Signature d'un accord entre Syphax Airlines et TUI Russia pour le transport de 50.000 touristes depuis la Russie vers la Tunisie    Ounaies : Il ne faut pas prendre négativement la séance du Congrès US à propos de la Tunisie    Ministre du Tourisme-fête du Mouled: Le festival sera un événement d'envergure internationale    Amel Moussa dénonce la cyberviolence exercée à l'encontre des femmes    Bir Bouregba: Taoufik Charfeddine se rend au siège de l'unité spéciale de la Garde nationale    Mohamed Ali Boughdiri : Il ne faut pas avoir peur du retour de la dictature en Tunisie    Classement WTA : Ons Jabeur se hisse à la 8ème place mondiale    Foot Tunisien – le Bilan de nos expatriés    Samir Dilou : Je rêve d'un parti politique composé de jeunes et présidé par une femme    Yassine Ayari exprime son entière solidarité avec Moncef Marzouki et Ahmed Nejib Chebbi    Tennis – Classement ATP : Malek Jaziri 297e mondial    Foot Européen – Programme TV des matches de lundi (HT)    Le certificat de vaccination bientôt obligatoire pour accéder à certains espaces ?    Accès gratuit aux monuments historiques à l'occasion de la fête du Mouled    Dr Reinincke à la tête du German Orient Institute    Bilan - Covid-19 : 133 nouveaux cas et trois décès le 16 octobre    Le ministère du commerce lance un programme de contrôle du secteur des fruits et légumes    Commerce : Hausse de 50% des infractions économiques relevées au mois de septembre 2021    Tunisie : Augmentation, en septembre, du prix de la production du poulet de chair    Signature d'une convention de partenariat entre Fipa Tunisia et Novation City    Sfax-Campagne d'information [VIDEO] : L'équipe de Kais Saied passe à l'action    Reprise de la ligne Tunis-Tozeur-Tunis    Deux fonctionnaires de la délégation régionale de l'Education placés en détention    26% des convoqués se sont présentés aux centres de vaccination, le 16 octobre    Reprise de la distribution de l'huile végétale subventionnée à partir du 19 octobre    Montpellier – Lens : Où regarder le match en direct et live streaming ?    QNB participe à la campagne de sensibilisation à l'importance du dépistage précoce pour prévenir le cancer du sein    Riadh Zghal - Tunisie: Où va le processus de la transition démocratique ?    Octobre rose : Campagne de sensibilisation sur le dépistage précoce du cancer du sein à Sidi Bouzid    Ons Jabeur s'incline face à Paula Badosa Gibert    Lyon vs Monaco : Où regarder le match en direct et live streaming ?    Concours "Aux cœurs des mots" : aucun officiel Tunisien ne s'est manifesté pour recevoir le prix !    La Télévision nationale ne transmettra pas les rencontres de la première journée du championnat    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    GB : Un député britannique poignardé à mort dans une église. La piste terroriste n'est pas écartée    Les membres du Grand Jury des JCC    Par Abdelaziz Gatri : Thomas Sankhara, ou l'Afrique assassinée    Soirée Astronomique à la Cité des Sciences à Tunis sous le thème des Exoplanètes    Gordon Gray: Kais Said n'apprécie pas le principe de la séparation des pouvoirs    Tunisie : Entrée gratuite aux musées et sites historiques vendredi 15 octobre    Accès gratuit aux musées, sites et monuments historiques à cette date    Liban : 3 morts et 20 blessés dans une manifestation à Beyrouth    Exposition "La Syncope Du Mérou" de Belhassen Handous à Central Tunis    Francophonie : Le Vieux port de Bizerte accueille le concert littéraire "Lectures croisées autour de la mer"    Secousse sismique à Gabès    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    Le chef de l'Etat assiste à l'éloge funèbre des militaires décédés dans le crash de leur hélicoptère    Jendouba-Bousalem-Béja sur le front de la plaque africaine : ça bouge ! explication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Si Sayed s'invite au Bardo
La énième sortie de Gassas
Publié dans La Presse de Tunisie le 04 - 05 - 2014

Il faudra s'attendre à avoir non pas un Gassas mais plusieurs dans la prochaine assemblée, pour une législature de cinq ans.
Ce n'est pas la première fois que Brahim Gassas, député dit indépendant, après avoir pratiqué à loisir le tourisme partisan, défraye la chronique. Seulement, pour cette fois-ci, le dernier incident de la plénière du 1er mai dépasse l'entendement, voire les règles de bienséance.
Après avoir demandé d'intervenir et insisté pour bénéficier de son temps de parole entier, Gassas commence à lire une intervention écrite, donc réfléchie, transcrite et pleinement assumée, qui dit ceci en substance : «Nous n'avons pas besoin de parité, la femme doit se contenter d'éduquer ses enfants, et de laver les pieds de son mari quand il rentre. Même au lit, la religion lui interdit de tourner le dos sans l'autorisation de ce dernier».
