Tunisie – Fakhfakh resserre les rangs de sa coalition    Mekki : Bienvenue aux Algériens dès aujourd'hui    Tunisie – Crise gouvernementale : Que stipule l'article 99 de la constitution que Kaïs Saïed veut utiliser pour reprendre les choses en mains ?    Tunisie – Désignation d'un nouveau gouverneur à Kébili    La France rend les crânes de 24 combattants de l'indépendance à l'Algérie    Un obus de guerre déterré à Bizerte    Coopération entre l'Inde et la Tunisie en matière d'Energies renouvelables    La Turquie commence le procès des 20 Saoudiens pour le meurtre de Khashoggi    Lancement du guide méthodologique de l'inspecteur administratif et financier en Tunisie    Fatah et Hamas «unis», l'exception qui confirme la règle    L'Etoile du Sahel au fond du gouffre    Le transport et la logistique et le développement IT, les secteurs porteurs de demain    Hausse de l'encours de la dette publique de 4%    30 projets déclarés au premier semestre de 2020 pour un investissement global de près de 1,3 milliard de dinars    CMF : OPA Obligatoire sur les actions de « HEXABYTE    65 analyses négatives à Médenine    «La grande majorité de mes textes fait la part belle aux femmes»    Visas pour Cinéma : l'exploitation non commerciale à 7 films    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 3 juillet à 11H00    Covid-19 | Ouverture des frontières : Pas de tests RT-PCR pour les voyageurs revenant en Tunisie, en cas d'empêchement justifié    DECES : Zohra Bent Mohamed Akrout    DECATHLON Tunisie : L'enseigne sportive utile...Avant, pendant et après la crise du Covid-19    Transport : A cause de la mauvaise qualité de ses navires, la Tunisie figure sur la liste noire de Paris MoU    CONDOLEANCES    MEMOIRE : Abdallah HABIBI    Jean Castex nommé Premier ministre français    Russie, réforme de la Constitution : Vladimir Poutine peut rester au pouvoir jusqu'en 2036    Abdelaziz Kacem - 3 juillet 2013 : Le jour où tout a basculé    151 analyses négatives à la prison El Dir au Kef    Un nouveau Premier ministre Français sera nommé dans 3 heures    Mohamed Moez Belhassine nommé nouveau Directeur général de l'ONTT    Programme TV du vendredi 03 juillet    Voiture électrique : Déploiement à grande échelle    Lecture dans l'oeuvre romanesque de John Steinbeck à la Maison du Roman    Le producteur Tunisien Tarak Ben Ammar nouveau membre du comité exécutif de l'Academy des Oscars    Mini-football | Coupe de Tunisie – Huitièmes de finale : Siliana est tombée    Le bureau des Nations Unies s'engage à poursuivre son appui à la Tunisie dans sa lutte contre le coronavirus    Tennis | Tournois nationaux : Un circuit d'été    Météo | Températures en hausse avec un vent de sirocco    Adoption de la version finale du projet de la loi sur la protection des forces de sécurité intérieure et de la douane    Un conseil des ministres adopte plusieurs textes législatifs    Transfert : Hamdi Nagguez signe pour 3 ans à l'Espérance de Tunis    La Ligue des champions en Espagne sera diffusée sur Movistar+ jusqu'en 2024    385 nouveaux cas en Algérie en 24 heures    Tarak Ben AMMAR votera aux prochains Oscars    Cin'étoiles d'été : Projections de films récents par l'IFT à Tunis, Sousse et Sfax (Programme)    Report du festival de la chanson tunisienne à 2021    Nouveau partenariat entre le MAMC et deux institutions culturelles publiques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bab L'Bluz, ce quatuor qui fusionne musique berbère et blues
Publié dans Le Temps le 29 - 05 - 2020

Jouant sur les régistres de l'enracinement et de l'ouverture, Bab L'Bluz concentre dans l'album « Nadya » toute la fougue de sa créativité hybride.
Crée à Marrakech en 2018, Bab L'Bluz est né de la rencontre de Yousra Mansour et Brice Bottin et de leur rêve de propulser le Guembri (la guitare des Gnawas) sur les scènes musicales internationales.
Le mot « Gnaoui » qualifie ce qui vient du Ghana et de Guinée. La musique gnawa est surtout le fruit d'une rencontre, celle entre trois aires imbriquées : le souffle de l'Afrique subsaharienne, l'archipel berbère et l'espace arabo-musulman. Un creuset qui a donné naissance à une musique unique. Gnawa Diffusion (dont le leader, Amazigh Kateb, est le fils de l'écrivain algérien Kateb Yacine), les Tinariwen, l'Orchestre national de Barbès, Kel Assouf, Aziz Sahmaoui, pour ne citer que les plus connus, ont porté cette musique hors du Maghreb. Mais des musiciens internationaux ont su déceler dans ces sonorités afro-berbères la source du blues américain. De Jimi Hendrix, de Santana à Led Zeppelin (Robert Plant et Jimmy Page surtout), les pianistes de jazz Randy Weston ou Omar Sosa sont venus se « sourcer » à cette musique envoûtante. Plusieurs festivals en Afrique du Nord lui sont désormais dédiés, d'Essaouira à Alger. Qu'on la nomme Diwan en Algérie, Stambali en Tunisie et Zar en Egypte, le gnawa est à la fois protéiforme et d'une singularité marquée.
