Mohamed Ouertatani nommé Directeur général du Fonds tunisien de l'investissement    Tarak Ben AMMAR votera aux prochains Oscars    Ce que l'on sait de la rencontre entre Noureddine Erray et Patrice Bergamini    Houssem Habbassi avec le groupe    Les médecins privés reviennent à de meilleurs sentiments    Land'Or décide de distribuer un dividende de 0,180 dinars par action    Mercato : Achraf Hakimi (Real Madrid) signe à l'Inter Milan (Officiel)    Tout le monde contre le projet    La passion amoureuse loin du qu'en dira-t-on    Hausse des températures : Les recommandations du ministère de la Santé    3 nouveaux cas de Covid-19 en Tunisie    Cin'étoiles d'été : Projections de films récents par l'IFT à Tunis, Sousse et Sfax (Programme)    Tennis : Novak Djokovic testé négatif au coronavirus    2,7 milliards de dinars de déficit budgétaire    Istanbul : basilique Sainte-Sophie peut redevenir une mosquée d'ici 15 juillet    Le ministère des Finances invite les contribuables à utiliser le système de télédéclaration et de télépaiement    Lutte contre la Covid-19 : Alwaleed Philanthropies au secours de 10 pays africains    Suspicion d'abus et de corruption : 7 anciens et actuels cadres de Tunisair en garde à vue    Lancée prochainement par le collectif Soumoud : Consultation sur la révision du système électoral    Municipalité de Tunis : Parachèvement des procédures relatives à la réalisation de deux projets importants    Covid-19 : 2 années de croissance de perdues en matière de monétique    Le navire « Tanit » de la CTN, quitte la Tunisie sans voyageurs et y retourne avec 2000 passagers    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 2 juillet à 11H00    FARK : Néziha ZAOUALI    CONDOLEANCES : Halima ABDESSALEM    Tunisie: Une Candidate infectée par coronavirus passe les examens de la neuvième depuis le centre de quarantaine à Monastir    Tunisie : La coordination d'El Kamour refuse les récentes décisions gouvernementales et menace d'escalade    Tunisie: Nouvelle opération d'immigration clandestine déjouée à Sfax    Israël Palestine : A-t-on enterré la paix ?    Réouverture de l'hôtel THE PEARL à Sousse    Espérance de Tunis : Tayeb Meziani sur le départ    Danemark : distances non respectées, la finale de la Coupe brièvement arrêtée    Le ministère de la santé veille sur l'actualisation permanente de la classification des pays selon le niveau de risque épidémique    Météo : persistance du temps chaud    Poursuite de la baisse des cours mondiaux du pétrole brut sous l'impact de la crise du Covid-19    Report du festival de la chanson tunisienne à 2021    Tunisie : Les vols de rapatriement programmés ce jeudi    Grève de 3 jours dans toutes les compagnies pétrolières à Tataouine    Noureddine Erray se félicite de l'adoption par le Conseil de sécurité de l'ONU du projet tuniso-français sur la lutte contre la Covid-19    Nouveau partenariat entre le MAMC et deux institutions culturelles publiques    Le plus grand franchisé américain de Pizza Hut dépose le bilan sous le chapitre 11    Cinq ans de prison pour l'anthropologue franco-iranienne    La France et ses alliés sahéliens tiennent sommet à Nouakchott    Le Film palestinien "It Must be Heaven" d'Elia Suleiman projeté en Tunisie (B.A. & Synopsis)    Personne ne peut prétendre détenir la solution militaire ou politique pour apaiser la Libye    Chiraz Laatiri, ministre des affaires culturelles, à La Presse : «Le zonage pour assurer le bon déroulement des festivals»    Tunisie: Un bateau de pêche tunisien arraisonné par des garde-côtes libyens    Le Festival de la chanson tunisienne reporté à 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le premier roman tunisien sur Covid-19 et le confinement !
Publié dans Le Temps le 28 - 05 - 2020

Badreddine Ben Henda vient de publier son premier roman qui est aussi le premier récit tunisien sur la crise sanitaire actuelle et sur le confinement. « Dormances… » se veut d'abord œuvre de témoignage sur ce que la Tunisie et le monde entier ont subi comme épreuves les premiers mois de 2020. Mais c'est également une fiction propice au rêve, à l'évasion et à l'émotion. En même temps, et à la faveur de plongées multiples dans l'univers intime de chaque personnage, le roman invite au questionnement et à la réflexion sur des réalités et des enjeux complexes que la pandémie a aggravés sous nos cieux et partout ailleurs. Pour en savoir plus sur « Dormances… », nous avons rencontré son auteur qui a bien voulu nous accorder l'entretien suivant :
Le Temps : On connaît Badreddine Ben Henda le poète avec ses six recueils de poésie, le nouvelliste avec son recueil de nouvelles « Le sein de Sourour » et l'essayiste surtout avec ses deux livres écrits sur Gustave Flaubert. Aujourd'hui, on découvre Badreddine Ben Henda le romancier avec un nouveau roman intitulé « Dormances… ». Comment s'est effectué ce passage d'un genre littéraire à un autre ?
