Tunisie – L'inflation grimpe à 9.1%… Comme partout dans le monde    Analyse : La Tunisie parmi les pays exposés au risque d'insoutenabilité de la dette    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Le CA en force et qualifié devant le Zamalek    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Programme des quarts de finale    UEFA CL : Les résultats complets de la soirée de mercredi    Redmi A1+ : un smartphone des plus abordables de la marque Xiaomi    Kaïs Saïed, conseil supérieur des armées, André Parant… Les 5 infos de la journée    Le Groupe BNA signe des conventions de partenariat avec le SPOT    Football | La CAF suspend l'entraîneur tunisien Rafik M'hamdi    USA : Un mensonge d'Etat, Biden relance "le mur de la honte"    Tunisie : Création d'un tribunal pour la résolution des conflits sportifs    Crise énergétique et énergies renouvelables : la Tunisie rate encore une transition    Signature d'un accord de partenariat entre Mattel et Huawei    Rached Ghannouchi ou l'arnaque politique de la Tunisie    Béja: Négociations entre le ministère de l'Education et la fédération générale de l'éducation de base (Vidéo)    Ukraine : il n'aurait pas 6000 mais 9000 têtes nucléaires, le patron de la CIA avertit    Les journalistes organiseront un rassemblement à la place de La Kasbah    La Tunisie accueille le forum Africain du LIONS CLUBS International    La nouvelle Première ministre britannique: ''Je suis très sioniste''    Coronavirus – Vaccination : Plus de 69 mille personnes ont reçu quatre doses    OPPO dévoile les trois matchs les plus inspirants de la UEFA, tels que votés des fans    L'ambassadeur de France: Je suis optimiste pour l'avenir de la Tunisie    Soutien aux femmes d'Iran : des artistes se coupent les cheveux en direct sur instagram    Mali, Burkina Faso… : Poutine pactise avec Goïta, l'Occident a un problème de plus    Vidéo : Un rappeur russe de 27 ans se suicide pour échapper à la mobilisation en Ukraine    Crash d'un avion militaire au Mali: le bilan s'alourdit    Leila Hadded : Les parrainages se vendent à 10 dinars    L'Ugtt face à l'approche d'un imminent accord avec le FMI : Pas de chèque en blanc pour le gouvernement    Candidatez pour la 5ème saison d'Orange Fab, accélérateur corporate de start-up d'Orange Tunisie    Recette : Recette assida zgougou de maman    Kasserine : Deuxième taux d'analphabétisme le plus élevé sur le plan national    Pourquoi | Profiter du changement climatique    Bientôt à la Galerie Kalysté : Hamda Dniden raconte Sidi Bou Saïd    «The Transformation of Silence» de Héla Ammar et Souad Mani à la Chapelle de Saint-Monique à Carthage : Mémoires, archives et traces    37e édition du festival international du film francophone de Namur : Du réel à l'abstrait    Tennis- Open Jasmin Monastir : Résultats des rencontres disputées mardi 04 octobre 2022    Olfa Hamdi appelle au report des élections (Live)    WTA Open des Jasmins : Ons Jabeur qualifiée en 8e de finale, les moments forts (vidéo)    Saisie de 1900 kilos de pâte dissimulés dans une étable pour l'élevage des moutons    Danses lascives et tenues dénudées : le festival de la Fête du Mouled s'excuse    Tunisie: La production nationale de médicaments couvre 75% des besoins    1er forum Afrique-France de la transition écologique et énergétique | Des enjeux et des solutions    Météo en Tunisie : Des pluies attendues l'après-midi sur le centre, le sud et le nord ouest    L'UBCI Partenaire Officiel de l'extended sessions de Jazz à Carthage    JCC 2022 : Des films restaurés et inédits de la fin des années 60 dans le focus Palestine    L'Union islamique des avocats accuse la Faculté de Sciences juridiques de "propager" l'homosexualité    Zarzis | Affluence des africains subsahariens : La situation risque de dégénérer    L'insupportable arrogance des Occidentaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Vêtements usagés ; vêtements neufs : Tendances inversées ?
Dossier - La friperie n'est plus ce qu'elle était...
Publié dans Le Temps le 18 - 01 - 2007

