Football : Programme TV de ce dimanche 12 juillet 2020    Météo | Températures en hausse    Reprise des activités des « Boites de nuit, Clubs de danse et Cabarets » – Conditions et procédures à respecter    Ammar Mahjoubi: L'oligarchie des notables    Des personnes fichées S17 dans les coulisses du Parlement: Quand on défie l'Etat à l'ARP !    La présidence de la République dévoile le projet de la cité médicale à Kairouan: La réalisation confiée à l'institution militaire    Tunisie – Que va décider le conseil de la Choura d'Ennahdha à propos d'Elyes Fakhfakh ?    Tunisie – VIDEOS : Les jeunes de Tataouine rejoignent les protestataires à Al Kamour    Ligue 1 : Les résultats des matchs amicaux de ce samedi    Tunisie – Le ministère de la santé lance un appel aux passagers ayant voyagé à bord d'un ferry français    CINQ nouveaux cas importés de Coronavirus enregistrés à Jendouba, Sousse, Sidi Bouzid, Tataouine et Gafsa    Machrou Tounes demande l'ouverture d'une enquête « sérieuse » contre Seifeddine Makhlouf    Usage abusif des voitures administratives : Triplement des amendes    Tunisie | Réouverture des boîtes de nuit, dancings et cabarets, à 50% de leur capacité d'accueil    Sami Frikha à propos de l'enrichissement illicite et le conflit d'intérêts: Les politiques au contact du droit des sociétés    La Russie bloquera-t-elle à nouveau cette assistance vitale ?    Regards prospectifs sur le cinéma tunisien    Voie ouverte à la transformation de Sainte-Sophie en mosquée    Reprise de la production, et l'exportation du pétrole en Libye    Augmentation de 81% des mouvements de protestation    Les prévisions inquiétantes de l'OMM sur l'élévation des températures pour les 5 années à venir    Tunisie: Saisie de 30 tonnes de sucre subventionné à l'Ariana    Programme TV du samedi 11 juillet    Le ministre libyen des Finances reçu au Palais de Carthage    UGTT : Pour une Instance indépendante des médias audiovisuels    40e jour du décès de Chedly Klibi : La Cité de la culture baptisée au nom de l'illustre ministre de Bourguiba    Club Africain : Plus que 2000 cartes d'adhérents vendues    La saison 2020/2021 de Bundesliga débutera le 18 septembre    La KFW met en place de nouveaux mécanismes de financement de projets numériques en Tunisie    Un nouveau cas de coronavirus à Sousse    Exclusion des Coupes d'Europe : Manchester City fixé lundi    Les parties politiques en Tunisie: Le chaînon manquant    Le baril du pétrole clôture le 9 juillet 2020 à 42,6 $    Six marins français testés positifs au covid, à leur retour d'une traversée en provenance de Tunis    Dimanche contre le CSS, lundi en stage à Sousse    Il était une fois... «12 mille dinars pour des Ripoux» !    Cri d'alarme pour les droits d'auteur    Irremplaçable pour toujours !    Un avertissement sans frais à Netanyahou    Algérie : Interdiction de circulation automobile entre 29 wilayas    Tunsie : La Cité de la Culture officiellement baptisée au nom de Chedli Klibi    Lancement du nouveau projet du Ballet de l'Opéra de Tunis : «Empreintes dansées» dans les régions    Utopies Visuelles à Sousse (du 10 au 26 juillet 2020) : Une édition en partie digitale    Portrait poignant de deux afghanes sous le joug masculin    Un Tunisien remporte le 1er prix d'un concours mondial de poésie, Découvrez son poème    32 nouveaux décès en France en 24 heures    469 nouveaux cas en Algérie en 24 heures    Une étudiante tunisienne active dans le secours des migrants remporte le prix de l'organisation Pro-Asyl-2020    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Littoral en danger : quelles menaces planent sur la côte de Hammamet ?
