Volley – Mondial U19 : programme des matchs de l'équipe nationale    La Tunisie face à la Mauritanie et la Côte d'Ivoire en amical en septembre    Basket – Mondial 2019 : avant de partir en Chine, l'équipe nationale s'envole à Tokyo    Tunisie: Le ministre du Transport annonce l'ouverture de trois tunnels pour la circulation au niveau de l'aéroport    Nabeul Book Club organise Philofest; un festival tunisien dédié à la Philosophie    RECEPTION JEUDI 22 AOUT 2019 À 20H00 MEDIA CENTER DU THEÂTRE ROMAIN DE CARTHAGE    Tunisie : 40% de baisse des inscriptions dans les écoles privées par rapport à l'année 2018-2019    Rentrée 2019 : Ooredoo lance le paiement des frais de scolarité du primaire par recharge téléphonique    Programme TV du mardi 20 août    Adnane Hajji retire son parrainage à Hatem Boulabiar et explique les raisons    Malgré de meilleurs chiffres en économie, le Tunisien reste pessimiste    Festival Carthage 2019: Grand Gala de l'Opéra Italien, invité surprise de la 55e édition, le 23 août sur scène    Le conseil de l'ISIE valide les résultats des élections municipales partielles à Thibar, Sers, El Ayoun    9 migrants bangladais bientôt privés de protection et d'hébergement en Tunisie, selon le FTDES    Zied El Heni chargé de réformer « la presse »    Quand Abir Moussi donne ses instructions aux médias    Décès de l'ancien Mufti de la République Cheikh Mokhtar Sellami    Pas d'augmentation pour les abonnements scolaires et universitaires    801,4 MD de déficit pour la balance commerciale alimentaire à la fin juillet    FC Barcelone: Dembélé, absent 5 semaines    Tunisie – Néji Jalloul présente son programme en matière de diplomatie    Tunisie – La femme décédée après avoir fait don d'un rein à son mari : Précisions du ministère de la santé    Traque de terroristes à la frontière algérienne    Tunisie : le taux de croissance atteint 1,1% au premier semestre de 2019    Ghofrane Khelifi et Nihel Cheikhrouhou (Judo) remportent chacune la Médaille d'Or des Jeux Africains au Maroc    Olivier Poivre d'Arvor à La Presse Magazine : Il faut faire prendre conscience aux entrepreneurs que la mer est une richesse en termes de revenus    Le visa Schengen sera désormais plus dur à obtenir    Coupe arabe des clubs : où voir la rencontre du CA Bizertin ?    Tabarka Jazz Festival 2019: 19ème édition du 20 au 24 Août    HarmonyOS; le nouveau système d'exploitation de Huawei    Le tout nouveau Nokia 105 arrive sur le marché tunisien    SIT-IN ouvert des membres de la Fédération générale de la poste    ISIE : La Justice administrative prononcera ce lundi son verdict définitif concernant les recours liés aux élections législatives    L'ARP examinera ce lundi les propositions 59 et 60 relatives à l'amendement de la loi n°16 / 2014 concernant les élections et les référendums    Syrie: Les forces du régime entrent dans une ville clé du nord-ouest du pays    Depuis onze jours, des dizaines de migrants restent bloqués en mer    « Béatrice un siècle » de la Tuniso-canadienne Hejer Charf à la Biennale d'art contemporain dédiée aux artistes femmes à Rabat    Le Club Sportif Sfaxien remporte la Coupe de Tunisie de football (coupe de Feu Béji Caïd Essebsi)    Tunisie – Anis Oueslati, le nouveau gouverneur de Sfax : Du gros calibre !    Les Nuits du Fort de Kélibia: 3ème édition du 17 au 28 août 2019 (Programme)    Inquiétante amplification du trafic d'objets archéologique en Tunisie    LE monde dresse le portrait de Lotfi Abdelli    Tunisie- Le producteur Nejib Ayed n'est plus !    Libye : L'armée libyenne bombarde la piste de décollage de l'aéroport de Zouara    10 blessés dans l'atterrissage en urgence d'un Airbus sur un champ de maïs    Annulation du spectacle NOUBA de Samir Agrebi prévu à l'ouverture du Festival « Thuburbo Majus » au Fahs    Liquidation de 2 terroristes à Jebal Orbata dans le gouvernorat de Gafsa    Echange de tirs entre une patrouille militaire et un groupe de terroristes à Ghardimaou : 1 soldat légèrement blessé !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La grande inconnue reste la Libye
Youssef Ahamat Tyera, expert militaire et analyste en sécurité des affaires africaines
Publié dans La Presse de Tunisie le 26 - 05 - 2013

La situation sécuritaire en Afrique du Nord et en Afrique subsaharienne n'a cessé de susciter les analyses et les inquiétudes des experts des questions sécuritaires. Les menaces terroristes se sont propagées dans les pays qui ont connu des révolutions et la présence d'Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) impose une atmosphère de plomb dans la région dont les immensités désertiques échappent à tout contrôle. L'ancien général de l'armée tchadienne et spécialiste des affaires africaines en matière de sécurité, Youssef Ahamat Tyera, nous livre son analyse des dessous et des perspectives de ces menaces terroristes...
Comment évaluez-vous la situation actuelle dans la région de l'Afrique du Nord et l'Afrique subsaharienne, à la lumière des menaces terroristes?
