Tunisair : Nécessité de mise en place d'un plan de sauvetage    Réduction du déficit commercial de 3596,7 MD    Tunisie-ligue 1 (19è J): les matches de ce mercredi    Programme TV du mercredi 12 août    Forum international sur les objectifs de développement durable    Radio : Hommage à l'œuvre de Mokhtar Hachicha    Prix Zoubeida Bchir 2019 : Quatre œuvres lauréates dont un roman en français    Zone militaire tampon : Saied prolonge la décision de Marzouki    Hichem Mechichi poursuit ses consultations, ce mercredi, avec cinq Blocs parlementaires dont le PDL    Tataouine: Une nouvelle contamination locale au coronavirus    Météo : températures en hausse    Tunisie: Le nombre d'infections au coronavirus atteint 36 à Kairouan dont 33 locales    Tunisie: 20 ha de forêt ravagés par un incendie à Bizerte    Alerte météo : Canicule à partir de ce mercredi !    Reclassification des pays en zone verte ou orange : Les vols charters ne sont pas concernés (Toumi)    Le Drame de Beyrouth aurait ouvert les yeux à d'autres pays pour s'intéresser aux problèmes du stockage du nitrate d'ammonium    Frappes israéliennes sur Gaza    La cimenterie d'Om El Klil, symbole de mauvaise gestion et de corruption, selon Taboubi    Ligue 1 : L'US Monastir reprend sa 2ème place    Ligue 1 : L'US Ben Guerdane bat l'AS Soliman    Le chef du gouvernement annonce la démission de son gouvernement    La Loya Jirga autorise la libération de 400 taliban    Tests RT PCR même pour les personnes provenant de la zone verte !    Drame sans précédent pour une ONG française    Boussaïdi et Maâla à la barre !    Une école d'été pour la culture    BRUITS ET CHUCHOTEMENTS    Re (lire) Histoire de ma vie de George Sand    2ème édition « balades solidaires » le 12 et 13 août au Palais de l'artisan à l'occasion de la fête nationale de la femme    Tunisie: Augmentation de 3,8 milliards de dinars du déficit budgétaire de l'Etat au cours du 1er semestre 2020    Sidi Bouzid : Réouverture de la ligne ferroviaire n°13 et reprise d'activité de la mine de phosphates de Meknassi    Tunisair : Chute de 97% du nombre de passagers transportés durant le deuxième trimestre 2020    Migration irrégulière : La chasse aux passeurs est lancée    Tunisie : Les nouveaux prix de l'essence et du Gasoil dès le 11 août 2020    Tunisie : Annulation d'une desserte du car-ferry CARTHAGE à destination de Marseille    BCT : Le solde budgétaire se creuse à -3.847 MDT à fin juin 2020    CONDOLEANCES : Halima ROUISSI    Espace "El makhzen" ferme ses portes: Un agitateur culturel de la médina de Tunis capitule…    Handball | Championnat féminin de beach hand : Menzel Temime haut la main    Programme TV du mardi 11 août    Abdelkader Maalej: Les cendres d'Hannibal    L'Evolution du Coronavirus au Maghreb arabe : l'Algérie et le Maroc toujours au coude-à-coude !    Météo : Températures légèrement en hausse    Ligue 1 – L'US Monastir veut reprendre la 2e place    Poutine : La Russie a développé le 1er vaccin contre le Covid-19    Le nombre de cas confirmés dans le monde dépasse les 20 millions    Formation du gouvernement, programme des rencontres de Mechichi    Liban | Le premier ministre annonce la démission du gouvernement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelaziz Kacem - 3 juillet 2013 : Le jour où tout a basculé
Publié dans Leaders le 03 - 07 - 2020

Par Abdelaziz Kacem - Mercredi, 17 juin dernier, à l'ARP, les députés takfiristes exhibent le portrait de Mohammed Morsi, emporté, il y a juste un an, par une foudroyante crise cardiaque, en pleine audience de son procès, pour haute trahison. La photo est légendée : « Président martyr, les lions demeurent des lions ». L'homme, paix à son âme, n'avait rien de léonin. Mais quand on manque de référence, on s'enfonce dans la jungle.
L'année dernière, à la même époque, les islamistes et satellites imposèrent à l'ARP la récitation de la Fatiha pour le repos de l'âme de leur « héros » et le pleurèrent à chaudes larmes, à travers la Tunisie. La chaîne Al Jazeera, les Tunisiens s'en souviennent, a diffusé les longs sanglots de notre inconsolable ex-président provisoire, toujours dévoué au bon patron qatari.
