Libye: L'ONU fixe un délai pour choisir une autorité exécutive    La députée du Parti Ennahdha Meherzia Labidi n'est plus    Tunisie: L'ANETI: Offres d'emploi en Allemagne    Tunisie: La Direction Régionale de la Santé de l'Ariana recrute    COVID-19 Sousse, situation au 21 Janvier: 163 nouveaux cas et 9 nouveaux décès    Moncef Marzouki rend hommage à Meherzia Laabidi    Coronavirus : 68 décès supplémentaires et 2511 nouvelles contaminations en 24 heures    France: L'étudiante sénégalaise disparue brise le silence pour la première fois    Météo: Pluies attendues à partir de cette nuit dans le nord et localement le centre    Dernière minute : Meherzia Labidi n'est plus    Le message émouvant de Farah la fille Meherzia Labidi à sa Maman    Meherzia Labidi est décédée : la voix tonitruante d'Ennahdha au Bardo    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    Remaniement ministériel : L'ATGEC dénonce le non respect d'égalité des chances entre homme et femme dans les postes de décision    De Trump à Biden: la force de la symbolique    L'UTAP appelle le ministère de l'Agriculture à prendre des mesures urgentes pour sauver la saison    Covid-19 | Campagne nationale de vaccination : 100 mille citoyens déjà inscrits    CAN U17 – Qualifications : La Tunisie fait le job contre la Libye    Hichem Anane présente le nouveau format de la facture de la STEG    Ligue 1 (9 journée) : le match Espérance-STunisien à El Menzah, à 14h00    Le CCIH organise une résidence artistique "Imagine Music" à l'occasion du Sommet de la francophonie en Tunisie    Festival de la chanson tunisienne 2021: 35 artistes confirmés et émergents sont nominés    Stade Tunisien : Dix joueurs testés positifs au Covid-19    Alya Djamal, la doyenne de RTCI    Wifak Bank remporte le prix "Best Islamic Corporate Bank Tunisia 2020" par Global Banking & Finance Review    La Banque de Tunisie réaffirme sa capacité à surmonter la crise    En vidéo: Leonida, artiste musulmane et française, répond à l'islamophobie en chantant    NEWS: L'USM sur Jassem Hamdouni    Mini-Football – Championnat national des féminines: Un championnat à 17 équipes    Handball – Mondial d'egypte – La Tunisie éliminée: Il fallait s'y attendre !    CONDOLEANCES: Mohamed Moncef MAATOUG    CONDOLEANCES: Ali BAAZAOUI    Kerim Bouzouita : « Les sondages ne votent pas »    Basket – Equipe nationale : Salah Mejri réintègre le groupe    Dépréciation du dinar face aux principales devises étrangères    Ayoba: Une appli de messagerie africaine gratuite qui protège la vie privée    Présidence de la République: démenti des déclarations attribuées à Kaïs Saïed    PERSPECTIVES: Adhérer massivement à la révolution industrielle    The Voice Belgique: Un candidat tunisien impressionne le jury    Au moins deux morts dans une forte explosion d'un immeuble au centre de Madrid    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Dans une capitale sous haute surveillance, le nouveau président des Etats Unis Joe Biden prête sement    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    Spectacle Felliniana hommage au grand réalisateur Federico Fellini en streaming gratuit    Les films tunisiens "Un Fils" et "L'Homme qui a vendu sa peau" primés au festival des Lumières de la Presse Internationale    Programmes confinés: Savoir adapter le vivant au numérique    L'efficacité du 2ème vaccin russe anti-Covid est de 100%    Le ''patient zéro'' de l'épidémie pourrait ne jamais être retrouvé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le musée de la discorde
Arts plastiques
Publié dans La Presse de Tunisie le 01 - 01 - 2000

Les avis sont partagés quant à la création d'un musée d'art contemporain
Les plasticiens réunis, les samedi et dimanche derniers, au Centre culturel de Sousse, dans le cadre d'un colloque organisé par la Fédération tunisienne des artistes plasticiens (FTAP), l'Union des artistes plasticiens tunisiens (UAPT), le Syndicat des métiers des professions artistiques (SMPA) et la délégation régionale de la culture de Sousse, ne sont pas tous d'accord sur la création d'un tel projet.