Un groupe à la croisée des chemins
Le tout jeune groupe Bab L'Bluz trace désormais son chemin dans ce monde protéiforme. Le groupe, quatuor né de la rencontre entre la chanteuse du groupe Yousra Mansour et du musicien Brice Bottin lors d'une résidence à Marrakech autour d'un projet lié à la musique touarègue, sort en effet un très prometteur album Nayda ! Yousra Mansour et Brice Bottin ont commencé à créer le répertoire de Bab L'Bluz, avant que les autres musiciens, tous spécialisés dans l'afro-beat ne s'y greffent. Bab L'Bluz, c'est d'abord la promesse qu'emporte le nom du groupe, Bab signifiant en arabe « Porte ». Le groupe, formé en 2018, offre ainsi une entrée à la source du blues. « Bab L'Bluz rappelle la porte du blues, mais aussi la porte du désert. Nous voulions rappeler que le blues, si intimement lié à l'Amérique, découle de la musique africaine », explique Brice Bottin.
« Nayda ! » signifie « se lever » et, par extension, il désigne un mouvement festif. « Nayda est un mouvement marocain récent. Il traduit ce mouvement festif, mais il est aussi une sorte d'éveil intellectuel. Une forme de réflexion et rébellion, un appel révolutionnaire pour comprendre la société arabe. Cet appel est aussi pour la paix, sans révolution violente », explique Yousra Mansour qui a écrit les textes en darija, l'arabe populaire parlé au Maghreb. « Même si je suis d'origine berbère, chanter en darija est la garantie d'être compris de tous », ajoute-t-elle.
Nayda, un album fusion
Résultat, l'album offre effectivement un son festif, scandé, chaloupé. Les chœurs, les youyous rappellent aussi bien un mariage berbère qu'une procession religieuse. Le gnawa est en effet considéré, en Afrique du Nord, comme une musique aussi bien festive que thérapeutique, invocatoire et oblative. Vibration tellurique qui doit faire lien avec les corps et le ciel, en libation de notes qui coulent lors de cérémonies nocturnes (les leilas, la nuit en arabe). L'islam a ritualisé ces gestes animistes, les intégrant dans des cérémonies de confréries et cultes des saints. « Ces musiques sont coutumières, religieuses, guérisseuses, liées aux énergies spirituelles », rappelle Yousra Mansour.
Une musique hybride
À partir de ce patrimoine séculaire, Bab L'Bluz réinvente une musique hybride. Un blues arabo-berbero-africain, à la structure pentatonique, syncrétisme du hassani mauritanien, les rythmes berbères, la musique malienne méditative aussi. « Nous nous sommes très vite épris de cette musique. Mais nous ne voulions pas, comme les maâlem (littéralement, « Celui qui sait », chef d'un groupe de gnawas, avec un rôle de transmission), reprendre les airs classiques ou standards de cette musique. Nous avons voulu créer notre répertoire original. Nous avons voulu recréer un son très 70, en référence à Led Zeppelin, ou Jimi Hendrix. Pour retrouver ce son, nous avons enregistré dans un studio analogique », explique Brice Bottin.
Le patrimoine musical est enrichi de sons d'origines diverses
C'est peut-être là la force de cet album, très ancré dans un patrimoine, mais qu'il retravaille, revisite, et auquel il insuffle un son rock psychédélique. L'album est construit d'abord autour des instruments traditionnels de la musique gnawa. Au cœur de ces rythmes, l'incontournable guembri, instrument à trois cordes fabriqué avec des boyaux de chèvre, avec une caisse de résonance rectangulaire couverte de peau de chameau ou de dromadaire. Chaînon reliant en amont le N'goni d'Afrique de l'Ouest et en aval le banjo d'Amérique du Nord, cet instrument apporte la sonorité si particulière de la musique gnawa. Puis il y a le awicha, une sorte de guembri de taille plus modeste et un octave au-dessus. Dans le groupe, c'est Yousra Mansour qui en joue. Selon Brice Bottin, le groupe a voulu créer une identité sonore très « forte ». « Nous avons inclus les sonorités que nous aimons : rock, avec basse-batterie-guitare. Mais le guembri remplace la basse. La guitare est remplacée par le awicha. Ces instruments passent par un ampli pour obtenir des effets de basse. Nous faisons pareil avec le awicha, ce qui lui donne des effets de guitare. Comme le fuzz ou d'autres sons typiques du power trio et de la musique psychédélique. Cette musique induit une transe ; nous travaillons sur ce même concept, nous jouons sur des ostinatos rythmiques et mélodiques qui s'emboîtent. S'ajoutent des répercussions en métal, (qraqebs ou karkabous) et aussi la flûte si présente dans la musique berbère et en Afrique de l'Ouest avec les Peuls. ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.