C'est le Mali qui a absorbé le choc de la menace terroriste d'Aqmi. La zone d'opération des djihadistes, c'est le Nord du Mali, mais ils opèrent sur les frontières de l'Algérie, la Mauritanie, du Niger, entre autres, et même du Nigeria, qui restent des sources de ravitaillement pour les terroristes. L'une des raisons de la montée en puissance des djihadistes au Nord du Mali c'est l'acquisition des armes sophistiquées (missiles sol-air) qu'ont ramenées les touaregs en quittant la Libye après la chute de Kadhafi qu'ils soutenaient.
Pour ce qui est de la Tunisie, l'Algérie et la Libye, leurs frontières sont très vastes. Le fait que des Tunisiens soient impliqués dans les combats au Nord du Mali aux côtés d'Aqmi ainsi que des Algériens, outre des mercenaires et autres recrutés de différentes nationalités africaines, cela laisse la région de l'Afrique du Nord sous une menace potentielle. Pour la Tunisie, les incidents de Djebel Chaâmbi ont démontré que les terroristes étaient sur la défensive. S'il y a une menace, elle ne sera pas à l'intérieur de la Tunisie, mais plutôt elle sera l'infiltration des armes depuis la Libye. Pour cette région, il n'y a pas de menace directe à craindre. Pas de perspectives d'un combat direct et dur contre un camp d'armée mais la prise d'otages étrangers n'est pas exclue. Idem pour les attentas explosifs. Les terroristes restent un ennemi imprévisible.
Quant au Mali, il s'est sécurisé dans le domaine de la guerre directe avec les djihadistes, sauf que la menace demeure celle des poches terroristes qui existent encore notamment dans le Nord du pays. Ils peuvent perpétrer des attentats à la bombe à n'importe quel moment et dans n'importe quelle ville du Mali. Outre la fermeture des frontières au Mali, au Niger et en Mauritanie aussi, avec ce qui se passe en Libye, la situation n'est pas encore maîtrisée. C'est que chaque tribu a son groupe armé, ses armes, alors que le pouvoir est démuni de ses pouvoirs et le risque est permanent. La Libye demeure une source de ravitaillement et de tous genres de trafics. L'Algérie a bien su combattre les terroristes, la Tunisie fait de même pour pourchasser et démanteler tous les réseaux mais la grande inconnue, c'est la Libye. Le Maroc peut être, lui aussi, touché par le recrutement des combattants du Polisario par Aqmi.
Cette activité terroriste connaît une recrudescence soudaine. Quels sont les facteurs endogènes à cette explosion du terrorisme dans ces régions et quel est le rôle des grandes puissances dans tout ça ?
L'activité terroriste en Afrique a commencé par l'installation d'Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) en Algérie après la dissolution des groupes islamiques algériens (GIA). Les rescapés terroristes algériens qui ont été délogés par les militaires algériens ont trouvé refuge aux confins du Mali. Ils veulent instaurer la charia. C'est leur objectif principal mais à l'intérieur on se permet tout pour exister : trafic de drogue, d'armes, etc. C'est ce qui a fait qu'il y a des dissidences au sein de ces groupes. Pour les Touareg, c'est une question d'autonomie de leur zone. Ce ne sont pas des terroristes mais ils ont leurs raisons sociales et culturelles. En parallèle, il y a des problèmes idéologiques, religieux, de couleur et de ressources naturelles. Pour le Mali, il y a des raisons sociales, notamment pour les jeunes qui ont été endoctrinés dans l'idéologie djihadiste face à l'absence de l'Etat sur un terrain vaste. Les djihadistes ont pu sympathiser avec les populations locales, entre autres à travers les mariages et le commerce. De leur côté, les Touareg n'ont pas la même idéologie d'Aqmi mais ils ne la combattent pas puisqu'ils ont un ennemi commun : l'Etat. De plus, la prise d'otages est devenue un fonds de commerce.
Pour ce qui est des intérêts des grandes puissances, la France a son influence sur la plupart des pays africains qu'elle a colonisés et surtout dans la zone du Sahel qui représente un intérêt économique où elle essaie de préserver sa présence dans la région. Outre l'exploitation de l'uranium au Niger, elle a des bases militaires dans certains pays comme le Djibouti, la Côte d'Ivoire ou le Tchad. Les Etats-Unis, par contre, n'ont qu'une base militaire à Djibouti, avec un intérêt stratégique et économique, alors que sur un autre plan ils sont présents au Sahel par le biais des unités de l'Africom. Les USA veulent avoir une base de drones pour lutter contre le terrorisme au Niger.
Que pensez-vous des perspectives et des solutions pour lutter contre ce fléau persistant du terrorisme ?
On dit que les Etats ont des frontières mais le terrorisme n'en a pas. Le Sahel est très vaste et il y a des coins où jamais un militaire n'a mis le pied. Ça reste un domaine réservé aux trafiquants qui le maîtrisent bien. Le terrorisme va perdurer avec des poches qui ne menacent pas les Etats mais elles sont une source d'insécurité. Aqmi n'est pas hiérarchisée et restera sur une logique de petits groupes qui bougent mais qui ne peuvent pas s'installer dans une même région ou s'approprier un territoire. Pour ce qui est des Touareg, il faut un dialogue avec eux. Les Etats touchés par le terrorisme doivent coopérer, notamment en s'échangeant les informations pour parvenir à limiter au maximum l'activité des terroristes. Autrement, ces activités seraient délocalisées du Nord du Mali. La Libye reste une zone de turbulences d'où se ravitaillent les terroristes...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.