Nouveau gouvernement | Hichem Mechichi se concerte avec quatre de ses prédécesseurs à la tête de l'exécutif    Gafsa | Reprise de l'approvisionnement des clients en phosphate    Tunisie - Droit et révolution : quelle relation ?    Habib Khedher démissionne de son poste de chef de cabinet du président de l'ARP    Trump contre TikTok, ou la guerre froide du Web    Un vaccin avant la présidentielle US    Yaâcoubi et Coulibaly de retour, Bousu et Chaâlali avec le groupe    Prime royale promise aux joueurs !    Un glacier du Mont Blanc menace de se détacher    Tollé et appels au boycott    Rencontre avec Yosra Nafti    A Sousse, Bizerte à l'honneur    Nouri Lajmi invite l'ARP à préserver l'essence du projet de loi sur la communication audiovisuelle    Amir Fehri se confie sur sa nomination en tant qu'ambassadeur de l'ALECSO    Tunisie: 44% de taux de réussite dans la session de contrôle du bac 2020    2 nouveaux cas de coronavirus à Tataouine    18e journée: Al Watania diffusera le match USBG -EST (Photos)    "Les défis de l'industrie financière face aux nouvelles chaînes de valeur mondiales", thème d'une conférence-débat de l'ATUGE    BMW, le constructeur automobile le plus recherché sur Google    Bourse de Tunis : Amélioration de 10% du résultat global des sociétés cotées en 2019 par rapport à 2018    Nouvelle boutique en ligne de Huawei Tunisie : Avec Huawei, le mall chez vous    Tribune | 15 juillet 1960 : il y a soixante ans, les premiers Casques bleus tunisiens de l'Histoire au service de la paix ( 3°partie)    Ben Sassi: Chute de l'activité du prêt à porter à cause du coronavirus    Kraïem: La situation de Tunisair est très difficile    Armure d'Hannibal : Le vrai du faux    Mini-Football | Finale Coupe de Tunisie : La première coupe pour Tronja    EST | Son absence s'est fait ressentir au dernier match : Coulibaly, ce joueur si indispensable !    POINT DE VUE | Précarité...    « Summer Show », exposition collective à la galerie Selma-Feriani avec Younes Ben Slimane, Dora Dalila Cheffi et Fares Thabet : A découvrir !    Tunisie : Le porte-parole de Qalb Tounes relève plusieurs points communs entre Kais Said et Francesco Cossiga    Les représentants de la filière laitière en Tunisie entament une série de mouvements de protestations les 17, 19 et 21 août 2020    L'Espagne est redevenue une zone rouge à cause des clubs de nuit, selon Nissaf Ben Alaya    Salma Ennaifer réaffirme l'engagement de la Tunisie dans la lutte contre le terrorisme et le crime organisé    La commission des litiges résilie le contrat d'un joueur du CSS    41 cas de contamination par le coronavirus dont 7 cas locaux    Liste des membres de la Commission d'encouragement à la production cinématographique pour l'année 2020    Le groupe Ecobank annonce les finalistes du Concours Fintech 2020    Tunisie – Mechichi s'entretient avec les anciens présidents et chefs de gouvernement    Météo: Prévisions pour vendredi 07 août 2020    Sousse: Le nombre de contaminations locales au coronavirus passe à 16    Des rencontres au TOP prévues par Hichem Mechichi ce vendredi : 4 anciens Chefs de gouvernement et 2 ex Présidents de la République !    ''Ne donnez pas d'argent à notre gouvernement corrompu''    Liban: Dr Imed Halaq s'exprime sur l'état des bléssés [audio]    Nouveau partenariat entre les Affaires culturelles et la Municipalité de La Marsa    Double explosion à Beyrouth : au moins 113 morts et 4 000 blessés selon un dernier bilan    La Tunisie envoie des aides au Liban    Festival de Sfax 2020 et Festival de Sousse 2020 reportés    Liban: Au moins 135 morts et plus de 5000 blessés dernier bilan de l'explosion de Beyrouth    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De la francophonie encore et... toujours
Publié dans Leaders le 05 - 07 - 2020

Par Rafik Darragi - Les éditions l'Harmattan viennent de publier les actes du colloque international ‘Langue française, écrivains francophones', organisé en novembre 2019 à l'Université de Sousse. L'ouvrage, volumineux (372 pages), dédié à la mémoire de Jean Déjeux, se compose de trente contributions, réparties en quatre axes:
• Autour de la francophonie linguistique
• Du roman francophone
• De la poésie francophone
• Témoignage d'écrivains.
Dans sa Présentation, Ridha Bourkhis, directeur de la publication, annonce prudemment la couleur :
« Notre objectif, prioritaire ici est de faire le point sur cette importante écriture littéraire, en tant d'abord que produit langagier, qu'une expression verbale francophone » (p.15).
Cette précaution s'explique aisément car que n'a-t-on pas dit et écrit sur la francophonie depuis des lustres maintenant ! Comment oublier, par exemple, ce long débat portant sur le fameux texte collectif paru dans le journal Le Monde du 16 mars 2006, qui défend l'émergence d'une "littérature-monde en Français" et qui prédit la mort de la Francophonie, cet ‘avatar du colonialisme' et les diverses réactions qui s'ensuivirent ? Celle en particulier du « dernier bastion des puristes de la langue », ce « bras armé de la politique », l'incompréhension de Abdou Diouf dans sa lettre au journal Le Monde ‘La francophonie, une réalité oubliée', en mars 2007, ou encore, la ‘Lettre ouverte' d'Alain Mabanckou à E. Macron, en janvier 2018.
