En vidéo : Saied préside la cérémonie de commémoration de l'assassinat de Farhat Hached    Kasserine : Une femme blessée dans l'explosion d'une mine    NBA : Chicago Bulls fait tomber les Nets, les Warriors surpris par les Spurs    CSS – Tusker : Formation probable des sfaxiens    André Parant, ambassadeur de France: La France, partenaire attentif et bienveillant de la Tunisie    Projet «Promotion du Tourisme Durable»: La Tunisie, notre destination    ils ont dit    Lutte contre le changement climatique: Les efforts d'atténuation : obligation ou opportunité ?    L'embrasement    Assassinat de Farhat Hached, il y a 69 ans: Le meurtre qui signa l'arrêt de mort de la colonisation    Mes odyssées en Méditerranée: Mariano Stinga, un renégat de Tunis    NEWS: Souleymane Coulibaly refait surface    C3 — TOUR DE RECADRAGE — MAtCH RETOUR — CSS-TUSKER FC (18H00) Le CSS dans le costume de favori    Après la desillusion de la Tunisie face à la Syrie (0-2): Jusqu'à quand les leçons non retenues ?    La reproduction canine    Pourquoi: Les taximans et leurs caprices…    Kairouan: Le soupir des coupoles    Ville de Tunis: Feelmedina, une initiative pour des week-ends heureux dans la Médina    Cérémonie d'ouverture de la 22e édition des Journées Théâtrales de Carthage: Démarrage sur les chapeaux de roues    Macron et MBS veulent veiller à la «stabilité» dans le Golfe    Affaire Omar Lâabidi: 14 policiers accusés d'homicide involontaire    Choisir des plantes d'intérieur pour le chien et le chat...    Tunisie-Covid : Un décès et 219 contaminations    Tunisie-Météo : Cellules orageuses et pluies attendues    La police turque aurait déjoué un attentat à la bombe visant le cortège d'Erdogan    J04 – Ligue 2 Pro : Résultats et classements après les matches de samedi    Erdogan échappe à une tentative d'assassinat    Turquie [VIDEO] : Démantèlement d'une tentative d'assassinat d'Erdogan lors d'un rassemblement populaire    Bilan - Covid-19 : 219 nouvelles contaminations et huit décès    CMF : Visa pour l'admission en Bourse de "Smart Tunisie"    Les recettes douanières ont augmenté de 17,2%, fin novembre    La startup Tunisienne Lamma accélère sa vision Quick commerce et acquiert Farm Trust    JTC 2021: Une inauguration inédite célébrant plusieurs expressions d'art et transmise à la télé    La Tunisie perd son match contre la Syrie (0-2): Une grande désillusion à la Coupe arabe FIFA 2021    Tunisie [EN DIRECT] : Les militants de l'Union affluent à la Kasbah pour commémorer l'assassinat de Farhat Hached    Tunisie – Japon : Conférence "JICA Chair" et signature d'un mémorandum de coopération à l'ENA de Tunis    Foot-Europe: le programme du jour    Yasmina Khadra appelle au sauvetage de la librairie El Moez    Tunisie : La météo de ce samedi    Opportunités : Des hommes d'affaires tunisiens prospectent les marchés kenyan et ougandais    UGTT : Commémoration du 69e anniversaire de l'assassinat de Hached    Tunisie Télécom accompagne la Tunis Fashion Week    Ce dimanche, accès gratuit aux musées, monuments et sites historiques    Aux Galerie « XYZ » et TGM Gallery : La Grenade exposée sous toutes ses coutures et l'Ecole de Tunis haute en couleurs    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    La Tunisie cherchait à acheter jusqu'à 175 000 tonnes de blé tendre    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les mythologies personnelles de Aziz Mohsni
Bâtisseurs de l'imaginaire
Publié dans La Presse de Tunisie le 04 - 12 - 2013


Par Bady BEN NACEUR
Le fer à souder et à sculpter est l'un des éléments essentiels de notre artisanat et, partant, des artisanats de la Méditerranée. Il est à nos portes et à nos fenêtres. La ferronnerie est aussi un art. Celui de la fabrication des objets d'ornement (garnitures de cheminées, lustres, rampes, grilles, balcons en fer forgé) et d'objets artistiques, telle la sculpture, notamment. A l'Espace Sadika, par exemple, le fer forgé et soudé contribue à rehausser le verre soufflé et à donner plus de prestige aux luminaires.
Aziz Mohsni, artiste-sculpteur, vivant et travaillant à Paris, se sert du fer pour «dessiner», comme on dessine à la mine de plomb, ou au pinceau, à l'encre de Chine, des aspects linéaires, des silhouettes humaines noires se profilant sur un fond clair—celui des cimaises d'une galerie— pour mieux exprimer leurs contours, leurs figures.
Ayant résidé l'été 2013, dans cet espace voué de plus en plus aux artisanats, aux arts plastiques et graphiques et à la musique, Aziz Mohsni, qui cultive ses racines de près et de loin, nous présente, aujourd'hui, une exposition liée à ce matériau fer qu'il sait si bien faire «chanter». C'est une exposition fort intéressante du point de vue des formes épurées et raffinées auxquelles il a abouti et de la cohérence d'un langage authentique privilégiant la voie subjective, comme l'indique si bien l'intitulé de cette mostra : «A l'intérieur de mes rêves». Les rêves de l'artiste sont conséquents de la double situation dans laquelle il vit, situation d'un «nomadisme» intense et qu'il assume pleinement à travers son art. Double situation à la fois «identitaire» de par son appartenance culturelle et de «réinvention» par rapport au monde actuel. Ses sculptures sont, en effet, des sortes de clins d'œil discrets à travers des formes dessinées puis reprises — avec quel raffinement! — dans la matière fer à souder et sculpter. Des sculptures de petits et moyens formats qui ont trouvé leurs places dans les niches murales de l'Espace Sadika, au sol et dans les recoins, une véritable mise en scène pour exprimer avec quelle discrétion son univers intime du rêve de l'artiste. Puisque le verbe «rêver» comme nous le disions, par ailleurs, se décline dans les deux sens : rêver le passé et rêver le futur. C'est dans cette jonction des élans que nous nous apercevons — à regarder de plus près ces statuettes — qu'elles sont des sortes de clins d'œil discrets à Rodin (Le Penseur, thème évoqué à plusieurs reprises) à Giacometti (silhouettes humaines filiformes et auto-portraits de Aziz Mohsni lui-même), enfin aux hiéroglyphes de la Haute antiquité égyptienne, aux valeurs figuratives emblématiques, que l'artiste a conçus comme une véritable «installation» à part (thème des offrandes) à regarder à la fois comme un grimoire et comme un objet de design d'une étonnante modernité.
Parallèlement à l'œuvre de fer sculpté, l'artiste nous fait découvrir, aussi, des statuettes modelées dans le papier mâché, rehaussées de peintures noires et pour les figures humaines, de dents de pur ivoire ou synthétiques. Ces sculptures nous renvoient ainsi à d'autres registres «rêvés» par l'artiste, registres formels issus d'un ordre mythique ou de pure imagination.
Tout cela exprimant ainsi les mythologies personnelles de Aziz Mohsni qui n'en finit pas de nous étonner merveilleusement d'apparition en apparition.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.