Tabarka : Un centre d'accueil pour les victimes de l'incendie    Ons Jabeur qualifiée aux huitièmes de finale du Tournoi de Cincinnati    WTA Cincinnati 2022 : une journée couronnée de succès pour Ons Jabeur    Saïda Garrach : des magistrats convoqués par téléphone pour les poursuites judiciaires    Samir Saïed : l'économie tunisienne traverse une situation très critique    Steg : la vague de chaleur cause des coupures d'électricité    Monde-Daily brief du 17 août 2022: Ukraine : Erdogan et Guterres rencontrent Zelensky demain    Championnat arabe E-Sports (Valorant) : la Tunisie termine 1ère de sa poule    Nomination d'un nouveau Chef de cabinet du conseil de l'ISIE    Tunisie: Une maladie hémorragique détectée chez les bovins    Coronavirus-Bilan du 15 août 2022: 2 décès et 199 nouvelles contaminations    Tunisie : 6 décès et 353 blessés en 24h    Construction de l'hôpital du Roi Salmane à Kairouan : le ministère de la Santé explique    Sfax-Fédération de l'enseignement secondaire: Les manifestations vont se poursuivre [Vidéo]    Tunisie: Vers le lancement du Startup Act 2.0    Lotfi Abdelli : je ferme ma gueule, je vends mes affaires et je pars !    Start-up : Un écosystème dynamique, mais... !    Une députée a été interdite de renouveler son passeport selon le Courant démocrate    Pourquoi | Les jeunes et l'émigration…    Pourquoi les résultats du référendum sont impossibles à croire    Express    Agence de notation japonaise «Rating and Investment» : La note souveraine tunisienne passe à «B» avec perspectives négatives    «Club de chant» de Cyrine Gannoun au Festival International de Hammamet : Une œuvre attachante    Amical international : ce sera Algérie-Brésil en septembre !    Programme TV du mercredi 17 août    DECES : Salem BEN KHALIFA    Le tout dernier téléphone de Huawei marqué par la plus longue durée de vie de la batterie – HUAWEI nova Y70 maintenant disponible en Tunisie    MEMOIRE : Feu Slim Mehdoui    Voici les 10 chansons les plus "likées" sur TikTok    Tourisme en Tunisie : Le nombre des touriste visitant Nabeul augmente de 60% en juillet    Météo en Tunisie : Forte vague de chaleur, l'INM lance un appel à vigilance    Le vent de l'Histoire a soufflé    L'USBG se prépare pour la demi-finale : La grande mobilisation    ESS | Annoncé sur le départ ces derniers jours : Zied Boughattas reste à Sousse !    Abdelbasset Ghanmi,directeur général de la Fipa: De nouveaux crèneaux porteurs    Néjib Belhedi se prépare pour une traversée dans l'océan parmi les requins    Tentative de meurtre Salman Rushdie: La lecture de Gilles Kepel    Lotfi Abdelli annonce l'annulation de tous ses spectacles    Monde-daily brief du 16 août 2022: Vladimir Poutine accuse les Etats-Unis de faire traîner le conflit en Ukraine    La Tunisie, championne d'Afrique en termes d'espérance de vie    La Fondation Arts & Culture by UIB rend hommage à M. Mohamed Ennaceur    Média Canadien : ''Le Québec doit boycotter le Sommet de la Francophonie en Tunisie''    Chiffre du jour : 657 migrants clandestins secourus en un seul week-end    Goethe-Institut Tunis & Central Tunis accueilleront l'exposition The Event of a Thread    Festival de Siliana "Zama Nights" revient pour une 45ème édition (programme)    Le ministère de l'Intérieur annonce des sanctions contre des syndicalistes sécuritaires    Sfax: 42 migrants égyptiens évacués par l'armée de mer    Gaza : Une guerre politique qui arrache des larmes au musicien Roger Waters    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Moncef Ben Slimane: la Tunisie a l'aube de la laïcité?!
Publié dans Leaders le 15 - 06 - 2022

La déclaration du doyen Sadok Belaïd est jetée, dans la mare tranquille de la Constitution tunisienne: «Supprimer la référence à l'Islam dans l'article 1», nous change du sempiternel «Tawafok» (consensus) politiquement correct islamo-moderniste crédo d'une certaine élite intellectuelle et politique depuis 2011.
Mais le divorce entre Etat et Religion est une affaire compliquée, fastidieuse et souvent à risque dans des contrées comme la nôtre.
Laïcité a "géographie" variable?
Il est généralement admis que la laïcité se définit comme étant «une conception et une organisation de la société fondée sur la séparation de la religion et de l'Etat».
Essayons de voir dans quel espace géographique, pour quelle raison et de quelle manière ce théorème peut-il s'appliquer?
Commençons par la championne du monde dans ce domaine: la France. Comme on le sait, le port du foulard est interdit dans les écoles conformément à la loi 1905 gardienne de la laïcité dans tout l'Hexagone, sauf…. en Alsace - Lorraine. Là l'histoire a voulu que l'Etat Français établisse un "Concordat" qui l'engage administrativement et financièrement auprès des autorités religieuses des quatre cultes observés par la population.
