Saïed-Macron : deux communiqués, deux versions    Imed Ghabri : le tribunal administratif vient de trancher en faveur de certains juges révoqués    Quel visa faut-il avoir pour aller à Kerkennah ?    Météo du mercredi 10 août 2022    Le secrétaire américain à la défense : le rêve de la Tunisie d'un gouvernement indépendant est en danger    UEFA CL : Ferencváros et Laidouni largement dominés et éliminés    Coupe de la CAF : Le tirage complet du tour préliminaire    USA, Saïed, Macron … Les 5 infos de la journée    Tunisie – Trois enfants et trois femmes morts dans le naufrage d'une barque de clandestins    Au 8 août, 66462 tunisiens ont reçu une 4ème dose de vaccin anti-Covid    Entretien téléphonique entre Kais Saied et Emmanuel Macron    Le secrétaire américain à la défense : les USA soutiendront leur amis en Tunisie    Siliana: 223 infractions économiques relevées    Macron a écouté Hollande : il revalide les plans de Saïed et mieux encore…    Jeux de la solidarité islamique : 20 athlètes tunisiens en Turquie    Une marque lance un ''sac poubelle'' à 1700 euros    Tunisie : Mandat de dépôt contre une maire    Monde : Daily Brief 09.08.22 Ukraine : Le président ukrainien Volodymyr Zelensky brandit le spectre de la catastrophe de Tchernobyl    En Tunisie, faciliter l'accès à l'eau et l'émancipation des femmes    Les Britanniques perdent leur flegme face à l'inflation : ils ne veulent plus payer les factures    Tunisie-Officiel: Approbation de l'accord de prêt de 130 M$ avec la BIRD    West Hunt, le jeu tunisien avec 82% de feedback positif sur Steam    SBS Informatique s'allie à Banque Zitouna pour offrir de meilleurs équipements aux gamers    Annulation de plusieurs vols en provenance de Bamako : Tunisair est-elle responsable ?    Spectacle Lotfi Abdelli : La polémique va-t-elle mettre fin au one man show de l'humoriste Tunisien?    Lotfi Abdelli dénude les Tunisiens    « Orchestre du Bal de L'opéra de Vienne » au Festival international de musique symphonique d'El Jem : Un retour gagnant !    «The Jacksons» au Festival international de Carthage : Emouvant hommage à Michael    Galaxy Unpacked 2022 de Samsung : L'évènement de reveal en livestream le 10 août    Tunisie : Arrestation pour adultère d'une actrice de télévision connue...du nouveau    Culture et politique : Faut-il une révolution des esprits ?    ''Le Tunisien aime son pays mais n'aime pas l'Etat,'' selon Zargouni    3 millions de touristes ont visité la Tunisie jusqu'à fin juillet 2022    Kasserine: Concert de l'artiste Faia Younan (Vidéo)    Tunisie : la jeune handballeuse Ibtihel Soltana n'est plus    Tunisie: Les extraits de naissance pour les enfants seront numériques    Play-out | La commission nationale d'appel prononce son verdict aujourd'hui : Quelle planche de salut pour la FTF ?    Météo : Températures élevées et mer peu agitée    ESS | Mohamed Mkacher, nouvel entraîneur : L'appel du cœur !…    Kais Saied : Même les pauvres sont prêts à faire des dons au profit de l'Etat    Prix au marché municipal de Gafsa [Vidéo]    Un nouveau virus inquiétant détecté    Kyle Benson: A Commitment Mentor Emphasizing Intentional, Passionate & Safe Bonds Between Committed Partners    Chokri Hamada menace de ne plus sécuriser les spectacles portant atteinte au goût public    L'Iran arrête trois espions du Mossad    Tribune | Mon message d'Hiroshima    EXPATRIES | Un trophée pour Belarbi ?    Ons Jabeur exemptée du premier tour du tournoi de Toronto    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le stockage comme moyen
Pour stabiliser le marché
Publié dans La Presse de Tunisie le 14 - 04 - 2014

Une bonne politique de stockage des produits agricoles permettra de stabiliser le marché et d'en moraliser la distribution
Pour un pays comme la Tunisie où la pluviométrie demeure un facteur déterminant dans le rendement agricole, les années d'abondance ne sont pas toujours au rendez-vous. L'exemple de la saison agricole 2012/2013 atteste de cette réalité. Autant le nord et une partie du nord-ouest ont été suffisamment arrosés, autant le reste du pays était presque à sec. Les conséquences de cette sécheresse étaient manifestes au niveau des prix des fourrages (foin et paille) notamment, ainsi que pour l'oliveraie dont la récolte fut l'une des plus médiocres de ces dix dernières années, sans compter cette maladie rare qui a attaqué le fruit avant mûrissement.
