Anthony Fauci au cœur d'un scandale impliquant un laboratoire en Tunisie    Marseille – PSG : Liens streaming pour regarder le match    LC Afrique (2e tour retour) – Espérance ST : obligation de résultat pour retrouver la phase de poules    Foot-Europe: le programme du jour    NBA : les Bulls toujours invaincus, Cleveland enfin vainqueur    Man United – Liverpool : les compos probables    Deux décès à cause des pluies à Kasserine    Tunisie – METEO : Appel à la vigilance !    Tunisie – Suspension de la circulation du métro léger et prolongement des trajets des bus de correspondance    Tunisie – Intempéries : Décès de deux personnes à Thala    Ammar Mahjoubi: Violence et insécurité à l'époque romaine    Hausse de l'encours de la dette publique de 12,2%, à 101,2 milliards de dinars, à fin août 2021    Nabeul : Saisie de 4 tonnes de semoule et 47658 litres de lait    Erdogan expulse dix ambassadeurs dont ceux de la France, des USA et de l'Allemagne    Affaire des licences de taxis collectifs : 11 suspects dont deux anciens gouverneurs    Photo du jour : Un « bijou » architectural construit à des dizaines de mètres de la présidence du gouvernement !    Tunisie : Le monde change, la STEG « évolue »    Dernière minute – Chiffres officiels : Quasi-blocage de l'investissement, fin septembre 2021    Des policiers agressent le président de l'ESS La FTF dénonce    Nouvelles mesures imposées aux voyageurs en prévision d'une nouvelle vague Covid-19    Importation des voitures de luxe : L'austérité doit concerner les voitures administratives et non pas les voitures privées    Tunisie : L'état d'exception face aux tentations d'ingérence internationale    La cheffe du gouvernement reçoit Ons Jabeur    Décès de l'ancien ministre Abdelbaki Hermassi    Forum des DSI : "Tunisie Telecom veut être le label de confiance pour les PME/PMI dans la transformation digitale"    Tunisie : Le Pass vaccinal obligatoire pour accéder presque partout dès le 22 décembre 2021    L'Office des œuvres scolaires se digitalise    Monopole, spéculation et contrebande : cinq ministères s'engagent dans la lutte    Commémoration du 8ème anniversaire de l'Attaque terroriste du 23 octobre 2013    21ème édition du festival de l'Asbu : Six prix pour la Tunisie    Tunisie – Météo: Retour progressif d'un temps hivernal avec baisse des températures    La Grenade de Gabès avec label AOC débarque sur les marchés de la région    Foot Tunisie : Programme des matches de samedi    Dialogue national- Noureddine Tabboubi appelle à la participation des partis politiques    Tunisie – France : Entretien téléphonique Charfeddine-Darmanin    Cour de cassation : I Watch appelle l'exécutif à entériner la nomination de Moncef Kchaou    Le comité de défense de Mehdi Ben Gharbia dénonce les violations à son droit à la santé    Processus politique : L'ONU confiante en la Tunisie    Abdelaziz Kacem: L'intelligentsia ou la ménopause du cogito    Migration clandestine Mahdia : mandat de dépôt contre les passeurs    Le ministère des Affaires culturelles rend hommage au scénographe Kais Rostom    Ephéméride – 20 octobre 2011 : Les rebelles islamistes assassinent Mouammar Khadafi    Monde- Daily brief du 21 octobre 2021: La Turquie menace d'expulser 10 ambassadeurs occidentaux    Vient de paraître - Un nouveau recueil poétique de Abdelaziz Kacem : «Quatrains en déshérence»    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    "Rouhaniyet" Nefta sous le signe "Hanin" du 4 au 7 novembre 2021    Etats-Unis: Donald Blome proposé pour le poste d'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire au Pakistan    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La corruption comme producteur de pouvoir
Publié dans Le Temps le 12 - 05 - 2020

Cette semaine semble promise à une vague de conjectures sur l'avenir de l'actuel gouvernement de M. Fakhfakh. Même si les résultats relatifs au traitement du coronavirus font l'objet de sourdes luttes de clans quant à leur apport politique, d'autres dossiers « capitaux » et qui s'étaient greffés sur l'actualité sanitaire durant la période de confinement, sont déjà sur la liste des cartes à faire jouer dans la perspective d'un changement de gouvernement, si Ennahdha est de la partie, ou d'un simple remaniement en cas de sursaut de Carthage.
Parmi ces dossiers qui pèseront sans doute sur la suite à donner l'actuelle formation, il y a la corruption. A elle seule, elle se présente comme étant désormais un pilier de gouvernance incontournable. Car la corruption se conjugue à tous les temps, à toutes les configurations, et à tous les modes d'exercice partisan du pouvoir.
Force est de constater, à l'orée de l'après corona, qu'en dépit de cette armada d'instances, de cellules administratives, et de l'existence d'un grand département dédié à la lutte contre la corruption, les résultats de la traque de ce fléau demeurent maigres, chétifs, voire insignifiants et nuls. Dire que la corruption a réussi à ravir une place prépondérante dans l'appareil de l'Etat c'est aller vite en besogne, pour ne pas dire se déclarer complice ou, à tout le moins, passif face à ce phénomène. Les dossiers se comptent par centaines, voire par milliers. Certains datent de plus de dix ans. D'un trou à l'autre dans ce labyrinthe juridique et institutionnel, ils ne risquent pas, selon ce mode, de progresser.
