Tunisie-Rafik Abdessalam : " Voilà ce qu'il faut faire maintenant »    Tunisie : Ouverture de la 22ème édition des Journées Théâtrales de Carthage ce samedi    Football : Où regarder les matches de vendredi ?    Ennahdha hausse le ton et tire à boulets rouges sur Kaïs Saïed    Infos Bourse – La STIP fait accroitre fortement ses bénéfices    Le Mondial des Clubs exclusivement sur cette chaîne …    Examen en conseil des ministres de projets de décrets à caractère économique    France : Nouvelles conditions d'accès depuis la Tunisie    Tunisie – Saïed : Bientôt l'annonce des mesures qu'attend le peuple    Kaïs Saïed et Noureddine Taboubi rattrapés par la réalité socioéconomique du pays    La Tunisie présente une plateforme géospatiale pour une évaluation des informations alimentaires    New York : Le siège de l'ONU fermé après qu'un homme armé ait été aperçu à l'extérieur    Libye : VIDEO: Scènes de liesse populaire après la réhabilitation de Seif El Islam aux élections    Tunisie : Vers la restauration, la numérisation et de la revalorisation de la cinémathèque de Gammarth    FIFA Arab Cup – EN : Deux formations probables contre la Syrie !    CTN | Report de la desserte Tunis-Gênes du vendredi 3 décembre au samedi 4 décembre 2021    Les OGM : un ancien débat toujours d'actualité    Libye-Présidentielle : Seïf al-Islam Kadhafi revient dans la course électorale    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    Noureddine Ben Ticha : La situation actuelle nécessite une certaine rapidité    La Tunisie cherchait à acheter jusqu'à 175 000 tonnes de blé tendre    " Vues sur les arts" 2021 : Retour sur le cinéma de la nouvelle vague à l'ouverture    Tunisie : Najla Bouden rencontre Arnaud Peral    Productivité : Une centaine d'entreprises tunisiennes ont bénéficié du projet Kaizen    IACE : Tayeb Bayahi demande à la chef du gouvernement de soutenir les entreprises    Décès du photographe Mokdad Chaouachi    Ligue 2 : désignation des arbitres de la 4e journée    Première mondiale de la pièce de théâtre "l-Medea" de Sulayman Al-Bassam aux JTC 2021    Tébourba submergée par les ordures : Appel à la dissolution du conseil municipal    Twitter interdit le partage des photos et vidéos sans le consentement du propriétaire    Tunisie – Accidents de la route: Plus de 900 décès recensés en 2021    Ben Mbarek: Kais Saied fait partie du problème et non de la solution    Grève de la SNCFT: Nous n'avons pas réclamé des augmentations salariales, assurent les employés    Mövenpick Hotel du Lac Tunis célèbre Noël et les fêtes de fin d'année du 5 au 26 décembre 2021    En marge de la première sortie probante du Team Tunisie: Les vertus du pressing haut    La Mauritanie n'a pas fait le poids devant la Tunisie: Comme dans du beurre !    NEWS: Msakni de retour à l'Etoile    Riadh Daghfous: La vaccination des enfants dans la balance    Plus de déplacements entre les gouvernorats sans passeport vaccinal ?    Hafedh Boujmil: L'éditeur de l'année    A la galerie « Musk and Amber »: Taher Jaoui ou la peinture-émotion    Première de « Démo » de Moez Gdiri à l'Espace 77: Une œuvre grinçante    Météo | Temps hivernal à partir de ce jeudi soir    Coupe arabe FIFA 2021 :Tunisie, Chikhaoui et Maaloul blessés    Coronavirus Amine Slim : Pas de restrictions de déplacement pour le moment    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Coronavirus : Première déclaration du PDG de Pfizer concernant ''Omicron''    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Menace de la «langue bleue» au Cap Bon
Publié dans Le Temps le 31 - 10 - 2020

Décidément, la fièvre catarrhale ovine, appelée « Blue tongue » (maladie de la langue bleue en anglais), a tendance à prendre des proportions inquiétantes dans la région de Beni Khaled avec l'apparition de plusieurs cas à Sidi Toumi, Sidi Alaya, Bir Drassen, Meznine et Sidi Ouhichi.
