Le Ministère de l'Interieur dément les rumeurs sur le décès d'un individu lors des troubles    Par Jawhar Chatty : Kais Saïd est juif, un juif progressiste    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Au moins deux morts dans une forte explosion d'un immeuble au centre de Madrid    La présidence de la République dément les déclarations mensongères attribuées à Kais Saied au sujet des juifs    Ali Kooli : Le système de compensation, la masse salariale et les entreprises publiques, les chantiers de 2021    Tunisie – Ali Kooli : Le gouvernement n'a pas de baguette magique !    Dans une capitale sous haute surveillance, le nouveau président des Etats Unis Joe Biden prête sement    Dépréciation du dinar face aux principales devises étrangères    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    AL Watad annonce son soutien inconditionnel aux manifestants    Coronavirus: La situation épidémiologique à Siliana    Tunisie: En images, marche dénonçant la dégradation de situation sociale à Sousse    L'Ordre des avocats dénonce l'usage ''excessif de la force'' lors des manifestations pacifiques    L'un des plus grands constructeurs de produits électroniques UMIDIGI arrive en Tunisie    The Voice Belgique: le chanteur Tunisien Youssef Ben Soltan impressionne le jury (vidéo)    Hand – Mondial 2021 : Mohamed Amine Darmoul 3e meilleur buteur du premier tour    Tunisie [Vidéo]: Reprise des entraînements de l'Olympique de Béja en préparation de la rencontre contre l'US Monastir    Foot – Marché des transferts : une baisse historique en 2020 (Fifa)    UE : le taux d'inflation annuel s'est établi à 0,3% (décembre 2020)    UTAP : Les agriculteurs menacés par la faillite et le pays par la famine    Le coordonnateur-résident de l'ONU en Tunisie suggère un partenariat avec les médias    Quand le swag de K2rym triomphe du sérieux de Mechichi    Afrique : Le Sénégal, foyer de mégaprojets gaziers ouest-africains, accueille un événement majeur sur la transition énergétique    Une manifestation contre le pouvoir à Sousse    Ce n'est pas une révolution    Spectacle Felliniana hommage au grand réalisateur Federico Fellini en streaming gratuit    BTE : Un PNB de 50,298 millions de dinars    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 20 Janvier 2021 à 11H00    Les films tunisiens "Un Fils" et "L'Homme qui a vendu sa peau" primés au festival des Lumières de la Presse Internationale    En direct et live streaming, chaîne tv : Juventus Turin – Naples, Super Coupe d'Italie, Finale    Foot-Europe: le programme du jour    REMERCIEMENTS ET FARK: M'Hamed Ben ALYA    Météo| Temps partiellement nuageux sur la plupart des régions    Biens et avoirs détournés: Un fiasco d'Etat ?    La crise accélératrice de changements : Les enseignements qui peuvent guider les orientations futures    NEWS: Le Sahel SC engage Hichem Dali    Programmes confinés: Savoir adapter le vivant au numérique    USA: Le message d'adieu de Melania Trump    Sonia Ben Cheikh rassure les Tunisiens    Tunisie-Ligue 1 : programme de la 9e journée    L'efficacité du 2ème vaccin russe anti-Covid est de 100%    Le ''patient zéro'' de l'épidémie pourrait ne jamais être retrouvé    Le comité directeur du Festival de la chanson tunisienne dévoile les grandes lignes de l'édition 2021    Anissa ben Hassine, universitaire, auteure de « C'était un 14 janvier 2011 à Tunis », paru chez Leaders à La Presse: «On ne met pas sa propre vie de côté quand on vit une révolution»    Quid de la culture    Contrepoint | Populisme, trumpisme : nul génie qui vaille...    Tunisie : Nouvelle session du programme "Octopus" de la FKL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'essentielle remise en question
Bilan du FIFAK 2014
Publié dans La Presse de Tunisie le 28 - 08 - 2014

Le cinquantenaire du FIFAK a été l'occasion de soulever des questions existentielles pour l'avenir de la FTCA.
La 29e édition du Festival international du film amateur de Kélibia (FIFAK) s'est tenue du 17 au 23 août. 2014 est une année importante : le festival a vu le jour il y a de cela une cinquantaine d'année. Cette édition a été marquée par de nouvelles rubriques, un retour aux sources, mais aussi par des difficultés d'organisation. En son cinquantenaire, le festival n'a malheureusement pas échappé à quelques erreurs de jeunesse. De quoi faire le point sur cette édition charnière.
Souriante et dynamique, Meriem Sardi est, du haut de ses 25 ans, la première présidente femme de la FTCA, organisatrice du FIFAK. Elle a été, par conséquent, la directrice du festival. Pour elle et son équipe, le challenge était de taille : organiser un cinquantenaire dans la continuité des éditions précédentes, tout en instaurant de nouvelles traditions. A Kélibia, où le festival a lieu chaque année, la semaine du 17 au 23 août a été intense.
Le cinquantenaire a indéniablement marqué des points. L'un des plus importants, estime Meriem Sardi, est le gain en qualité pour les films en général, et pour ceux de la FTCA en particulier. « Cette année, nous avons reçu beaucoup plus de films. Du coup, nous avons eu plus de liberté dans la sélection et dans l'exigence de qualité. Le nombre de pays participants est passé de 15 l'année dernière à 24 cette année », nous explique-t-elle.