Protestant contre cette violation du sens national et de cette parcelle de notre souveraineté qu'est l'ARP, Abir Moussi tint à interpeler Mme Samira Chaouachi, vice-présidente de l'Assemblée. Celle-ci justifie : Vous, personne ne vous a empêché de brandir votre portrait (sous-entendu celui de Bourguiba). Cette mise en parallèle des deux hommes est, à tout point de vue, scandaleuse. Le comportement des salafistes ne m'a guère étonné ; ils ont toujours clamé leur obédience à l'Internationale ikhwanjiste. En revanche, la confusion des genres, chez Mme Chaouachi, mérite correction.
D'abord, Bourguiba est au-dessus de toute comparaison. Mohammed Morsi, lui, quelle que soit la sympathie que d'aucuns lui portent, n'a en aucun cas sa place à l'ARP. Homme bourru et irrémédiablement rustique, rien ne le prédestinait à la magistrature suprême. Déclaré élu à l'issue d'élections aux résultats dument contestés par son rival Ahmed Chafiq, Mohamed Morsi n'était que le délégué des Frères musulmans à la Présidence. Les vrais pouvoirs étaient détenus par le Guide suprême Mohammed Badi‘e, en personne.
Arrêtons-nous plutôt sur ce 3 juillet, date fatidique où, il y a sept ans, tout a basculé en Egypte, avec d'insoupçonnables répercussions sur le monde en général et sur la Tunisie en particulier. Rappelons aux oublieuses mémoires ce que fut l'expérience du pouvoir islamiste dans le pays où l'idéologie qui le sous-tend est née.
Fin juin 2012, Mohammed Morsi s'installe au Palais de la République, il reçoit, il déclare, il menace, il se gratte là où il ne faut pas. Mais l'armée n'est pas sûre. D'autant moins sûre que le nassérisme n'y est pas tout à fait mort. Elle est déjà incontournable, du temps du vice-roi Mohammed Ali Pacha (1769-1848), fondateur de l'Egypte moderne. C'est lui qui, sur le modèle bonapartiste, décrète la conscription, et crée l'armée de métier, une force d'intervention qui garde le souvenir de ses premières victoires contre le premier royaume wahhabite. C'est sur elle que s'est appuyé Nasser pour démanteler la féodalité terrienne et mettre au pas les velléités califales des adeptes de Hassan el Banna.
Morsi décide de mettre à la retraite le maréchal Hussein Tantawi, patron de l'armée tout au long du règne de Moubarak. Mais par qui le remplacer ? Si restreint que soit le choix, il est vite fait : en voilà un général discret, directeur des Services des Renseignements militaires, de son état, homme pieux, sachant le Coran par cœur. Il est sans tache, à l'exception du rond noir qui orne le haut de son front, sans cesse frotté aux nattes des mosquées. Grâce à cette médaille-là, Abdelfattah al-Sissi trouva grâce aux yeux méfiants de la Confrérie.
Bien qu'elle ait reconnu Israël, l'Egypte continue de jouer un rôle-clé dans la région. À Hillary Clinton, qui s'en inquiète, Mohammed Morsi jure de respecter les accords de Camp David. Pour étayer sa bonne foi, il écrit une lettre célèbre à son « Ami le Grand (sic) » (Sadîqi al-Adhim) Shimon Perez, président de l'Etat hébreu. Il rencontre Mahmoud Abbas pour lui faire part et le convaincre de sa contribution à résoudre le conflit « Palestine-Israël », à savoir l'octroi d'une partie du Sinaï aux Ghazzaouis, en compensation des substantielles concessions territoriales revendiquées par l'entité sioniste sur les territoires occupés en 1967. Le Président de l'Autorité palestinienne rejette cette première mouture du « Deal du siècle ».
Mais les affaires intérieures se corsent. Gérer un pays pauvre de plus de quatre-vingt-dix millions d'âmes exige des compétences introuvables dans la sphère intégriste. Alors, il faut faire vite, rendre le système irréversible. Le TAMKIN devient une tâche cruciale, vitale, urgente. Il nomme des gens incompétents mais fiables aux postes disponibles. Il met à la retraite anticipée nombre de responsables pour libérer des places, gèle les activités de la Haute Cours constitutionnelle, remplace le procureur de la République, homme réputé intègre. Magistrats et avocats se rebiffent.
En novembre 2012, pour avoir les mains libres, il tente d'obtenir les pleins pouvoirs, par le biais d'une réforme constitutionnelle lui permettant de légiférer par décret, d'annuler « des décisions de justice en cours » et d'aller vers l'instauration de la Charia. L'opposition s'en émeut, la colère gronde. Le ministre de la Défense tente une médiation entre le président et l'opposition. Peine perdue, la fuite en avant s'accélère. Pendant ce temps, les redoutables Moukhabarat observent le manège, consignent et procèdent à des écoutes téléphoniques. Au procès de Mohammed Morsi, l'irréfutable documentation fournie par les Service constituera l'essentiel des charges.
