Entretien téléphonique Najla Bouden-Abdelhamid Dbeibah    Les relations tuniso-libyennes: Cafouillage diplomatique    8ème Sfax Marathon International 2021, dimanche 7 Novembre    Aides exceptionnelles de 300 dinars: Les objections pourront être émises dés la semaine prochaine    Sidi Bouzid : corruption et falsification de documents    TRANSTU: Le métro léger n°4 roulera sur une seule voie du 22 au 28 octobre 2021    Attijari Leasing : Mises en force en hausse de 21%    "La présidence du Parlement" appelle les députés à défendre leur droit au travail    Foot Europe – Programme TV jeudi    UEFA Champions League : statistiques d'après J3    NBA : Les résultats des 11 matchs de la nuit de mercredi    Sommet virtuel de la FIFA le 20 décembre    Tunisie-Daily brief du 21 octobre 2021: Prise en charge sanitaire de deux députées    BNA : Le Produit ne bancaire en hausse de 27%    ATB : Un PNB de 206,4 Millions de dinars à fin septembre    Sousse- Démolition de parasols et de cabanes appartenant à un hôtel [vidéo]    Abdellatif Mekki appelle les médias à ne plus utiliser le terme de "Député gelé"    Europa League (Poules / 3è J) : les matches de ce jeudi    Elyès Jouini : Le temps des quicks-wins est révolu, nous sommes désormais «dans le dur»    Samar Samoud : Nous ne devons pas crier victoire face à la situation pandémique !    Sfax sans déchèterie, sans eau courante et sans électricité !    La Tunisie s'est-elle fait avoir sur le dossier de la Libye ?    Najla Bouden reçu au Palais de Carthage    Les déclarations contradictoires de Kaïs Saïed à propos de la Ligue arabe    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    La nouvelle ministre de l'Equipement et de l'Habitat veut des logements abordables    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    Sénateur Bernie Sanders: Palestinians lives matter    La scène artistique tunisienne perdre le scénographe et artiste pluridisciplinaire Kais Rostom    FMI: Des entretiens sont prévus dans les prochains jours avec des membres du nouveau gouvernement tunisien    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Vers une coopération entre le ministère de la Jeunesse et la Fédération du sport pour tous    Kaïs Saïed remercie la Ligue arabe pour son soutien à la Tunisie    Zammour Trekking de retour pour une 4e édition du 4 au 8 novembre 2021 à Médenine    JCC- Des détenus produisent leur propre film court métrage    Sopra Banking Summit 1er festival au service du monde financier de demain    BT : Légère hausse du PNB    Tunisie – Météo: Des pluies attendues et légère hausse des températures    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    LC Europe (poules / 3è J) : les matches de ce mercredi    Kairouan: Le ministre du Tourisme appelle à renforcer davantage le tourisme religieux et spirituel    La légende de Carthage en superstar à la Fashion Fair de Stockholm    Tunisie – Allemagne : Niels Annen reçu par Othman Jerandi    Monde- Daily brief du 19 octobre 2021: Etats-Unis: Une femme victime d'un viol dans un train, aucun passager n'intervient    Cycle de films Villes Tunisiennes et découvertes du 19 au 28 octobre 2021 par la Cinémathèque Tunisienne    Mahdia Des tensions suite au naufrage d'un bateau transportant des clandestins    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La France sort le grand jeu de l'immigration sélective!
Publié dans Le Temps le 09 - 11 - 2020

p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 13px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"Le Temps - Raouf KHALSI p class="p2" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 11px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"La France, berceau de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme est aujourd'hui taraudée entre « ses valeurs d'universalité » et ses impératifs sécuritaires. On ne saurait le lui reprocher, dès lors que le Salafisme djihadiste frappe aveuglément sur son territoire et que tous ses dispositifs préventifs de sécurité se révèlent de plus en plus incapables de circonscrire le fléau.
Mais La France ne se regarde pas dans le miroir. N'a-t-elle pas, elle aussi, contribué à faire le lit de l'intégrisme ? Ne pouvait-elle pas penser, ou prévoir, que ses implications militaires en Irak et en Syrie-au nom de la lutte contre les dictatures- l'auraient mise dans l'œil du cyclone d'Al Qaïda d'abord et de Daech ensuite, pur produit à la Frankenstein, ce montre qui se retourne contre celui qui l'a fabriqué de toutes pièces ?
Nous aussi, sommes guettés
par le terrorisme !
Sauf que la Tunisie en paye elle-aussi le prix fort. Elle aura été la rampe de lancement de ce «Printemps arabe» et, en dehors d'une singulière démocratisation de la vie politique, elle est toujours la cible des mouvances terroristes. La Tunisie est en effet l'un des pays ayant subi le plus d'attentats terroristes, et ces terroristes -quoique bon nombre d'entre eux soient tunisiens- paradoxalement, Daech les a redéployés sur nos terres. Nous avons eu la tragédie de Sousse ; celle du Bardo et toutes les deux visaient, certes les étrangers, mais n'en visaient pas moins à déstabiliser le pays. Nous avons aussi eu notre lot d'attentats contre les forces sécuritaires, contre d'innocents civils, et nous avons par ailleurs tremblé quand Ben Guerdane a failli tomber aux mains de Daech.