Le manque de précipitation se répercute aussi négativement sur les cultures maraîchères, dans la mesure où les quantités d'eau en réserve dans les barrages peuvent ne pas suffire à la demande, et ainsi on cultive moins que prévu. Par ricochet, c'est l'offre qui s'en ressent avec tout ce que cela implique comme renchérissement des prix à la consommation.
C'est un véritable cercle vicieux qu'il faudrait sans doute ébrécher pour s'en sortir. Mais pour ce faire, il faudrait que bien des efforts soient conjugués, émanant des différentes parties concernées et une dose de volonté de la part des gouvernants. Faut-il encore préciser que cette question est depuis des décennies posée et n'a jamais été creusée afin que des remèdes lui soient trouvés. On a souvent entendu parler de la création de fonds pour permettre le stockage de tel ou tel produit, en prévision des saisons de vaches maigres, mais rien de tel ne s'est concrétisé. Et celui qui fait les frais de cette incohérence politique aux répercussions économiques et sociales néfastes, ou c'est le consommateur avec la hausse des prix par année de mauvaise récolte de tel ou tel produit, ou c'est l'agriculteur en cas d'abondance avec une offre qui dépasse la demande. En exemple, nous donnons celui de la pomme de terre, à l'hiver 2012/2013, le kilo avait atteint 1,400d, voire 1,500d. Pour celui de cette saison, ce même kilo se vend aux marchés à l'intérieur du pays — car il ne faut jamais prendre Tunis comme référence — à 350 millimes et peut même descendre jusqu'à 250 millimes pour la pomme de terre de moindre calibre.
Cercle vicieux !
Le même constat est valable pour les fourrages. Le prix de la balle de paille a atteint sur place en juin 2013 3d,500, du jamais-vu. Celui de la balle de foin a flirté avec les 8d,000! Des prix qui ont fait, certes, le bonheur des céréaliers et fourragers, mais nullement celui des éleveurs, notamment ceux du Centre et du Sud du pays qui ont payé le prix fort pour pouvoir nourrir leur bétail. La balle de foin (entre 1,10m et 1,20m) se négocie jusqu'à 15d,000! Ceci peut expliquer, en partie, la hausse vertigineuse des prix des viandes rouges. Toutefois, une précision est à faire à ce niveau-là : la balle de foin achetée au départ de la saison à 6d,000 et vers sa fin à presque 8d,000 voit son prix doubler et même davantage après avoir fait un trajet de 350 à 500km du nord au sud du pays, du fait de la spéculation, et non en raison d'une grande pénurie du produit. Les spéculateurs en matière de paille et de foin sont connus et localisés territorialement. Leur avantage, c'est qu'ils ont les moyens de leurs pratiques, avec les hangars pour le stockage et les moyens de transport adéquats. C'est vrai qu'ils travaillent dans des conditions parfois inhumaines surtout au mois de Ramadan qui a coïncidé, ces dernières années, avec l'été, c'est vrai aussi qu'ils sont souvent sujets à des tracasseries sur la route, du fait de l'insécurité ou de l'excès de zèle de certains agents de la circulation, mais il est tout aussi vrai qu'ils mettent à profit leurs capacités de s'approvisionner sur place et de stocker pour jouer les spéculateurs, souvent sans vergogne. Le pauvre petit éleveur, devant le besoin de nourrir ses bêtes, ne peut que courber l'échine pour savourer l'amer diktat de cette catégorie de rapaces dont les méfaits sont loin d'être négligeables.
Cela dit, les deux exemples cités peuvent être généralisés pour plus d'un produit agricole destiné à la consommation de l'homme ou des animaux domestiques. Ceci, pour ainsi dire, nous renvoie à la juste réalité des défaillances qui existent au niveau des rapports régissant la chose économique. Car, à n'en point douter, il y a un maillon manquant à la chaîne, ce maillon n'est autre que les stocks régulateurs qui permettent d'agir sur les cours des différents produits pour les maintenir à des niveaux raisonnables en cas de pénurie, ou d'une demande dépassant l'offre.
Tous les pays du monde procèdent de la sorte, et ceux d'entre eux qui ont le plus de moyens sont les premiers à procéder de la sorte. Les Etats-Unis, pays de libre-échange par excellence, est le champion en la matière.
Les stocks stratégiques en tout produit ne sont un secret pour personne. En matière de céréales, les plus grands achats sont faits à l'aide de subventions de l'Etat fédéral, et ce, pour des raisons intérieures et extérieures aussi. Car les céréales, c'est l'une des armes dont use Washington pour imposer sa politique étrangère. Pour nous autres Tunisiens, notre ambition est, bien sûr, à la mesure de nos moyens, car ce que nous cherchons, et qui doit figurer comme priorité, c'est la stabilité de notre marché intérieur, où tout le monde trouvera son compte. Le producteur, tout comme le consommateur. Et ainsi, on pourra moraliser un tant soit peu le secteur des intermédiaires qui demeure, qu'on le veuille ou pas, une composante dont on ne peut se passer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.