Zouhair Maghzaoui : Même les sympathisant d'Ennahdha le soutiennent discrètement    Canon et Climatepartner Célèbrent Dix ans de Partenariat    Tunisie: Reprise du transport du phosphate vers le complexe chimique après un mois de suspension    La production globale de phosphate n'a pas dépassé les 2136 mille tonnes, à fin juillet 2020    Les Allemands invités à investir en Afrique post-Covid-19    Tunisie: Nabil Karoui: "Les affaires libyennes ne sont pas les notre"    Drogba candidat aux élections de la fédération ivoirienne de football    Reprise de l'acheminement du phosphate vers le groupe chimique    Tunisie: Cinq nouvelles infections locales au coronavirus à Sousse    2 femmes meurent dans un accident de la route à Mahdia    Météo: Prévisions pour mardi 04 août 2020    OFFICIEL : Saïd Saïbi nommé entraîneur de l'AS Rejiche    Des signes annonciateurs d'un début imminent de la guerre en Libye ?    SAVE une bouffée d'oxygène de 3 millions de dinars pour les startups les plus impactées par la crise Covid19    Coupure d'eau : Fermeture de la route reliant Béja à Téboursouk au niveau d'Aïn Melliti    Football | Décès du jeune internetional junior Aziz Touati    Coronavirus : 4 nouveaux cas de contamination dont 3 locaux    Encore 3 cas de عدوى محلية contamination locale de Coronavirus et 1 cas importé enregistrés à Tunis, Jendouba et Sfax    289 malades encore porteurs du virus en Tunisie    Tunisie : Discours de Kaïs Saïed à Mahdia et Sfax sur l'émigration illégale    Invitée par Mechichi, Abir Moussi rappelle ses conditions    Lutte contre la migration irrégulière : Pour une coordination plus grande entre les forces sécuritaires et armées    Affaire Fakhfakh-VIVAN : Un Nouveau rebondissement    Le chef du gouvernement désigné entame les concertations avec les groupes parlementaires    Ligue des champions de l'UEFA : C'est l'heure de la reprise !    L'OTE diffuse des cours de langue arabe sur sa chaîne YouTube    Tunisie : Les nouveaux prix des cigarettes à partir du 03 août 2020    Les Nouveaux Freebuds et Watch GT 2e de Huawei, La touche finale pour accessoiriser votre style    Formation du gouvernement, Programme des rencontres de Mechichi    BAD : La Covid-19 n'empêche pas l'Afrique de l'Est d'être une région dynamique    Espérance de Tunis : Hamdou Elhouni, blessé, sera indisponible une semaine    Météo : Températures en légère baisse    Les Emirats à la Turquie : Ne vous immiscez pas dans les affaires arabes    Success Story : Mohamed Abid, un tunisien à la conquête de Mars    Mohamed Abid, le Tunisien à la conquête de la planète Mars    Foot-Ligue Europa : le programme des huitièmes de finale    Monastir | Les familles de 24 pêcheurs appellent à intervenir pour libérer leurs enfants retenus par les autorités italiennes    Palais Borj Baccouche : Un joyau architectural à l'abondan    Migration irrégulière: 27 Tunisiens secourus au large de Kerkennah    La régularisation ne concerne pas les nouveaux arrivés    Gisèle Halimi, une autre icône de la diaspora tunisienne disparait    Le coronavirus, un choc traumatique(1)    Kaouther Ben Hania à la Mostra de Venise    Leila Ben Gacem: Le monde d'une entrepreneure socio-culturel(Vidéo)    Pièce de théâtre "La conférence des oiseaux" à Sahriyet été 2020 à Hammamet    Ciné-Drive en Tunisie : Le cinéma autrement au temps du Coronavirus    Ceux d'en haut qui nous regardent    Rencontre avec Yosra Nafti dans le cadre de « IJA, la culture en accès libre » : Autour du tirage argentique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Du bonheur d'être triste
Publié dans Le Temps le 01 - 07 - 2020

C'est le genre de livres inspirants qu'on garde sur nos étagères ensevelis de poussière ... jusqu'à l'usure de nos relectures. Car il s'agit bien d'un éternel cri d'amour et de rage dans un monde qui se terre et se meurt. « Le Bonheur des tristes » de Luc Dietrich est un récit tendre sur une enfance douloureuse qui amène son auteur à se rechercher dans une perpétuelle quête de soi qui jette un regard différent sur la vie et ses vicissitudes. C'est aussi un roman sur l'amour maternel écrit à l'encre du sang. Unique !
