HAICA : le dossier de « Hannibal Tv » devant le Parquet pour suspicion de blanchiment d'argent    Jendouba: La mairesse de Tabarka libérée    Le Front de salut national appelle à la tenue d'une élection présidentielle anticipée    Noureddine Taboubi reçoit l'ambassadeur russe    Le déficit commercial alimentaire de la Tunisie s'aggrave de près de 66% jusqu'à fin juillet 2022    CONDOLEANCES : Cécile CHANE    FARK : Samir SASSI    Pourquoi | Les énergies renouvelables    Immigration : Les pays les plus convoités    Libérer l'initiative ...    Galaxy Z Flip4 et Galaxy Z Fold4 disponibles en précommande en Tunisie    Prochainement, une plateforme e-administration pour les Tunisiens à l'étranger    Wifak International Bank autorisé à racheter les assurances Attakafulia    La France refuse un visa à une star Marocaine    L'EST enregistre des départs et des arrivées : La métamorphose!    Le CSS s'enlise : Moncef Sellami rend son tablier    Billet | Les footballeurs sont-ils surpayés ?    Crime crapuleux à Mornag : Le couple meurtrier arrêté    Ariana : Un incendie maîtrisé à Sidi Thabet    «Les Montagnes Acoustiques», les 23, 24 et 25 septembre 2022, au pied de la Table de Jugurtha : La promesse de moments forts    Tashweesh 2022 – Feminist Festival : Des voix féministes à l'honneur en Tunisie    Djerba: Quantité supplémentaire de farine distribuée aux boulangeries    Visas français non délivrés aux marocains : ''rendez l'argent des frais''    Tunisie : Quatorze manifestations parallèles en marge de la TICAD8    Manifestation "La Tunisie chante l'Afrique" en marge du TICAD 08 à la cité de la Culture    Issam Chebbi : la Tunisie est devenue un Etat de non-droit    Tunisie Télécom met en jeu 30.000DT Cash !    Bilan Covid-19 : 153 nouveaux cas enregistrés le 16 août    9075 avocats, selon le dernier recensement officiel    Europa Conférence League (barrages aller): les matches de ce jeudi    Maroc: Mort d'une Française mordue par des chiens errants    Jendouba : les incendies maîtrisés à 80%    Ligue 1 Pro : deux matches amicaux au menu de ce jeudi    WTA Cincinnati : Quand et où regarder Ons Jabeur en simples et doubles jeudi ?    Météo du jeudi 18 août 2022    WTA Cincinnati 2022 : une journée couronnée de succès pour Ons Jabeur    Monde-Daily brief du 17 août 2022: Ukraine : Erdogan et Guterres rencontrent Zelensky demain    Lotfi Abdelli : je ferme ma gueule, je vends mes affaires et je pars !    «Club de chant» de Cyrine Gannoun au Festival International de Hammamet : Une œuvre attachante    Voici les 10 chansons les plus "likées" sur TikTok    Tentative de meurtre Salman Rushdie: La lecture de Gilles Kepel    Néjib Belhedi se prépare pour une traversée dans l'océan parmi les requins    Monde-daily brief du 16 août 2022: Vladimir Poutine accuse les Etats-Unis de faire traîner le conflit en Ukraine    Chiffre du jour : 657 migrants clandestins secourus en un seul week-end    Goethe-Institut Tunis & Central Tunis accueilleront l'exposition The Event of a Thread    Le ministère de l'Intérieur annonce des sanctions contre des syndicalistes sécuritaires    Sfax: 42 migrants égyptiens évacués par l'armée de mer    Gaza : Une guerre politique qui arrache des larmes au musicien Roger Waters    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les mythologies personnelles de Aziz Mohsni
Bâtisseurs de l'imaginaire
Publié dans La Presse de Tunisie le 04 - 12 - 2013


Par Bady BEN NACEUR
Le fer à souder et à sculpter est l'un des éléments essentiels de notre artisanat et, partant, des artisanats de la Méditerranée. Il est à nos portes et à nos fenêtres. La ferronnerie est aussi un art. Celui de la fabrication des objets d'ornement (garnitures de cheminées, lustres, rampes, grilles, balcons en fer forgé) et d'objets artistiques, telle la sculpture, notamment. A l'Espace Sadika, par exemple, le fer forgé et soudé contribue à rehausser le verre soufflé et à donner plus de prestige aux luminaires.
Aziz Mohsni, artiste-sculpteur, vivant et travaillant à Paris, se sert du fer pour «dessiner», comme on dessine à la mine de plomb, ou au pinceau, à l'encre de Chine, des aspects linéaires, des silhouettes humaines noires se profilant sur un fond clair—celui des cimaises d'une galerie— pour mieux exprimer leurs contours, leurs figures.
Ayant résidé l'été 2013, dans cet espace voué de plus en plus aux artisanats, aux arts plastiques et graphiques et à la musique, Aziz Mohsni, qui cultive ses racines de près et de loin, nous présente, aujourd'hui, une exposition liée à ce matériau fer qu'il sait si bien faire «chanter». C'est une exposition fort intéressante du point de vue des formes épurées et raffinées auxquelles il a abouti et de la cohérence d'un langage authentique privilégiant la voie subjective, comme l'indique si bien l'intitulé de cette mostra : «A l'intérieur de mes rêves». Les rêves de l'artiste sont conséquents de la double situation dans laquelle il vit, situation d'un «nomadisme» intense et qu'il assume pleinement à travers son art. Double situation à la fois «identitaire» de par son appartenance culturelle et de «réinvention» par rapport au monde actuel. Ses sculptures sont, en effet, des sortes de clins d'œil discrets à travers des formes dessinées puis reprises — avec quel raffinement! — dans la matière fer à souder et sculpter. Des sculptures de petits et moyens formats qui ont trouvé leurs places dans les niches murales de l'Espace Sadika, au sol et dans les recoins, une véritable mise en scène pour exprimer avec quelle discrétion son univers intime du rêve de l'artiste. Puisque le verbe «rêver» comme nous le disions, par ailleurs, se décline dans les deux sens : rêver le passé et rêver le futur. C'est dans cette jonction des élans que nous nous apercevons — à regarder de plus près ces statuettes — qu'elles sont des sortes de clins d'œil discrets à Rodin (Le Penseur, thème évoqué à plusieurs reprises) à Giacometti (silhouettes humaines filiformes et auto-portraits de Aziz Mohsni lui-même), enfin aux hiéroglyphes de la Haute antiquité égyptienne, aux valeurs figuratives emblématiques, que l'artiste a conçus comme une véritable «installation» à part (thème des offrandes) à regarder à la fois comme un grimoire et comme un objet de design d'une étonnante modernité.
Parallèlement à l'œuvre de fer sculpté, l'artiste nous fait découvrir, aussi, des statuettes modelées dans le papier mâché, rehaussées de peintures noires et pour les figures humaines, de dents de pur ivoire ou synthétiques. Ces sculptures nous renvoient ainsi à d'autres registres «rêvés» par l'artiste, registres formels issus d'un ordre mythique ou de pure imagination.
Tout cela exprimant ainsi les mythologies personnelles de Aziz Mohsni qui n'en finit pas de nous étonner merveilleusement d'apparition en apparition.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.