Les partisans, plus nombreux, estiment qu'une telle démarche est importante dans la mesure où elle permet de sauvegarder le patrimoine artistique tunisien d'une éventuelle détérioration. Le Dr Sami Ben Ameur, plasticien et enseignant en Beaux-arts, revendique dans son intervention intitulée « Pour un musée ici et maintenant » la création d'un musée qui mettra en valeur la mémoire artistique tunisienne noyée dans un monde globalisé: « Qui de la jeune génération connaît Habib Chebil ou Zoubeir Turki, ce dernier dont le musée qu'il a créé lui-même est transformé en salle de mariage ? » s'interroge-t-il.
Faut-il vendre la Cité de la culture ?
D'autres intervenants à l'instar de notre collègue journaliste Bady Ben Naceur ou encore les artistes Khalil Gouia, Brahim Azzabi, Mohamed Ayeb, les enseignants Karima Ben Saâd et Hafedh Jedidi abondent dans le même sens.
Dans sa communication « Le musée comme espace interactif de la mémoire», Hafedh Jedidi propose la création d'un musée comme « seul remède » contre l'oubli. « Il faut s'emparer de la Cité de la Culture et en faire une cité des arts qui abriterait l'espace muséal que cherchent les plasticiens dans une conception nouvelle, dynamique et interactive, en somme un lieu d'agitation constructive des lettres et des arts ».
Dans le même ordre d'idée, le Dr Habib Bida, peintre et universitaire, propose la vente purement et simplement de la Cité de la Culture à un investisseur privé et l'utilisation de l'argent au profit de projets éclatés dans différentes régions du pays. Une proposition qui n'a pas visiblement trouvé écho auprès des participants.
Un musée comptant pour rien ?
Les contestataires comme le Dr. Naceur Ben Cheikh, peintre et professeur émérite en Beaux-arts et Moez Safta, maître de conférence à l'ISBAT, sont à contre courant de la mouvance partisane.
Dans son intervention « Quel musée voulons-nous ? » Naceur Ben Cheikh conteste l'idée même de musée qu'il qualifie de « temple funéraire » et va encore plus loin en remettant en cause l'existence même du ministère de la Culture. « Le musée se mérite. Il s'imposera de lui-même le jour où les œuvres artistiques gagneront l'estime d'un large public » fustige-t-il. Son avis tranchant émane de son constat d'enseignant déçu. « J'ai vu les étudiants jeter leurs travaux de diplôme de fin d'études dans les poubelles de l'Institut, parce que ce qui importe pour eux est la note ».
Pour sa part, Moez Safta dont la participation à la conférence est intitulée « Un musée d'art moderne et contemporain, pourquoi, pour qui ? » s'interroge sur la nécessité d'une telle institution. Sa crainte est que « les musées risquent fort de retourner à la situation du siècle passé, de redevenir une institution culturelle avant tout élitiste».
Même les étudiants en Beaux-arts restent indifférents à l'égard des musées : « En près de deux décennies d'enseignement, j'ai pu constater le même échec car chaque année, je pose la même question à mes étudiants, qu'un nombre restreint d'entre eux a été ou a l'intention d'aller visiter un musée comme celui du Bardo, qui renferme la plus grande collection au monde de mosaïques antiques. A chaque fois, j'ai ce sentiment d'impuissance vu que rien n'y fait ! ».
Au-delà des appréhensions des uns et des autres, au terme de deux jours de débats, la conclusion finale des participants est leur attachement à ce projet de sauvegarde et de valorisation du patrimoine artistique qu'ils souhaitent placer au cœur des priorités de la politique culturelle nationale. Dans tous les cas de figure, il ne faudrait pas que ce futur musée d'art contemporain soit un musée « comptant pour rien » comme disent certains de ses détracteurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.