"Le Bonheur des tristes'', un joli oxymore qui révèle au grand jour un écrit tendre et cruel sur l'amour maternel et de la douleur de vivre sans une mère. Le titre nous amène déjà à ouvrir les premières pages d'un roman qu'on ne laisserait pas avant de le lire d'un seul trait.
Comment peut-on guérir de son enfance, quand on doit assumer sa laideur physique et qui se regardait au miroir suite à une remarque désobligeante « C'était moi, mais quel drôle de moi! Mon visage était comme une racine avec ses barbes follettes! Mon regard fendait cette noirceur, comme un coutre la terre. Ma bouche y vivait comme une balafre fraîche. Et par-dessus le tout, poussait un pin qui débordait sur les oreilles et le cou. Je ne savais si c'était ridicule, désolant ou beau, mais je ne ressemblais pas aux autres: j'étais plus grand et plus visible. » dit-il. L'auteur se tourne en dérision. Il se gausse de ceux qui n'ont que ce moyen pour le rabaisser : s'attaquer à son physique, car lui, il s'en balance tout comme des convenances sociales et des faux-semblants. C'est aussi un texte sur l'amour maternel inconditionnel qu'il voue à une mère droguée et qu'il accompagne dans ses cures de désintoxication. Sa mère meurt et l'enfant qu'il est a du mal à faire son deuil. Les Hommes, (sa famille notamment ) sont cyniques et ne l'aideront pas dans ce sens. Il combat de toutes ses forces la méchanceté d'un asile d'enfants souffrant de maux psychologiques. L'auteur se protège dans un monde qu'il se crée à travers un récit sans compromis qu'il consacre à sa mère qu'il aime tant.
Il renoue avec un personnage principal innocent et candide qui découvre la vie et commence à avoir ses propres repères pour voir les choses autrement qu'à travers le regard de sa mère. Il revoit autrement la nature et sa beauté et commence à caresser la joie de la vie simple qu'il retrouve dans les fleurs et le doux parfum qu'elles dégagent.
Extraits du livre
« Les hommes disent : "Une vie de chien." Ils croient que les animaux sont humiliés et malheureux. Mais j'avais bien observé les animaux et je savais que les hommes se trompent, car jamais une fourmi ne s'arrête pour soupirer que la vie ne vaut pas la peine, et jamais un âne ne se dit : "Comme je suis vexé d'être âne." Et quant aux plantes, elles sont si fières d'être ce qu'elles sont, qu'elles ne disent rien à personne. (...)
Nous, nous sommes malheureux parce que nous ne sommes pas du tout contents d'être ce que nous sommes, sans non plus savoir ce que nous voudrions être. » (p.45)
« Oui, une femme qui cuit une soupe pense qu'elle va la faire goûter à quelqu'un qui rentrera. Tous ces hommes qui se hâtent, c'est qu'ils sont attendus par quelqu'un (...)
Même ceux qui vont lâchés comme des mouches, aiment ou haïssent d'autres hommes et s'accrochent à eux de la sorte. Ils ont bâti des maisons pour se protéger du grand nombre; mais la porte s'ouvre à quelques- uns, car l'homme est un animal de petite société. Chacun se déplace dans la sphère de ceux qu'il attire ou dont il est attiré. Et ils répètent en chœur comme des écoliers: " J'ai, tu as, il a , nous avons, vous avez, ils ont une importance". C'est pourquoi ils travaillent tant: pour se tenir par les bras et par les mains à ceux qu'ils ne peuvent toucher par le cœur et la pensée.... » (p.209)
« Les bêtes ne demandent jamais l'heure, c'est pourquoi elles ne sont jamais pressées et elles font tout ce qu'elles veulent comme sil elles avaient toujours le temps. C'est pourquoi aussi, elles n'ont jamais peur quand il n' y a pas de danger; elles ne ferment jamais les portes. Mais les hommes sont toujours pressés, doivent prendre une voiture, un train, pensent : "Nous allons être en retard", car ils savent qu'il y a une fin et qu'il y a tant de choses à faire avant la fin. » (p.42)
« Il y avait des voix de femmes déchirantes comme des oiseaux qui s'envolent, heureuses comme des matins de départ, et des voix graves comme des orages qui approchent, comme le soleil lorsqu'il tombe , comme le silence quand les hommes sont morts.
Et Dieu allait venir. » (p.51)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.