Ligue 2 | Play-off : L'ES Djerba décide de se retirer    Tunisie: En images, protestation des agents de finances à Béja    L'UTIPEF mobilise 284 millions de dinars pour l'entretien de nombre d'établissements scolaires publics    Earth Day 2021 Doodle: Découvrez le Google Doodle spécial Journée de la Terre    Club Africain : 40 milles tickets pour le derby    Hakim Ben Hammouda : Le rôle primordial de l'Etat est de protéger les citoyens !    Tunisie: Arrestation de 158 recherchés par les unités de la Garde nationale    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 22 Avril 2021 à 11H00    Pas d'inquiétude pour les Tunisiens au Tchad    Tunisie: Un mandat d'amener à l'encontre du député Rached Khiari    DECES : Professeur Moncef Gargouri    Perturbations sur la plateforme Evax : l'ANSI met en garde contre les fake news    News | Moncef Khemakhem pris d'un malaise    Un vieux problème qui touche le sport le plus populaire : Jeûne et football, l'éternel dilemme !    L'ANSI met en garde contre les fake news concernant la plateforme Evax    Projet Tarabot/Documentary Challenge : Appel à candidature "Soutna – Génération solidaire"    Tunisie-Ministère des Finances: Rééchelonnement des dettes des entreprises touchées par le Coronavirus    Mohamed Fadhel Kraïem : La Tunisie est un pays en pénurie d'eau    Vidéo Buzz: Une ouvrière Tunisienne fait don de 7700 dinars sur une chaine TV    Dépendance de l'extérieur !    «El Foundou» de Saoussen Jomni : Récit d'un désigné coupable    Moncef Marzouki réunit ses anciennes troupes    Tunisie-météo: Météo: Températures en baisse et pluies éparses attendues    Tunisie : Le test RT-PCR toujours à 209 dinars malgré la révision à la baisse de son tarif    Foot-Europe: le programme du jour    L'Etat affrète un avion spécial pour ramener Moncef Khemakhem du Bénin !    Tunisie [Vidéo]: Lancement du patrouilleur El Jem 213, explications du ministre de la Défense    Les répercussions de la crise du Covid-19 se poursuivent chez Tunisair : les chiffres du premier trimestre 2021    Tunisie: Daily brief du 22 avril 2021    One Tech Holding : Hausse des revenus de plus de 15% et un retour à la normale au premier trimestre 2021    BM : les prix des produits de base devraient se stabiliser à la faveur de la reprise économique mondiale    Tunisie- Affaire Rached Khiari: L'Ambassade Américaine sort de son silence!    Que risque Rached Khiari ?    France: Les ambassadeurs de la Tunisie et l'Italie discutent la relance du tourisme    Coupe de la CAF-Phase de groupes-5ème journée: Le CSS se qualifie aux quarts de finale, l'ESS éliminée !    « Mahdia, chroniques d'une ville heureuse », le récit enchanteur de Alya Hamza    Syrie : Bashar Al-Assad présente sa demande de candidature aux élections présidentielles    Monde: Daily brief du 21 avril 2021    Foot-Europe: le programme du jour    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Dernière minute- Kasserine : Etat de santé du citoyen blessé dans l'explosion d'une mine    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Clinton vs Trump : rêve ou cauchemar américain?
Publié dans Leaders le 08 - 11 - 2016

Les dés sont jetés. Après une campagne intense, épuisante comme un marathon, violente comme un match de boxe et surtout boueuse… qui a mobilisé et passionné les Américains et tenu en haleine le monde entier, les citoyens étatsuniens décideront, en leur âme et conscience, ce mardi 8 novembre, et feront leur choix entre Hillary Clinton et Donald Trump.
N'en déplaise aux machos de tout bord, honneur à Hillary:
L'animal politique
La brillante étudiante en droit, diplômée de la prestigieuse université de Yale, s'était engagée très jeune contre la guerre du Vietnam et, en admiratrice de feu Martin Luther King, a milité très tôt pour les droits civiques.
Durant les deux mandats de son mari à la Maison Blanche, au lieu de se contenter d'être la femme de Bill et de jouer le rôle classique et traditionnel de la First Lady, cette travailleuse acharnée a tenu à se faire un nom. Fidèle à elle-même et à ses convictions, elle est demeurée, pendant ces 8 années, entreprenante et active, se démenant pour s'impliquer et participer de très près à l'exercice du pouvoir. Proximité qui lui a été reprochée plus d'une fois car jugée envahissante.
