Sami Ben Slama évoque "des doutes" sur le schéma médiatique de l'ISIE    Officiel: Adoption d'une série de décrets et décisions présidentiels    JM – Karaté : Une médaille de bronze pour Chahinez Jemi    JM – Volley (H) : la Tunisie battue par l'Espagne    Les températures dépasseront les moyennes de plus de dix degrés durant la nuit de lundi    Le nouvel Opel Mokka disponible en Tunisie chez Stafim à partir de 98.900 dinars    Du nouveau sur l'état de santé de Hammadi Jebali [Audio]    Révocation des juges: Le président de l'ATJM dénonce le silence du Conseil provisoire de la magistrature    Wimbledon : un succès aisé pour Ons Jabeur contre Bjorklund    Inauguration de la première centrale solaire flottante d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient    Tunisie: L'UGTT annonce une nouvelle décision    « Yalla Jaw », le concert inédit organisé par Orange Tunisie, fait vibrer de joie l'avenue Habib Bourguiba    Lancement de la collection de parfums REPLICA de la marque Maison Margiela en Tunisie    35e édition du festival international de Musique Symphonique d'El Jem    L1 | Play-off ( dernière journée) : Le verdict...    Pages éclairées de l'histoire du mouvement national tunisien (6) : Aux origines historiques d'un malaise endémique : une indépendance qui divise    Tunisie: L'Agence de sécurité informatique met en garde...    Journée de colère du personnel de la santé: Précisions    Pourquoi | Les estivants et les plages    Yazid Safir, Directeur de l'agence française de développement en Tunisie à La Presse : «La Tunisie est un partenaire privilégié du groupe AFD»    Une fin de saison houleuse : Dans la tourmente    Point de vue | Trop tard !    Hubert Tardy-Joubert, directeur de l'Institut Français de Tunisie à La Presse : «La langue française est une langue Monde»    Voici les 10 chansons qui nous procurent du bonheur    OPPO lance des offres exceptionnelles sur ses smartphones de la Série A à l'occasion du baccalauréat et de l'Aïd El Kebir    Spectacle '24 Parfums Kids' de Mohamed Ali Kammoun Orchestrea    Mabrouk Korchid tacle le Club de Madrid pour avoir appelé à la libération de Hamadi Jebali    Tunisie: La date de l'Aid El-Idha selon l'Institut de la météorologie    Zakaria Bouguerra: La vague du Covid-19 va se poursuivre jusqu'au mois d'août    Prix au marché municipal de Gabes[Vidéo]    INPT : il faut garantir un traitement humain à toutes les personnes privées de leur liberté    Ayachi Zammel présente son mouvement politique « Azimoun »    Moutons de l'Aïd: Les prix sont fixés entre 500 et 850 dinars    À l'occasion du sommet du G7 en Allemagne : D'un monde mieux reconstruit à un monde menacé de la pire crise de famine    Mondher Lakhal : la digitalisation pour des services bancaires 24h/24 et 7j/7    Interview de Sihem Boughdiri Nemsia : le déficit budgétaire dépassera celui prévu par la Loi de Finances 2022    J'agence libanaise des news : un seisme d'une magnitude de 5,1 sur l'echelle Richter frappe Oran en Algerie    Officiel Ons Jabeur classée deuxième mondiale    Le Club de Madrid appelle Kais Saïed à libérer Hammadi Jebali    Tunisie-Ligue 1 (Play-Off) : les matches de ce dimanche    Hammam-Lif: Le Casino renaîtra de ses cendres    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    France : La grève générale frappe là où ça fait mal    Monde-Daily brief du 24 juin 2022: L'UE valide la candidature de l'Ukraine, les forces de Kiev ont reçu l'ordre de se retirer de Severodonetsk    Près de 150 migrants secourus au large de la Tunisie    Le Maroc va envoyer des travailleurs en Israël    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    African Lion 2022 - La Défense nationale dément la participation d'Israël    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Me Abdelwahed Yahyaoui (Coordinateur général du MDD) : «Le passage de la Révolution à l'Etat sera difficile»
Publié dans Le Quotidien le 19 - 04 - 2011

Me Yahyaoui, coordinateur général du Mouvement dignité et développement (MDD) qui a tenu à associer Me Fethi Trabelsi, l'un des membres-fondateurs de son parti, à l'interview, a voulu signifier que le plus dur, dans l'action politique à venir, sera de parvenir à la logique du nouvel Etat que tous les Tunisiens attendent avec impatience.
