Dernière Minute – Coronavirus : 94 décès et 2598 nouvelles contaminations, Bilan du 18 janvier    Tunisie – VIDEO: Mechichi aux jeunes : Ce gouvernement travaille pour et avec vous... Attention aux casseurs et pilleurs    Hand – Mondial 2021 : Battue par l'Espagne, la Tunisie quitte la compétition    Tunisie-CPG : Reprise des activités après plus de 40 jours de grève    Reprise des activités sportives dès samedi    La TIA innove en lançant le concept en ligne "Meetup Embassies"    Bourse de Tunis : Le Tunindex gagne 0,5%, au terme de la séance de mardi    L'efficacité du 2ème vaccin russe anti-Covid est de 100%    Des cours d'arabe destinés aux enfants des tunisiens résidents à l'étranger    Le ''patient zéro'' de l'épidémie pourrait ne jamais être retrouvé    Le comité directeur du Festival de la chanson tunisienne dévoile les grandes lignes de l'édition 2021    Centre 13 août, le nombre de demandeurs d'emploi en hausse    Tunisie-Coronavirus: Dossier incomplet du programme Covax pour recevoir des vaccins gratuitement…    La situation générale dans le pays à l'ordre du jour de la plénière à l'Assemblée    Machrou Tounès accuse Mechichi d'avoir cédé au chantage politique    Club Africain : le comité indépendant des élections examine mercredi la demande de superviser les élections    Le digital au féminin; Une exposition de Olfa Dabbabi à WeCode Land    MEMOIRE: Mohamed HADIDANE    Une femme meurt poignardée par son frère takfiriste à Nabeul    Moez Joudi dénonce l'amateurisme dans le dossier des Fonds gelés en Suisse    STIP : Un chiffre d'affaires en augmentation de 43%    Italie : Le Torino se sépare de son entraîneur Giampaolo    Tourisme: un secteur à l'agonie...    Le sport, un secteur à la traîne !    Foot-Europe: le programme du jour    Hand – Mondial 2021 : La Tunisie, la victoire et rien que la victoire !    USA: Joe Biden serait-il capable d'offrir la citoyenneté à des millions d'immigrants?    Tunisie: Rached Ghannouchi: "La Tunisie est votre maison, vous n'êtes pas locataires"    La HAICA inflige des amendes de 5 mille dinars à El Hiwar Ettounsi, Attessia et Telvsa TV    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 19 Janvier 2021 à 11H00    Anissa ben Hassine, universitaire, auteure de « C'était un 14 janvier 2011 à Tunis », paru chez Leaders à La Presse: «On ne met pas sa propre vie de côté quand on vit une révolution»    Quid de la culture    Contrepoint | Populisme, trumpisme : nul génie qui vaille...    Météo | Ciel voilé et températures en légère hausse    L'INDUSTRIE 4.0 POUR STOPPER LA DESINDUSTRIALISATION DE LA TUNISIE    CONDOLEANCES    Pour la clarté de la vision et l'urgence de l'action    Le remaniement ministériel aura-t-il un impact sur le dialogue national initié par l'UGTT ?    Les indiscrétions d'Elyssa    AI Africa Week : Quel(s) futur(s) pour l'intelligence artificielle ?    Slim Laghmani: La révolution et ses effets politiques et juridiques    Tunisie – Quand les présidents comprendront-ils que l'intérêt de la Tunisie est en jeu et qu'il est prioritaire ?    Le cinéma tunisien présent à la 18ème édition du FCAPA en ligne    Un virus asiatique dont le taux de mortalité atteint 75% préoccupe les chercheurs    Tunisie : Nouvelle session du programme "Octopus" de la FKL    Libye: Le Forum du dialogue politique vote sur le choix d'un mécanisme de sélection des candidats à l'autorité exécutive    Sombre fin de règne pour Trump Un ministre démissionne et dénonce les discours post-élection    Bruits et chuchotements    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Essai de bilan
Feuilletons 2014
Publié dans La Presse de Tunisie le 06 - 08 - 2014

Nos fictions régressent dans le populisme bon marché. Et dire que l'on continue à mépriser la fiction égyptienne qui, en pleine tourmente révolutionnaire, se renouvelle et produit, pour la seule année 2014, plus de 45 feuilletons.
C'est vrai que l'auteur est toujours libre, que lorsqu'il se met à élaborer le traitement dramatique de son histoire, il est le maître de toutes choses. Ses possibilités sont infinies. Mais le scénariste ne dispose pas d'une vie pour raconter une vie.