Badreddine Ben Henda : En fait, lorsque l'on suit l'évolution de mes créations littéraires, on constate vite que le récit est intégré assez tôt dans mes recueils poétiques à travers diverses « histoires courtes ». Ensuite, il y eut des nouvelles et d'autres histoires courtes dans « Le Sein de Sourour ». De sorte que le genre narratif était là bien avant le roman ; je veux dire que, d'une certaine manière, les récits brefs préparaient « Dormances… », l'annonçaient, l'anticipaient. D'un autre côté, je dois avouer que le rêve d'écrire un roman m'a toujours caressé, mais comme ma poésie plaisait aux lecteurs, j'ai dû différer la réalisation du rêve « romanesque ».
- Dans quelle mesure le confinement a-t-il été, pour vous, une opportunité pour l'écriture romanesque ?
- Dans l'enseignement, nous étions déjà en vacances quand le confinement a été décidé. Je ne pouvais tout de même pas passer vingt jours sans rien faire. C'était donc l'occasion idéale pour écrire un roman, et donc pour m'occuper utilement.
- En général, les écrivains observent un certain recul pour relater des événements vécus. Pourquoi avez-vous choisi d'écrire votre roman sur le vif, en plein confinement ? Quel en est l'avantage ?
- La vérité, c'est que la crise sanitaire n'est pas le sujet premier de « Dormances… » ; c'en est le prétexte et la toile de fond. D'autre part, mais toujours au sujet du coronavirus, mon roman fait la part belle aux analyses des autres, plutôt qu'aux miennes, en rapportant très souvent des commentaires entendus ou lus par les héros de l'histoire. Toujours est-il que le lecteur peut percevoir entre les lignes quelques-unes de mes opinions relatives à la situation en Tunisie ou à travers le monde.
- C'est votre premier roman, mais aussi l'unique roman tunisien écrit et publié en temps de confinement. Vous réalisez ainsi une grande prouesse. Qu'en dites-vous ?
- Oui ! Je l'avoue : je voulais être le premier Tunisien à publier un roman sur cette actualité très propice du reste au retour sur soi, aux débats intérieurs et à toutes sortes d'interrogations cruciales.
- Si vous nous présentiez le roman en quelques mots, que diriez-vous ?
- « Dormances … » est donc un roman sur ce qui nous enchaîne au quotidien bien avant la crise du Covid-19 et le confinement. C'est un roman à plusieurs voix, polyphonique si vous voulez, qui exhume ce que chacun « confine », couve, au fond de lui : il peut s'agir d'angoisses, de frustrations, de pulsions refoulées, de projets réparateurs, de modestes rêves d'émancipation et d'affirmation de soi. A travers des existences très diverses, je raconte un grand rêve foncièrement tunisien : voir mon pays respirer l'air sain et embaumé qu'il mérite.
- Réalité et fiction coexistent dans ce roman (description de la crise et narration des aventures amoureuses…) Quels rapports y a-t-il entre l'une et l'autre ?
- Il y a plusieurs niveaux de lecture et d'analyse, mais comme vous l'avez flairé, ils restent indissociables les uns des autres. C'est la fiction qui plante son décor dans une Tunisie et dans un monde en crise, d'où les réflexions critiques multiples portant sur la réalité complexe qui environne mes personnages, et qui nous environne tous, en fait. Mais « Dormances… » se veut drôle aussi, et suffisamment décalé même par rapport à ses héros et à l'histoire qu'il raconte. A un certain moment, le lecteur peut se demander s'il ne s'agit pas d'une grosse blague, d'une farce et d'une supercherie déguisées en roman. Remarquez par ailleurs qu'une place de choix est réservée à la poésie, et dans ce sens, on peut lire mon roman comme une vaste métaphore sur les hommes et la condition humaine.
- Les personnages de votre roman ne portent pas de nom. Serait-ce un choix ?
- Oui ! C'était même un pari personnel : garder le roman lisible et cohérent sans avoir besoin de nommer aucun de ses héros. Ce n'est pas par leurs noms que les personnages romanesques sont plus vivants. La preuve, c'est que beaucoup d'écrivains se contentent d'initiales, de sobriquets, de prénoms invraisemblables pour désigner leurs héros. Dans mon livre, seule la femme de ménage, une femme du peuple, porte un semblant de nom. C'est voulu, de ma part ! Et je laisse au lecteur la liberté d'en expliquer la raison.
- Dans ce roman, vous faites part notamment des angoisses, des souhaits, de l'état d'esprit des protagonistes par rapport à cette crise. A part cela, y a-t-il des enseignements à tirer ou des messages à transmettre quant à l'avenir de l'humanité ?
- Comme je l'ai laissé entendre dans une précédente réponse, on peut ne rien attendre comme leçon de ce roman-piège, qui déroute même son propre auteur. Mais pour parler plus « raisonnablement », je dirais que « Dormances… » déplore un certain nombre de dérives qui font que la Tunisie va mal, suffoque ! Des dérives à plus large échelle aussi qui font que la planète entière va mal et suffoque.
-Quels seront vos prochaines créations littéraires ?
- Pour l'instant, j'aimerais d'abord connaître le sort que les lecteurs réserveront à ce premier roman. Demain est un autre jour ! J'ai toujours des projets qu'on peut deviner en consultant régulièrement mes publications sur Face book. Chez moi, c'est par là que ça commence la plupart du temps.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.