Comme prévu, les contributions du premier axe, ‘Autour de la francophonie linguistique' abordent, presque toutes, cet interminable débat. D'abord celle du professeur émérite, Charles Bonn, ‘Quelle francophonie dans les enseignements et la recherche littéraires des universités françaises ?' : « Les débuts des enseignements de « Francophonie » dans les universités françaises, et particulièrement à l'université de Villetaneuse, dans les années soixante-dix, furent très dépendants d'une vision plus politique et officielle que littéraire. Politique de prestige non encore exempte de présupposés coloniaux implicites, auxquels elle était supposée pourtant opposer l'universalité de son « humanisme ». Celle que j'ai appelée la « francophonie des banquets », qui privilégiait les francophonies « présentables » et les sommets mondains internationaux. » (p.19)
Charles Bonn sait de quoi il parle. C'est un spécialiste des études littéraires maghrébines. Aussi, pour conférer à la francophonie une dimension politique différente de celle de la « francophonie des banquets », préconise-t-il entre autres, le développement de la littéralité et du comparatisme, ce dernier concept participant alors à « donner un sens à la rencontre des cultures, au lieu de se contenter de les décrire. » (p.26)
Mais c'est le professeur émérite et Président honoraire de l'université de Rennes 2, Marc Gontard qui aborde le premier avec force détails, la « problématique » du colloque « à partir du concept de « francophonie » qui reste au cœur du débat » (p.51) Partant du constat que le mot ‘partage', utilisé officiellement pour définir « l'ensemble des instances francophones », est « une métaphore idéologique qui gomme » la première caractéristique de la francophonie, à savoir son caractère « hétérogène », Marc Gontard note la tendance à la régression des espaces culturels et la problématique identitaire en prenant un seul exemple, celui du Maghreb « où les enjeux de la compétition linguistique sont particulièrement sensibles » (p.55). Citant la revue marocaine Souffles, Marc Gontard souligne longuement le paradoxe auquel se sont heurtés les nombreux écrivains francophones issus de la décolonisation et leurs efforts de le dépasser.
La contribution de Mokhtar Sahnoun, professeur-chercheur à l'université de La Manouba, illustre admirablement ce paradoxe. Intitulée ‘l'improbable posture de l'écrivain francophone tunisien', elle souligne en particulier les affres et angoisses de l'écrivain d'expression française « habité par sa passion. Inhérente à l'acte d'écrire, elle est l'essence même de cet acte et à l'origine des tensions qui maintiennent l'esprit du créateur en éveil et l'inscrivent en permanence, dans cet espace de l'entre-deux, du « partage de midi » tel que Claudel le conçoit. » (pp.47-48)
Ce rôle de la francophonie dans la (dé)construction de l'identité est repris avec force par Laure-Anne Thevenet, Maître de conférences à l'université d'Angers dans sa contribution intitulée : ‘Ecrire en français en tant qu'Amérindien du Québec ou comment restaurer une identité perdue par une réappropriation de la langue'.
C'est, en somme, un vibrant appel à la tolérance, au sens moderne, qui doit être entendue comme le respect absolu de l'autre dans toutes ses différences, la seule condition susceptible de nous permettre de cohabiter en harmonie. S'appuyant sur plusieurs romans, elle conclut : « la réappropriation de l'identité et de la culture amérindienne passe par l'écriture et notamment, dans les textes amérindiens contemporains francophones par un travail stylistique sur la langue française qui permet aux auteurs de s'opposer aux langues coloniales imposées et d'affirmer leur spécificité culturelle ». (p.101)
Toujours dans cette première partie, la communication de Giovanni Dotoli, professeur émérite de l'université de Bari Aldo moro, ‘Francophonie et langue française', est un véritable hymne à la langue française. « Défendre la langue française, c'est défendre le multiculturalisme et le plurilinguisme. La langue française est un ferment de liberté ». (p.30). N'est-elle pas la « seconde langue de communication internationale ?». Cette langue « a sept vies, comme les chats. Plus on la défie, plus elle résiste, un peu partout dans le monde… » (p.33). Donc l'optimisme est de rigueur. « Pas de nostalgie, pas de passéisme, pas de pessimisme. La langue française a un grand avenir, toujours le même, depuis dix siècles. » (p.35)
Intitulée « Je donne ma langue au chat », la contribution de Hédia Abdelkefi, professeur de littérature française à l'Université de Tunis El Manar, est une longue enquête, portant sur six questions, qui tranche par son humour parfois caustique. Elle s'interroge ainsi, entre autres, sur les raisons qui ont conduit certains écrivains comme Samuel Beckett ou Milan Kundera « à abandonner leurs langues maternelles pour se servir du français comme parfois la langue exclusive de leurs créations littéraires. » Ou encore sur leur manière d'exprimer leurs rapports à la langue française. (p.74) Sa conclusion, on le devine, est un rappel du titre, la ‘langue' étant « naturellement l'organe de la vie ». (p.83)
Toutes les contributions de ce colloque sont, évidemment, bien écrites, bien étayées et ne se recoupent pas. Comme l'explique le professeur Ridha Bourkhis dans sa Présentation, il s'agit bel et bien d'une « belle entreprise de recherche et de réflexion sur le texte francophone où la langue française est tout à la fois un outil et une substance. » Nous ne pouvons pas, faute de place, citer toutes ces contributions. Disons tout simplement que les nombreuses réflexions qu'elles suscitent en particulier dans la première partie, sur la francophonie, sa raison d'être et son rôle dans la construction des identités individuelles et collectives, constituent bel et bien un apport louable à la réévaluation d'un sujet maintes fois abordé, certes, mais, cette fois, sans confusion aucune entre exception culturelle et diversité culturelle ou encore entre francocentrisme et francophonie.
Actes du colloque international (université de Sousse, nov.2019), sous la direction de Ridha Bourkhis, L'Harmattan, 2020 Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.