Le 15 juin2013, débordera le vase. Au stade couvert du Caire, devant des milliers de fanatiques, Morsi annonce la rupture des relations diplomatiques avec la Syrie et, brandissant le drapeau à trois étoiles des insurgés islamistes, il s'écrie: « Labbayki ya Souriya ! » (Syrie, nous voilà !), ajoutant : « l'Egypte, peuple et armée, vole à ton secours ». Abdelfattah El-Sissi est estomaqué. L'insubordination est nette et sans appel. Non, l'armée n'ira pas en Syrie !
L'Egypte dispose de deux armées, respectivement, la Deuxième et la Troisième. Qu'en est-il de la Première ? Elle est en Syrie. En 1958, sous le nom de République arabe unie, le Caire et Damas fusionne pour divorcer, trois ans plus tard. Mais l'ordre numérique des armées n'a pas changé et jamais, foi de Saladin, la 2ème et la 3ème armées n'attaqueront la 1ère ni celle-ci les deux autres. Mais ce pacte non écrit entre les frères d'armes est d'une subtilité inaccessible « Frères » tout court.
À partir du 28 juin, outre Le Caire et Alexandrie, toutes les grandes villes sont convulsionnées par de déferlantes manifestations. Le 30 juin, celles-ci totalisent, quelque trente-trois millions de mécontents. Plus de 22 millions de signatures dument identifiées ont déjà été collectées à l'appui d'une demande populaire de nouvelles élections.
Les supporters pro-Morsi ripostent à Nasr City, là où, en 1963, Nasser fit construire la Mosquée dédiée à Rabi‘a al-‘Adawiya. L'esplanade d'en face prit le même nom. Elle est littéralement investie par des barbus de tout poil, au grand désagrément du voisinage. Contraints à une telle promiscuité, les habitants doivent mettre, des semaines durant, leurs WC à la disposition de légions gavées de kefta et de taamiya, victuailles à base de fèves et autres féculents productifs. De leurs balcons, les assiégés assistent, impuissants et effrayés, à des lynchages à mort d'hommes soupçonnés d'être des flics. C'est sous des estrades rudimentaires dressées pour la TAKBIR, que leurs cadavres sont dissimulés.
Eduqués à la haine des chrétiens, les « Frères » s'acharnent sur les Coptes. Selon Amnesty international, une cinquantaine d'églises sont incendiées et des magasins sont saccagés. On déplore aussi des morts.
Le 1er juillet, l'armée décide de sauver la République. Un ultimatum de quarante-huit heures est lancé au Président. Il est sommé de rétablir la Constitution et de renoncer à toutes les décisions prises au mépris des lois. Il tergiverse. Le 3 juillet au soir, il est destitué. Un président par intérim est désigné, Adli Mansour, Président de la Cour constitutionnelle, la plus haute instance judiciaire du pays, que Morsi avait démise de sa fonction de contrôle des décrets présidentiels.
Les islamistes se mobilisent, les petites natures de la démocratie dénoncent le « coup d'Etat » et Hillary Clinton est désemparée…En Tunisie, la rédaction de la Constitution s'accélère grâce à de réelles concessions islamistes de circonstance.
Entre temps, les habitants à l'entour de la Place Râbi‘a lancent des appels de détresse aux autorités. Ce n'est que le 15 août, soit près d'un mois et demi après la déposition de Mohammed Morsi, que la police décide de siffler la fin de la récréation. Les barbus refusent d'évacuer. Force devant rester à la loi, les agents de l'ordre chargent. Le bilan est lourd.
Telle est la tactique islamiste : obliger l'Etat à se salir les mains. C'est aussi ainsi qu'il faut comprendre les menaces, trois fois proférées, à la place même de Râbi‘a par un virulent prédicateur, Safwat Hegazi : « Celui qui asperge Morsi avec de l'eau, nous l'aspergerons avec du sang ». Depuis lors, le sang n'a pas arrêté de couler. Depuis lors, les fanatiques, Erdogan, en tête, font le salut de Râbi‘a, en levant la main, parfois les deux, pouce replié et les quatre doigts dressés en dents de râteau. Cheikh Rached y sacrifie volontiers.
Râbi‘a ! Qui donc est cette femme dont le nom s'est prêté à une symbolique aussi primaire ? Râbi‘a, littéralement « La Quatrième ».Son père l'a ainsi appelée parce qu'elle vint s'ajouter à trois sœurs. Née en 717 à Bassora, en Irak, elle y décède à l'âge de quatre-vingts ans. Poétesse soufie, elle consacre à Dieu des quantiques éthérés. Elle fonde la doctrine de « l'Amour divin ». À la question : Aimes-tu Dieu ? ̶ Profondément, répond-elle. Autre question :Détestes-tu le Diable ? Elle rétorque : L'amour de Dieu me remplit si bien que je n'ai pas le temps de penser à la détestation de quiconque.
N'est-ce pas un sacrilège inqualifiable que de faire de cette femme-amour un symbole trivial pour des gens bourrés de haineux anachronismes ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.