Allons un peu plus loin, l'Italie. Dans la grande majorité des écoles, le crucifix trône sur le mur au-dessus du tableau en pleine classe. L'Etat italien ne considère pas la croix de Jésus comme un signe religieux mais «un symbole positif de la culture et du patrimoine national ne portant pas atteinte à la liberté de conscience des élèves».
Beaucoup plus loin, au Québec. Vous pouvez arborer le signe religieux qui vous plaît sans problème en application du principe de «l'accommodement raisonnable». L'Etat canadien considère qu'un pays multiculturel se doit d'être Neutre et Intégrationniste.
Ce petit tour d'horizon à travers quelques régions du monde de la laïcité prouve qu'elle est à géographie variable car obéissant à des contraintes historiques, sociales et culturelles particulières.
Notre laïcité, celle d'hier, d'aujourd'hui et de demain
Nous sommes souvent en présence non pas d'une laïcité, pure et dure, mais d'un processus de laïcisation de la société impliquant des acteurs, des enjeux et des stratégies différents: Belaïd, le professeur de droit imprégné de la tradition de l'université française moderniste a de la laïcité une conception différente de celle de K. Saïd, conservateur, populaire et musulman et de celle du parti Ennahdha et celui de Karama, lesquels se veulent gardiens et gestionnaires de l'orthodoxie musulmane, ou encore de celle de l'élite «tawafokiste» composée de modernistes tenants de la conciliation avec l'islam politique ou celle de nous autres "laïcistes" qui sommes pour la séparation totale de l'Etat et de la religion musulmane, juive ou chrétienne.
Sur un plan historique, nous sommes nombreux à être au fond de nous-mêmes laïcs tout en faisant preuve de prudence et quelque part de finasserie. En effet, notre corps à corps avec la laïcité ne date pas d'aujourd'hui. Il remonte au choc colonial quand on a eu à négocier notre islamité tunisienne avec la modernité dans de multiples face à face: kouttab versus école, franco-arabe, jebba versus costume européen, nationalistes versus "Mtournine" (renégats).
La laïcité nous a tellement déstabilisés que nous ne lui avons jamais trouvé la traduction adéquate. On s'en est sorti avec le vocable «3ILMANIYYA» dont l'ambiguïté étymologique dénote parfaitement nos hésitations idéologiques. A-t-il pour racine 3ALEM (le monde) ou 3ILM (la science) ? Ajoutons à cela que si vous dites aujourd'hui: je suis 3ILMANI; 90% de vos interlocuteurs comprendront ATHEE.
Juridisme et islamisme
Pour la seconde reprise depuis la révolution, un président de la République remet le destin des Tunisiens entre les mains d'un juriste de renom : Si Sadok Belaïd.Jestime que le juriste octogénaire a adopté une démarche à la fois sympathique et empreinte d'une grande simplicité: "supprimer le lien entre l'Etat et la religion musulmane correspond à ma conviction personnelle. Elle est oa suivante: c'est au président de se décider et au cas où ma proposition n'est pas retenue je retournerai dans mes appartements". On tranche radicalement avec le conclave de ces juristes suffisants et arrogants qui se considèrent comme étant les seuls dépositaires exclusifs des droits de l'homme et de la démocratie tunisienne. Par les temps qui courent, l'opportunisme politique des uns le dispute à l'obscurantisme scientifique des autres. Certains parmi eux devraient avoir la décence d'opérer un examen de conscience, s'ils en ont encore une.
Que faire?
C'est la question posée par un grand révolutionnaire qui a ajouté par la suite: «Il y a des décennies où rien ne se passe et des semaines où des décennies se réalisent» (V.I. Lénine).
Plus de six décennies sont passées depuis la promulgation de l'article premier de la constitution et seulement 1 mois nous sépare du 25 juillet.
Le choix de ceux qui ont à cœur à vivre dans une Tunisie républicaine, au sein d'un Etat laïc tout en étant attaché à leur patrimoine et leur culture, est tout à fait clair : D'abord, un soutien inconditionnel à la proposition de Belaïd. Ensuite si le Président, fort de la popularité dont il jouit, lui donne son aval, notre pays ferait un pas décisif vers la laïcité.
Toutefois, cela n'est qu'un premier pas. Encore faudrait-il expliquer et convaincre, que la séparation entre l'Etat et la religion n'est nullement une négation ou une atteinte à l'Islam, que cette même laïcité constitue une barrière constitutionnelle face à l'instrumentalisation de l'Islam à des fins politiciennes. Et, n'oublions pas de rappeler que les tunisien-ne-s ont dit le 25/07/2021 leur dernier mot à ce sujet.
Des voix s'élèveront certainement contre la mécréance et les "kouffars " parmi les défenseurs de l'Islam politique dans ses versions soft et hard. Ils trouveront certainement un écho favorable dans la fraction «tawafokiste» et quelques transfuges de gauche qui représenteraient pour eux une sorte de "planche de salut".
Espérons que durant les jours à venir le train de l'histoire de la Tunisie les déposera sur le quai de la gare, les laissera là où ils continueront à végéter et que la laïcité fêtera bientôt "un bel aïd" !
Moncef Ben Slimane


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.