Comment jugez-vous le paysage politique de l'après-Ben Ali alors que les partis prolifèrent ?
J'estime que la situation actuelle souffre de l'absence de légitimité. Jusqu'à présent, nous ne sommes pas parvenus à passer de la mentalité du pouvoir à celle de la Révolution et ceci rendra difficile la transition démocratique qui est le passage de la Révolution à l'Etat.
Quant à la prolifération, je trouve qu'elle est normale et saine au regard de la situation transitoire.
La psychose à propos des mouvements islamistes en général et du Mouvement Ennahdha en particulier vous semble-t-elle justifiée ?
Tout cela prend sa racine dans le manque de connaissance et de dialogue. Les mouvements islamistes, dont Ennahdha, sont responsables dans la mesure où ils n'ont pas présenté de vision intellectuelle qui répond aux appréhensions du public. Quant à l'Intelligensia, elle doit faire l'effort de chercher à savoir et comprendre, sans arrière-pensée, les nouveautés greffées au nouveau discours islamiste.
Certains partis actuels vous semblent-ils assez proches pour nouer une coalition?
Je pense que les coalitions partisanes sont difficiles en Tunisie, contrairement aux coalitions électorales. Le paysage politique tunisien manque encore d'objectivité et se trouve très influencé par les questions purement personnelles.
Je pense cependant que la prochaine coalition électorale ne se fera pas sur la base d'une assise idéologique, par exemple Ennahdha pourrait se lier avec le POCT... Le MDD, notre parti, pourrait également se lier aussi bien avec Ennahdha qu'avec le POCT.
Estimez-vous que la parité de représentativité proposée pour l'Assemblée constituante devrait être reprise dans les instances des partis politiques?
Par principe, je suis contre les quotas de toutes sortes car cette parité imposée est une «humiliation» pour les femmes. La femme tunisienne mérite aujourd'hui les meilleures positions mais il faut qu'elle le fasse de manière naturelle et non «commandée». Je suis convaincu que si nous lui ouvrons simplement les portes, elle trouvera le moyen de s'imposer.
Je voudrais également souligner que la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la Révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique, à cause de sa constitution, a abordé la réforme politique dans une logique de féodalité intellectuelle et politique. Le MDD aurait souhaité que cette instance soit plus représentative.
Quant à la loi électorale, nous voudrions qu'elle soit organisée sur la base des personnes et dans de petites circonscriptions car, avant le 14 janvier, nous n'avions pas une vie politique saine qui aurait permis aux Tunisiens de connaître les acteurs politiques.
L'exemple turc finira-t-il par transparaitre en Tunisie?
La réussite de l'expérience turque, surtout sur le plan économique et stratégique, lui ouvre les portes d'une présence auprès de tous les pays arabo-musulmans comme modèle qui a réalisé la symbiose entre l'identité et la modernité.
Et Bourguiba?
Je pense qu'il serait intelligent de ne pas reproduire le bourguibisme car c'est lui qui a produit le système totalitaire: son modèle a fini, par ricochets, par donner naissance au phénomène Ben Ali.
Cependant, nous pouvons tirer tout bénéfice de ses politiques en matière d'éducation, de santé et dans le domaine de la famille et de la femme.
Manoubi AKROUT
Du côté de la pensée des lumières
Le Mouvement Dignité et Développement réunit en son sein des avocats, des médecins, des hauts fonctionnaires... avec un projet qui se place dans la vision du mouvement islamiste turc AKP, à cette différence près qu'il est en phase avec la réalité tunisienne.
Leurs lectures s'inspirent directement de penseurs modernes du monde arabo-musulman comme Mohamed-Abed el Jabiri, Hassan Hanafi, Mohamed Arkoun, Hichem Jaïet... pour signifier qu'ils sont, en vérité, des progressistes qui se situent du côté de la pensée des lumières dans la culture arabo-musulmane, ses valeurs et sa moralité universelles.
Ce souci de clarté vient du fait que la conception qu'ont en général les Tunisiens des mouvements islamistes est fortement empreinte de suspicion et M. Yahyaoui en convient, jouant à fond la carte de la transparence.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.