Lors du premier mandat de son ancien rival Barak Obama, elle a dirigé en tant que Secrétaire d'état fédérale la diplomatie étasunienne pendant quatre ans. Et à ce titre, elle a connu les méandres des affaires étrangères et les subtilités des relations internationales, en sillonnant la planète et en rencontrant tout ce que le monde compte de dirigeants et de décideurs.
Cette expertise internationale ajoutée à sa connaissance des arcanes de la politique intérieure d'abord en tant que First Lady et ensuite grâce à son siège de sénatrice à New York, l'a persuadée qu'elle méritait à plus d'un titre la Magistrature Suprême des Etas Unis à laquelle elle estime s'y être bien préparée et depuis longtemps, chevillant ainsi son ambition au corps.
Face à cet animal politique s'est dressée une bête de scène :
La bête de scène
Face à cette rivale issue des classes moyennes, Donald Trump fait figure d'héritier. Son père, un agent immobilier, lui a transmis en même temps qu'une fortune colossale, un empire fait de tours, d'hôtels, de casinos… qu'il a gérés et fait fructifier mais pas toujours de façon orthodoxe, pour preuve son étroite et longue collaboration avec le sulfureux avocat Roy Cohn complice du maccarthysme de sinistre mémoire.
Il a aussi hérité de son père des valeurs et une idéologie.
Après de vagues études commerciales, ce vendeur dans l'âme, s'est consacré à l'exaltation du corps et de la force physique, au culte de l'argent, aux performances sportives et aux conquêtes féminines.
Mais son credo le plus marquant semble être la réussite et ce, quelqu'en soit le prix. Réussite dans tous les domaines comme le préconise son gourou et maître à penser, Norman Vincent Peal, l'auteur de son livre de chevet, la puissance de la pensée positive.
Même lorsqu'il échoue, comme il lui est arrivé souvent dans ses affaires, il reste persuadé d'avoir réussi et il en donne le spectacle par le verbe en faisant usage d'une rhétorique agressive et manipulatrice et par l'étalage des signes extérieurs, le bling bling et les paillettes…
Cette méthode combinée à la publicité, au marketing et à un narcissisme exacerbé en fait un redoutable communicant et le mène tout droit à la téléréalité où il va faire merveille et grâce à laquelle il va devenir célèbre et populaire. En fait, il devient un bateleur populiste et démagogue qui n'hésite devant aucun moyen, ne reconnaît aucune limite et ne respecte aucun tabou.
En effet, comme il l'a manifesté tout le long de la campagne électorale, il est totalement désinhibé et ne semble pourvu d'aucun surmoi. Il n'hésite pas à mentir, ni à se montrer grossier et vulgaire. Il fait appel à l'insulte, à l'invective et ne cache ni son racisme ni son sexisme, ni sa haine…
Bonnet blanc, blanc bonnet?
Bien sûr, dans ces deux portraits, se perçoit une certaine simplification, une sorte de stylisation comme pour les lutteurs des matchs de catch. En vérité, personne n'est complétement ange ou démon. Ni Hillary ni Donald. Et malgré les contrastes soulevés, les deux finalistes des Présidentielles américaines présentent quelques similitudes.
L'une comme l'autre, quelle que soit leur classe de départ, appartiennent désormais à l'élite. L'un à l'élite économique et l'autre à l'élite politique et les deux sont à des milliards d'années-lumière des couches pauvres et précaires, les fameux « Working Poors » qui doivent cumuler plusieurs emplois et qui, faute de garantie, vivent sous des tentes ou bien se déplacent d'un motel à un autre. Que l'on se rappelle que les USA, le pays le plus riche du monde compte un million d'enfants SDF !
Trump et Clinton partagent les fondamentaux : tous les deux sont pour le libéralisme, pour la mondialisation et pour le Marché. Ils sont pour le système, ils sont dans le système, ils sont le système et leur différence est une différence de degré et non de nature.
Sans pourtant insinuer qu'il s'agit de « bonnet blanc et blanc bonnet », Ils représentent deux images, deux illustrations du rêve américain qui devient de plus en plus un cauchemar pour les pauvres et petit à petit pour les classes moyennes. Et paradoxalement ce sont ces derniers qui sont attirés par le milliardaire Trump!
Et demain?
La première puissance du monde se hasardera-t-elle à confier son destin à un populiste, raciste, haineux et grossier ? Rejoindra-t-elle ainsi dans une dérive droitière la Pologne, la Hongrie et la Slovaquie ?
Ou bien le modèle pour les démocraties du monde portera-t-il à sa tête une femme après avoir été préside pendant huit ans par un Noir ? viendra-t-il agrandir le club des femmes ayant conquis le pouvoir en ajoutant à côté d'Angela Merkel et Theresa May le nom de Hillary Clinton ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.