Les deux secteurs jadis "ennemis" font face aujourd'hui à la recrudescence des importations illicites
La famille de M. Mansour s'habille "fripe" depuis vingt ans. Il est cadre de banque. Sa femme est employée de bureau. Il peut se permettre quelques costards nouveaux durant la période des soldes et, elle, quelques tailleurs. Non ils sont "abonnés" à trois boutiques dont les propriétaires ne manquent pas de les "biper" chaque fois qu'il y a un arrivage.
La famille de M. Mansour n'est pas la seule à affectionner ce genre de fidélité. Elle ne représente qu'un microcosme dans une classe moyenne qui va, dans une proportion des 52% vers la friperie. Les tranches aisées aussi y vont et il n'est pas rare de voir de grosses cylindrées garées devant les magasins de friperie et, même, suivre l'itinéraire des souks hebdomadaires.
Recherche de la qualité, d'une griffe, dans ces emballages où l'on tombe toujours sur quelque chose.
Et il y a bien sûr les revenus modestes, des familles nombreuses qui ne peuvent faire autrement que de recourir à ces vêtements usagés... et cela fait que, grâce aussi à la friperie, des Tunisiens, grosso modo s'habillent bien.
Aujourd'hui, la décélération qui a frappé le secteur du textile a provoqué un phénomène nouveau : jadis la friperie concurrençait le prêt à porter neuf. Aujourd'hui, c'est celui-ci qui va grignoter dans la clientèle traditionnelle de la friperie, puisque les prix, dans les deux secteurs sont désormais presqu'alignés.
Cela fait que l'idée selon laquelle la friperie a cassé les "habits neufs" ne tient plus la route.
Sauf que si le "Tsunami chinois" a éclaboussé le textile-habillement en Europe et que l'onde de choc a retenti chez-nous - le scénario - catastrophe ne s'est heureusement pas vérifié - la friperie qui habille partiellement une large proportion de tunisiens reste un secteur quelque peu mal organisé du fait du déphasage classique entre le texte et le contexte.
Si la friperie existe depuis 1944 en Tunisie - à l'époque, les transactions "import /export" se déroulaient au port - le secteur est longtemps resté régi par des circulaires et en fait, les professionnels se sont arrangé pour l'organiser à leur manière, passant par les étapes classiques : concentration d'intérêts, monopole, puis éclatement, mais avec de nouveaux rapports de force derrière lesquels se trament des conflits d'intérêt...
Le décret présidentiel 95/2296 du 2 décembre 1995, puis sa révision par le décret 2005/2035 du 18 juillet 2005 sont venus mettre en place un cadre institutionnel. Ainsi 47 entreprises sont nées sous le régime "Entrepôts industriels" et quatre autres sous le régime "Entrepôts francs".

Paradoxes
Qu'est-ce que l'entrepôt industriel ? Il importe la marchandise, procède à l'industrialisation d'une partie d'entre elle, réexporte et place une partie de la marchandise sur le marché local en fonction de la fameuse équation 30/20 : il s'agit de réexporter au moins les 30% des quantités importées ; transformer les 20%, conditions sine-qua-non pour pouvoir aller sur le marché local. Ces entreprises sont de véritables unités industrielles. Elles font des investissements lourds et avec un taux élevé d'employabilité.
En revanche "L'Entrepôt franc" entreprise totalement exportatrice n'a pas le droit au marché local. Mais il y a un paradoxe : l'entrepôt industriel est constamment surveillé par un douanier. Lors des opérations d'importation il y a la visite systématique d'un officier des douanes. Et lors des opérations d'exportation, la panoplie est autrement plus renforcée : il y a le douanier, l'inspecteur des douanes et l'officier de la BSR. Par contre à l'entrepôt franc, là où on importe pour réexporter, il n'y a aucune surveillance !.... Et c'est déjà un conflit d'intérêts...

