Officiel : La Ligue 1 reprendra le 2 août    Ligue 2 : le calendrier des play-offs dévoilé    Le procès de la bloggeuse Emna Chargui reporté au 2 juin    ANSI : Mise en garde contre des vulnérabilités critiques dans les systèmes d'exploitation mobiles Android 8, 9 et 10    Le mécanisme de garantie de l'Etat, désormais opérationnel    444 MDT    La Tunisie n'a pas à choisir dans l'absurdité de la guerre    Le coup de grâce…    Elyès Fakhfakh dans un cul-de-sac ?    Décisions contradictoires de la FIFA et de la FTF, concernant les joueurs en fin de contrat, le 30 juin !    3,5 millions de dinars à partager entre l'EST, l'ESS, le CSS et l'USBG    L'acteur égyptien Hassan Hosni tire sa révérence    Les photos fuyantes de Mahmoud Chalbi    L'humoriste et comédien Guy Bedos est mort    Le patrimoine culturel, grand axe du programme «Tounes Wijhetouna»    Ligue1 : la JS Kairouan reprend les entraînements jeudi prochain    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 30 mai à 11H00    Le Club Africain lance à partir de lundi la vente des cartes d'adhérents    Coronavirus : 5 nouveaux cas importés et 950 guérisons    Covid 19 | Etablissements scolaires privés : Relations tendues avec les parents d'élèves    REMERCIEMENTS ET 40e JOUR : Fatma Bent feu Cheikh Mohamed ANNABI et feu Hédia TORDJMAN    Huile d'olive : exportations record durant les cinq premiers mois de la campagne    Djerba | Mouvements de protestation des employés d'hôtels : Les précisions de la fédération régionale des hôteliers    Stratégie nationale de promotion de l'industrie et de l'innovation : L'industrie intelligente, une exigence    Documentaire « MAKHDOUMINE » de Maher Abu Samra : « Mon cinéma est politique… »    Météo : Températures en baisse    MEMOIRE : Noureddine ARFA    L'USM programme la reprise : Des groupes de 7 joueurs    Panoro augmente sa production en Tunisie et planifie le forage de 2 puits    CONDOLEANCES    Tunisie: Nouvelle nomination au ministère des Domaines de l'Etat et des Affaires foncières    Tunisie: Ouverture exceptionnelle des caisses par la SONEDE pour faciliter le payement des factures    5 nouveaux cas de coronavirus en Tunisie    Une cellule d'accompagnement pour aider les PME    Facebook chante ''Bella Ciao'' pour Bendir man, Mekki et d'autres    Tunisie: Les pots-de-vins coûtent annuellement entre 400 et 500 millions de dinars, selon Chawki Tabib    Tunisie : L'Etat d'urgence prolongé de 6 mois    Tunisie: Perte de 28% de ses revenus par Tunisair    Le désengagement total des USA    Allah n'est pas obligé…    Appel de la Suisse à agir contre la chute des transferts de fonds vers les pays à faible revenu    Raffia Arshad, la première femme en hijab qui devient juge au Royaume-Uni    Houcine Jaïdi - Décès d'Albert Memmi : le silence du ministère des Affaires culturelles est injustifiable et inadmissible    L'ancien Premier ministre marocain Abderrahman Youssoufi n'est plus    Chemins de l'herméneutique | Epilogue…    La Tunisienne Nour Belkhiria remporte le Canadian Screen Award    Zarzis : Mieux vaut tard que jamais !    Tunisie: Poursuite par le ministère de la Défense des recherches de migrants clandestins naufragés au large de Sfax    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La poésie, l'amour et les femmes
Publié dans Le Temps le 08 - 04 - 2020

La femme et l'amour ont toujours tenu une place privilégiée dans le cœur et l'œuvre des poètes et des écrivains arabes. Le « Ghazel » ou la poésie d'amour connut un grand essor dès l'époque antéislamique et se développa plus tard durant les périodes des Omeyades, des Abbassides, dans l'Andalousie arabe et jusqu'aux temps modernes. La femme, qu'elle soit vertueuse, noble, libertine ou débauchée était source d'inspiration de nombreux poètes et lettrés à travers l'histoire de la littérature arabe. Il en découlera de vrais chefs-d'œuvre poétiques où s'illustrèrent tant de poètes arabes qui ont consacré leur carrière poétique à l'amour et aux femmes.
C'est donc dans ce contexte que s'inscrit le livre de Dr Ahmed Touili intitulé « La Femme, Muse des écrivains et des poètes » où l'accent est mis notamment sur les œuvres poétiques arabes qui, à travers les époques, ont nourri la littérature arabe de leurs effusions poétiques galantes inspirées de la femme et dédiées à la femme. Les uns relatent des expériences et des aventures personnelles, d'autres laissent libre cours à leurs émotions amoureuses, d'autres encore vont dépasser certaines limites pour sombrer dans la poésie charnelle, érotique et sensuelle. Aussi peut-on remarquer à travers ce livre que les productions littéraires et poétiques inspirées par la femme dépendent énormément de l'époque où le poète a vécu, c'est pourquoi « « le ghazel » chez Omar Ibn Abi Rabi'a, connu pour être le poète des femmes, n'est pas celui de Bachar Ibn Bourd qui vécut à une autre époque différente où la culture s'est enrichie et la femme s'est émancipée par rapport aux anciennes époques. Par exemple, à l'ère abbasside, il n'est plus question de poésie platonique, ni de chasteté, ni de discrétion dans les œuvres des poètes d'amour, mais les vers galants deviennent plus libertins et plus obscènes et portent surtout sur des femmes plus ou moins émancipées, telles que des maitresses, des amantes, des concubines et des danseuses (qayna). C'est pourquoi un autre genre de la poésie d'amour apparaît et l'exemple Du poète arabe Abou Nawass est très significatif là-dessus.
Dans ce livre, l'auteur passe en revue un bon nombre de poètes et d'écrivains et même des Califes et des Sultans qui, inspirés par la femme, à travers les époques, nous ont fourni leurs plus beaux poèmes d'amour. Il insiste sur l'impact de la femme sur la vie sociale, artistique, littéraire et sentimentale, de l'ère antéislamique jusqu'à l'âge moderne, aussi bien en Orient qu'en Andalousie sous l'occupation musulmane où la femme et l'amour tiennent une place prépondérante chez les différents poètes andalous. Il cite maints exemples de poètes arabes ayant subi l'influence des attraits féminins et se sont inspirés de la femme dans leurs productions littéraires. L'auteur cite Ibn Rachiq surtout dans la comparaison qu'il établit entre trois termes désignant la poésie galante, à savoir « Nassib », « Tachbib » et « Ghazel » qui présentent des nuances. Les trois termes, étant plus ou moins synonymes, ont toujours été les techniques d'écriture utilisées par les poètes dans leur poésie galante. Dans la dernière partie de ce livre, l'auteur s'intéresse à l'époque moderne où certains poètes et écrivains ont appelé à l'émancipation de la femme qui doit être sur un pied d'égalité avec l'homme, d'où les écrits de Farés Chadiak, Jamil Sedki Zehaoui et Salama Moussa, pour finir avec Ahmed Chawki et la place de la femme dans ses poèmes et ses pièces de théâtre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.