Son avis ne fait pourtant pas l'unanimité. Plusieurs participants, invités et même membres du jury, ont trouvé la session moyenne en termes de programmation. Ils appellent la fédération à revoir ses critères et sa politique de sélection.
Donner un nouveau souffle au FIFAK a été l'un des objectifs du cinquantenaire. Pour cela, le festival a renoué avec un esprit festif qui régnait auparavant. Projections sur la plage, concerts tout au long de la semaine et carnaval en ouverture y ont contribué. Cela n'aurait pas été possible sans des partenaires comme la Fédération tunisienne des ciné-clubs (FTCC), auxquels se sont jointes cette année des associations locales de Kélibia. « Nous souhaitons renforcer ce partenariat qui est venu à la dernière minute cette année. A partir de la prochaine édition, nous veillerons à impliquer ces associations dès les premières étapes de préparation, sous forme de partenariat permanent », affirme la présidente de la FTCA.
Incident de clôture...
Dans le même temps, et suite aux nouvelles activités incluses dans le programme, le « off » a souffert de défaillances organisationnelles. Il s'agissait, selon Meriem Sardi, d'un programme ambitieux par lequel le festival s'est beaucoup agrandi d'un coup. « C'est une première expérience que nous allons améliorer, mais à laquelle nous tenons », assure-t-elle. L'incident de la cérémonie de clôture, — où la pièce de théâtre du club de jeunes a dû être interrompue en raison de son contenu inadéquat par rapport à l'assise culturelle de la FTCA et portant atteinte à son image — est resté dans les esprits. «Cet incident est dû au manque de suivi. Nous avons donné une totale liberté aux animateurs. Nous en assumons la responsabilité et devrons envisager, dans l'avenir, un superviseur pour les ateliers. Nous nous excusons auprès des enfants qui ont subi les conséquences de cette mésaventure », commente Meriem.
D'autre part, le cinquantenaire a été fructueux pour la FTCA. Plusieurs films de la fédération ont été primés. Des occasions de distribution de ses productions sont nées à l'issue du festival : « Nous avons établi un partenariat avec Ciné-Sud pour distribuer nos films dans leur réseau de ciné-clubs et pour avoir leurs films dans le FIFAK. Les invités rwandais, venus pour la commémoration du génocide, envisagent de créer l'équivalent de la FTCA dans leur pays. La présidente du jury, la productrice et distributrice égyptienne Marianne Khoury, intégrera des films de la FTCA dans son réseau de distribution alternatif « Zawia ». Nous sommes également invités à participer à la rencontre de la fédération nationale des ciné-clubs au Maroc », détaille Meriem Sardi.
Pour des « propositions artistiques »...
A l'avenir, l'enjeu du public kélibien reste entier pour le FIFAK. Les activités pendant la semaine du festival sont loin d'être suffisantes pour instaurer une culture cinématographique, de projections et de débats au sein de la ville. La FTCA n'a pas de projet dans ce sens mais Meriem Sardi affirme que le club kélibien de la fédération s'en charge en organisant, autant que possible, des projections en plein air pour les habitants de la ville. Le rapport au public évolue depuis l'avènement de la révolution. « Dans un contexte où l'image est très consommée, nous tenons à leur offrir du vrai cinéma, avec des propositions artistiques d'écriture et de technique », affirme Meriem Sardi.
Il en est de même pour la politique générale de la FTCA et son rôle dans la transition. La question de l' « identité » revient chaque année. « On cogite dessus au sein de la fédération mais notre but est de garder notre indépendance et un recul par rapport à l'actualité. Quel que soit le contexte politique, nous continuerons à parler des problèmes de société, à poser des questions et à pousser les gens à réfléchir sur leur réalité », résume la présidente de la FTCA.
Le palmarès
Compétition internationale
- Mention spéciale du jury : Silence de Mahrdad Hasmi (Iran)
- 3e Prix : The wall d'Anna Hints (Estonie)
- 2e Prix : Dolls (Poupées) de Mohamed Oudghiri (Maroc)
- Prix spécial du jury : Moi et elle de Rym Haddad (Isamm – Tunisie)
- Le Faucon d'or (1er Prix) : Linear d'Amir Admoni (Brésil)
Compétition nationale
- Prix du scénario : 1441 de Youssef El Bahi (Club Ftca Hammam-Lif)
- Prix photo : Chiraz Abid (indépendante)
- Mentions spéciales : Fleur forgée de Nada Madi (Club Ftca Monastir) et Clin d'œil de Fatma Laazibi (indépendante)
- 3e Prix : L'araignée de Fares Ben Khelifa (Club Ftca Hammam-Lif) et Liberté-1 d'Omar Belouaer (Club Ftca Hammam Leghzaz)
- 2e Prix : L'épingle de Aya Riahi (Club Ftca Hammam-Lif)
- Prix spécial du jury : Ciné-Magie, film collectif (Club Ftca Tunis-Nord)
- 1er Prix : Petite personne d'Amer Ghiloufi (Club Ftca Hamma de Gabès)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.