Croit-on, devrait-on croire que l'usure de la guerre en Syrie et les défaites successives, aient eu raison de Daech ? Non, cette organisation baptisée par les Occidentaux «Etat islamique» change juste de tactique, de trajectoire aussi tout en flairant les «loups solitaires» qu'elle enrôle en un rien de temps.
Quelque part, les responsabilités de la «Révolution du jasmin » sont établies. Ses conséquences se traduisent par 6000 Djihadistes tunisiens exportés en Irak et en Syrie. L'éveil à la démocratie du pays leur importe peu. Il s'agit, pour eux, d'installer un Etat islamique, un 6ème Califat qu'en pleines turbulences, Hamadi Jebabli a eu le tort d'évoquer.
Les enjeux géostratégiques ont, entre temps, changé de trajectoire. Et la France, partie prenante dans le conflit libyen, se retrouve à devoir réviser sa copie. Elle est en butte, elle la première, à l'expansionnisme d'Erdogan au niveau de la Méditerranée, alimentant toutes les dissonances au niveau de l'OTAN. Conflits d'intérêts aussi entre la France et la Turquie en ce qui concerne les juteux marchés de la reconstruction libyenne. Sur ce plan, Erdogan jouit du soutien de certaines parties tunisiennes. La France, non. Plutôt, Seifeddine Makhlouf s'est assigné comme objectif de conspuer cette France qui, à ses yeux, coloniserait toujours la Tunisie. L'onde de choc se répercute jusqu'en France, notre premier partenaire dans l'absolu, cependant que les futurs enjeux électoraux d'Emmanuel Macron prédisent à celui-ci, qui est déjà affaibli par Le Covid-19 et par les gilets jaunes, des réflexes populistes à la Lepen.
On pourrait, à la limite, émettre des réserves sur un quelconque lien de cause à effet entre les caricatures du Prophète de l'islam, l'assassinat de Samuel Paty et les réactions du Président français, du reste, jugées un peu trop excessives par le monde arabo-musulman.
Cette immigration
à deux vitesses
Entre théories sur le séparatisme islamique et commémoration de l'attentat contre Charlie Hebdo jusqu'à l'attentat de Nice, le gouvernement français a choisi de faire place nette. C'est son droit. Et voilà que le ministre français de l'intérieur est chargé par Macron de se rendre à Rabat, Tunis et Alger pour traiter (du moins en ce qui nous concerne) des moyens et des formes juridiques du rapatriement des immigrés clandestins détenus en prison et tous ceux sur lesquels pèsent des présomptions de terrorisme. Il s'agissait de coordonner avec les autorités tunisiennes au niveau des laisser-passer, dès lors que les immigrés clandestins n'ont jamais de pièces d'identité sur eux. On a aussi parlé de normes internationales inhérentes aux Droits de l'Homme et au droit de ces immigrés à tous les recours judiciaires comme c'est de rigueur dans les conventions internationales. Sur ce plan, en la forme du moins, la France reste un Etat de droit. En tous les cas, le gouvernent français n'a pas fait comme l'ultra populiste Matteo Salvini, ancien ministre italien de l'Intérieur, et qui est venu chez nous pour quelques heures afin d'imposer à la Tunisie d'accepter le rapatriement en masse de ses immigrants clandestins. Et, depuis, nos immigrants sont rapatriés en vagues successives.
C'est juste le style qui change. Du moins, le ministre français de l'Intérieur aurait fait part –selon des agences de presse françaises- de la décision du gouvernement français d'accorder une aide de 10 millions d'euros au gouvernement tunisien, enveloppe destinée à mieux surveiller nos frontières maritimes, rampe de lancement de l'immigration vers Lampedusa.
Sauf que le gouvernement tunisien craint un « ramassage » sans tri et sans distinction de tous les immigrés tunisiens. Des associations tunisiennes en ont donné l'alerte. Il est vrai que l'article 25 de la constitution stipule que nul tunisien ne peut être empêché de regagner le pays. Mais la suspicion que la France ne s'oriente à faire la purge, même au niveau de de ceux qui ont les papiers en règle, est latente parce que, comme souligné plus haut, Macron se prépare pour une campagne électorale et, qu'il en aura à découdre avec Marine Lepen.
En fait, la France a toujours vécu très mal l'immigration. En 1974, il y a eu, en effet, la loi Stoléru qui proposait aux travailleurs tunisiens parfaitement en règle de quitter la France moyennant une enveloppe individuelle de 10 mille francs. En 1980, il y a eu la loi-Bonnet, aveuglément répressive, abolie par la suite par François Mitterrand qui régularisait la situation de 130 mille personnes en situation irrégulière et qui favorisait aussi les regroupements familiaux.
Mais c'étaient d'autres temps. Aujourd'hui il y a le populisme du Front National et il y a le terrorisme. Et, du coup, la Tunisie se retrouve en plein dans ces feux croisés.
A noter, cependant, que la France a été quand même heureuse d'accueillir à bras ouverts, ces dernières années, les 8 mille tunisiens entre ingénieurs et médecins. L'Allemagne aussi....
Mais en ce qui concerne l'immigration clandestine, il est clair que la France a choisi la solution extrême. Il est tout aussi clair et, même, impératif que le gouvernement tunisien ne peut plus faire comme l'autruche.
p class="p2" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 11px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.