On croirait entendre le personnage despotique et ambigu de Néjib Mahfoudh, «si Sayed»,* parler de la pauvre et soumise «Amina», sa femme. A ce détail près : Gassas s'est trompé d'époque et de lieu. Il n'est pas si Sayed, c'est un constituant démocratiquement élu. Nous ne sommes pas dans les années 50. Et le Bardo n'est pas situé à Khân Al-Khalili, dans l'impasse des deux palais*.
La brève et controversée allocution de Gassas, interrompue dans le désordre et la séance suspendue, n'a cessé depuis de provoquer les réactions en avalanche, provenant de l'exécutif, de la société civile et d'une multitude de Tunisiens et Tunisiennes qui se disent choqués. A vrai dire, il y a de quoi. En deux temps, trois mouvements, Gassas efface d'un revers de main l'histoire de ce pays, le combat de la femme tunisienne et ses victoires converties en lois, ainsi que les acquis des droits de l'Homme dans leur portée universelle. Il renie, paradoxalement, les dispositions de la Constitution que ce député est censé avoir élaborée avec ses collègues, femmes et hommes. Parlons de ses collègues, justement : Salma Baccar, la présidente du groupe démocratique, annonce le boycott des travaux de l'ANC, et une plainte que les femmes de son bloc comptent porter contre Gassas, pour préjudice moral.
Les clones de Gassas
Joint par La Presse, pour s'exprimer sur l'affaire devenue nationale, le constitutionnaliste Amine Mahfoudh fait valoir d'abord cet élément selon lequel Gassas reflète une mentalité assez répandue en Tunisie : celle du citoyen pas très instruit, porteur d'une culture conservatrice. De plus, et c'est le plus important, l'élu s'est exprimé dans l'intervalle du temps qui lui est imparti. « De ce fait, c'est une règle élémentaire observée dans toutes les démocraties, le député est libre de dire ce que bon lui semble durant le temps qui lui est consacré. C'est une liberté absolue, précise le juriste. Ceux qui appellent à la levée de son immunité ne savent pas de quoi ils parlent. Le représentant du peuple peut même appeler au meurtre, il bénéficiera de l'immunité. Ce n'est pas propre à la Tunisie. Cela est vrai aux Etats-Unis, en France, en Allemagne, partout. Sinon, ce serait une atteinte à la liberté du député. Maintenant, s'il s'était exprimé dans une conférence de presse ou sur un plateau de télé, nuance M. Mahfoudh, cela aurait été différent, probablement, mais dans l'hémicycle, aucune action en justice intentée contre lui n'est recevable et le juge est incompétent», fait valoir le juriste. De quoi refroidir bien des ardeurs. «On peut s'indigner, a-t-il ajouté, alerter l'opinion sur le danger du discours populiste. Mais cette réaction reste politique, donc reconnue et possible, contrairement à une traduction en justice, action nulle et non avenue».
Et comme un malheur n'arrive jamais seul, le constitutionnaliste prévient qu'il faudra s'attendre à avoir non pas un Gassas mais plusieurs dans la prochaine assemblée, pour une législature de cinq ans. Parce que le vrai débat a été occulté, a-t-il regretté. On avait la possibilité d'avoir de grands partis et des élus crédibles. Dans ce cas, il n'aurait pas fallu opter pour la proportionnelle et le scrutin de liste, regrette encore Amine Mahfoudh. Deux catastrophes pour la période à venir. Les experts n'ont pas été entendus, pourtant ils avaient des arguments solides qui valaient la peine d'être étudiés pour éviter les divisions, les implosions et les candidats non fiables, non habilités pour exercer la fonction, mais qui auront la chance d'être inscrits dans des listes fourre-tout», conclut le professeur Mahfoudh.
In fine, selon la règle qui veut que les mêmes causes produisent les mêmes effets, il faudra s'attendre à voir une future assemblée bigarrée, où le discours populiste risque de prendre le pas sur les vrais intérêts nationaux, où des élus extravagants et exhibitionnistes risquent de faire perdre le temps et l'argent des contribuables, en plus de provoquer des malaises à l'échelle nationale. Les sorties de Gassas, depuis les élections d'octobre 2011, sont des moments à oublier mais qui demeurent archivées, pour rappeler à qui de droit qu'ils ont un engagement vis-à-vis de cette nation et du peule tunisien qui n'a pas toujours été honoré.
*Personnage principal de la trilogie de Néjb Mahfoudh, Ahmed Abd-El-Gawwad, commerçant aisé qui mène une double vie. Chez lui, c'est un patriarche despote qui ne se prive pas de faire la fête en dehors du foyer familial.
*Un des trois romans de la célèbre trilogie de Néjib Mahfoudh


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.