Frontières rigides...
Le taux d'employabilité du secteur (chiffre arrêté au 31-12-2006) donne 4800 postes permanents et entre 500 et 1000 temporaires, pour des charges salariales de 24 MD par an. C'est dérisoire, dit-on, par rapport au taux d'employabilité dans le textile - habillement. Sauf que la friperie fait travailler 321 grossistes et 11 mille détaillants, sans parler de ces ambulants qui passent d'un bar à un autre, d'un quartier à un autre pour liquider deux ou trois blousons. Pourquoi n'accorde-t-on donc pas de patente aux vendeurs à la sauvette ? Et quel statut pour les marchands ambulants qui font tous les souks à travers la République mais dont la situation reste floue...
La pomme de discorde porte donc essentiellement sur "Le contingent national de la mise à la consommation".
L'article 12 du décret (95) stipule que "le contingent annuel de la friperie trillée destinée à la mise à la consommation est fixé par le ministère du Commerce après avis du ministre de l'Industrie. Ce contingent est fixé à 10500 tonnes qui devraient correspondre aux 12% de la consommation nationale en textile. Et pour être cohérent, ce contingent devrait être de 16000 tonnes.

Un deuxième hiatus : l'administration autorise les entrepôts francs à vendre dans des zones franches : ce n'est donc plus de l'export. Et puis, à l'heure de la globalisation et au moment où des souks, et des étalages font du commerce parallèle, un grossiste ne peut pas vendre sa marchandise à un détaillant d'un gouvernorat autre que le sien.

Un troisième hiatus : la chaussure (friperie) est interdite à la vente sur le marché local. Comment se fait-il qu'elle inonde carrément les souks, les points de vente et par quelles filières y entrent-elles si ce n'est par les circuits parallèles ? Les professionnels proposent qu'on coupe la poire en deux ; qu'un quota pour la chaussure soit accordé à la friperie par la Fédération nationale Cuir et Chaussures à hauteur de 2%.

Un quatrième hiatus : Parfois on saisit les blousons en cuir (le cuir étant interdit à la consommation locale) alors que l'article 11 du décret stipule ceci : "sont considérés comme déchets les chaussures, les espadrilles, les jouets, les sacs à main, les couvre-chefs (...)". Nulle mention de blousons cuirs : et puis il n'y a pas le feu : nous n'avons pas de tradition dans la confection du cuir...
Jusque-là, le secteur a apporté des solutions "sociales". Aujourd'hui il a besoin d'être réorganisé et de faire face lui aussi à l'intrusion des produits illicitement importés. Car ce que M. Mansour achète pour ses enfants n'est que la face immergée de l'Iceberg : derrière cette paire de chaussettes Dior tout un processus s'était déployé...
Car la friperie garde la vocation classique, mais elle change de concept : c'est une industrie lourde, une industrie de transformation, avec des machines trop chères. Et c'est pour cela que les propriétaires des entrepôts industriels trouvent que "les entrepôts francs" "se la coulent douce et se permettent des virées sur le marché local, cependant que, toujours selon eux, les IDE (toujours selon eux) n'apportent rien".
Entre temps, la friperie coûte plus cher pour le consommateur. L'offre baisse en effet, car l'Europe envoie de la marchandise à l'est alors qu'à quelques encablures de chez nous, les Algériens se mettent à nous faire de la concurrence.
Raouf KHALSI

* Quantités de friperie importées en 2006 :
89 mille tonnes pour 68 MD
* Quantités exportées
30 mille tonnes pour 21 MD
* Quantités transformées pour une valeur de 24 MD
* Quantité mise dans la consommation locale : 10500 tonnes.

Investissements dans les entrepôts industriels
98 millions de dinars, dont 12 millions au Sers, gouvernorat du Kef. En l'occurrence SICOFRIP, SOTUMAC Nord et SOFRINORD ont été appelées à investir au Sers aux fins de réemployer les ouvriers de la mine de Bougrine qui avait fermé.

Le processus industriel
* Trillage
* Coupe chiffon
* Effilochage
* Tissus non tissés TNT
* Feutre
* Wate (cela sert pour les matelas hiver / été. Il y a donc perte de grosses quantités et cela se fait avant l'introduction sur le marché local.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.