Et si l'on s'est trompé d'arme ?
A la veille de 2011, le pays était bel et bien doté d'un arsenal juridique des plus performants, mais ligoté uniquement par deux forces « majeures » : La famille présidentielle et son entourage, laquelle négociait sa mainmise avec les « familles » citées sur les colonnes du journal Le Monde par l'ambassadeur de l'Union Européenne à Tunis. 400 familles à ce qu'il avait déclaré. Soit, vulgairement, le même nombre de débiteurs des crédits carbonisés ayant mis à genou l'économie tunisienne. Déjà les nouveaux arrivants en 2011, n'ont jamais déclaré ouvertement de volonté d'asseoir les bases d'un traitement radical de cette situation de monopole scandaleux, avec ses ramifications corruptrices à tous les étages, qui lestait l'économie du pays. Pourtant la lutte contre le monopole et la corruption figurait bien en tête des revendications populaires de l'époque. Au lieu de s'en remettre au seul code pénal, moyennant de simples amendements de délais, le « nouveau régime », avec feu Béji Caïd Essebsi, a opté pour un traitement politique, lequel a réduit le dossier de la corruption en une multitude de dossiers individuels… de marchandage politique. Une bouffée d'oxygène lâchée à des gens qui, pour certains, avaient préparé leur valise, pour une fuite à l'étranger, et pour la prison pour d'autres. La messe est dite : Béji Caïd Essebsi a opté pour « une réconciliation nationale » non pas avec les « fauteurs » de l'ancien régime, mais avec les titulaires des crédits carbonisés, sans garanties, qui ont plongé le système économique dans un marasme qui se poursuit jusqu'à nos jours.
Lors des élections de 2012, le parti islamiste fraichement débarqué, et sans racine dans le tissu économique, s'est trouvé face à un Béji Caïd Essebsi, entouré d'un bouclier imparable : La crème des familles que l'appareil judiciaire commence à enquiquiner pour fraude, corruption, monopole illégal, contrebande et autres facéties. C'est ainsi que de fléau à vite éradiquer, la corruption et le crime économique et financier se sont taillés le statut de facteurs de pression sur toute la classe politique vacillant entre les rêves d'ados, comme la gauche, et le désir irrésistible d'une part de lion dans le tissu du pouvoir en construction, comme les islamistes et autres nationalistes arabes.
Multiplier les interfaces…
A la barbe et au nez des constitutionnalistes de la place, dont certains bavaient déjà pour un strapontin à Carthage, la Kasbah ou Le Bardo, l'entente entre les deux « vieux » a été axée sur le meilleur moyen de faire oublier à la populace ce lourd dossier, étant établi que personne ne peut gouverner sans l'argent de ces milieux qui continuent à faire suer le pays, dans une impunité céleste. Grâce à la clairvoyance de nos vieux, une solution est aussitôt improvisée : Multiplier les « interfaces » entre la Justice et les justiciables. Sans trop de sophisme, la corruption, quel qu'en soit les dimensions, est déracinable par le concours des seuls ministères de l'Intérieur, et de la Justice. Les institutions compétentes de l'Etat sont à la disposition de ces deux départements, à toute réquisition, du début à la fin de toute procédure.
Non seulement le ministère de l'Intérieur a été amputé de sa DST (Direction de la Sécurité de l'Etat), arbitrairement remplacée par la direction de la Sécurité extérieure, les nouveaux responsables de la révolution ont opté pour la multiplication des services et départements « indépendants » dédiés à « combattre la corruption » ! Une noyade qui a été une aubaine pour les partis politiques en mal d'expérience et de programmes bien structurés. La corruption s'installa donc en arme de combat de politique politicienne, et les dossiers ont été servis à qui les demandait, pour les besoins de « sa » cause. Le congélateur tout indiqué fut l'INLUCC (Instance de Lutte Contre la Corruption). Et pour relever la sauce, un super ministère a été destiné publiquement au même idéal. Une forme assez futée de distinguer la corruption dans le secteur public, et celle des privés. Comme le privé ne peut corrompre qu'en milieu public, la lutte contre la corruption devint la preuve irréfutable non seulement d'une absence totale de volonté de lutter contre la corruption, mais d'une redynamisation de l'alliance sacrée entre les deux pôles de la corruption, l'administration publique et les privés.
Cela fait dix ans que l'on attend l'issue d'un seul dossier de corruption ou de crédit carbonisé. Rien ! Plus encore, certains corrompus ayant pris peur au lendemain immédiat de la révolution, se sont rétractés sur leurs maigres promesses de 2011 et 2012. Prenant confiance à la « réconciliation nationale » de Caïd Essebsi, ils se sont mis ouvertement à faire chanter l'Etat et la société, en révisant à la baisse les montants qu'ils avaient promis, sous la coupe de la peur et des intimidations des voraces partis politiques actuels. Ceux qui nous gouvernent nuit et jour.
Dans une intervention télévisée, Abdelkrim Harouni, d'Ennahdha, a repris l'historique des tractations qui avaient mené à la formation de l'actuel gouvernement. Parlant de Mohamed Abbou du parti Attayar, il dit qu'ils (Ennahdha) étaient prêts à lui céder le ministère de la Justice… et un « morceau » (Lagcha) du ministère de l'Intérieur, le département de l'instruction.
La lutte contre la corruption serait-elle le seul vrai martyr de la Révolution ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.