Un feuilleton, bien que –par définition- cherchant à développer les éternelles problématiques liées au genre humain, ne supporte pas de traiter toutes les problématiques ou tous les fléaux de la société. On ne peut pas, dans une seule fiction (même si elle s'étale sur une quinzaine ou une trentaine d'épisodes), traiter en même temps de la drogue, de la pédophilie, de l'inceste, du trafic d'organes, de la mendicité (phénomène flagrant depuis la révolution), de réseaux de prostitution, de meurtre, et de corruption en milieu policier. C'est le cas de Naouret lahoua ( Moulin à vent ), diffusé, en ce mois de Ramadan 2014, sur «Al watania 1». Ce feuilleton fourre-tout a battu tous les records de ce qu'il ne faut pas faire. Pressés de captiver leur auditoire, les auteurs ont annoncé tous ces sujets «graves» dans un même épisode. Lâché comme un enfant qui a encore du mal à tenir un crayon, le scénariste de ce feuilleton, s'est mis à «gribouiller» tous les thèmes (qui étaient tabous à une certaine époque) qui lui sont passés par la tête, donnant libre cours à ses envies de films policiers et d'action. On dirait qu'avec Naouret lahoua, il signe son premier et dernier feuilleton. C'est à croire que le fameux Kahloucha, personnage mordu de cinéma, du documentaire de Néjib Belkadhi, était plus conséquent dans ses choix de sujets et plus professionnel dans sa manière de scénariser ses films amateurs.
Une fiction est une représentation de la réalité. Elle n'est pas la réalité, même si elle s'en inspire. C'est pour cela qu'elle a des règles et des techniques d'écriture à suivre, pour faciliter l'identification. Sans cela, tout ce qu'on raconte n'est plus crédible. Et puis, comme le dit si bien Marie France Briselance, une experte française en la matière, le parcours d'un récit est comme un passage dans un entonnoir. L'entrée est vaste et l'armée est nombreuse, mais la sortie toute petite. Il s'agit, alors, de réduire, de concentrer, d'organiser le récit pour éviter l'engorgement, tout en prenant bien soin de ne pas amoindrir, affaiblir ou étrangler l'histoire.
Mais encore faut-il savoir ce qu'on a envie de dire ou de raconter.
Dans un autre monde, on réalise des pilotes qui servent à déclencher la commande d'une chaîne. Celle-ci le demande pour tester, en grandeur réelle, l'intérêt du public pour un certain type d'histoires et de personnages. Dans notre monde à nous, on accepte tout. Le succès d'une fiction devient comme une intoxication. Pourvu que la case fiction du programme ramadanesque soit bouchée. Qui a dit que la nature a horreur du vide ? Chez nous, en tous cas, le vide arrange pas mal de gens.
Et dire que l'on continue à mépriser la fiction égyptienne !
Le défi de l'Egypte
Après une baisse flagrante de la production suite à la révolution du 25 janvier 2011, la fiction égyptienne revient en force, du moins en quantité. Elle a mis deux ans pour se relever, et se renouveler, à travers quelques nouvelles signatures, jeunes, fraîches et soucieuses d'attirer l'attention (en sachant y faire) sur les maux qui rongent la société égyptienne.
45 feuilletons égyptiens ont été diffusés en ce Ramadan 2014. Un bon score par rapport à 2011, 2012, où, à cause de la situation économique et politique du pays, on avait du mal à produire plus qu'une vingtaine de fictions télévisées.
Il semble que le succès phénoménal de la fiction turque, et plus précisément, de Harim Soltane, qui a accaparé, pendant plus de deux ans, l'auditoire arabe et même européen, avait secoué les fabricants de la fiction égyptienne, comme ce fut le cas, face à la «menace» syrienne.
Soucieux de reprendre leur place dans le marché, les producteurs ont décidé de miser sur les nouveaux talents, et de renoncer, pour la plupart à ce qu'on appelle : Moselsal ennegm (le feuilleton de la Star), du sur mesure, où tout est écrit pour mettre en valeur tel ou tel acteur (ou actrice) super connu et dont l'unique apparition, plus que l'histoire du feuilleton, attire les acheteurs. Citons, à titre d'exemple, Charbat louz, «porté» (comme on dit dans les gares) par Yousra et diffusé au mois de Ramadan 2013.
Néanmoins, certains producteurs continuent à vendre des têtes d'affiche et à financer des histoires «bidon», sans intérêt, telle que Chams production 2014, porté par Leïla Aloui, ou Première dame, librement inspiré de notre ex-première dame, alias Leïla Trabelsi, personnage interprété par Ghada Abderrezak. Sans oublier Saraya Abidine, un feuilleton d'époque, copie conforme de Harim Soltane, où Yousra trône encore dans le rôle la reine mère.
Mais la nouveauté dans la fiction télé égyptienne, c'est d'abord la variation des genres. On ne fait plus uniquement dans le social ou dans le Saïdi (feuilletons dont les histoires sont censées se dérouler au sud de l'Egypte). De jeunes auteurs, apparemment très influencés par les séries américaines, s'aventurent, désormais, dans le policier sur fond politique, tel que Conte à rebours qui traite du terrorisme et du projet des Ikhouan (les Frères musulmans), ou Le chasseur, un feuilleton d'action dont l'histoire se déroule dans un milieu policier pourri. Le résultat se laisse voir.
Ceci dit, le plus grand succès de la saison est sans conteste celui de Sejn ennissa (prison de femmes), une adaptation de la pièce de théâtre de feu Fethia Al Assal, adaptée au petit écran par Kemla Abou Dhekra.