Le phénomène a coïncidé avec le retour des pluies et la prolifération des moustiques et autres insectes. Un constat qui continue à susciter l'inquiétude des éleveurs de la région. Les services compétents s'attellent à infirmer ou confirmer les cas suspects après observation et analyses des ovins concernés.
« Cette fièvre catarrhale du mouton ou maladie de la langue bleue, nous explique Béchir Aouanalah, le Président de l'Union locale des agriculteurs de Beni Khalled, est une maladie virale non contagieuse qui touche les ruminants domestiques et sauvages (essentiellement les ovins mais aussi les bovins, les caprins, et les camélidés). L'infection se transmet par de petits insectes piqueurs. La sévérité de la maladie est fonction de l'espèce animale infectée. Les symptômes les plus graves touchent les ovins, provoquant perte de poids, chute de la production de laine et mortalité. Les bovins présentent souvent un taux d'infection plus élevé que les ovins. La nature et la sévérité des signes cliniques varient en fonction de la souche virale. Cette pathologie est transmise par un animal infecté à un autre à travers une piqûre de moustique ou de moucheron dont la prolifération est favorisée par les fortes chaleurs et l'humidité. Cette maladie strictement animale n'affecte aucunement l'homme »
Les mesures nécessaires ont été adoptées par les éleveurs locaux, afin d'isoler le mouton atteint par cette maladie en vue d'éviter la contamination du troupeau et de réaliser les analyses vétérinaires nécessaires. Pour juguler l'avancée du fléau, une action de désinsectisation devrait être lancée, en collaboration avec les services sanitaires et agricoles concernés. Les foyers potentiels porteurs de la maladie : gîtes à moustiques, étables, fosses septiques, décharges publiques et autour des abattoirs, devront être préalablement circonscrits par les services vétérinaires.
Toutefois, cette maladie ne pourra pas être jugulée sans service sanitaire. Le Président de l'Union locale des agriculteurs de Beni Khalled ne mâche pas ses mots : « Beni Khaled est une zone agricole qui s'étends sur 13.500 hectares et jusqu'à aujourd'hui elle attend la nomination d'un vétérinaire par le commissariat régional de l'agriculture. Chose qui rend la détection de cette maladie difficile. Les éleveurs de la région redoutent une contamination à grande échelle de leur cheptel, dans la mesure où la région, qui compte l'un des plus importants patrimoines animaliers du Cap Bon est ouverte sur des zones qui seraient déjà affectées. À cette situation s'ajoute le phénomène inquiétant de l'abattage clandestin qui a tendance à prendre des proportions alarmantes, selon les éleveurs de la région, avec tous les risques que cela comporte pour la santé publique. Aussi, apparait la nécessité de la déclaration des suspicions et des cas. Dès sa parution, cette maladie doit faire l'objet de mesures de luttes organisées à l'échelle de la région. Il est important de connaître les signes de la maladie pour la repérer assez tôt et soigner les animaux à temps. Cela en diminue la gravité et le risque de mortalité. La prévention passe par des mesures contraignantes de limitation de la circulation des animaux dans les zones touchées et par la vaccination. L'identification, la surveillance et suivi des animaux sensibles et potentiellement contaminés, la mise en quarantaine, l'identification des zones spécifiées et la lutte contre les insectes sont nécessaires.
La vaccination est la mesure la plus efficace et la plus simple pour réduire au minimum les pertes liées à la maladie et pour tenter d'interrompre le cycle entre les animaux contaminés et les vecteurs. Il est essentiel d'utiliser un vaccin qui assure une protection contre la ou les souches virales spécifiques présentes dans la zone concernée. ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.