente un intérêt économique où elle essaie de préserver sa présence dans la région. Outre l'exploitation de l'uranium au Niger, elle a des bases militaires dans certains pays comme le Djibouti, la Côte d'Ivoire ou le Tchad. Les Etats-Unis, par contre, n'ont qu'une base militaire à Djibouti, avec un intérêt stratégique et économique, alors que sur un autre plan ils sont présents au Sahel par le biais des unités de l'Africom. Les USA veulent avoir une base de drones pour lutter contre le terrorisme au Niger.
Que pensez-vous des perspectives et des solutions pour lutter contre ce fléau persistant du terrorisme ?
On dit que les Etats ont des frontières mais le terrorisme n'en a pas. Le Sahel est très vaste et il y a des coins où jamais un militaire n'a mis le pied. Ça reste un domaine réservé aux trafiquants qui le maîtrisent bien. Le terrorisme va perdurer avec des poches qui ne menacent pas les Etats mais elles sont une source d'insécurité. Aqmi n'est pas hiérarchisée et restera sur une logique de petits groupes qui bougent mais qui ne peuvent pas s'installer dans une même région ou s'approprier un territoire. Pour ce qui est des Touareg, il faut un dialogue avec eux. Les Etats touchés par le terrorisme doivent coopérer, notamment en s'échangeant les informations pour parvenir à limiter au maximum l'activité des terroristes. Autrement, ces activités seraient délocalisées du Nord du Mali. La Libye reste une zone de turbulences d'où se ravitaillent les terroristes...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.