Née en 1974, la réalisatrice obtient son diplôme en réalisation de l'Institut supérieur du cinéma du Caire en 1994. Elle travaille comme assistant-réalisateur sur de nombreux longs-métrages de fiction, puis réalise également plusieurs documentaires et courts-métrages de fiction pour la télévision égyptienne. En 2009, Abou Zikra signe son premier long-métrage, Un-zéro, dans lequel les Egyptiens gouttent à un instant de bonheur, durant un match de football.
En 2011, elle s'associe à plusieurs réalisateurs égyptiens, dont Sherif Arafa et Marwan Hamed pour créer plusieurs courts-métrages réunis sous le titre 18 jours et qui évoquent, chacun à sa manière, ces 18 jours, du 24 janvier au 11 février 2011, lorsque les Egyptiens ont renversé Hosni Moubarak.
Son premier feuilleton, qui date de l'année dernière, n'a pas laissé les critiques indifférents. Il s'agit de Bent ismaha Zat, (Une fille qui s'appelle Zat) où elle retrace l'histoire de l'Egypte, des années 60 jusqu'à la révolution du 25 janvier 2011. Zat, alias Nelly Karim, désarmante de justesse, porte le sujet, résolument noué autour d'un pays qui évolue à reculons et où les antagonismes de classe et l'obscurantisme rampant sont mis en lumière.
Forte de son succès, Kemla Abou Dikhra récidive avec Nelly Karim et une distribution à la Altman (où tous les personnages secondaires sont importants), dans Sijn Enissa. Avec la complicité de la scénariste Meryem Naaoum, elle tisse, avec brio, tous ces destins de femmes qui s'entrecroisent, pour converger vers un même lieu : la prison.
Voilà une radioscopie de la société où les maux ne sont point «aseptisés» et où les comédiennes donnent à leurs personnages une magistrale duplicité, toujours indispensable au genre mélodrame social. Bien que bâclé vers la fin, ce feuilleton a été plébiscité par les critiques, meilleur de l'année. Nelly Karim, réellement fascinante dans ce rôle de gardienne de prison qui se retrouve derrière les barreaux, a eu le titre de meilleure actrice en ce mois de Ramadan 2014.
On apprend, par ailleurs, que les professionnels de la fiction télé égyptienne sont contents de constater que d'après la « moisson » de cette année, un vent de liberté souffle sur les plumes des scénaristes.
Au cœur des ténèbres
Après Calme relatif, produit il y a quelques années, et où il s'agit de la guerre de l'Irak, Chawki Mejeri, choisit, encore une fois, d'être au cœur de l'actualité et signe un nouveau feuilleton sur la guerre en Syrie. Le réalisateur tunisien nous emmène au cœur des ténèbres pour témoigner de ce conflit armé issu d'un mouvement de contestation du gouvernement syrien qui débute par des manifestations anti-régime et pro-régime le 15 mars 2011. En se prolongeant dans le temps, ce conflit est devenu à la fois guerre civile, guerre énergétique, guerre par procuration et aussi guerre sainte.
Ecrit par l'acteur Rafi Wehbé, Halawet errouh, montre l'envers du décor, à travers Sarrah (Nesrine Tafech), fille d'un célèbre journaliste (alias Khaled Salah), qui voyage depuis Beyrouth, jusqu'au bout de l'enfer, pour réaliser un film dont elle ignore le contenu et les commanditaires. La jeune cinéaste se retrouve parmi un groupe de déserteurs et de simples citoyens qui essayent de sauver des statues, symboles du patrimoine et de l'histoire millénaire du pays. Ils les trimbalent dans d'un abri à l'autre, sous les tirs des frères-ennemis, essayant d'échapper aux jihadistes qui veulent les détruire. Ces statues finissent par tomber entre les mains d'hommes d'affaires puissants qui profitent du chaos pour s'enrichir.
Tout est raconté en aller-retour entre présent et passé, du début du voyage jusqu'au kidnapping de la jeune fille par l'émir des jihadistes Abou Rabiaa (Ghassen Messaoud) et sa libération par son compagnon de route, Ismail (Maxime Khalil), un pacifiste.
Chawki Mejeri semble de plus en plus à l'aise dans le genre feuilleton de guerre qu'il a su introduire dans la fiction panarabe. Logistique de guerre contrôlée, (poursuites, fusillades, explosions, guets-apens...). des comédiens syriens, égyptiens, libanais et palestiniens qui se donnent à cœur «blessé» avec une énergie irrésistible, et traitement fluide du flash-back par le biais d'une caméra vidéo, fixée sur le visage de Sarah, otage. Seul point faible du feuilleton, l'incroyable rédemption de Abou Rabiaa. Ce dernier avoue, à la fin, s'être écarté des bonnes valeurs musulmanes. Il quitte son camp, se désarme et disparaît, pieds nus dans la nature ( ?!).
Pourtant, une seule phrase qui revient tout au long des 30 épisodes, comme un refrain, prononcée par un clochard à Beyrouth, suffit pour identifier les intentions des auteurs : «Le peuple syrien ne fait qu'un».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.