Publié dans Le Temps le 28 - 05 - 2020

Le littoral hammametois est un trésor, mais un trésor menacé. L'érosion grignote chaque année des pans entiers du rivage avec parfois des conséquences très lourdes. Le réchauffement climatique est un dérèglement qui prend des formes très différentes selon les régions du monde. A Hammamet, c'est l'érosion du littoral qui inquiète le plus. A long terme, les habitations à proximité pourraient être exposées à des risques de submersion. Peut-on alors colmater la brèche ?
Le littoral d'Hammamet apparaît de plus en plus vulnérable avec un trait de côte qui va se réduire comme peau de chagrin en raison de deux phénomènes liés au changement climatique : le déficit sédimentaire -dû à la réduction du débit des cours d'eau- et l'augmentation de l'intensité des tempêtes. De plus, la hausse du niveau de la mer menacerait également le littoral d'ici la fin du siècle.
Récemment une étude scientifique a été réalisée par Dr Oula Amrouni, le chercheur Abderraouf Hzami de l'Institut National des Sciences et Technologies de la Mer (INSTM) et Dr Issam Hajji de l'Université de Californie aux USA. Consacrée au suivi de la position de la ligne de côte et de l'occupation des sols durant la période de 1952-2018 des plages du golfe de Hammamet, elle révèle des valeurs de recul spectaculaires des plages de -1.3 à -5.6 m/an. Ces taux sont anormaux comparés à la moyenne du recul estimée à -0.07 m/an par les scénarii globaux. Cette érosion alarmante des plages sableuses, étendues sur les 65 km du littoral de Hammamet, est une réponse naturelle à un déficit sédimentaire causé majoritairement par les aménagements anthropiques (ex. barrages, digues portuaires, urbanisation côtière anarchique).
Les taux de l'érosion de la plage observés au début du siècle au cours de la période de 1884-1931 est attribué à des causes naturelles notamment les tempêtes marines et les tsunamis ou à des phénomènes géologiques.
L'érosion des plages, associée à l'expansion démographique, accélère le phénomène de salinisation des nappes côtières observé à 5 m vers les terres. Cette salinisation provoque une détérioration de la qualité des sols et une expansion des espaces salins comme les sebkhas. Ces changements environnementaux abrupts ont un impact négatif important sur la production agricole avec une réduction de la surface des terres agricoles de 18 % affectant ainsi la sécurité alimentaire de ces zones densément peuplées et à fort potentiel économique.
Cette étude confirme que le facteur anthropique est la principale cause de l'érosion des plages sableuses plutôt que les facteurs naturels.
Le recul spectaculaire des plages sableuses est passé au stade de "destruction des plages". La plage de Hammamet en est un exemple vivant. En effet, la plage du centre-ville, le symbole et l'emblème de la ville est menacée de disparition à court terme. Le Club nautique de Hammamet est un repère du niveau de l'avancée de la mer. A la prochaine tempête, il sera englouti par les flots.
Les décideurs devront prendre conscience des enjeux environnementaux et de la nécessité de repenser le cadre légal des activités. Face à l'érosion du littoral, l'APAL est en train d'agir. Espérons que ses choix forts porteront leurs fruits. Pourtant les solutions existent, elles varient selon la nature des littoraux et la sévérité de l'érosion. Pour ce qui est de la plage de Hammamet, les experts recommandent l'aménagement de ganivelles afin de fixer les dunes de sables et stabiliser la plage. Cette solution qui a fait ses preuves sur d'autres plages méditerranéennes et en Tunisie (Mahdia) a l'avantage d'être une solution douce, naturelle, efficace et peu coûteuse. Car en matière de gestion d'espaces fragiles comme les littoraux, il est une règle d'or qu'il convient de respecter : « primum non nocere », d'abord ne pas nuire.
La protection de ce milieu fragile s'avère indispensable tout en conservant des aménagements qui maintiennent l'impératif développement économique. Le développement durable de ce littoral passe par une volonté politique forte de préservation tout en sensibilisant les acteurs locaux sur leur rôle pour que soient pensés des projets respectant tous les équilibres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.